I - Introduction à La psychologie Expérimentale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I - Introduction à La psychologie Expérimentale"

Transcription

1 LA METHODE EXPERIMENTALE I - Introduction à La psychologie Expérimentale I.1. Introduction I.2. Critiques concernant l utilisation de la méthode expérimentale en psychologie I.2.A. Critiques morales I.2.A. Critiques épistémologiques I.3. Schéma général de la méthode expérimentale : le plan de recherche. II. Les hypothèses II.1. Définition II.2. Caractéristiques d une hypothèse II.2.A. Etre synthétique. II.2.B. Etre testable. II.2.C. Etre falsifiable. II.2.D. Etre utile II.3. L origine des hypothèses II.4. Hypothèses théoriques et opérationnelles III. les variables III.1. Les différents types de variables III.1.A. Variables Indépendantes III.1.B. VD III.1.B.a. VD = mesure indirecte, échelle adaptée et stable III.1.B.b. V D = observée et transformée III.1.B.c. VD = plusieurs modalités différentes III.1.C Les variables parasites III.2. Opérationnalisation des variables III.3. La validité d une recherche La méthode expérimentale transparent 1

2 III.3.A. Validité opérationnelle III.3.A.a. La validité des VI. III.3.A.b. Stabilité inter-expérimentateur. III.3.A.c. Stabilité test-retest. III.3.A.d. Stabilité inter-items III.3.B. Validité expérimentale III.4. L effet d une VI sur la VD III.4.A. Cas général (mais rare en psycho) : 1 seule VI III.4.B. Cas de plusieurs VI III.4.B.a. Effet principal d une VI III.4.B.b. Effet simple d une VI III.4.B.c. Effet d interaction entre deux VI III.4.B.d. Quelques exemples d effets principaux et d effets conjoints de deux VI IV. le choix des sujets IV.1.Echantillonnage IV.2. Contrôle des groupes indépendants IV.2.A. Répartition aléatoire IV.2.B. Utilisation d un pré-test IV.2.C. Groupes pairés IV.3. Contrôle des groupes de mesures appariés IV.3.A. contrebalancement complet IV.3.B. Contrebalancement partiel IV.3.C. Contrebalancement contrôlé par une VI IV.4. Groupe Contrôle V. Les Plans d Expérience V.1. Définition V.2. Les plans d expériences Factoriels La méthode expérimentale transparent 2

3 LA METHODE EXPERIMENTALE I - Introduction à La psychologie Expérimentale I.1. Introduction Nos connaissances des processus psychologiques sont basées sur des données accumulées grâce à de nombreuses manipulations expérimentales. être : Les conditions d observation du comportement doivent bien précisées, systématiques les conclusions doivent pouvoir être discutées. I.2. Critiques concernant l utilisation de la méthode expérimentale en psychologie I.2.A. Critiques morales I.2.A. Critiques épistémologiques remettre en cause les généralisations des observations obtenues chez le sujet humain. l aspect analytique des études expérimentales. l aspect artificiel de l expérimentation. La méthode expérimentale transparent 3

4 I.3. Schéma général de la méthode expérimentale : le plan de recherche. Observation Corpus théorique Hypothèse théorique Hypothèse opérationnelle Discussion théorique Choix des sujets VI Plan d'expérience VD Paradigme expérimental Confrontation des résultats avec les hypothèses Déroulement de l expérience Traitement des résultats La méthode expérimentale transparent 4

5 II. Les hypothèses II.1. Définition L hypothèse, c est l idée principale d une expérience. Elle prédit une relation entre au moins deux variables. Elle exprime une relation de cause à effet entre plusieurs classes de faits. II.2. Caractéristiques d une hypothèse II.2.A. Etre synthétique. Toute hypothèse doit être formulée sous forme booléenne : la relation qu elle décrit peut être soit vrai, soit fausse. II.2.B. Etre testable. C est à dire qu il doit être possible de manipuler les antécédents expérimentaux et de mesurer le comportement du sujet. II.2.C. Etre falsifiable. Il est donc nécessaire de poser une hypothèse de manière à pouvoir trouver une situation dans laquelle elle est réfutable. II.2.D. Etre utile Dans l idéal, une hypothèse doit pouvoir permettre de développer plusieurs études. La méthode expérimentale transparent 5

