Corps naturel, corps artificiel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Corps naturel, corps artificiel"

Transcription

1

2

3 Corps naturel, corps artificiel Présentation, notes, dossier et cahier photos par Élise CHEDEVILLE, agrégée de lettres modernes et professeur de «culture générale et expression» en BTS, et Grégoire SCHMITZBERGER, agrégé de lettres classiques et ancien élève de l École normale supérieure Flammarion

4 Dans la même collection 1 re année Le manuel Culture générale et expression 2 e année Les anthologies sur les thèmes aux programmes Ces objets qui nous envahissent : objets cultes, culte des objets Cette part de rêve que chacun porte en soi Corps naturel, corps artificiel Le Détour L Extraordinaire Faire voir : quoi, comment, pour quoi? La Fête Génération(s) Je me souviens Paroles, échanges, conversations et révolution numérique Rire : pour quoi faire? Le Sport, miroir de notre société? Les recueils de nouvelles intégrales pour enrichir ses références culturelles sur les thèmes du programme Histoires de ceux qui oublient ou pas (en lien avec Je me souviens) 9 Histoires extraordinaires (en lien avec L Extraordinaire) Des nouvelles du corps (en lien avec Corps naturel, corps artificiel) Éditions Flammarion, ISBN : ISSN : N o d édition : L.01EHRN N001 Dépôt légal : août 2017

5 SOMMAIRE Présentation I. QU EST-CE QUE LE CORPS? 1. PENSER LE CORPS 12 Platon, Phédon 13 François Rabelais, Gargantua 17 Sigmund Freud et Josef Breuer, Études sur l hystérie 19 Daniel Pennac, Journal d un corps POUVOIRS DU CORPS 23 Erri De Luca, Les poissons ne ferment pas les yeux 24 Michel Serres, Variations sur le corps 26 Hervé Guibert, Des aveugles 28 Zoom sur : Le corps et la médecine LIMITES DU CORPS 33 Georges Canguilhem, Le Normal et le Pathologique 33 Tahar Ben Jelloun, L Ablation 36 Henri Michaux, «Un homme prudent» 38 Jean-Dominique Bauby, Le Scaphandre et le Papillon DÉCRÉPITUDE DU CORPS 43 Georges Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle 44 Charles Baudelaire, «Les Petites Vieilles» 46 Jean-Claude Ameisen, «Pour partie en train de mourir, pour partie en train de renaître» 49 Sarah Taupin, «Ce qu elle mérite» 52

6 II. LE CORPS ARTIFICIEL : DU SOUCI DE SOI AU CORPS AUGMENTÉ 1. ENTRETENIR, SOIGNER, ÉPROUVER 56 Jacques Jouanna, Hippocrate 57 Molière, Le Malade imaginaire 61 Georges Vigarello, «Le désir et les normes» 65 Jean Echenoz, Courir 68 Zoom sur : Le corps augmenté dans la mythologie grecque ESTHÉTISER 73 Charles Baudelaire, «Éloge du maquillage» 74 Yannick Le Hénaff, «Chirurgie esthétique et beauté : le corps à l état naturel est un fantasme» 76 Interview de David Le Breton par Marie-Laetitia Bonavita, «Tatouage : quand la société de consommation investit les corps» INTERROGER, TRANSCENDER : LE CORPS DANS LES ARTS 84 Ovide, Les Métamorphoses (1) 85 Valère Novarina, «Pour Louis de Funès» 88 Sabrina Silamo, «La folie ORLAN» RÉPARER, TRANSFORMER 94 Le Monde, «Organes artificiels : de réelles avancées!» 95 Zoom sur : Augmentation et transhumanisme 96 Fabien Soyez, «Implants, prothèses, organes artificiels jusqu où réparer le corps?» 100 Maylis de Kerangal, Réparer les vivants 103 L. Bereni, S. Chauvin, A. Jaunait et A. Revillard, Introduction aux Gender Studies AUGMENTER 110 Bernard Claverie et Benoît Le Blanc, «Homme augmenté et augmentation de l humain» 111 Jérôme Goffette, «De l humain réparé à l humain augmenté : naissance de l anthropotechnie» 115 Ovide, Les Métamorphoses (2) Corps naturel, corps artificiel

7 III. INDIVIDU ET SOCIÉTÉ : LE CORPS EN QUESTION 1. NORMES, CANONS DE BEAUTÉ ET FONTAINE DE JOUVENCE 121 Mona Chollet, Beauté fatale 122 Zoom sur : Le corps des femmes de l aliénation à la libération? 123 Clément Marot, «Contreblason du tétin» 126 Henri-Jacques Stiker, «La dégénérescence» 129 Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray L HOMME, UNE MACHINE COMME LES AUTRES? 134 René Descartes, Principes de la philosophie 135 Jean-Marie Brohm, «Du corps machine au corps augmenté» 136 E.T.A. Hoffmann, L Homme au sable 140 Isaac Asimov, L Homme bicentenaire 142 Auguste de Villiers de L Isle-Adam, L Ève future 146 Denis Collin, «La fabrication des humains» 149 Zoom sur : Science fictions? L HUMAIN, UNE RÉALITÉ IMMUABLE? 154 Jean-Claude Ameisen, «La mort et la sculpture du vivant» 154 Kazuo Ishiguro, Auprès de moi toujours 157 Gilbert Hottois, Species Technica 161 Luc Ferry, La Révolution transhumaniste 164 Sommaire 5

