L ENGAGEMENT BÉNÉVOLE DES RÉFUGIÉ.E.S DANS LE CONTEXTE NANTAIS UN REGARD SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ENGAGEMENT BÉNÉVOLE DES RÉFUGIÉ.E.S DANS LE CONTEXTE NANTAIS UN REGARD SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE"

Transcription

1 L ENGAGEMENT BÉNÉVOLE DES RÉFUGIÉ.E.S DANS LE CONTEXTE NANTAIS UN REGARD SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE SYNTHESE DU RAPPORT DE RECHERCHE Juillet 2020 Avec le soutien de l État dans le cadre du CTAIR Hélène Bertheleu & Anna Perraudin avec la collaboration de Lou Delisle & Thomas Gédéon

2 À Nantes, le paysage associatif est varié, ancien et dynamique, notamment dans le champ de la solidarité. L agglomération abrite de nombreuses expériences et engagements s appuyant sur le bénévolat. Dans quelle mesure les nouveaux-venus, issus de migrations récentes, y participentils? La mise en place de politiques migratoires de plus en plus restrictives au niveau national y a suscité une mobilisation importante de la société civile et des élus locaux. La Ville se préoccupe depuis plusieurs décennies des migrations qui viennent nourrir sa population. L enquête et sa méthodologie Les personnes que nous avons rencontrées sont arrivées en France récemment. L enquête porte ici sur le sens des pratiques bénévoles de réfugiés, plus largement de migrants, qui donnent beaucoup de temps et d énergie à des associations locales. Empowernantes est l une d elles. C est une jeune association, membre d un réseau plus large promouvant un bénévolat renouvelé, et qui veut avant tout développer le bénévolat auprès de publics variés, quel que soit le contexte. Elle met des bénévoles à disposition d autres structures, dans le cadre de deux programmes : 1/ le programme Solingua met en lien des traducteurs bénévoles avec des institutions comme la Mission locale ou les bailleurs sociaux ; 2/ le programme Benenova renvoie des bénévoles vers des missions très diverses, affichées comme ne requérant pas de compétences particulières, comme la distribution alimentaire pour le Secours Populaire, du tri à la Ressourcerie, la collecte de détritus sur les bords de l Erdre. Partenaire de la recherche et du questionnement, Empowernantes nous a permis de rencontrer 14 personnes qui participaient (ou avaient participé) à de nombreuses actions bénévoles. Face à ce positionnement original dans le paysage associatif, nous avons souhaité compléter l enquête avec une incursion dans d autres univers-bénévoles, choisis pour leur pertinence comme observatoires de l engagement des migrant.e.s à Nantes d une part, et leur complémentarité ou leur contraste avec Empowernantes, d autre part. Nous avons donc rencontré d autres personnes au Secours populaire, structure plus classique, avec un bénévolat régulier et une cause bien identifiée, à l Autre Cantine, association issue d un collectif militant et auto-géré, et enfin dans le quartier du Clos Toreau qui, comme d autres quartiers populaires, s était mobilisé fortement au moment du confinement. L enquête a été menée de façon qualitative, avec 28 entretiens approfondis (dont 19 avec des bénévoles) et des observations (21). Nous avons cherché à entendre une pluralité d acteurs et de points de vue, à reconstruire les trajectoires migratoires, sociales, professionnelles, et surtout à saisir le sens que les acteurs sociaux donnent à leurs actions.

3 Photographie 1. Les locaux d'empowernantes, et les bacs pour le jardinage Photographie 2. Distribution alimentaire au Secours Populaire. Photographie 3. L'Autre Cantine, et les espaces de préparation des repas 2

4 Le profil sociologique des enquêtés Ils sont majoritairement des hommes, entre 23 et 41 ans, issus des classes moyennes de leur pays. Le contraste est important avec le portrait des bénévoles en France qui sont plus souvent des femmes, de plus de 40 ans. Cette asymétrie reflète-t-elle la plus grande part d hommes parmi la population réfugiée à Nantes? Les femmes sont-elles ailleurs, participant à d autres activités, dans d autres espaces que ceux que nous avons observés, engagées par exemple dans les associations d entraide communautaire? Dans le tableau ci-dessous, on détaille quelques éléments utiles, comme la nationalité et le statut migratoire. Nom 1 Age Sexe Nationalité d origine Association(s) Statut Yasin 23 Homme Syrien Empowernantes/Solingua réfugié Omar 40 Homme Afghan Empowernantes/Solingua réfugié Samira 22 Femme Irakienne Empowernantes/Solingua réfugiée/nationalité française Amina 30 Femme Algérienne Empowernantes/Solingua demande asile Adel 38 Homme Algérien Solingua Situation irrégulière Sofian 23 Homme Syrien Empowernantes/Benenova réfugié Souleymane 24 Homme Malien Benenova demande asile Wassim 25 Homme Tchadien Empowernantes/Benenova demande asile Abdoulaye 23 Homme Guinéen Empowernantes/Benenova demande asile Bertrand 39 Homme Guinéen Empowernantes/Benenova réfugié Ahmed 39 Homme Syrien Empowernantes/Benenova réfugié Yao 27 Homme Malien Empowernantes/Benenova régularisé (vie conjugale) Ali 25 Homme Tchadien Empowernantes/Benenova demande asile Boris 38 Homme Congo RDC Empowernantes/Solingua/B réfugié enenova Mamadou 26 Homme Guinéen Secours Pop réfugié Moussa 23 Homme Guinéen Secours Pop Situation irrégulière Ousmane 25 Homme Guinéen Secours Pop demande asile Aicha 60 Femme Somalie Autre Cantine régularisée (vie conjugale) Idriss 27 Homme Gambien Autre Cantine demande asile 1 Il s agit de prénoms de substitution afin de garantir l anonymat.