6 II.3. L origine des hypothèses 2 types différents de raisonnement permettent la création d hypothèses : Le raisonnement par induction est le processus qui permet de formuler des hypothèses générales à partir de faits particuliers. Le raisonnement par déduction consiste à partir d une théorie, donc de principes généraux, afin de formuler des prédictions concernant des cas concrets, plus spécifiques. théorie 1 x x x Théorie 2 partie déductive Vérification xxx x X X faits nouveaux expliqués faits nouveaux inexpliqués par la théorie 1 partie inductive de la théorie 2 La méthode expérimentale transparent 6

7 Les théories sont confirmées par approximations successives, à partir à la fois d un raisonnement déductif et inductif : c est la méthode hypothético-déductive. II.4. Hypothèses théoriques et opérationnelles L'hypothèse théorique prévoit une relation de type abstrait entre deux classes de faits. L'hypothèse opérationnelle est la traduction de l'hypothèse théorique dans un cas concret précis. L'hypothèse statistique est la traduction de l hypothèse opérationnelle en termes numériques. III. les variables III.1. Les différents types de variables Une variable est une dimension extraite de l environnement qui peut prendre plusieurs valeurs ou états différents. III.1.A. Variables Indépendantes Variables que l'expérimentateur manipule pour étudier leur influence sur le comportement du sujet. La méthode expérimentale transparent 7

8 III.1.B. VD La variable dépendante est la mesure de la réponse du sujet. Cette réponse est donc dépendante de la situation expérimentale que l expérimentateur a créée. stable III.1.B.a. VD = mesure indirecte, échelle adaptée et III.1.B.b. V D = observée et transformée III.1.B.c. VD = plusieurs modalités différentes III.1.C Les variables parasites C est une variable non directement testée par l expérience et qui peut avoir une action sur le comportement observé, soit de façon directe, soit en entrant en interaction avec les variables manipulées (les VI). III.2. Opérationnalisation des variables 1er niveau: Opérationnalisation de la situation expérimentale. 2ème niveau: Opérationnalisation de la mesure. 3ème niveau: Opérationnalisation de l inférence théorique. La méthode expérimentale transparent 8

9 III.3. La validité d une recherche Estimer la validité d une recherche revient à évaluer le degré de confiance que l on peut accorder aux conclusions d une expérience. III.3.A. Validité opérationnelle Obtenir des définitions stables des différentes variables. III.3.A.a. La validité des VI. III.3.A.b. Stabilité inter-expérimentateur. III.3.A.c. Stabilité test-retest. III.3.A.d. Stabilité inter-items III.3.B. Validité expérimentale A trait à la conception globale de l expérience. 2 types de validité expérimentale: interne et externe. III.4. L effet d une VI sur la VD L effet d une VI c est la transcription en termes mathématiques de l influence qu elle exerce sur la VD. On le mesure en comparant les résultats obtenus dans les différentes situations expérimentales. La méthode expérimentale transparent 9

10 III.4.A. Cas général (mais rare en psycho) : 1 seule VI III.4.B. Cas de plusieurs VI Etude des années 70 sur les nouvelles pédagogies. Question posée : une pédagogie moderne permet-elle d augmenter le QI par rapport à une pédagogie traditionnelle? Permet-elle d effacer les différences de milieu social? On utilise : comme VD, le QI comme VI, le milieu {Favorable, Défavorable} et la méthode (Moderne,Traditionnelle) Effet principal méthode Fav Defav moderne 112 moderne traditionnelle 105 traditionnelle EFFET Effet milieu principal Fav Defav EFFET III.4.B.a. Effet principal d une VI C est la relation d une VI avec la VD mais représentée indépendamment des autres VI. La méthode expérimentale transparent 10

11 III.4.B.b. Effet simple d une VI C est la liaison VI-VD que l on représente cette fois en tenant compte des autres VI. 125 moderne tradition Fav Defav III.4.B.c. Effet d interaction entre deux VI On dit qu'il y a interaction entre deux VI lorsque tout changement de degrés de l'une d'elles modifie l'influence de l'autre sur la VD. Interaction moderne tradition Fav Defav La méthode expérimentale transparent 11