8 Dossier Du corps naturel au corps artificiel : travail lexical et activités thématiques 170 Le thème en chansons 171 Le thème en bande dessinée 176 Monstres et humains 179 Zoom sur : Monstres et monstrueux 184 Sujets d exposés 186 Vers la synthèse de documents 187 Vers l écriture personnelle 190 Étude de l image 192

9 PRÉSENTATION «[C]e n est pas une légère entreprise de démêler ce qu il y a d originaire et d artificiel dans la Nature actuelle de l homme 1.» Quand fleurit le printemps, nombre de magazines féminins et aujourd hui également masculins nous exhortent à dévoiler notre corps et à en gommer les imperfections par un régime, un peu d exercice, voire par des solutions plus radicales comme une liposuccion ou une injection de botox 2. C est ainsi que le film Rock n Roll de Guillaume Canet 3 dépeint un homme qui, pour rester populaire, enchaîne les interventions de chirurgie esthétique jusqu à être complètement défiguré tout en s exclamant à celle qu il aime : «C est toujours moi!» Culte du corps, culte du beau, culte de la jeunesse Devenu valeur-étalon de notre société, le corps normé et normatif fait aujourd hui payer cher à celles et à ceux qui dérogent à ses lois. En effet, les magazines féminins encore eux vantent tout à la fois chirurgie esthétique, régimes, maquillage, exercices de fitness, et, paradoxalement, déplorent que les 1. Jean-Jacques Rousseau, Préface au Discours sur l origine et les fondements de l inégalité parmi les hommes, 1755, GF-Flammarion, 2008, p Plus connue sous le nom de botox, la toxine botulique est une protéine qui, injectée à faible dose, provoque une paralysie musculaire ciblée et atténue ainsi temporairement certaines rides. 3. Sorti en février Présentation 7

10 jeunes filles se meurent d anorexie en rêvant d un impossible corps parfait. Peut-on échapper aux canons de la beauté? Pourquoi vouloir transformer ce qu a fait la nature? Est-il possible d apprendre à accepter son corps tel qu il est? Mens sana in corpore sano 1. Que nous dit cette phrase de Juvénal, devenue un poncif, si ce n est que l âme et le corps sont deux entités indubitablement liées? Être vivant, c est en effet avoir un corps biologique 2, capable le plus souvent de se mouvoir grâce aux fonctions vitales, mais aussi de sentir, d agir, de souffrir, de parler et de penser. La Genèse raconte qu au moment de créer l homme, Dieu le façonna en lui donnant une enveloppe charnelle et en lui insufflant la vie 3. L esprit le souffle et le corps la chair seraient donc intimement mêlés et confondus. Ils nous définissent et nous déterminent, tant et si bien qu il est parfois difficile de penser l un sans l autre. Et pourtant Un poignet cassé, une maladie, un handicap, et voilà que ce corps que l on croyait connaître nous pèse, nous échappe et nous devient étranger. Et plus les années passent, plus ce corps peut faire défaut : plus «limité», moins «beau», il continue pourtant à être le support de notre identité. Comment penser notre propre corps, et comment se l approprier? Quelles sont ses limites? Pour appréhender ce corps étrange et faillible, les hommes ont d ailleurs toujours cherché à le connaître, à l apprivoiser, à 1. Citation extraite de la dixième satire de Juvénal et qui signifie «un esprit sain dans un corps sain». 2. Étymologiquement, le biologique renvoie à ce qui est vivant, au sens organique du terme. Le corps biologique, associé à l image de la nature, est avant tout un corps qui se définit par ses fonctions vitales : ce sont nos organes et leur bon fonctionnement qui nous permettent d exister. 3. La Bible, Genèse, 1-2, 4. 8 Corps naturel, corps artificiel

11 en prendre soin, à l embellir, à l entraîner, voire à le transformer, c est-à-dire à en modifier la nature. Ainsi, dans l Antiquité, hommes et femmes prodiguaient déjà soin et exercices au corps afin qu il progresse en équilibre avec l esprit, tandis que les Égyptiens usaient et abusaient du khôl 1. Le XVIII e siècle instaura l idée de perfectibilité corporelle 2, tandis que le XX e siècle multiplia les découvertes scientifiques dont certaines changèrent le rapport au corps, comme la pilule contraceptive pour les femmes. Aujourd hui, des technologies médicales de pointe, dont les greffes, les prothèses et la pharmacologie, permettent de réparer les corps, de sauver des vies, de corriger et même d augmenter 3 l humain. L existence d un corps qui serait entièrement naturel semble alors relever d une vieille superstition plus que d une réalité : le corps se pense désormais en lien avec les progrès techniques, c est-à-dire avec l artificiel. Avec l intervention de l homme, le corps devient produit, objet, artefact 4 : il est rêvé et créé par l homme, pour l homme et des mains de l homme. Ce phénomène entraîne nécessairement une redéfinition de l homme et une modification de notre rapport au monde, au temps et à la mort. Le fait de transformer, réparer, augmenter voire recréer l humain grâce à la chirurgie plastique, à la biomécanique ou à 1. Khôl : cosmétique, noir à l origine, destiné à maquiller et autrefois à soigner les yeux. 2. C est en effet au XVIII e siècle que l «éducation physique» a été inventée. Allant à l encontre d un déterminisme qui imposait aux individus de «faire avec» le corps que la nature leur avait distribué, le principe de perfectibilité corporelle s appuie sur l idée qu on puisse améliorer ce corps qui nous a été donné afin de le faire correspondre à nos aspirations. 3. Contrairement à la réparation, l augmentation de l homme vise à franchir les limites de ses capacités naturelles. Pour plus de précisions sur ce nouvel horizon scientifique, voir «Zoom sur», p Artefact : produit de l art, de l industrie. Présentation 9