5 Le bénévolat, les formes d engagement, les motivations Le bénévolat et le champ associatif ont beaucoup évolué ces dernières décennies, vers plus de professionnalisation. La sociologie souligne la porosité de la frontière entre la pratique bénévole et le monde du travail. Le bénévolat des migrant.e.s est un phénomène qui se développe mais qui est peu visible et mal connu. On ne doit pas le confondre avec du bénévolat classique. Les réfugiés ont derrière eux une «carrière migratoire» dont les étapes ne ressemblent pas à celle des bénévoles classiques. Leurs parcours passés sont souvent marqués par des épisodes tragiques, beaucoup ont dû tout laisser derrière eux pour survivre. En arrivant en France, la plupart connaissent un déclassement important et une perte des réseaux sociaux et professionnels qui étaient les leurs dans leur pays. Les travaux sociologiques repèrent différents motifs de participation des acteurs et de raisons pour lesquelles ils consacrent du temps à une action, une cause, pendant que d autres au contraire se tiennent à l écart. Il y a différents registres comme le sentiment de devoir civique (la défense d une cause juste), l intérêt personnel pour un domaine d action, la recherche de sociabilité ou de relations sociales et enfin le besoin de développer ses connaissances. Ces motifs sont des raisons d agir que l on retrouve souvent dans les trajectoires militantes ou politiques. Sont-ils partagés par les bénévoles rencontrés? Pour comprendre l itinéraire de ces personnes vers le bénévolat, il faut connaître leur parcours passé, leur trajectoire sociale, et les circonstances qui les ont finalement amenés à rejoindre le monde associatif. La typologie des raisons de faire du bénévolat À l issue de cette étude, nous pouvons distinguer différents motifs à l engagement des réfugiés et les ranger dans une typologie des raisons qui amènent à faire du bénévolat. Il ne s agit pas de construire des catégories rigides et étanches où se rangerait chaque trajectoire reconstituée. La typologie permet seulement, afin de stimuler la réflexion, de visualiser plus facilement quelques profils distincts. Elle se structure autour de trois imaginaires qui semblent accompagner l engagement bénévole au sein de l association : le tremplin, la porte et la famille. 1 l association est vue comme un tremplin, par des personnes de 35 ans et plus, plutôt qualifiées, ou qui l ont été, les circonstances de la migration les amenant à craindre, à juste titre, une situation de fort déclassement social. Ces personnes développent une vision réaliste, objective de ce que l association et le bénévolat peuvent leur apporter. Leur investissement est mesuré, plutôt stratégique, voire professionnel, au sens où elles proposent à l association des 2

6 compétences proches de celles qu elles cherchent à faire reconnaître par ailleurs, dans le champ professionnel. Elles connaissent plutôt bien la société et la langue françaises. 2 l association est vue comme une porte, permettant d accéder à l insertion sociale. Cette vision des choses concerne des personnes souvent plus jeunes que dans le premier profil. Il s agit souvent de demandeurs d asile, de personnes arrivées depuis peu : le bénévolat leur permet de «mettre un pied» quelque part, de construire quelques repères, de mieux maîtriser le monde qui les entoure. La fréquentation de l association va permettre des apprentissages, des contacts, et prodigue des conseils utiles et bienveillants : elle est considérée comme sécurisante dans une société qui malmène. Ces personnes se montrent souvent perméables aux incitations à «s intégrer» et cherchent ardemment à trouver leur place, à devenir autonome du point de vue socio-économique. Vers 17h, j étais content parce qu on a partagé. Il y a une table, on prend du thé ensemble, ceux qui veulent du café prennent du café, ceux qui veulent prendre du thé, prennent du thé. On discute, il y a un petit jardin et puis les bénéficiaires qui viennent, on cause doucement, et puis je vois la tranquillité, partager aussi. Je me dis «Ah, aujourd hui je n ai pas les papiers mais c est une nouvelle vie qui commence pour moi. 3 - l association est vue comme une famille. Cette vision des choses est partagée par celles et ceux pour qui l association est un élément central de leur quotidien. L âge est moins important. Ce sont des demandeurs d asile aux prises avec des vulnérabilités diverses : trauma du voyage, grande incertitude quant à l avenir, précarité socio-économique, parcours résidentiel chaotique, vulnérabilité linguistique, etc. et qui développent une relation affective à l association. L engagement est plus affectif que dans les deux précédents profils ; ces personnes développent une relation privilégiée avec les encadrants de l association. Ils s y sentent reconnus en tant que personne, ils y trouvent une place sociale quasi familiale, leur situation personnelle est débloquée par cet investissement important, qui résulte de relations interpersonnelles fortes. Cette typologie, fruit de l enquête exploratoire, constitue en quelque sorte une nouvelle hypothèse qui mériterait d être mise à l épreuve avec un travail de terrain plus conséquent. Cela permettrait de vérifier, de façon qualitative mais aussi quantitative, si les trois profils sont aussi importants statistiquement ou si, au contraire, on observe un certain déséquilibre en faveur de l un d eux. D après nos observations, les trois profils correspondent à des situations courantes. Enfin, il faut souligner que cette typologie ne recoupe pas les univers associatifs repérés. Au contraire, elle traverse les différentes associations, au sens où on peut retrouver ces trois profils dans les quatre associations rencontrées. 3