12 M ilieu Additivité III.4.B.d. Quelques exemples d effets principaux et d effets conjoints de deux VI VD a b VD a b 1 2 facteur A La méthode expérimentale transparent 12

13 VD a b facteur A VD a b facteur A VD a b facteur A La méthode expérimentale transparent 13

14 VD a b c facteur A 1 2 IV. le choix des sujets IV.1.Echantillonnage Echantillonnage à partir d une population parente. Population parente Echantillon 1 Echantillon 2 La méthode expérimentale transparent 14

15 Affectation des sujets dans les différents groupes de mesure. Groupes de mesure indépendants et appariés. L effet mesuré dans l expérience (effet de la VI sur la VD) est la somme de ces deux effets différents : effet observé = effet systématique + erreur aléatoire. IV.2. Contrôle des groupes indépendants Les groupes de mesures seront indépendants si ce sont des sujets différents qui sont affectés à chaque degré de la VI. problème de la procédure d affectation des sujets. IV.2.A. Répartition aléatoire IV.2.B. Utilisation d un pré-test IV.2.C. Groupes pairés Exemple: On a obtenu les résultats suivant à un pré-test: 4 * la note 10 Ce qui donne la répartition suivante 1 * la note 11 A B C 3 * la note * la note Sur les 13 sujets, 4 ont été éliminés. On obtient ainsi 3 groupes de mesure. Pour utiliser des groupes pairés, il faut donc un nombre de sujets important. La méthode expérimentale transparent 15

16 IV.3. Contrôle des groupes de mesures appariés Les mêmes sujets passent dans toutes les situations expérimentales. On parle de mesure répétée, de croisement. 3 sources principales d erreurs: - les effets d ordre, dont les effets de transfert ; - les effets de fatigue ; - les effets d entraînement ; «erreur progressive». Pour l éviter : contrebalancement. IV.3.A. contrebalancement complet Imaginons une expérience à 3 conditions A, B, C (codage de lettres, symboles, chiffres). Si les sujets doivent passer les 3 conditions, on s attend à un transfert possible. Si l épreuve A est toujours réalisée en début, on aura, systématiquement associé à cette modalité, un effet d échauffement, de mise en route. Les épreuves B et C peuvent être mieux réalisées simplement parce que le sujet a plus l habitude, sans que se soit un effet de la VI étudiée. Pour éviter cela, on peut faire un contrebalancement. ABC,BCA,CAB,BAC,CBA,ACB On a donc 6 ordres possibles dans lesquels chaque tâche est réalisée dans des positions différentes. La tâche A est réalisée 2 fois au début, 2 fois au milieu et 2 fois en dernier. La méthode expérimentale transparent 16

17 IV.3.B. Contrebalancement partiel Par exemple, liste de 4 mots. On s attend à un effet de primauté pour le début de la liste et un effet de récence pour la fin. position effet par mot (+=primauté/récence) m1 m2 m3 m4 m1 m2 m3 m m2 m3 m4 m m3 m4 m1 m m4 m1 m2 m IV.3.C. Contrebalancement contrôlé par une VI IV.4. Groupe Contrôle Un groupe contrôle est un groupe de mesure qui correspond à un degré neutre de la VI. V. Les Plans d Expérience V.1. Définition Le plan d expérience, c est la façon dont les variables indépendantes sont combinées entre elles pour définir les différentes situations expérimentales. La méthode expérimentale transparent 17

18 V.2. Les plans d expériences Factoriels VI1 = L: 2 degrés A,B VI2 = N: 2 degrés 1,2 A B 1 GM1 GM2 2 GM3 GM4 Un plan est dit factoriel quand il réalise l'ensemble exhaustif des combinaisons entre les degrés de toutes les VI. Par exemple Plan factoriel: 2x2, i.e. 2 facteurs ou VI à 2 degrés chacun = 4 GM ; 2x2x2, i.e. 3 facteurs ou VI à 2 degrés chacun = 8 GM ; 2x4x3, i.e. 3 VI une avec 2 degrés, une avec 4 et une avec 3 = 24 GM La méthode expérimentale transparent 18