12 la génétique amène en effet à repenser les concepts qui nous définissent. Les progrès scientifiques nous imposent une réponse éthique 1 : la société doit établir les limites morales audelà desquelles l intervention sur l homme serait pure folie. Quant aux romans et aux films d anticipation qui présentaient hier cyborgs, utérus artificiels, création et modification d embryons ou greffe d un visage sur un autre, ils n ont jamais aussi bien porté leur nom tant le monde qu ils présentaient est devenu réel ou très proche. Si nous pouvons changer de corps, que devient l esprit? Sommes-nous si différents de la machine? Qu en est-il de l identité et de la notion même d humanité si nous transformons notre nature? Devant l accélération du phénomène de perfectionnement, de contrôle et d appropriation du corps, il nous appartient de réfléchir à celui-ci, à ce qu il sous-tend, ainsi qu aux codes sociaux et moraux dans lesquels il s inscrit et que nous souhaitons pour demain. 1. Éthique : qui relève d un ensemble de valeurs et d une conduite morale.

13 I. Qu est-ce que le corps? Pour répondre à la question «Qu est-ce que le corps?» il faut avant tout faire la différence entre corps inanimé (par exemple un objet) et corps animé (par exemple un animal), selon la distinction opérée par Aristote 1. Mais dans la catégorie du corps animé, il est possible de distinguer le corps animal (qui s inscrit pleinement dans le règne animal) du corps humain (qui lui s inscrirait dans une sphère spécifique, celle d un monde régi par les lois sociales). Et le corps humain lui-même peut être envisagé selon différentes approches : son aspect extérieur, physiologique 2, psychologique ou émotionnel (comme support de notre identité) Préoccupation centrale de notre société, le corps est au cœur de ses enjeux et présente des définitions variées. En effet, définir le corps est un exercice qui se révèle moins évident qu il y paraît. Certains penseurs ont fait le choix de séparer clairement les deux notions, celle de l âme et celle du corps, imposant l idée d une dualité qui a grandement influencé la culture occidentale. Ainsi, Platon 3 condamne le corps, expliquant qu il n est qu un 1. Aristote, philosophe grec du IV e siècle av. J.-C., établit cette distinction dans son traité De l âme. Selon lui, le corps est une matière inerte : c est l âme qui lui insuffle la vie, et permet d opérer une distinction entre monde animal et monde des objets. 2. Physiologique : qui concerne le fonctionnement du corps. 3. Platon, philosophe grec du IV e siècle av. J.-C., expose cette théorie dans son dialogue Phèdre. Il y développe l idée d une âme qui doit s élever vers une réalité supérieure, et lutter contre un corps qui l appesantit et la ramène sans cesse aux illusions du monde terrestre. I. Qu est-ce que le corps? 11

14 poids mort pour notre esprit conception que l on retrouve dans les grandes religions monothéistes. Pourtant, l imbrication de l âme et du corps paraît souvent aller de soi : nombreuses sont d ailleurs les expressions qui mêlent les deux 1. Même si l on souscrit à la théorie de la dualité, le corps ne peut être pensé indépendamment de l esprit : que l on considère ses pouvoirs, ses limites ou sa décrépitude, il reste intrinsèquement lié à nos émotions, à notre vécu, à nos peurs, à nos croyances. Le corps est un lien direct avec la vie et le réel, enregistrant en permanence des sensations que notre esprit analyse et transforme en idées. C est cette vision empiriste 2 que développe le philosophe anglais John Locke ( ) dans son Essai sur l entendement humain (1689). La théorie sensualiste, quant à elle, va plus loin que l empirisme, postulant que nous n avons ni idées, ni capacités réflexives innées : notre seule source de connaissance, de réflexion, de jugement, serait la sensation. On comprend alors toute l importance du corps et de ses pouvoirs, et on en saisit d autant mieux le rôle lorsqu on est malade ou privé de ses facultés physiques, que cette situation soit accidentelle ou le fruit de l âge. Mais la vieillesse est parfois aussi l occasion de percevoir différemment notre corps et de revoir notre rapport au monde. 1. Penser le corps L expression «penser le corps» est un véritable défi, puisqu elle accole deux notions («pensée» et «corps») a priori bien distinctes. 1. On peut penser par exemple à l expression «se jeter corps et âme». Par ailleurs, la sentence de Juvénal a été reprise sous la forme Anima sana in corpore sano pour former l acronyme de la marque ASICS. 2. Empiriste : relative à un courant de pensée qui ne s appuie que sur des expériences concrètes. 12 Corps naturel, corps artificiel