7 «Je voulais être avocat. Aujourd'hui j'ai vingt ans ok, quand le connais le français bien bien bien, ce sera Ça veut dire j'ai trente ans, après commencer le travail jusqu'à 40 ans. Je travaille 3 années après je suis à la maison. Les personnes françaises quand elles apprennent avocat c'est difficile. Pour moi c'est pas possible. Je vais continuer le menuisier c'est bien.» (Sofian, 23 ans, Syrien) «Mon objectif principal, c'est pour pratiquer la langue. Quand j'ai fait l'action au resto y avait une femme gentille avec moi, c'était bien, on a parlé. Aussi à la collecte, j ai dit bonjour, à force de pouvoir dire bonjour ça m'aide, avant je pouvais même pas dire, j'avais pas le courage. Avant je n'étais pas habitué, ça m'aide à aller plus vers les autres.» (Wassim, 25 ans, Tchadien) Les principaux résultats au regard des hypothèses Le bénévolat : une stratégie d insertion professionnelle en contexte contraint Le principal résultat de l étude est que le bénévolat participe d une stratégie d insertion des réfugiés eux-mêmes, du fait des difficultés à entrer sur le marché du travail, quitte à devoir accepter des missions nonrémunérées par le biais du champ associatif. Le bénévolat répond en effet, pour beaucoup, à des exclusions formelles du marché du travail, l interdiction de travailler pendant la demande d asile par exemple, ou des barrières, comme celle de la langue ou lorsque le diplôme et les compétences ne sont pas reconnus. Le bénévolat s apparente parfois, pour certains, à une stratégie de professionnalisation (profil 1), mais pour la plupart, il s agit de faire bonne figure dans un contexte d incertitude et malgré tous les obstacles rencontrés. En effet, on le voit bien dans les trois profils dégagés, les personnes sont désireuses de trouver leur place dans une société qu ils connaissent souvent mal, du fait de leur arrivée récente, et où ils manquent crûment de relations et de réseaux sociaux, si importants pour trouver du travail. Tou.te.s celles et ceux que nous avons rencontré.e.s souhaitent pouvoir pleinement s insérer à l avenir et pallient les obstacles à l emploi par un engagement associatif, parfois intense. Il peut apporter, dans un premier temps, un sentiment d utilité, un espace de reconnaissance, faute de les retrouver dans un emploi salarié. Pour certains, il s agit aussi de rendre un peu de ce qui a été reçu, aider après avoir été aidé. Les «réinstallés», qui avaient un titre de réfugié dès leur arrivée en France et ont été accueillis avec un logement et un suivi social, l expriment de façon explicite. «C est comme ça que je me suis engagé dans le bénévolat, à aider d autres personnes, réfugiés, migrants aussi, et qui ne comprenaient pas le français. C est la première des choses que j ai senti, moi-même, en arrivant dans le territoire français, il y a dix-huit mois» (Adel, 40 ans, algérien) Pour les plus jeunes, orientés par exemple par la mission locale vers les actions de Empowernantes, le constat fait à Nantes rejoint les questions, soulevées dans d autres travaux sociologiques, d une mise au travail (bénévole) des personnes exclues du marché de l emploi. Le bénévolat s apparente alors à une forme de travail non rémunéré qui se développe dans un contexte paradoxal et contraint : d une part, il répond souvent à une exclusion formelle, administrative, qui empêche d entrer sur le marché du travail, et d autre part, il permet d échapper en partie aux obstacles et discriminations, notamment lorsque le diplôme et les compétences acquises au pays ne sont pas reconnues. Si le bénévolat apporte des 4