PROBABILITES ET STATISTIQUE I&II

PROBABILITES ET STATISTIQUE I&II PROBABILITES ET STATISTIQUE I&II TABLE DES MATIERES CHAPITRE I - COMBINATOIRE ELEMENTAIRE I.1. Rappel des notations de la théorie des ensemble I.1.a. Ensembles et sous-ensembles I.1.b. Diagrammes (dits

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : [email protected] Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

Quelques rappels concernant la méthode expérimentale

Quelques rappels concernant la méthode expérimentale Quelques rappels concernant la méthode expérimentale 1. La Méthode expérimentale : Définition. Une définition classique de la méthode expérimentale est qu elle «correspond à la méthode d investigation

Plus en détail

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES LES STATISTIQUES INFERENTIELLES (test de Student) L inférence statistique est la partie des statistiques qui, contrairement à la statistique descriptive, ne se contente pas de décrire des observations,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES 2012 Presses agronomiques de Gembloux [email protected] www.pressesagro.be

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Cours 9 : Plans à plusieurs facteurs

Cours 9 : Plans à plusieurs facteurs Cours 9 : Plans à plusieurs facteurs Table des matières Section 1. Diviser pour regner, rassembler pour saisir... 3 Section 2. Définitions et notations... 3 2.1. Définitions... 3 2.2. Notations... 4 Section

Plus en détail

Définition d un Template

Définition d un Template Objectif Ce document a pour objectif de vous accompagner dans l utilisation des templates EuroPerformance. Il définit les différents modèles et exemples proposés. Définition d un Template Un template est

Plus en détail

LIVRET BAILLEURS. Stratégie pour l'amélioration de la gestion urbaine de proximité à partir du dispositif d'abattement de la TFPB

LIVRET BAILLEURS. Stratégie pour l'amélioration de la gestion urbaine de proximité à partir du dispositif d'abattement de la TFPB LIVRET BAILLEURS Stratégie pour l'amélioration de la gestion urbaine de proximité à partir du dispositif d'abattement de la TFPB Novembre 2011 Sommaire I.Préambule...4 I.A.«L'abattement» : un terme à préciser...4

Plus en détail

FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE. Mathématiques financières

FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE. Mathématiques financières FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE Mathématiques financières A1. Résoudre des problèmes comportant des intérêts composés dans la prise de décisions financières. [C, L, RP, T, V] Résultat d apprentissage

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

LES GENERATEURS DE NOMBRES ALEATOIRES

LES GENERATEURS DE NOMBRES ALEATOIRES LES GENERATEURS DE NOMBRES ALEATOIRES 1 Ce travail a deux objectifs : ====================================================================== 1. Comprendre ce que font les générateurs de nombres aléatoires

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

IFT3245. Simulation et modèles

IFT3245. Simulation et modèles IFT 3245 Simulation et modèles DIRO Université de Montréal Automne 2012 Tests statistiques L étude des propriétés théoriques d un générateur ne suffit; il estindispensable de recourir à des tests statistiques

Plus en détail

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Exploitations pédagogiques du tableur en STG Académie de Créteil 2006 1 EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Commission inter-irem lycées techniques contact : [email protected] La maquette

Plus en détail

Plan de cours. Introduction à la recherche scientifique Théorie et approche méthodologique Les principaux auteurs

Plan de cours. Introduction à la recherche scientifique Théorie et approche méthodologique Les principaux auteurs Méthodologie de recherche en sciences de gestion Rachid Alami Post Graduate diploma Management MIT Boston Doctorate in Management Sciences Paris Dauphine University MBA Paris Dauphine Master of Sciences

Plus en détail

Société à responsabilité limitée en Pologne

Société à responsabilité limitée en Pologne Société à responsabilité limitée en Pologne I. Introduction La société à responsabilité limitée (en polonais : spółka z ograniczoną odpowiedzialnością ou sp. z o.o.) jouit d une grande popularité comme

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

Structure du cours : Il existe de nombreuses méthodes intéressantes qui couvrent l Analyse des Données