15 Elle met en effet en évidence l effort que nécessite l appréhension du corps : sa définition ne serait pas instinctive mais réclamerait l exercice de l intellect. Cette architecture d atomes, cet agglomérat de molécules et de cellules vivantes est perçu avant tout comme une réalité concrète, palpable. Si Platon rejette avec dédain un corps qui empêcherait l âme d atteindre la perfection, Rabelais (p. 17), lui, ne s y trompe pas lorsqu il écrit à tour de plume des pages regorgeant d expressions scatologiques, sexuelles et alimentaires. Le critique russe Mikhaïl Bakhtine ( ) appelle cela sobrement le «bas-corporel», mais il faut bien y voir une expression immédiate du corps, une célébration de sa réalité la plus physiologique. Toutepuissance joyeuse du corps, oui, mais il ne faudrait toutefois pas oublier qu il est directement corrélé à notre esprit (Freud et Breuer, p. 19) : l état de l âme a des incidences directes sur celui du corps. Parfois, le lien peut être rompu et l individu se considère alors comme étranger à lui-même, extériorise son corps pour mieux l analyser ou le rejeter, selon les cas : c est l expérience que décrit Daniel Pennac (p. 20). En définitive, tout semble dépendre du rapport que l on décide d établir avec notre propre corps, avec notre propre image aussi. Platon, Phédon (V e siècle av. J.-C.) Le philosophe grec Platon (v. 428-v. 348 av. J.-C.) est un élève de Socrate, illustre penseur qui a marqué Athènes au V e siècle av. J.-C. C est grâce à Platon que nous est parvenue la pensée socratique dispensée à l oral, même si les leçons du maître sont déformées par le disciple lorsqu il les transpose à l écrit. Le dialogue philosophique du Phédon met en évidence la dualité corps/esprit. Platon y explique en effet que l on ne peut approcher du beau en soi, du vrai en soi, du bon en soi des idées pures, en somme qu en évitant tout commerce avec le corps. De fait, celui-ci est présenté comme la I. Qu est-ce que le corps? 13

16 source de tous nos maux. Ce «tombeau de l âme» souille tout ce qu il touche et entraîne la corruption des hommes. Cette conception binaire de l individu cloue au pilori le corps, rejeté massivement : Platon offre ainsi un socle théorique solide au dualisme chrétien 1. Le texte a pour cadre la prison d Athènes, juste avant la mort de Socrate, condamné à boire la ciguë. Le dialogue porte sur la mort et sur ses avantages. [Le corps : un obstacle à la pensée et à la vertu] «Et maintenant, Simmias, que dirons-nous de ceci? Admettons-nous qu il y a quelque chose de juste en soi, ou qu il n y a rien? Oui, par Zeus, nous l admettons. 5 Et aussi quelque chose de beau et de bon? Sans doute. Or as-tu déjà vu aucune chose de ce genre avec tes yeux? Pas du tout, dit-il. Alors, les as-tu saisies par quelque autre sens de ton corps? 10 Et je parle ici de toutes les choses de ce genre, comme la grandeur, la santé, la force, en un mot de l essence de toutes les autres choses, c est-à-dire de ce qu elles sont en elles-mêmes. Est-ce au moyen du corps que l on observe ce qu il y a de plus vrai en elles? ou plutôt n est-il pas vrai que celui d entre nous qui se 15 sera le mieux et le plus minutieusement préparé à penser la chose qu il étudie en elle-même, c est celui-là qui s approchera le plus de la connaissance des êtres? Certainement. Et le moyen le plus pur de le faire, ne serait-ce pas d aborder chaque chose, autant que possible, avec la pensée seule, 20 sans 1. Le dualisme chrétien correspond à l idée selon laquelle corps et esprit sont deux éléments de nature distincte. Le corps est lié au péché de la chair, aux tentations, au Mal. L esprit, en revanche, est tourné vers la recherche de Dieu et du Bien. 14 Corps naturel, corps artificiel