8 rétributions, symboliques ou plus concrètes (des conseils sur le fonctionnement institutionnel, un espace où pratiquer la langue française, par exemple), la fermeture du marché de l emploi rémunéré est source de frustrations et d inquiétudes. Lorsque certains trouvent un emploi et parviennent ainsi à se dégager du réseau de l aide sociale, leur temps de bénévolat s évanouit. Une réponse à l incitation à se montrer méritant Moi je suis déjà en retard par rapport aux Français, je dois étudier. Quand on apprend, on doit mettre en pratique. Et avec les Tchadiens je parle mon dialecte ou l'arabe, c'est pas ça que je veux. Je me force pour m'intégrer. (Wassim, 25 ans, Tchadien) «L attestation du bénévolat ça a montré que j ai travaillé gratuitement pour la ville de Nantes sans être payé, pour que la ville ait plus de confiance. C est la preuve que je ne suis pas un bandit, un bon à rien. Que je me suis investi dans la ville de Nantes» (Tshamala, 27 ans, Malien). Le bénévolat des personnes migrantes répond aussi souvent à une injonction à l intégration diffuse dans la société française qui pèse lourdement sur les attitudes de ces nouveaux-venus et les incite par exemple à faire preuve de valeur civique, ou à fournir par le bénévolat le gage d une bonne intégration à la société d accueil. Dans ce contexte, les associations que nous avons rencontrées sont des acteurs intermédiaires essentiels, en ce qu ils orientent les bénévoles sur la voie d un engagement reconnu et apprécié par les organismes publics, comme la mission locale ou la préfecture qui administrent ces «publics» en situation précaire. Les personnes rencontrées, notamment celles qui s approchent des profils 1 et 2, l ont bien compris et recherchent les opportunités et apprentissages permis par ce tremplin ou cette «porte» que constitue l association à leurs yeux. Certains ont-ils quitté ces associations et le bénévolat, déçus de ne pas transformer leur situation grâce à cet engagement régulier? Ce ne sont pas eux que nous avons rencontrés, du fait de nos choix méthodologiques, mais ce serait à faire. Les associations accompagnent et encadrent Ce constat amène à penser le rôle que jouent les associations dans cette orientation des migrants vers le bénévolat. A cet égard, les associations mériteraient d être étudiées de façon plus approfondie. Au Secours populaire et à Empowernantes, le fonctionnement associatif bien rôdé est bousculé par l apparition de ces nouveaux bénévoles, qui nécessitent un «Il faut associer Mémé Dédé qu on a depuis 25 ans dans nos locaux, avec Abdul, guinéen, qui a un tout autre parcours, 25 ans C est ça qui prend énormément de temps mais c est hyper riche!» (Salariée, SP) suivi particulier, parfois un accompagnement social. Les associations sont en outre prises dans un champ en pleine mutation, de plus en plus professionnalisé, dont les frontières avec le monde du travail sont parfois floues. De façon ambiguë, elles apparaissent comme des lieux à la fois habilitants et contraignants. Elles proposent une socialisation accélérée aux mondes sociaux qu elles représentent, permettant à certain.e.s de rompre 5

9 «Je n aime pas rester chez moi, donc, je veux toujours bouger. Entre quatre murs, non.» (Yasin, 23 ans, Syrien) avec l isolement social brutal qui accompagne souvent l expérience migratoire, tout en trouvant aussi en eux des compétences et une main d œuvre gratuite, dont elles dépendent. Au Secours Populaire et à l Autre Cantine, le premier confinement a révélé combien les migrants étaient devenus des piliers de la vie associative, disponibles, en bonne santé, prêts à continuer à s engager malgré les circonstances difficiles. Certaines associations, comme Empowernantes, développent également un discours explicite sur le registre de la citoyenneté et du pouvoir d agir, rejoignant les efforts de la Ville de Nantes pour construire, avec les étrangers, une citoyenneté de résidence, quels que soient le statut administratif et la nationalité. L association défend une démocratie de proximité, au quotidien, cherchant à développer de nouvelles «arènes» de participation à une échelle locale. Les deux autres associations n utilisent pas le même vocabulaire, celui de la participation et de l empowerment, mais permettent tout autant à certains de trouver leur place (même temporaire) et de se sentir utile, reconnu, membre d une communauté d agir. Du point de vue des bénévoles, l action répond à une forme d engagement plus éphémère, avec une liberté qui, certes, peut convenir à des personnes dont la situation est temporairement bloquée (profil 1) ou marquée par l incertitude (profil 2), mais qui masque parfois l absence de choix ou le peu d opportunité de s investir ailleurs. Ce qui ressort de l étude, c est un bénévolat en demi-teinte, où les formes d injonction côtoient les effets concrets de reconnaissance, plutôt qu un bénévolat menant à des pratiques citoyennes renouvelées par des formes d engagement inattendues, parce qu elles viendraient de celles et ceux qui semblent les plus éloignés des conditions sociales et politique de la citoyenneté classique. Invisibilité des pratiques bénévoles au sein des associations dites «communautaires» Enfin il faut les mentionner, même si nous ne les avons pas rencontrés, tou.te.s celles et ceux qui, au sein d associations plus communautaires, assurent un travail d entraide au quotidien, auprès de leurs compatriotes. Par exemple, dans le quartier la Boissière, on peut souligner le travail bénévole d une habitante de quartier d origine érythréenne sollicitée tous les jours pour de la traduction ou de l aide administrative, auprès de familles du même groupe linguistique qu elle. Ce bénévolat est resté très invisible dans notre étude, puisque l approche a privilégié quelques associations promouvant une entraide non communautaire. Cependant, notre expérience passée de recherche auprès de groupes particuliers, ainsi que la littérature socio-anthropologique sur ce sujet, confirme l importance de ces intermédiaires œuvrant au sein d un groupe restreint. Ces personnes prennent en charge l aide sociale presque comme pourrait le faire un.e assistant.e de service social et accompagnent régulièrement leurs compatriotes lors des nombreuses «relations de guichet» avec la préfecture, la Caf, etc. 6

10 Une absence d expérience préalable d un tel bénévolat Pour finir, les récits recueillis mettent en avant des individus qui ont dû quitter un pays où la vie sociale était organisée tout autrement, où le «bénévolat» prenait plutôt l allure d une entraide quotidienne de proximité, peu comparable avec ce dont nous parlons ici et qu ils.elles trouvent en France. L engagement bénévole que l on observe aujourd hui ne semble pas résulter de ressources politiques passées ni dépendre d une expérience citoyenne ou d une socialisation politique passée. En revanche, pour une partie de nos interlocuteurs, les compétences socio-professionnelles du passé constituent clairement des ressources dont le bénévolat nantais profite aujourd hui. *** Pour conclure, la participation bénévole des réfugié.e.s suscite actuellement un intérêt marqué d institutions aussi diverses que le HCR 2, l Observatoire de l Immigration et de l Asile 3, ou encore le réseau de villes dites inclusives Eurocities 4, qui voient dans le bénévolat des réfugiés un levier pour leur intégration. Notre étude invite à porter un regard nuancé sur cette dynamique, pour plusieurs raisons. D abord, l engagement des bénévoles rencontrés traduit en creux les effets des politiques migratoires nationales et européennes : traumas de l exil, hiérarchie des statuts migratoires et difficultés d accès aux droits, fermeture du marché de l emploi aux demandeurs d asile, difficultés d accès à l hébergement, notamment. Le bénévolat associatif naît souvent de ces vulnérabilités. Il peut les atténuer, mais il ne les compense pas. Favoriser l intégration des réfugiés passe donc par d autres fronts d action, en particulier par la question centrale de l accès à l emploi ou à la formation. Ensuite, les migrant.e.s sont soumis.e.s à des incitations à s intégrer, plus ou moins explicites ; il ne faudrait pas que le bénévolat se transforme en une injonction supplémentaire, alors que, paradoxalement, les freins à l engagement sont nombreux. Certaines personnes s investissent par ailleurs peut-être déjà dans des entraides informelles, invisibles. Enfin, plutôt qu un bénévolat menant à des pratiques citoyennes renouvelées, il ressort de l étude que ces pratiques bénévoles rejoignent plutôt l individualisation des formes d engagement qu on observe dans d autres sphères (du travail social ou dans l urbain). 2 Voir le rapport de l Agence des Nations Unies pour les réfugiés, Rapport. «Il faut qu on y arrive ensemble». Participation des réfugiés aux décisions qui influencent leur vie. Focus sur l engagement bénévole des réfugiés et des demandeurs d asile en France", Voir le rapport de Sophie Bilong, «La participation des personnes exilées: des pistes pour repenser l intégration», Études de l Ifri, Ifri, mai Voir le site consulté le 16/12/

11 Ces réserves et sujets de vigilance ayant été posés, il n en reste pas moins que certaines pistes pour faciliter l engagement bénévole et en améliorer les conditions peuvent être envisagées. - Soutenir les associations. Garantir la richesse et la vitalité du tissu associatif est un préalable déjà largement mis en œuvre à Nantes -, afin de permettre aux bénévoles potentiels de trouver les formes de participation qui leur conviennent le mieux, et de favoriser la disponibilité des responsables associatifs pour les accompagner. Les associations que nous avons rencontrées sont en effet des acteurs intermédiaires essentiels, en ce qu ils guident les bénévoles sur la voie d un engagement reconnu et apprécié par les organismes publics, comme la mission locale ou la préfecture qui administrent ces «publics» en situation précaire. Les associations jouent donc un rôle important dans cette orientation des migrants vers le bénévolat. L accueil des bénévoles réfugiés constitue cependant un défi, en requérant un accompagnement soutenu, personnalisé de ces personnes. Il paraît donc souhaitable de : Veiller à ce que les bénévoles soient de véritables partenaires au sein des associations : être à l écoute de leurs compétences, favoriser leur prise de responsabilité et d autonomie, travailler avec les bénévoles et salarié.e.s nonréfugié.e.s pour déconstruire certaines représentations. S appuyer sur l expérience de ces bénévoles, leurs compétences professionnelles passées ou leur connaissance des institutions et lieux-ressources dans la ville, afin de leur permettre d accompagner d autres personnes exilées, mais aussi de contribuer à améliorer les dispositifs, dans les associations et au-delà. Mettre à la disposition des associations des ressources sur l accompagnement des bénévoles (ressources juridiques, traducteurs ), envisager des formations pour les salarié.e.s des associations et des espaces de mutualisation des pratiques, ou diffuser les informations si ces ressources existent déjà dans la ville. La grande précarité de ces bénévoles peut perturber les associations, car le respect de l éthique du bénévolat semble aller à l encontre d une aide matérielle à ce public spécifique. Il est toutefois possible d encourager une réflexion sur des compensations, qui ne s apparenteraient pas à des rémunérations, mais apporteraient une aide aux plus démuni.e.s par un repas ou le remboursement des frais de transports, les jours de mission. 8

12 - Former et informer les institutions-relais qui orientent souvent les migrant.e.s vers le bénévolat (missions locales, CADA, associations gérant la demande d asile) : les inviter à être attentives aux compétences des migrant.e.s et à orienter les personnes demandeuses d être bénévoles vers les associations les plus adéquates avec leurs compétences, besoins et envies. Pour cela, l entreprise menée à Nantes de référencer les associations-ressources, initiatives locales et structures bénévoles, et la diffusion de cette information dans plusieurs langues, gagne à être poursuivie. 9

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 Aider les plus démunis à rester connectés Connexions Solidaires ouvre à Saint-Denis Grâce au soutien de la Mairie, du Centre Communal d Action Sociale (CCAS)

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Annexe III : Le stage professionnel, réalisés au titre de l ISAP ou de l ISIC, doit permettre l identification de ces différents mécanismes.

Annexe III : Le stage professionnel, réalisés au titre de l ISAP ou de l ISIC, doit permettre l identification de ces différents mécanismes. Annexe III : Intervention professionnelle en service sociale : Intervention sociale d'aide à la personne (ISAP) et intervention sociale d'intérêt collectif (ISIC) - définitions et exemples - Dans le cadre

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Cet article présente les premiers résultats d un projet de recherche qui étudie le parcours professionnel de personnes confrontées au chômage

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT

OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT Angèle Bilodeau, Ph.D. 1, 2 Marilène Galarneau, M.Sc. 2 Michel Fournier, M.Sc. 1 Louise Potvin, Ph.D. 2 Gilles Sénécal, Ph.D. 2, 3 Jocelyne Bernier, M.Sc.

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI : UN ESSAI DE SYNTHESE Introduction 1) La relation dialectique entre dynamiques démographiques et développement 2) Les dynamiques démographiques et les théories

Plus en détail

Les métiers de la banque et des assurances

Les métiers de la banque et des assurances 18 juin 2015 Les métiers de la banque et des assurances Auteure : Itto BEN HADDOU-MOUSSET 1. Un secteur en mutation depuis les années 1980 L Ile-de-France est la région qui abrite les effectifs bancaires

Plus en détail

La place des seniors dans le bénévolat

La place des seniors dans le bénévolat La place des seniors dans le bénévolat On sait que les seniors jouent un rôle très important dans le bénévolat, notamment en qualité d élus aux seins des associations, bénéficiant de l expérience qu ils

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : [email protected] Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 Introduction La fabrique citoyenne initiée par la Ville de Rennes va conduire à la rédaction d une charte de la démocratie locale.

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social Observations du HCR sur la Communication de la Commission européenne «Programme commun pour l intégration : Cadre relatif à l intégration des ressortissants de pays tiers dans l Union européenne» (COM

Plus en détail

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE LE VOLET 1 DU CYCLE 4 est un texte général qui oriente toutes les disciplines et qui permet de cibler la singularité des axes de formation. LE VOLET 2

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

BAZAR URBAIN - le singulier et le collectif

BAZAR URBAIN - le singulier et le collectif STRABIC.FR / SAISONS / COLLECTIFS / + BAZAR URBAIN le singulier et le collectif Écrit et illustré par BazarUrbain. publié le 24 avril 2014 BazarUrbain est un collectif pluridisciplinaire qui intervient

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

TIC et conditions de travail dans la fonction publique. Salima Benhamou Département Travail et emploi

TIC et conditions de travail dans la fonction publique. Salima Benhamou Département Travail et emploi TIC et conditions de travail dans la fonction publique. Salima Benhamou Département Travail et emploi www.strategie.gouv.fr 7 février 2014, Direction Générale de l administration et de la Fonction Publique.

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani.

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Sommaire Programme, Capacités (http://www.education.gouv.fr/cid50636/ mene0925419a.html) Dossier documentaire d histoire géographie en CAP : Note de cadrage de l épreuve.

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie et éducation Faculté des lettres et sciences humaines Espace Louis-Agassiz 1 CH-2000 Neuchâtel La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie

Plus en détail

Sur le terrain De l ingénieur technique à l ingénieur social : Le profil de l emploi

Sur le terrain De l ingénieur technique à l ingénieur social : Le profil de l emploi DOSSIER Sur le terrain De l ingénieur technique à l ingénieur social : Le profil de l emploi L ingénierie sociale est le socle de compétences nécessaire à la mise en œuvre des démarches participatives

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION»

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» Février 2012 1. INTRODUCTION Depuis quelques années, la Justice s interroge sur la qualité de son fonctionnement. En novembre 2010, le

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Laurie Guimond Coordonnatrice de recherche, INRS Doctorante en géographie, U. d Ottawa Myriam Simard Professeure, INRS Atelier

Plus en détail

OBSERVATIONS INTRODUCTION

OBSERVATIONS INTRODUCTION Comité d experts gouvernementaux d UNIDROIT sur l applicabilité des clauses de compensation avec déchéance du terme Deuxième session FR UNIDROIT 2013 C.E.G/Netting/2/W.P. 5 Original: anglais Rome, 4-8

Plus en détail

présente Métro, boulot, dodo enquête sur la vie de bureau

présente Métro, boulot, dodo enquête sur la vie de bureau présente Métro, boulot, dodo enquête sur la vie de bureau Septembre 2014 Avant-propos Avec la tertiarisation de l économie et des emplois, notre activité professionnelle se déroule de plus en plus souvent

Plus en détail

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS Contexte général de lancement de l expérimentation Pour des raisons indépendantes de notre volonté et de notre implication, la convention avec le Ministère a été signée à la fin du mois de décembre 2010.

Plus en détail

FAISABILITÉ D UN ORGANISME EUROPÉEN Supporters Direct RÉSUMÉ LONDRES, AOÛT 2008 RÉSUMÉ

FAISABILITÉ D UN ORGANISME EUROPÉEN Supporters Direct RÉSUMÉ LONDRES, AOÛT 2008 RÉSUMÉ FAISABILITÉ D UN ORGANISME EUROPÉEN Supporters Direct LONDRES, AOÛT 2008 RÉALISÉ POUR L UEFA PAR Supporters Direct Reconnaissons les supporters comme un élément essentiel de l identité des clubs. Michel

Plus en détail

Technologies de l information

Technologies de l information 7a Technologies de l information Nouvelles technologies de l information : une clé pour apprendre à l âge adulte? 321 Thème 7 Education des adultes, culture, médias et nouvelles technologies Fascicules

Plus en détail

POINTS DE REPÈRE SUR LA FÉVRIER 2015 PRODUCTIVITÉ EN FRANCE

POINTS DE REPÈRE SUR LA FÉVRIER 2015 PRODUCTIVITÉ EN FRANCE POINTS DE REPÈRE SUR LA FÉVRIER 2015 PRODUCTIVITÉ EN FRANCE MESURER LA PRODUCTIVITÉ Productivité du travail : valeur ajoutée / stock d heures travaillées. Elle est simple à calculer et facilement compréhensible.

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE. Le projet de loi relatif au droit des étrangers

DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE. Le projet de loi relatif au droit des étrangers DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE Le projet de loi relatif au droit des étrangers Juillet 2014 Les chiffres de l immigration 200.000 étrangers hors UE sont accueillis chaque

Plus en détail

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France Cloud Computing Une feuille de route pour la France Le Cloud computing annonce la fin d une ère de l informatique - celle des systèmes d informations juxtaposés, de façon parfois chaotique au sein de

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX MAI 2011 SOMMAIRE ADMINISTRATIF - DOMICILIATION - C.N.I Carte Nationale d Identité - EXTRAIT D ACTE DE NAISSANCE - DEMANDE D ASILE

Plus en détail

Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1

Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1 Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1 Marthe Deschesnes, Ph.D. Catherine Martin, M.Sc. Adèle Jomphe Hill, Ph.D

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 Réforme des rythmes scolaires Projet Educatif de territoire d Evecquemont Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 A Du PEDT au comité de suivi et d évaluation de la réforme

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI)

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) Note méthodologique relative à l outil de suivi en continu du projet de formation et du projet professionnel La direction

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Dossier de presse Contact Chaire : Joël Gayet Mobile : 00 33 6 09 51 15 70 Jgayet.chaire [email protected] aix.fr Contact Sciences Po Aix : Noëlline Souris

Plus en détail

RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES

RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE VALORISATION DE LA LANGUE FRANÇAISE Service émetteur : Direction des études Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 20

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France Quelle qualité de l air au volant? ---------------------------- Les automobilistes sont nettement plus exposés à la pollution atmosphérique que les piétons, même à proximité des grands axes. Tel est le

Plus en détail

La Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C), instituée par la loi du 27 juillet 1999, s adresse aux

La Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C), instituée par la loi du 27 juillet 1999, s adresse aux La gestion des bénéficiaires de la CMU-C par les organismes complémentaires agréés Par Ophélie BEAU, Amandine FLOTTES, Hélène MAGNON et Jonathan WINO, Anciens élèves de la 52 e promotion de l EN3S Et sous

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

EN FRANÇAIS FACILE! #18. - page 2 - - page 4 - - page 6 - «ouvrir l espace par des actes» wax, bazin et cours de français. septembre / octobre 2013