Structure du cours : Il existe de nombreuses méthodes intéressantes qui couvrent l Analyse des Données Structure du cours : Il existe de nombreuses méthodes intéressantes qui couvrent l Analyse des Données et le Data Mining Nous suivons le plan suivant : Fonctionnement de Spad Catalogue des méthodes (statistiques

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

Statistiques Descriptives à une dimension

Statistiques Descriptives à une dimension I. Introduction et Définitions 1. Introduction La statistique est une science qui a pour objectif de recueillir et de traiter les informations, souvent en très grand nombre. Elle regroupe l ensemble des

Plus en détail

STAGE IREM 0- Premiers pas en Python

STAGE IREM 0- Premiers pas en Python Université de Bordeaux 16-18 Février 2014/2015 STAGE IREM 0- Premiers pas en Python IREM de Bordeaux Affectation et expressions Le langage python permet tout d abord de faire des calculs. On peut évaluer

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

IV. BILAN ET PERSPECTIVES 75

IV. BILAN ET PERSPECTIVES 75 Table des matières I. CONTEXTE DE L ÉTUDE 3 I.A. LE CONTEXTE DE L ENTREPRISE 3 I.A.1. LE SERVICE AU CLIENT 3 I.A.2. LE GROUPE IHM 3 I.A.3. LA MÉTHODE PROSPECT 4 I.B. LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET

Plus en détail

TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ². http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme

TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ². http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ² http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme Logo du Second International Congress of Eugenics 1921. «Comme un arbre, l eugénisme tire ses constituants de nombreuses sources

Plus en détail

Raisonnement probabiliste

Raisonnement probabiliste Plan Raisonnement probabiliste IFT-17587 Concepts avancés pour systèmes intelligents Luc Lamontagne Réseaux bayésiens Inférence dans les réseaux bayésiens Inférence exacte Inférence approximative 1 2 Contexte

Plus en détail

LA DEMARCHE D UNE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES DEPELTEAU FRANCOIS

LA DEMARCHE D UNE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES DEPELTEAU FRANCOIS LA DEMARCHE D UNE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES DEPELTEAU FRANCOIS Introduction générale Le sujet de ce manuel est la méthodologie des sciences humaines (SH). La définition du terme science: «C est une

Plus en détail

LE DELEGUE INTERMINISTERIEL A LA SECURITE ROUTIERE A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE

LE DELEGUE INTERMINISTERIEL A LA SECURITE ROUTIERE A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE PREMIER MINISTRE Le Délégué Interministériel à la Sécurité Routière LE DELEGUE INTERMINISTERIEL A LA SECURITE ROUTIERE A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE OBJET: Agrément des

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Statistiques Appliquées à l Expérimentation en Sciences Humaines. Christophe Lalanne, Sébastien Georges, Christophe Pallier

Statistiques Appliquées à l Expérimentation en Sciences Humaines. Christophe Lalanne, Sébastien Georges, Christophe Pallier Statistiques Appliquées à l Expérimentation en Sciences Humaines Christophe Lalanne, Sébastien Georges, Christophe Pallier Table des matières 1 Méthodologie expérimentale et recueil des données 6 1.1 Introduction.......................................

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Lois de probabilité. Anita Burgun

Lois de probabilité. Anita Burgun Lois de probabilité Anita Burgun Problème posé Le problème posé en statistique: On s intéresse à une population On extrait un échantillon On se demande quelle sera la composition de l échantillon (pourcentage

Plus en détail

MRK -6081 A : Méthodes d Analyse de Données en Marketing Automne 2010

MRK -6081 A : Méthodes d Analyse de Données en Marketing Automne 2010 E MRK -6081 A : Méthodes d Analyse de Données en Marketing Automne 2010 Professeure :Elissar Toufaily Plage horaire du cours : Cours en salle Jeudi 15h 30-18h30 Local 4221 PAP Du 2 septembre. 2010 au 9

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Comment repenser l articulation entre présence et distance dans les dispositifs hybrides?