17 admettre dans sa réflexion ni la vue ni quelque autre sens, sans en traîner aucun avec le raisonnement, d user au contraire de la pensée toute seule et toute pure pour se mettre en chasse de chaque chose en elle-même et en sa pureté, après s être autant que possible débarrassé de ses yeux et de ses oreilles et, si je puis dire, de son corps tout entier, parce qu il trouble l âme et ne lui permet pas d arriver à la vérité et à l intelligence, quand elle l associe à ses opérations? S il est quelqu un qui puisse atteindre l être, n est-ce pas, Simmias, celui qui en usera de la sorte? C est merveilleusement exact, Socrate, ce que tu dis là, répondit Simmias. Il suit de toutes ces considérations, poursuivit-il, que les vrais philosophes doivent penser et se dire entre eux des choses comme celles-ci : Il semble que la mort est un raccourci qui nous mène au but, puisque, tant que nous aurons le corps associé à la raison dans notre recherche et que notre âme sera contaminée par un tel mal, nous n atteindrons jamais complètement ce que nous désirons et nous disons que l objet de nos désirs, c est la vérité. Car le corps nous cause mille difficultés par la nécessité où nous sommes de le nourrir ; qu avec cela des maladies surviennent, nous voilà entravés dans notre chasse au réel. Il nous remplit d amours, de désirs, de craintes, de chimères de toute sorte, d innombrables sottises, si bien que, comme on dit, il nous ôte vraiment et réellement toute possibilité de penser. Guerres, dissensions, batailles, c est le corps seul et ses appétits qui en sont cause ; car on ne fait la guerre que pour amasser des richesses et nous sommes forcés d en amasser à cause du corps, dont le service nous tient en esclavage. La conséquence de tout cela, c est que nous n avons pas de loisir à consacrer à la philosophie. Mais le pire de tout, c est que, même s il nous laisse quelque loisir et que nous nous mettions à examiner quelque chose, il intervient sans cesse dans nos recherches, y jette le trouble et la confusion et nous paralyse au point qu il nous rend I. Qu est-ce que le corps? 15

18 Photo Patrice Cartier Gusman/Leemage Le Pugiliste des Thermes, sculpture en bronze d Apollinius d Athènes (I er siècle apr. J.-C.), Rome (Italie), Musée national de Rome. Le traitement réaliste de cette statue est frappant, quand on observe les plaies tuméfiées et les cartilages éclatés des oreilles du pugiliste. La fragilité de ce corps est alliée à sa puissance, créant un effet surprenant.

19 55 incapables de discerner la vérité. Il nous est donc effectivement démontré que, si nous voulons jamais avoir une pure connaissance de quelque chose, il nous faut nous séparer de lui et regarder avec l âme seule les choses en elles-mêmes. Platon, Apologie de Socrate. Criton. Phédon, trad. Émile Chambry, GF-Flammarion, 1965, p Compréhension et analyse 1. Comment Socrate présente-t-il le corps dans ce texte? Pourquoi? 2. À quoi Socrate oppose-t-il le corps? Qu en pensez-vous? Argumentez votre réponse. François Rabelais, Gargantua (1534) Dans toute son œuvre, François Rabelais s est employé à célébrer conjointement la vie et le corps. La sexualité, la scatologie 1 et la nourriture occupent une place prépondérante dans ses textes. C est cet ensemble, souvent resté tabou en littérature, que le critique Mikhaïl Bakhtine appelle le «bas-corporel». Réaction à une censure qui frappe encore fréquemment le corps, considéré comme le siège des péchés et de la bestialité par les religions judéo-chrétiennes, l approche de Rabelais s inscrit aussi dans la pensée humaniste de la Renaissance, qui replace l homme au centre des représentations, le valorisant tant pour son esprit que pour son corps. Au début de Gargantua, la naissance du personnage principal éponyme est l occasion d un récit farfelu et le prétexte d une description crue des phénomènes corporels. Gargamelle, la mère de Gargantua, est sur le point d accoucher. 1. Scatologie : propos oral ou écrit qui porte sur les excréments. I. Qu est-ce que le corps? 17

20 Fiche méthode [Introduction] J introduis le sujet. Je présente la question en la reformulant si nécessaire. S il s agit d une citation, je la recopie entre guillemets et présente la question qu elle soulève. J annonce mon plan. [Développement] Je propose un plan cohérent en articulant les parties (au moins deux) et les sous-parties (au moins deux) autour de mon point de vue personnel sur le sujet. J annonce la logique de ma partie dans une phrase clairement détachée. Je compose chaque paragraphe avec rigueur : marqué par un alinéa, un paragraphe comprend une idée directrice, au moins deux exemples de culture générale exploités pour défendre cette idée et une phrase de transition. Je vérifie la pertinence de mes arguments et de mes références ainsi que leur variété. [Conclusion] Je propose un bilan de ma synthèse en donnant une réponse personnelle (j utilise le «je»). J élargis le thème en le reliant à une question de société. [Pour l ensemble] Je vérifie que tout mon travail est bien rédigé (pas de puces, tirets ) et bien présenté. Je me relis en portant mon attention sur la syntaxe, la concision du propos, la ponctuation, l orthographe et la grammaire, l insertion des citations et le vocabulaire choisi.

21 Étude de l image Observez sur le verso de la couverture le tableau de Gustav Klimt Les Trois Âges de la femme (1905) et répondez aux questions suivantes : 1. Décrivez précisément les trois femmes représentées. 2. Qu incarnent-elles? Justifiez-vous. 3. Focalisez-vous sur la mère et l enfant. Que suggèrent-ils? 4. Ces corps correspondent-ils aux canons du Beau classique? En quoi le style de l auteur est-il moderne? 5. À quoi vous font penser les motifs géométriques et les couleurs? 6. Quelles réflexions sur le corps ce tableau illustre-t-il? 7. Que traduit ce tableau sur la place du corps de la femme et son rapport au monde? 8. Faites des recherches sur Klimt et sur le mouvement auquel il appartient. 9. Quelle place est faite au corps dans son œuvre et dans le mouvement artistique auquel il appartient? 10. En quoi la représentation du corps en peinture peut-elle révéler l âme?