EN FRANÇAIS FACILE! #18. - page 2 - - page 4 - - page 6 - «ouvrir l espace par des actes» wax, bazin et cours de français. septembre / octobre 2013 EN FRANÇAIS FACILE! - page 2 - fréquence ftm - page 4 - L autogestion : un horizon? - page 6 - «ouvrir l espace par des actes» - PAGE 8 - wax, bazin et cours de français septembre / octobre 2013 #18 supplément

Plus en détail

Fil conducteur du protocole de réalisation

Fil conducteur du protocole de réalisation OUTIL D OBSERVATION REGIONAL DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES (O O R I A) Fil conducteur du protocole de réalisation Les travaux du Groupe Domaine du Plan Régional de Développement des Formations consacré aux

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES par Camille LASTENNET Master 2 sciences politiques spécialité Management du Risque Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Plus en détail

E-commerce au Maroc : Plusieurs verrous à faire sauter

E-commerce au Maroc : Plusieurs verrous à faire sauter E-commerce au Maroc : Plusieurs verrous à faire sauter Le e-commerce selon les derniers chiffres est en bonne croissance. Il se dit que de belles perspectives l attendent. Mais, loin de tout optimisme

Plus en détail

Présentation de la session 2015 du Master de deuxième niveau

Présentation de la session 2015 du Master de deuxième niveau Présentation de la session 2015 du Master de deuxième niveau MEDIATIONS INTERCULTURELLES LES SIGNES, LES MOTS, LES IMAGES POUR LA MISE EN ŒUVRE DE PROJETS PERSONNELS D UTILITE PUBLIQUE Directeur : prof.

Plus en détail

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa L an 2013, le 28 et 29 août, s est tenue dans la salle du Campus Numérique Francophone de Kinshasa, le Forum sur la Gouvernance de l Internet en Afrique Centrale,

Plus en détail

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public NOM équipement Notice accessibilité pour les établissements recevant du public Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11 février 2005 Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1er Règles en vigueur considérées

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Présentation à la ministre des Finances du Québec, Mme Monique Jérôme-Forget lors des consultations prébudgétaires le 14 février

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées Enquête sur le marché de la traduction Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS Méthodologie Les données de ce document sont issues

Plus en détail

LIVRE BLANC 9 SEMAINES POUR PREPARER UN PROJET DE CRECHE EN FRANCHISE AVEC LA PART DE REVE

LIVRE BLANC 9 SEMAINES POUR PREPARER UN PROJET DE CRECHE EN FRANCHISE AVEC LA PART DE REVE LIVRE BLANC LA PART DE REVE - 9 SEMAINES POUR PREPARER UN PROJET DE CRECHE EN FRANCHISE AVEC LA PART DE REVE INTRODUCTION «Parce que créer une franchise, au- delà du projet professionnel, c est aussi un

Plus en détail

Prochaine rencontre: jeudi 15 mai, 10h00/12h00 Maison des Habitants Centre-ville - 2 rue du Vieux Temple - Grenoble

Prochaine rencontre: jeudi 15 mai, 10h00/12h00 Maison des Habitants Centre-ville - 2 rue du Vieux Temple - Grenoble Prochaine rencontre: jeudi 15 mai, 10h00/12h00 Maison des Habitants Centre-ville - 2 rue du Vieux Temple - Grenoble mortderuegrenoble.wordpress.com La «barque-mémoire» et «la passerelle», construits en

Plus en détail

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE VIE L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Accès aux soins des migrants à statut précaire: quelques enjeux et défis pour les intervenants

Accès aux soins des migrants à statut précaire: quelques enjeux et défis pour les intervenants Accès aux soins des migrants à statut précaire: quelques enjeux et défis pour les intervenants Zoé Brabant Centre de recherche Léa-Roback sur les inégalités sociales de santé de Montréal Université de

Plus en détail

Vous divorcez, vous vous séparez?

Vous divorcez, vous vous séparez? Service Com&Doc - Crédit image : drx - Fotolia.com - Imprimerie Caf35 - Mars 2014 Vous divorcez, vous vous séparez? 5 questions pour mieux comprendre Vous informer et vous aider dans vos démarches Vous

Plus en détail

PREMIERE DEMANDE OU RENOUVELLEMENT DE CARTE DE SEJOUR TEMPORAIRE VOUS PRESENTER PERSONNELLEMENT

PREMIERE DEMANDE OU RENOUVELLEMENT DE CARTE DE SEJOUR TEMPORAIRE VOUS PRESENTER PERSONNELLEMENT PRÉFET DU VAL-D OISE SOUS-PREFECTURE DE SARCELLES Bureau des Ressortissants étrangers Mise à jour le 24/04/2013 PREMIERE DEMANDE OU RENOUVELLEMENT DE CARTE DE SEJOUR TEMPORAIRE VOUS PRESENTER PERSONNELLEMENT

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique Paris, le 15 juillet 2010 Consultation publique de la Commission de régulation de l énergie sur la structure des tarifs d utilisation des réseaux publics d électricité 1. Contexte

Plus en détail