Comment repenser l articulation entre présence et distance dans les dispositifs hybrides? Comment repenser l articulation entre présence et distance dans les dispositifs hybrides? Séminaire IDEFI 6 JUIN 2014 Patricia JULLIA & Catherine DE LAVERGNE Département Infocom ITIC, LERASS-CERIC, Questionnements

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Une variable binaire prédictrice (VI) et une variable binaire observée (VD) (Comparaison de pourcentages sur 2 groupes indépendants)

Une variable binaire prédictrice (VI) et une variable binaire observée (VD) (Comparaison de pourcentages sur 2 groupes indépendants) CIVILITE-SES.doc - 1 - Une variable binaire prédictrice (VI) et une variable binaire observée (VD) (Comparaison de pourcentages sur 2 groupes indépendants) 1 PRÉSENTATION DU DOSSIER CIVILITE On s intéresse

Plus en détail

Commission des Recherches Bovines

Commission des Recherches Bovines Commission des Recherches Bovines Bilan des activités 2002-2006 Composition de la commission Représentants des depts GA (4), PHASE(4+2), SA(3) CEPIA (1), SAE2(1), SAD(1) Représentants des Ecoles Sup Agronomiques

Plus en détail

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Professeur Patrice Francour [email protected] Une grande partie des illustrations viennent

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p.

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. STATISTIQUE THÉORIQUE ET APPLIQUÉE Tome 2 Inférence statistique à une et à deux dimensions Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. ISBN 978-2-8041-6336-5 De Boeck Services,

Plus en détail

données en connaissance et en actions?

données en connaissance et en actions? 1 Partie 2 : Présentation de la plateforme SPSS Modeler : Comment transformer vos données en connaissance et en actions? SPSS Modeler : l atelier de data mining Large gamme de techniques d analyse (algorithmes)

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/6 Durée : 6 heures Série : G SESSION 2004 CLASSES DE TERMINALE

CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/6 Durée : 6 heures Série : G SESSION 2004 CLASSES DE TERMINALE CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/6 Durée : 6 heures Série : G SESSION 2004 T E C H N I Q U E C O M P T A B L E DOSSIER I : COMPTABILITE ANALYTIQUE La société K fabrique deux produits P 1 et P 2 et un sous

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

Bureau : 238 Tel : 04 76 82 58 90 Email : [email protected]

Bureau : 238 Tel : 04 76 82 58 90 Email : dominique.muller@upmf-grenoble.fr Dominique Muller Laboratoire Inter-universitaire de Psychologie Bureau : 238 Tel : 04 76 82 58 90 Email : [email protected] Supports de cours : webcom.upmf-grenoble.fr/lip/perso/dmuller/m2r/acm/

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation

Conditions Générales d'utilisation Conditions Générales d'utilisation Préambule Le présent site Internet www.tournoi7decoeur.com (le " Site Internet") est édité par l association Côté Ouvert, Association loi de 1901, enregistrée à la préfecture

Plus en détail

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs)

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 1 Fiche professeur Niveaux et objectifs pédagogiques 5 e : introduction ou utilisation

Plus en détail

Biostatistiques Biologie- Vétérinaire FUNDP Eric Depiereux, Benoît DeHertogh, Grégoire Vincke

Biostatistiques Biologie- Vétérinaire FUNDP Eric Depiereux, Benoît DeHertogh, Grégoire Vincke www.fundp.ac.be/biostats Module 140 140 ANOVA A UN CRITERE DE CLASSIFICATION FIXE...2 140.1 UTILITE...2 140.2 COMPARAISON DE VARIANCES...2 140.2.1 Calcul de la variance...2 140.2.2 Distributions de référence...3

Plus en détail

TESTS D'HYPOTHESES Etude d'un exemple

TESTS D'HYPOTHESES Etude d'un exemple TESTS D'HYPOTHESES Etude d'un exemple Un examinateur doit faire passer une épreuve type QCM à des étudiants. Ce QCM est constitué de 20 questions indépendantes. Pour chaque question, il y a trois réponses

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure ([email protected]) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Protection individuelle

Protection individuelle Protection individuelle Franchise annuelle Ce plan n'est plus offert 200 $ 900 $ depuis le 1er mars 2015 1 006 $ / / 18-24 87,88 $ 71,71 $ - 39,35 $ 37,08 $ 63,91 $ 25-29 91,38 $ 74,47 $ - 41,04 $ 38,86

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

Probabilités conditionnelles Loi binomiale

Probabilités conditionnelles Loi binomiale Exercices 23 juillet 2014 Probabilités conditionnelles Loi binomiale Équiprobabilité et variable aléatoire Exercice 1 Une urne contient 5 boules indiscernables, 3 rouges et 2 vertes. On tire au hasard

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

Fluctuation d une fréquence selon les échantillons - Probabilités

Fluctuation d une fréquence selon les échantillons - Probabilités Fluctuation d une fréquence selon les échantillons - Probabilités C H A P I T R E 3 JE DOIS SAVOIR Calculer une fréquence JE VAIS ÊTRE C APABLE DE Expérimenter la prise d échantillons aléatoires de taille

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

MATIERES PM 2. VERT (Axe/mesures/actions) AXE I

MATIERES PM 2. VERT (Axe/mesures/actions) AXE I AXE I CAPITAL HUMAIN MESURE I.1 I.1.A I.1.B I.1.C Mobiliser collectivement les acteurs de l'enseignement, de la formation professionnelle et de l'emploi Développer les bassins de vie et créer des pôles

Plus en détail

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE La définition La méthode Le questionnaire Les biais La passation du questionnaire La validité des réponses Les échelles de mesure Les échelles d évaluation Les échelles

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. COLLEGE Emile ZOLA

REGLEMENT INTERIEUR. COLLEGE Emile ZOLA REGLEMENT INTERIEUR ***** COLLEGE Emile ZOLA (Modifié par les conseil d administration du 5 octobre 2006, du 14 juin 2007, du 19 juin 2008) 1 REGLEMENT INTERIEUR COLLEGE EMILE ZOLA RENNES Préambule I ORGANISATION

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

Fiche des fonctions du téléphone Business Communications Manager

Fiche des fonctions du téléphone Business Communications Manager Fiche des fonctions du téléphone Business Communications Manager 2001 Nortel Networks P0935986 Edition 02 Touches Cette fiche présente les touches des téléphones Business Series Terminals. Le tableau

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR COMPORTEMENT DYNAMIQUE D UN VEHICULE AUTO-BALANCÉ DE TYPE SEGWAY Partie I - Analyse système Poignée directionnelle Barre d appui Plate-forme Photographies 1 Le support

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Conception d une Plateforme Open Source d Extraction et de Gestion des Connaissances

Conception d une Plateforme Open Source d Extraction et de Gestion des Connaissances Département d Informatique MEMOIRE Présenté par : KADEM Habib Pour obtenir LE DIPLOME DE MAGISTER Spécialité : Informatique Option : Informatique & Automatique Intitulé : Conception d une Plateforme Open

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

Pourquoi l apprentissage?

Pourquoi l apprentissage? Pourquoi l apprentissage? Les SE sont basés sur la possibilité d extraire la connaissance d un expert sous forme de règles. Dépend fortement de la capacité à extraire et formaliser ces connaissances. Apprentissage

Plus en détail

T de Student Khi-deux Corrélation

T de Student Khi-deux Corrélation Les tests d inférence statistiques permettent d estimer le risque d inférer un résultat d un échantillon à une population et de décider si on «prend le risque» (si 0.05 ou 5 %) Une différence de moyennes

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Robotique

Intelligence Artificielle et Robotique Intelligence Artificielle et Robotique Introduction à l intelligence artificielle David Janiszek [email protected] http://www.math-info.univ-paris5.fr/~janiszek/ PRES Sorbonne Paris Cité

Plus en détail

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Université Paris VII - Agrégation de Mathématiques François Delarue) PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Ce texte vise à modéliser de façon simple l évolution d un actif financier à risque, et à introduire,

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Pour chaque partie, la grille permet d apprécier, selon quatre niveaux, les compétences développées dans le sujet par le candidat. Pour cela, elle s appuie sur des indicateurs traduisant

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

HIVER 2004 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE EN MARKETING MRK - 65384

HIVER 2004 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE EN MARKETING MRK - 65384 Professeur : Raoul Graf FSA-Université Laval Pavillon Palasis Prince Bureau 2413 Tél. : 418 656 2131 ext. 2688 Courriel : [email protected] HIVER 2004 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE EN MARKETING MRK

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

L ENTRETIEN de Recherche

L ENTRETIEN de Recherche L ENTRETIEN de Recherche I. UTILISATION DE L ENTRETIEN DE RECHERCHE I.1. L entretien Exploratoire I.1.A. Caractéristiques Techniques Des Entretiens Exploratoires I.1.B. Fonctions De L entretien Exploratoire

Plus en détail

Définition des solutions d approvisionnement de la Guyane en produits pétroliers

Définition des solutions d approvisionnement de la Guyane en produits pétroliers Définition des solutions de la Guyane en produits pétroliers février Etude réalisée pour: GUYANE 1 I. Diagnostic des solutions de stockage possibles Identification des acteurs régionaux Raffinerie/ stockage

Plus en détail

Contrat didactique Mathématiques financières

Contrat didactique Mathématiques financières Contrat didactique Mathématiques financières Les compétences de ce cours sont à placer dans le contexte général de l appropriation de la notion de modèle mathématique et de son utilisation pratique en

Plus en détail

protection antideflagrante

protection antideflagrante protection antideflagrante Protection antiexplosion Valves pour la technique fluidique pour l utilisation dans les domaines avec danger d explosion Protection antiexplosion contre gaz, poussière et pour

Plus en détail

Test d Indépendance au Contexte (TIC) et Structure des Représentations Sociales

Test d Indépendance au Contexte (TIC) et Structure des Représentations Sociales Swiss Journal of Psychology 67 (2), 2008, 119 123 Short Research Note Test d Indépendance au Contexte (TIC) et Structure des Représentations Sociales [Test of Context Independence (TCI) and Structure of

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Les auteurs. Préface par Walter Deffaa. Préface par André Kilesse

TABLE DES MATIÈRES. Les auteurs. Préface par Walter Deffaa. Préface par André Kilesse TABLE DES MATIÈRES Les auteurs Préface par Walter Deffaa Préface par André Kilesse v vii ix PREMIÈRE PARTIE : INTRODUCTION : L AUDIT ET LA PROFESSION D AUDITEUR 1 Chapitre 1 CONTRÔLE ET AUDIT 3 1.1 Contrôle

Plus en détail

Développement d'un projet informatique

Développement d'un projet informatique Développement d'un projet informatique par Emmanuel Delahaye (Espace personnel d'emmanuel Delahaye) Date de publication : 27 janvier 2008 Dernière mise à jour : 25 avril 2009 Cet article présente un certain

Plus en détail

SÉLECTION DE CONSULTANTS

SÉLECTION DE CONSULTANTS MODÈLE DE RAPPORT D ÉVALUATION SÉLECTION DE CONSULTANTS Banque mondiale Washington Octobre 1999 iii Préface 1 Les Consultants 2 qui sont employés par les Emprunteurs de la Banque mondiale et dont les

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ GUIDE DE FORMATION AUX MÉTHODES DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE D E U X I È M E É D I T I O N ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional du

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Table des matières. I Mise à niveau 11. Préface

Table des matières. I Mise à niveau 11. Préface Table des matières Préface v I Mise à niveau 11 1 Bases du calcul commercial 13 1.1 Alphabet grec...................................... 13 1.2 Symboles mathématiques............................... 14 1.3

Plus en détail

Supervision sécurité. Création d une demande de descente. 13/03/2014 Supervision sécurité Création d'une demande

Supervision sécurité. Création d une demande de descente. 13/03/2014 Supervision sécurité Création d'une demande Supervision sécurité Création d une demande de descente 1 Sommaire I. Connexion II. Création d une demande a. Informations générales b. Localisation c. Formulaire d. Suivi III. Validation 2 I. Connexion

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

PORTAIL ACCIDENTS V.2 MANUEL DE L'UTILISATEUR

PORTAIL ACCIDENTS V.2 MANUEL DE L'UTILISATEUR PORTAIL ACCIDENTS V.2 MANUEL DE L'UTILISATEUR Avril 2012 Bordereau documentaire Titre et sous-titre du document Rapport d'étape, rapport final, autre Nombre de pages Portail Accidents version 2 Manuel

Plus en détail