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

2 e cycle du secondaire. Théâtre de Quat S6ou9 s, saison 1968-19. pièces détachées

2 e cycle du secondaire. Théâtre de Quat S6ou9 s, saison 1968-19. pièces détachées 2 e cycle du secondaire Théâtre de Quat S6ou9 s, saison 1968-19 pièces détachées pièces détachées michel tremblay, 1969 nombre de personnages dans la pièce 25 (18 femmes et 7 hommes) extraits proposés

Plus en détail

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre»

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» «Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» Cet exposé vous est présenté par Liliane Gordos,Stéphanie Natalis, Bernadette

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

Séquence inaugurale qui conduira les étudiants à soulever les problématiques essentielles.

Séquence inaugurale qui conduira les étudiants à soulever les problématiques essentielles. 1 Thèmes, problématiques Objectifs méthodologiques Activités Supports Compléments, soutien, Séquence inaugurale qui conduira les étudiants à soulever les problématiques essentielles. S 1 Le livre, un objet

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

Comment Dieu s adresse-t-il à moi?

Comment Dieu s adresse-t-il à moi? Leçon 6 Comment Dieu s adresse-t-il à moi?... A vrai dire, je ne L ai jamais entendu. «Partez, partez, sortez de là! Ne touchez à rien d impur!» La voix se fait insistante ; elle a une note d autorité

Plus en détail

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique D UN SYNTAXE MOT OU D UN GROUPE SYNTAXIQUE 1 Problèmes fréquents Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique Les erreurs d ordre syntaxique contenues dans cet exercice sont multiples

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Pourquoi? Caroline Baillat CPC EPS Céret / Elisabeth Maroselli CPC EPS P3 Page 1

Pourquoi? Caroline Baillat CPC EPS Céret / Elisabeth Maroselli CPC EPS P3 Page 1 Pourquoi? Pour enrichir l'imaginaire et la créativité C'est le moyen privilégié pour que l'enfant ne reste pas au niveau d'images mentales stéréotypées mais aille vers d'autres modes originaux de représentation.

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Peut-on assimiler le vivant à une machine?

Peut-on assimiler le vivant à une machine? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Peut-on assimiler le vivant à une machine? Introduction Assimiler quelque chose à, c est traiter comme semblable à, c est regarder comme semblable. L assimilation

Plus en détail

Compréhension de l oral

Compréhension de l oral 1 DOCUMENT RÉSERVÉ AUX CORRECTEURS CORRIGÉ ET BARÈME Compréhension de l oral 25 points Vous allez entendre trois documents sonores, correspondant à des situations différentes. Pour le premier et le deuxième

Plus en détail

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est une émotion à la fois si commune et si unique que la langue française

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

Fiche de préparation. Intitulé de séquence : le portrait

Fiche de préparation. Intitulé de séquence : le portrait Fiche de préparation Cycle III Niveau de classe : CM Intitulé de séquence : le portrait Domaines étudiés : arts du langage, arts visuels Champs disciplinaires : français/ langage oral, lecture, écriture

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

La culture L épreuve du Bac

La culture L épreuve du Bac L épreuve du Bac Synthèse des concepts rencontrés dans les textes... 80 Sujets de dissertation... 81 Méthode d analyse d un sujet de dissertation... 82 Sujet 1 Méthode d analyse d un texte : texte de Freud...

Plus en détail

Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13

Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13 Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13 Pascale GARNIER est docteur en sociologie, professeur en sciences de l'éducation à

Plus en détail

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme que des ombres projetées contre la paroi. C'est le monde de l'existence, sensible, et comme les hommes ne peuvent pas voir autre chose, ils sont dans l'ignorance et pensent que c'est le monde réel. L'un

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

3 thèses : Problématique :

3 thèses : Problématique : LA CONSCIENCE Problématique : 3 thèses : Thèse 1 : L âme est une substance. A. L âme est une substance individuelle. B. La conscience comme substance pensante une et indivisible. Thèse 2 : La conscience

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

1. Coordonnées de l expéditeur. Vous avez réalisé, dans nos locaux, des travaux d aménagement, le jeudi 22 décembre dernier.

1. Coordonnées de l expéditeur. Vous avez réalisé, dans nos locaux, des travaux d aménagement, le jeudi 22 décembre dernier. 3. Références Marie Durand Institut des Langues 145 rue Xavier Cigalon 30000 NICE Tel: 0402030405 Courriel : [email protected] 1. Coordonnées de l expéditeur M. Michel Fabre Directeur Fabre associés 24 avenue

Plus en détail

DIPLOMES UNIVERSITAIRES

DIPLOMES UNIVERSITAIRES ALEXANDRE DESRAMEAUX MAÎTRE DE CONFERENCES EN DROIT PUBLIC (depuis 2009) Titulaire du Certificat d Aptitude à la Profession d Avocat (CAPA) DIPLOMES UNIVERSITAIRES 2006 Doctorat en droit de l Université

Plus en détail

Fiche d animation n 1 : Pêle-mêle

Fiche d animation n 1 : Pêle-mêle Fiche d animation n 1 : Pêle-mêle Cette animation permet au participants de découvrir les différents pièges du crédit à la consommation et plus particulièrement des ouvertures de crédit. Elle suscite également

Plus en détail

Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD!

Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD! Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD!) 1. Réaliser la note sur l auteur (bien lire le document, utiliser Internet)

Plus en détail

Le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA)

Le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) Le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) Exemples d items de lecture Le présent document contient deux exemples de types d items qui se trouvent dans les évaluations de lecture

Plus en détail

Traité de sociologie du travail

Traité de sociologie du travail Traité de sociologie du travail Georges Friedmann, Pierre Naville pp.11-25 + 44-47 Qu est ce que le travail Le travail est considéré comme un trait spécifique de l espèce humaine. Il est ainsi un dénominateur

Plus en détail

BnF Service d Action pédagogique de la Bibliothèque nationale de France

BnF Service d Action pédagogique de la Bibliothèque nationale de France PARTIE 3 les merveilles de la mer Éternelle source de rêve NIVEAU 2 De même qu on se prend à imaginer une vie dans les étoiles, n existe t-il pas un monde sous-marin peuplé d êtres aux allures humaines?

Plus en détail

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a Epithète et Person a Marionnettes habitées et déshabitées. Epithète et Person a i!(mouton de vapeur) i! -Jeux de masque sur, dans, avec, contre le masque! -Corps qui «fait face»! -Personnages échappés

Plus en détail

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte 6 «Je pense, donc je suis» est une grande découverte Cette affaire-là est assez claire. On lit dans le Discours de la méthode, Quatrième Partie : «[ ] Je me résolus de feindre que toutes les choses qui

Plus en détail

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN?

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? Si je vous posais la question suivante: Etes-vous partisans de l Eau Bien Commun? J obtiendrais une réponse positive unanime. Mais si je vous posais ensuite la question

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

LA FRANC-MACONNERIE EXPLIQUÉE PAR L IMAGE

LA FRANC-MACONNERIE EXPLIQUÉE PAR L IMAGE Percy John Harvey LA FRANC-MACONNERIE EXPLIQUÉE PAR L IMAGE Échantillon des illustrations Presentation_FMEI.indd 1 20/09/13 14:54:55 La cérémonie d initiation n est pas une opération magique qui transformerait

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229)

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) 1 Seigneur, avec toi nous irons au désert, Poussés comme toi par l Esprit (bis). Et nous mangerons la parole de Dieu Et nous choisirons notre Dieu Et nous fêterons

Plus en détail

AUJOURD HUI SI VOUS ENTENDEZ SA VOIX. «7 Aujourd hui, si vous entendez ma voix, n endurcissez pas vos cœurs.» (Hébreux 4, 7)

AUJOURD HUI SI VOUS ENTENDEZ SA VOIX. «7 Aujourd hui, si vous entendez ma voix, n endurcissez pas vos cœurs.» (Hébreux 4, 7) AUJOURD HUI SI VOUS ENTENDEZ SA VOIX «7 Aujourd hui, si vous entendez ma voix, n endurcissez pas vos cœurs.» (Hébreux 4, 7) Ce cri, c est celui des prophètes, bien avant la venue du Christ, à l adresse

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Nature et formes du don : résumé

Nature et formes du don : résumé Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

Peut-on faire confiance à une personne démente? [email protected]

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Peut-on faire confiance à une personne démente? [email protected] Actualités en Médecine Gériatrique, Paris 17 juin 2015 Conflit d intérêt Remerciements au Dr O. Faraldi Une réponse triviale?

Plus en détail

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele. 5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.com Le 15/06/2011 Dossier de Presse Sommaire 1. Présentation du groupe..page 3

Plus en détail

DISCOURS DIRECT ET INDIRECT

DISCOURS DIRECT ET INDIRECT DISCOURS DIRECT ET INDIRECT Si vous voulez rapporter les paroles de quelqu un, vous pouvez utiliser le discours direct ou le discours indirect (nous n aborderons pas ici le style indirect libre, qui relève

Plus en détail

La belle époque est une construction plus mémorielle qu historique. Elle correspond aux années précédant la première guerre mondiale.

La belle époque est une construction plus mémorielle qu historique. Elle correspond aux années précédant la première guerre mondiale. La belle époque est une construction plus mémorielle qu historique. Elle correspond aux années précédant la première guerre mondiale. Cette période d'avant-guerre était alors vue comme un paradis perdu,

Plus en détail

À l école pour développer des compétences

À l école pour développer des compétences _x áxüä vx wxá ÜxááÉâÜvxá wâvtà äxá tâå }xâçxá 2007-2008 2008 À l école pour développer des compétences -au préscolaire- - 1 - - 2 - Mot de présentation Votre enfant entre à la maternelle cette année.

Plus en détail

QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3. Didier Louchet CPEM

QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3. Didier Louchet CPEM QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3 Didier Louchet CPEM Les textes officiels L éducation musicale s appuie sur des pratiques concernant la voix et l écoute : jeux vocaux,

Plus en détail

VENTE DE PRESTIGE D ART DECO. 28 mai 2013

VENTE DE PRESTIGE D ART DECO. 28 mai 2013 Communiqué VENTE DE PRESTIGE D ART DECO 28 mai 2013 La vente, qui se tiendra le 28 mai sous le marteau de François Tajan, propose un vaste panorama des Arts décoratifs, de l Art nouveau à la grande décoration

Plus en détail

Thomas Dutronc : Demain

Thomas Dutronc : Demain Thomas Dutronc : Demain Paroles et musique : Thomas Dutronc Mercury / Universal Music Thèmes La conception de la vie, la joie de vivre, l insouciance. Objectifs Objectifs communicatifs : Donner son avis,

Plus en détail

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LA MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LE PARCOURS GAVROCHE PRÉSENTE 1 LE SAVAIS-TU? Victor Hugo est né au premier étage de cette maison le 26 février 1802. Tu connais peut-être ce grand écrivain par ses romans

Plus en détail

13 Quelle est l église du Nouveau Testament?

13 Quelle est l église du Nouveau Testament? DU NOUVEAU TESTAMENT? 169 13 Quelle est l église du Nouveau Testament? Ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres (Rm 12.5). Par

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE?

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? Christiaens Sébastien Université de Liège Département PROMETHEE Institut de Mécanique et de Génie Civil, Bât. B52 Chemin des Chevreuils, 1 B-4000 Liège, Belgique Janvier

Plus en détail

Module 5 Communication interne: Clés de succès, évaluation Présentations D. Lannel

Module 5 Communication interne: Clés de succès, évaluation Présentations D. Lannel Secrétariat d Etat auprès du Ministère de l Énergie, des Mines, de l Eau et de l Environnement chargé de l Eau et de l Environnement Département de l Eau Module 5 Communication interne: Clés de succès,

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman Les genres littéraires d un texte (1) Rappels Les genres littéraires sont une classifi cation qui permet de distinguer les textes en fonction de certaines caractéristiques d écriture. Voici les principaux

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE DOSSIER D INSCRIPTION. Académie de Sophrologie de Bourgogne Franche-Comté - Ecole de Sophrologie de Dijon

FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE DOSSIER D INSCRIPTION. Académie de Sophrologie de Bourgogne Franche-Comté - Ecole de Sophrologie de Dijon FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE DOSSIER D INSCRIPTION Académie de Sophrologie de Bourgogne Franche-Comté - Ecole de Sophrologie de Dijon La Sophrologie La sophrologie fut fondée en 1960 par le

Plus en détail

Les rapports du chrétien avec les autres

Les rapports du chrétien avec les autres Leçon 13 Les rapports du chrétien avec les autres C était le moment des témoignages, lors de notre rencontre du lundi matin, à la chapelle de l Ecole biblique. Une jeune fille nommée Olga se leva pour

Plus en détail

SAISIE DES NOTES DE BAS DE PAGE et BIBLIOGRAPHIE MEMO RÉSUMÉ. Norme AFNOR Z 44-005 NF ISO 690. Dernière édition : octobre 2011

SAISIE DES NOTES DE BAS DE PAGE et BIBLIOGRAPHIE MEMO RÉSUMÉ. Norme AFNOR Z 44-005 NF ISO 690. Dernière édition : octobre 2011 SAISIE DES NOTES DE BAS DE PAGE et BIBLIOGRAPHIE MEMO RÉSUMÉ Norme AFNOR Z 44-005 NF ISO 690 Dernière édition : octobre 2011 Texte mis à jour le 29 janvier 2014 MM. DAUTHIER [email protected] 1 Notes

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

LES SEMINAIRES DOCTORAUX PAR DISCIPLINE

LES SEMINAIRES DOCTORAUX PAR DISCIPLINE LES SEMINAIRES DOCTORAUX PAR DISCIPLINE DROIT CANONIQUE La Faculté de Droit canonique propose désormais deux modalités pour préparer un doctorat : - 1 ère modalité : programme canonique facultaire D1 :

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA

Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA et HABEO) 1 RAPPEL Vieillesse ne signifie pas : - DEPENDANCE

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU?

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? Le fair-play est une notion bien souvent employée à tort et à travers. Associée surtout au vocabulaire sportif, elle s applique aujourd hui à de multiples situations,

Plus en détail

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication Matériel didactique Recommandé par l Union méthodique d études de L Académie Russe des Sciences naturelles de l enseignement

Plus en détail

cüézütååx wx ÄË ä ÇxÅxÇà

cüézütååx wx ÄË ä ÇxÅxÇà Droits & Vie Du Corps mort cüézütååx wx ÄË ä ÇxÅxÇà "De ta plus belle écriture, note ce qu'il faudra qu'il advînt de mon corps, lorsque mon âme et lui ne seront plus d'accord, que sur un seul point: la

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Graines de Sciences. Les scientifiques et leurs ateliers. La physique des super-héros par Roland Lehoucq

Graines de Sciences. Les scientifiques et leurs ateliers. La physique des super-héros par Roland Lehoucq Graines de Sciences 16 Les scientifiques et leurs ateliers La physique des super-héros par Roland Lehoucq Soulever une voiture à bout de bras, devenir invisible, se déplacer sur un mur vertical ou avoir

Plus en détail

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves observent

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail