EFFET DE LA TENEUR EN PROTÉINES DE RATIONS A BASE DE SOJA OU DE SÉSAME SUR LA CROISSANCE DU LAPIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EFFET DE LA TENEUR EN PROTÉINES DE RATIONS A BASE DE SOJA OU DE SÉSAME SUR LA CROISSANCE DU LAPIN"

Transcription

1 EFFET DE LA TENEUR EN PROTÉINES DE RATIONS A BASE DE SOJA OU DE SÉSAME SUR LA CROISSANCE DU LAPIN F. Lebas, MarieClaude Cousin, G. Sardi To cite this version: F. Lebas, MarieClaude Cousin, G. Sardi. EFFET DE LA TENEUR EN PROTÉINES DE RATIONS A BASE DE SOJA OU DE SÉSAME SUR LA CROISSANCE DU LAPIN. Annales de zootechnie, INRA/EDP Sciences, 1973, 22 (1), pp hal HAL Id: hal Submitted on 1 Jan 1973 HAL is a multidisciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 . EFFET DE LA TENEUR EN PROTÉINES DE RATIONS A BASE DE SOJA OU DE SÉSAME SUR LA CROISSANCE DU LAPIN F. LEBAS MarieClaude COUSIN G. SARDI Station de Recherches sur l Élevage des Porcs, Centre national de Rechevches zootechniques, Jouy en Josas I. N. R. A., RÉSUMÉ Au cours de 3 expériences successives, nous avons évalué sur un total de 170 lapins en croissance, l efficacité de régimes à taux protéiques variables. Dans toutes les rations les protéines ont été apportées uniquement par du tourteau de soja (m à z9 p. 100 de protéines) ou du tourteau de sésame (13 à 25 p. 100 de protéines). Pour les 2 types de protéines la croissance est améliorée jusqu à un seuil de yi8 p. 100 de protéines. L indice de consommation est amélioré avec le soja jusqu aux environs de p. 100 de protéines. En revanche, avec le sésame, l indice de consommation a été pratiquement constant pour les taux de protéines variant de i3 à 25 p L étude de la composition en acides aminés de nos rations nous laisse penser que les besoins en lysine donnés par la littérature sont probablement très largement surestimés. INTRODUCTION Les études menées jusqu à présent sur le besoin azoté du lapin en croissance ont essentiellement porté sur les aspects quantitatifs globaux (B RAD FIEI«et l!tay NARD, I95H ; HOFMA NN et STE IN ER, 1959 ; SMI TH, DONEFER et MAT HIF; U, I9 60; HI;C KMANN et ME HNER, I970!. Ces différents auteurs ont utilisé des rations complexes dans lesquelles les proportions des différentes sources azotées changent pour chaque taux de protéines utilisé. Cette pratique se traduit par une modification de la composition de la protéine moyenne. Or, depuis les travaux de Me WARD, NICHOI,soN et POULTON (1967), GA MAN et FiS HE R (197 0), CHEE KE (ig7i), ADAM SON et FISHER

3 Les Dosages Les Les (igy), on sait que le lapin en croissance est sensible à la qualité des protéines. Dans ces conditions, il nous a semblé utile d aborder le problème du taux optimum de protéines en fonction de la nature de la protéine considérée, celleci étant la même quel que soit le niveau azoté de la ration. Nous rapportons cidessous le résultat de différentes expériences où nous avons fait varier le taux de protéines de rations comportant du tourteau de soja ou de sésame comme seule source azotée. MATÉRIEL ET MÉTHODES Trois expériences successives ont été réalisées. Les deux premières (A et B) correspondent chacune à 5taux d incorporation de tourteau de soja et la troisième (C) à 5 taux de tourteau de sésame. A. animaux Les trois expériences ont été réalisées au moyen de 170 lapereaux Californien des 2 sexes, âgés de 5 semaines au départ. Les expériences ont duré 5 semaines. Tous les animaux ont été élevés dans des cages individuelles entièrement métalliques à l intérieur d un bâtiment décrit précédemment (L EBAS, 19 68). B. contrôles La consommation alimentaire a été estimée par différence entre les quantités distribuées et les refus, chaque jour de semaine. Les animaux ont été pesés i fois chaque semaine, à la même heure, durant toute l expérience. Les teneurs en matière sèche, minéraux et azote de tous les aliments ont été déterminées, de même que la composition en acides aminés des tourteaux utilisés. C. chimiques Les teneurs en matière sèche ont été obtenues après dessiccation 24 heures à I03 0C. Les cendres ont été obtenues sur les mêmes échantillons après incinération pendant 14 heures, à 55 oc. Les protéines ont été estimées en multipliant par 6, 25 la quantité d azote dosée par la méthode Kjeldhal. Les acides aminés ont été dosés par chromatographie sur colonne, grâce à un appareil automatique Jh.OL JLC 5 AH. D. régimes des 3 expériences L expérience A a porté sur 60 animaux. Ceuxci ont reçu comme aliment unique l un des 5 régimes comprenant théoriquement m, 14, y, 20 ou 23 p. 100 de protéines provenant du soja (tabl. i). L expérience B correspond à la suite de l expérience A. Aussi, les 70 lapins correspondant, ontils reçu des régimes comprenant théoriquement y, 20, 23, 26 ou 29 p. 100 de protéines provenant du soja (tabl. i). Pour l expérience C enfin, nous avons distribué aux 40 lapins l un des 5 régimes à base de tourteau de sésame comportant théoriquement 13, i6, 10, 22 ou 25 p. 100 de protéines (tabl. i). Les tableaux 2 et 3 donnent la composition chimique sommaire des différents régimes utilisés. A partir de la composition en acides aminés des deux tourteaux utilisés et de la formulation des régimes, nous avons calculé la composition en acides aminés des différents aliments (sans tenir compte de l apport de la paille). Les résultats de cette approximation sont consignés au tableau 4 pour la lysine, l arginine et les acides aminés soufrés ( ). (1) Seuls ont été pris en considération ces 4 acides aminés car à la date de réalisation de l expérience, on ignorait encore la liste des acides aminés indispensables aux lapins, publiée depuis par ADAMSON et FTSHER (197 1).

4

5 Exploitation E,,upérz ence K. des résultats Les 3 expériences ont été conduites selon un schéma en blocs complets équilibrés. Les comparaisons ont été faites, au sein de chaque série expérimentale, grâce à une analyse de variance et à un test de Tukey, pour comparer les moyennes après l analyse précédente. A. RÉSULTATS A I,es résultats généraux de la première expérience montrent qu il n y a plus d augmentation significative des performances de croissance ou de consommation audessus de 17 p. ioo de protéines (tabl. 5) ; par contre, l indice de consommation semble se stabiliser mais avec moins de netteté, aux environs de p. IOO de protéines. Il convient de remarquer le niveau satisfaisant des performances tant de croissance que pour l utilisation des aliments ; en effet, même pour le régime le plus pauvre en protéines et bien que la croissance ait été relativement faible (20 g/j) par suite d une consommation d aliment réduite, l indice de consommation est modéré. Le tracé de la courbe de croissance des animaux pour les différents régimes lots (fig. I) permet de préciser l évolution régulière du poids vif des lapins des 5 expérimentaux durant les 5 semaines d expérience. On peut parallèlement remarquer que les courbes correspondant aux régimes à m et zq. p. ioo de protéines se distinguent nettement du faisceau de courbes correspondant aux 3 autres types d alimentation dès les premières semaines, en particulier pour le régime le plus pauvre.

6

7 Effet Expérience Expérience B. B Au cours de cette expérience avec des régimes contenant de y,7 à 28,7 p. IOD de protéines, nous n avons enregistré aucune différence dans les performances des animaux affectés aux divers lots (tabl. 6). Les consommations et les vitesses de croissance pour les lots correspondant sont légèrement inférieures à celles enregistrées lors de l expérience A. Les indices de consommation, par contre, sont du même ordre de grandeur. A ce propos, il convient de souligner la légère augmentation de l indice de consommation pour les teneurs en protéines du régime les plus élevées bien que les différences ne soient pas significatives. C. C Nous retrouvons avec le sésame des résultats (tabl. 7) comparables à ceux enregistrés précédemment avec le soja lors de l expérience A. A pa tir du régime sésame 19 (18, 5 p. ioo de protéines) les performances de croissance et de consommation ne sont plus augmentées. Par contre l indice de consommation, même pour les régimes les plus pauvres, a été pratiquement constant pour tous les taux de protéines utilisés (3,40! o,og). On peut donc constater que les différences entre les vitesses de croissance sont dues aux variations dans l ingestion d aliment. L expérience avec le sésame se distingue donc de la première expérience avec le soja ; en effet, dans une gamme proche de taux de protéines, l indice de consommation était amélioré, jusqu à un certain seuil, par une élévation de la teneur en protéines de la ration, ce phénomène ne se retrouve plus avec le sésame. D. du taux de protéines Afin de faciliter la discussion des résultats expérimentaux nous avons réuni aux figures 2 et 3, pour les trois expériences, les vitesses de croissance et les efficacités protidiques en fonction du taux de protéines de la ration. Ainsi, la représen

8

9 Influence tation graphique de la figure 2 permet de souligner l augmentation de la vitesse de croissance tant que la teneur en protéines n a pas atteint un seuil d environ p. IOO de protéines ; ceci est valable pour les 2 protéines utilisées. Audelà de ce seuil, et jusqu aux environs de 2g p. ioo de protéines, la vitesse de croissance reste constante. Par contre, l augmentation du taux de protéines entre m et 2g p. IOO entraîne une diminution régulière de l efficacité protidique (fig. 3). Cette diminution est probablement du type hyperbolique et semble de même nature pour le soja et le sésame. Cependant, pour des taux équivalents, il existe une différence d environ 0,2 g de gain de poids supplémentaire par gramme de protéines ingérées en faveur du soja, par rapport au sésame. Les protéines de sésame sont donc moins efficaces que celles de soja pour la croissance. DISCUSSION A. du taux de protéines Au cours de nos différentes expériences, nous trouvons une amélioration de la vitesse de croissance des animaux avec le taux de protéines de la ration jusqu au seuil de p. ioo de protéines. A l inverse, S!m rx et al. (ig6o) n enregistraient pas d amélioration audelà de p. ioo de protéines. Pour tous les régimes, nous avons enregistré des indices de consommation moyens beaucoup plus faibles que ces auteurs (2,g à 3,6 contre 3,6 à 4,3). Ceci peut correspondre à une meilleure qualité des protéines de soja ou de sésame, par rapport au mélange de protéines complexe et variable utilisé par SMITH, DONEFER et MaT HWU (luzerne, trèfle, maïs, orge, avoine et soja). D autre part, HECxMA!rrr et l!i!h!ex (1970 ) ont enregistré des indices de consommation semblables aux nôtres mais avec un mélange complexe de protéines comprenant une fraction non négligeable de farine de poisson. Ces derniers auteurs enregistrent une amélioration significative des performances des lapins entre r3 y p. 100 et p. IOO de protéines. En revanche, ils observent une amélioration significative de l indice de consommation entre p. ioo de protéines et 2728 p. ioo, alors que dans nos essais, l indice de consommation n est pas modifié audelà de 20 p. ioo de protéines de soja. Toutefois ces considérations doivent être tempérées par le fait que les différents régimes employés par les auteurs précités et par nousmêmes n étaient ni isoénergétiques ni isocellulosiques. Ces travaux doivent donc être considérés comme une simple approche du problème. L utilisation de rations à taux variable d une même protéine (soja ou sésame) nous permet cependant de préciser le niveau optimum de ces protéines utilisées seules. Ce taux est du même ordre de grandeur pour les 2 protéines employées ; il est possible qu il corresponde à la zone dans laquelle il faut rechercher le taux optimum d un mélange de protéines plus ou moins complexe mais parfaitement équilibré par rapport au besoin. Sous cet angle, le soja s avère probablement mieux équilibré que le sésame, puisqu il permet d obtenir une efficacité protidique meilleure que ce dernier, à tous les taux azotés envisagés. Cependant, cette remarque doit être nuancée car, pour un même taux azoté, le régime soja est plus riche en énergie (plus d amidon, moins

10 Apports acide de cendres). A propos du coefficient d efficacité protidique nous devons souligner enfin que nous retrouvons chez le lapin la diminution classique de l efficacité protéique associée à une augmentation du taux protéique de la ration à partir d un optimum (RÉ RAT, Ig7I). B. d acides aminés L étude de la composition en acides aminés de nos rations (tabl. 4) permet de constater qu avec des aliments donnant une bonne croissance (plus de 17 p. ioo de protéines), nous avons apporté plus d arginine aminé indispensable chez le Lapin (ADnMSOrr et FISHER, Ig7I ) que ce qui était recommandé par CHEE KE (Ig7I ) ainsi que par Me W9RD, NICHOLSON et POULTON (z 967). En effet, l optimum fixé par ces auteurs se situe aux environs de o,go p. IOO d arginine dans la ration, et nous en apportons au moins 1,04 p. IOO avec le soja et 2,31 p. ioo avec le sésame. Pour la méthionine, ou plus exactement pour les acides aminés soufrés, nous obtenons des résultats comparables à ceux de CHEK (1971 ), avec des performances optimales pour o, 45 p. 100 de cystine + méthionine. Par contre, CHEEKE a fixé aux environs de 0,93 p. IOO de la ration le besoin en lysine. Si cet apport est fourni par les rations satisfaisantes à base de soja, avec les protéines de sésame nous n apportons que 0,54 p. 100 de lysine. Le niveau satisfaisant des performances de croissance obtenues (34 35 g/ J avec un indice de consommation de 3,4 à 3,6) nous permet de penser que les évaluations de CHEE KE (m!7i) sont probablement largement surestimées bien que cet auteur ne donne ces valeurs qu avec beaucoup de réserves. En conclusion, dans les conditions expérimentales décrites, le taux optimum de protéines pour le lapin en croissance se situe aux environs de p. ioo de la ration, tant pour le soja que pour le sésame. D autre part, les besoins en lysine du Lapin, semblent plus faibles que ceux estimés par CHEE KE en Reçu pouv publication en août SUMMARY GROWTH PERFORMANCES OF THE RABBIT AS AFFECTED BY THE PROTEIN LEVEL OF SOYBEAN OR SESAME DIETS During the course of 3 successive experiments and using 170 growing rabbits, we estimated the efficiency of diets with different protein levels. The protein source of all diets was composed of either soybean oilmeal (Ito 29 p. 100 proteins) or sesame oilmeal(i3t02!p.100 proteins). For the two types of proteins, growth was improved till a threshold of p. 100 proteins. In the case of soybean, the food conversion ratio was improved until a level of xa2o p. 100 proteins. On the contrary, as regards sesame oilmeal, the food conversion ratio was almost constant for protein levels varying between r3 and zs p Analysis of the amino acid composition of our experimental diets shows that the lysine requirement data reported in the litterature are probably widelv overestimated.

11 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ADAMSON I., FISHER H., «The aminoacid requirements of the growing rabbit : qualitative needs.» Nutr. Rpts. Int., 8, BxnDFirLn R. B., MnvNnxu L. A., The protein and calorie efficiency of rabbits. l3rit. J. Nutv., 12, r3w. CHEEKE P. R., Arginine, lysine and n ethionine needs of the growing rabbit. Nutr. Rpts. Int., 3, GAMAN E., FISHER H., The essentiality of arginine, lysine and methionine for the growing rabbit. Nutr. Rpts. Int., 1, HECKMANN F. W., MEHNER A., Versuch iiber den Eiweiss und Rohfasergehalt im Alleinfutter fur ]ungmastkaninchen. Aych. Geflügelz. Kleintierkd., 19, Ho Fmwrrrr 1?., STEINER K., Die Wirkung einer eiweissintensiven Fütterung auf die Entwicklung der Jungkaninchen bei kleinen, mittleren und grossen Rassen. Arch. Geflügelz. Kleintierkd., 8, LEBA s I., Mesure quantitative de la production laitière chez la lapine. Ann. Zootech., 17, Me WARD G. W., KICHOLSON L. B., POULTON B. R., Arginine requirement of the young rabbit. J. Nutr., 92, RÉ RAT A., La valeur biologique des protéines : quelques acquisitions récentes. Ann. Zootech., 20, 93 z46. i SMITH S. DONEFERNIATHIEU I_. G., Protein for growing rabbits. Feed age, 10, 7, 5 z54.

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

QUOI DE NEUF DANS LE NOUVEAU NRC?

QUOI DE NEUF DANS LE NOUVEAU NRC? QUOI DE NEUF DANS LE NOUVEAU NRC? Daniel LEFEBVRE, Ph.D., agronome PATLQ inc. Sainte-Anne-de-Bellevue Conférence préparée en collaboration avec : Doris PELLERIN, Ph.D., agronome Professeur en sciences

Plus en détail

Besoin en thréonine du porc en finition

Besoin en thréonine du porc en finition 2006. Journées Recherche Porcine, 38, 157-162. Besoin en thréonine du porc en finition Nathalie QUINIOU (1), Laurent LE BELLEGO (2), Robert GRANIER (3) (1) Institut Technique du Porc, BP 3, 35650 Le Rheu

Plus en détail

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes M. Aubert To cite this version: M. Aubert. Famille continue de courbes terminales du spiral

Plus en détail

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian Muresan, Frédéric Suter To cite this version: Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian

Plus en détail

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique.

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. Sensibilisation à la sécurité informatique Jean-Luc Archimbaud To cite this version: Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. lieux en France, 1997, pp.17. École

Plus en détail

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure.

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure Sylvain Meille To cite this version: Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa

Plus en détail

Un niveau de performance moyen est en général calculé à l échelle de la bande

Un niveau de performance moyen est en général calculé à l échelle de la bande Optimum économique du niveau en acides aminés dans les aliments pour porcs charcutiers Impact du contexte de prix des matières premières et de la conduite d élevage Un niveau de performance moyen est en

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail

Détermination du besoin en protéines de la canette mulard en phase de démarrage :

Détermination du besoin en protéines de la canette mulard en phase de démarrage : TECHNIQUE Détermination du besoin en protéines de la canette mulard en phase de démarrage : effet sur la croissance et les rejets azotés RÉSUMÉ Cette étude avait pour objet de définir le besoin en protéines

Plus en détail

Les déterminants du volume d aide professionnelle pour. reste-à-charge

Les déterminants du volume d aide professionnelle pour. reste-à-charge Les déterminants du volume d aide professionnelle pour les bénéficiaires de l APA à domicile : le rôle du reste-à-charge Cécile Bourreau-Dubois, Agnès Gramain, Helen Lim, Jingyue Xing, Quitterie Roquebert

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

d importantes quantités de CO,. Summary. Influence of diet on respiratory quotients and fat deposition in growing pigs.

d importantes quantités de CO,. Summary. Influence of diet on respiratory quotients and fat deposition in growing pigs. Influence du régime sur les quotients respiratoires chez le porc en croissance Geneviève CHARLET-LERY Marie-Thérèse MOREL Laboratoire de Physiologie de la Nutrition LN.R.A., 78350 Jouy-en-Josas Summary.

Plus en détail

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Jean-Pierre Dedieu To cite this version: Jean-Pierre Dedieu. Les intermédiaires privés dans les finances royales

Plus en détail

Peut-on perdre sa dignité?

Peut-on perdre sa dignité? Peut-on perdre sa dignité? Eric Delassus To cite this version: Eric Delassus. Peut-on perdre sa dignité?. 2013. HAL Id: hal-00796705 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00796705 Submitted

Plus en détail

Program Analysis and Transformation: From the Polytope Model to Formal Languages

Program Analysis and Transformation: From the Polytope Model to Formal Languages Program Analysis and Transformation: From the Polytope Model to Formal Languages Albert Cohen To cite this version: Albert Cohen. Program Analysis and Transformation: From the Polytope Model to Formal

Plus en détail

Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique

Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique E. Bichat To cite this version: E. Bichat. Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique. J. Phys. Theor.

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Stéphanie Demonchaux To cite this version: Stéphanie Demonchaux. Étude des formes de pratiques de la gymnastique

Plus en détail

Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans

Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans l infrarouge à 3µ G. Bosschieter, J. Errera To cite this version: G. Bosschieter, J. Errera. Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

Les Champs Magnétiques

Les Champs Magnétiques Les Champs Magnétiques Guillaume Laurent To cite this version: Guillaume Laurent. Les Champs Magnétiques. École thématique. Assistants de prévention, Paris, France. 2014, pp.31. HAL Id:

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

CONFERENCE PALISADE. Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design»

CONFERENCE PALISADE. Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design» CONFERENCE PALISADE Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design» 1 SIGMA PLUS Logiciels, Formations et Etudes Statistiques

Plus en détail

Le marketing direct responsable

Le marketing direct responsable Le marketing direct responsable Béatrice Parguel To cite this version: Béatrice Parguel. Le marketing direct responsable. 50 fiches sur le marketing durable, Bréal, pp.144-147, 2010.

Plus en détail

Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie. Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif.

Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie. Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif. Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif Claire-Charlotte Butez, Francesco Beretta To cite this version:

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

e-science : perspectives et opportunités pour de nouvelles pratiques de la recherche en informatique et mathématiques appliquées

e-science : perspectives et opportunités pour de nouvelles pratiques de la recherche en informatique et mathématiques appliquées Emilie MANON, Joanna JANIK, Gabrielle FELTIN e-science : perspectives et opportunités pour de nouvelles pratiques de la recherche en informatique et mathématiques appliquées 1 Introduction : La recherche

Plus en détail

Incidence du type de féverole et du taux d incorporation sur les performances du porc en post sevrage et engraissement

Incidence du type de féverole et du taux d incorporation sur les performances du porc en post sevrage et engraissement 2010. Journées Recherche Porcine, 77 Incidence du type de féverole et du taux d incorporation sur les performances du porc en post sevrage et engraissement Eric ROYER (1), Katell CREPON (2), Robert GRANIER

Plus en détail

Calculer les coûts ou bénéfices de pratiques sylvicoles favorables à la biodiversité : comment procéder?

Calculer les coûts ou bénéfices de pratiques sylvicoles favorables à la biodiversité : comment procéder? Calculer les coûts ou bénéfices de pratiques sylvicoles favorables à la biodiversité : comment procéder? H. Chevalier, M. Gosselin, Sebastian Costa, Y. Paillet, M. Bruciamacchie To cite this version: H.

Plus en détail

AVERTISSEMENT PREALABLE

AVERTISSEMENT PREALABLE AVERTISSEMENT PREALABLE Le présent document a été réalisé par des étudiants du Master Pro Qualimapa (USTL-Lille) dans le cadre de leur scolarité. Il n a pas un caractère de publication scientifique au

Plus en détail

Bourses d excellence pour les masters orientés vers la recherche

Bourses d excellence pour les masters orientés vers la recherche Masters de Mathématiques à l'université Lille 1 Mathématiques Ingénierie Mathématique Mathématiques et Finances Bourses d excellence pour les masters orientés vers la recherche Mathématiques appliquées

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

NORHUIL. Un circuit court pour un produit de qualité. Les Hamards 61350 PASSAIS LA CONCEPTION

NORHUIL. Un circuit court pour un produit de qualité. Les Hamards 61350 PASSAIS LA CONCEPTION NORHUIL Les Hamards 61350 PASSAIS LA CONCEPTION Un circuit court pour un produit de qualité Tél : 09 61 05 21 96 / 06 83 40 95 38 Fax : 02 33 64 33 95 Email : [email protected] 0 PRESENTATION Triturateur

Plus en détail

Yves PYTHON 1, Sylvain MORVAN 2 et Dominique TRISTANT 2, Ferme expérimentale de AgroParisTech - Août 2013

Yves PYTHON 1, Sylvain MORVAN 2 et Dominique TRISTANT 2, Ferme expérimentale de AgroParisTech - Août 2013 Ferme expérimentale de AgroParisTech 2013 Essai CH 4 COOP DE FRANCE Déshydratation Thiverval-Grignon 78850 Evaluation des effets de deux modalités alimentaires différentes incluant de l ensilage de graminées

Plus en détail

AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE?

AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE? AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE? Traduit de: PRODUCERS MIGHT WANT TO CONSIDER CREEP FEEDING Auteur: Stephen B. Blezinger, Ph.D., PAS (Copyright 2015 Dr. Stephen B. Blezinger) Adapté en français

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Jessica Dubois. To cite this version: HAL Id: jpa-00205545 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205545

Jessica Dubois. To cite this version: HAL Id: jpa-00205545 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205545 Mesures de la charge électrique de gouttelettes d eau ou de solutions salines au cours de processus d évaporation, ou de condensation de vapeur d eau sur elles Jessica Dubois To cite this version: Jessica

Plus en détail

Etude des convertisseurs statiques continu-continu à résonance, modélisation dynamique

Etude des convertisseurs statiques continu-continu à résonance, modélisation dynamique Etude des convertisseurs statiques continucontinu à résonance, modélisation dynamique J.P. Ferrieux, J. Perard, E. Olivier To cite this version: J.P. Ferrieux, J. Perard, E. Olivier. Etude des convertisseurs

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

M. F. PITA Departamento de Geografía Física. Universidad de Sevilla. C/ María de Padilla s.n. 41.002-SEVILLA (Espagne). [email protected]

M. F. PITA Departamento de Geografía Física. Universidad de Sevilla. C/ María de Padilla s.n. 41.002-SEVILLA (Espagne). mfpita@cica. Un nouvel indice de sécheresse pour les domaines méditerranéens. Application au bassin du Guadalquivir (sudo-uest de l Espagne). En: Un nouvel indice de sécheresse pour les domaines méditerranéens. Application

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 [email protected] GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

Services à la recherche: Data Management et HPC *

Services à la recherche: Data Management et HPC * Services à la recherche: Data Management et HPC * Pierre-Yves Burgi et Jean-François Rossignol Division informatique (DINF) * HPC = High-Performance Computing Réunion CIF Sciences du 6.12.11 1/19 Contenu

Plus en détail

À VENDRE OU À LOUER / FOR SALE OR LEASE

À VENDRE OU À LOUER / FOR SALE OR LEASE Disponible immédiatement Available now À VENDRE OU À LOUER / FOR SALE OR LEASE Superficie bureau (2 e étage) (pi²) / area (2 nd floo) (ft²) 4 894 Superficie d'entrepôt (pi²) / Warehouse area (ft²) 39 867

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES 2012 Presses agronomiques de Gembloux [email protected] www.pressesagro.be

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

LIVRAISON DE COLIS ET LOGISTIQUE URBAINE : QUELLES RECOMPOSITIONS DE LA MESSAGERIE EN MILIEU URBAIN?

LIVRAISON DE COLIS ET LOGISTIQUE URBAINE : QUELLES RECOMPOSITIONS DE LA MESSAGERIE EN MILIEU URBAIN? LIVRAISON DE COLIS ET LOGISTIQUE URBAINE : QUELLES RECOMPOSITIONS DE LA MESSAGERIE EN MILIEU URBAIN? Raphaëlle Ducret To cite this version: Raphaëlle Ducret. LIVRAISON DE COLIS ET LOGISTIQUE URBAINE :

Plus en détail

UNIVERSITE LYON 3 (JEAN MOULIN) Référence GALAXIE : 4140

UNIVERSITE LYON 3 (JEAN MOULIN) Référence GALAXIE : 4140 UNIVERSITE LYON 3 (JEAN MOULIN) Référence GALAXIE : 4140 Numéro dans le SI local : Référence GESUP : 0202 Corps : Professeur des universités Article : 51 Chaire : Non Section 1 : 01-Droit privé et sciences

Plus en détail

LES CLAUSES DES CONTRATS DE DETTE DES PETITES ENTREPRISES : CAS DES ENTREPRISES CANADIENNES

LES CLAUSES DES CONTRATS DE DETTE DES PETITES ENTREPRISES : CAS DES ENTREPRISES CANADIENNES LES CLAUSES DES CONTRATS DE DETTE DES PETITES ENTREPRISES : CAS DES ENTREPRISES CANADIENNES Julien Bilodeau, Franck Missonier-Piera, Igor Oliveira Dos Santos To cite this version: Julien Bilodeau, Franck

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps 2010 N 10-06- 05 Mi à jour le 15 juin 2010 L e D o i e r d e l a D o c 1. Définition Sommaire 2. Modification iue du décret n 2010-531 3. Principe du compte épargne temp Bénéficiaire potentiel Alimentation

Plus en détail

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes Zohra Guessoum 1 & Farida Hamrani 2 1 Lab. MSTD, Faculté de mathématique, USTHB, BP n 32, El Alia, Alger, Algérie,[email protected]

Plus en détail

Sécuristation du Cloud

Sécuristation du Cloud Schémas de recherche sur données chiffrées avancés Laboratoire de Cryptologie Thales Communications & Security 9 Avril 215 9/4/215 1 / 75 Contexte Introduction Contexte Objectif Applications Aujourd hui

Plus en détail

Quelle réduction du rejet de zinc la 3-phytase microbienne permet-elle chez le porc à partir de 12 kg de poids vif?

Quelle réduction du rejet de zinc la 3-phytase microbienne permet-elle chez le porc à partir de 12 kg de poids vif? 2006. Journées Recherche Porcine, 38, 5-12. Quelle réduction du rejet de zinc la 3-phytase microbienne permet-elle chez le porc à partir de 12 kg de poids vif? Didier GAUDRÉ (1), Virginie LARRÈRE (2),

Plus en détail

ICA Congress, Brisbane 2012 Thème général : Les temps qui changent. La confiance et les archives*

ICA Congress, Brisbane 2012 Thème général : Les temps qui changent. La confiance et les archives* ICA Congress, Brisbane 2012 Thème général : Les temps qui changent. La confiance et les archives* Titre : Un résumé de la pratique archivistique internationale adaptée au niveau local : manuel pratique

Plus en détail

FIELD ACCEPTANCE TEST PROCEDURE OF 40 VAISALA PRESENT WEATHER PWD22 SENSORS AND USE OF A THIES SPECTRO-RAIN GAUGE.

FIELD ACCEPTANCE TEST PROCEDURE OF 40 VAISALA PRESENT WEATHER PWD22 SENSORS AND USE OF A THIES SPECTRO-RAIN GAUGE. FIELD ACCEPTANCE TEST PROCEDURE OF 4 VAISALA PRESENT WEATHER PWD22 SENSORS AND USE OF A THIES SPECTRO-RAIN GAUGE. Fabrice Zanghi Météo-France, DSO/DOS/CAT, 7 Rue Teisserenc de Bort 7819 Trappes, France

Plus en détail

Un exemple spécifique de collaboration : Le produit-partage

Un exemple spécifique de collaboration : Le produit-partage Un exemple spécifique de collaboration : Le produit-partage Béatrice Parguel To cite this version: Béatrice Parguel. Un exemple spécifique de collaboration : Le produit-partage. 50 fiches sur le marketing

Plus en détail

Judge Group: P Title: Quel est meilleur: le compost ou le fertilisant chimique? Student(s): Emma O'Shea Grade: 6

Judge Group: P Title: Quel est meilleur: le compost ou le fertilisant chimique? Student(s): Emma O'Shea Grade: 6 Project No.1114 Title: Quel est meilleur: le compost ou le fertilisant chimique? Level: Student(s): Emma O'Shea Grade: 6 This progect compares the results of compost, chemical fertilizer and normal earth

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

Extraction d information des bases de séquences biologiques avec R

Extraction d information des bases de séquences biologiques avec R Extraction d information des bases de séquences biologiques avec R 21 novembre 2006 Résumé Le module seqinr fournit des fonctions pour extraire et manipuler des séquences d intérêt (nucléotidiques et protéiques)

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 [email protected] [email protected] 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

Communication Master AgroFood Chain

Communication Master AgroFood Chain Département Formation et Vie Etudiante Service inter-universitaire de Pédagogie BONUS QUALITE FORMATION 2010 Communication Master AgroFood Chain N DFVE-BD6-2010-10-1 Auteur du document Christian CHERVIN

Plus en détail

Sub-Saharan African G-WADI

Sub-Saharan African G-WADI Sub-Saharan African G-WADI Regional chapter of the Global network on Water and Development Information for Arid Lands Prof. Cheikh B. Gaye G-WADI Workshop 20-21 April 2010 Dakar, Senegal 35 participants

Plus en détail

04002-LOR 2004 Mars 2004

04002-LOR 2004 Mars 2004 04002-LOR 2004 LES INTERACTIONS IPSEC/DNS ---ooo--- Abstract :!! "!! $!!! "!! %$ & '( ) * + *, $ $,, $ ---ooo - - *./ 0! 1023224" 4 %- - *5 " 6 " 6 7 6 8./ 0! 1023224" 4 %6 "6 7 5 " - - * [email protected]

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DESTINE AUX VETERINAIRES ET AUX RESPONSABLES DE CLINIQUE VETERINAIRES

QUESTIONNAIRE DESTINE AUX VETERINAIRES ET AUX RESPONSABLES DE CLINIQUE VETERINAIRES SNVEL - France QUESTIONNAIRE DESTINE AUX VETERINAIRES ET AUX RESPONSABLES DE CLINIQUE VETERINAIRES QUESTIONNAIRE FOR VETERNARY SURGEONS AND PERSONS IN CHARGE OF VETERNARY CLININCS Ce questionnaire a été

Plus en détail

Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité

Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité P.P. Aparissi, I.A. Malevsky, B.V. Tarnijevsky, V.K. Goucev, A.M. Karpenko To cite this version:

Plus en détail

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS OPPA investigated in March 2013 its members, in order to design a clear picture of the traffic on all devices, browsers and apps. One year later

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Allocation Robuste et Restrictions sur les Contributions au Risque

Allocation Robuste et Restrictions sur les Contributions au Risque Allocation Robuste et Restrictions sur les Contributions au Risque QuantValley/QMI Workshop, Geneve, 26 Septembre, 2013 http://ssrn.com/abstract=2192399 1/33 Les contributions du papier: Nous définissons

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

COORDINATION NON COOPÉRATIVE: MÉTHODES D ENCHÈRES

COORDINATION NON COOPÉRATIVE: MÉTHODES D ENCHÈRES COORDINATION NON COOPÉRATIVE: MÉTHODES D ENCHÈRES Cours 6c Principe Protocole centralisé, un commissaire-priseur/vendeur (auctioneer) et plusieurs enchérisseurs/acheteurs (bidders) Le commissaire-priseur

Plus en détail

Le libre parcours moyen des électrons de conductibilité. des électrons photoélectriques mesuré au moyen de la méthode des couches minces. J. Phys.

Le libre parcours moyen des électrons de conductibilité. des électrons photoélectriques mesuré au moyen de la méthode des couches minces. J. Phys. Le libre parcours moyen des électrons de conductibilité et des électrons photoélectriques mesuré au moyen de la méthode des couches minces H. Mayer, R. Nossek, H. Thomas To cite this version: H. Mayer,

Plus en détail

Fiches techniques : Filière Porc Fleuri

Fiches techniques : Filière Porc Fleuri Fiches techniques : Filière Porc Fleuri FICHE TECHNIQUE 1 LE PORC FLEURI SAVOUREUX Méthode de production : RACE ET TYPE DE PORC : La viande doit provenir d un animal de type Piétrain. On entend par «type

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Cours 9 : Plans à plusieurs facteurs

Cours 9 : Plans à plusieurs facteurs Cours 9 : Plans à plusieurs facteurs Table des matières Section 1. Diviser pour regner, rassembler pour saisir... 3 Section 2. Définitions et notations... 3 2.1. Définitions... 3 2.2. Notations... 4 Section

Plus en détail

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 1 Relations alimentaires entre les êtres vivants 1 1 Les chaines alimentaires. Une chaine alimentaire est constituée par une succession d êtres vivants

Plus en détail

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive.

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive. 13 aliments pour une bonne santé Valeurs nutritives Grande compétence A Rechercher et utiliser de l information Groupe de tâches A2 : Interpréter des documents Grande compétence C Comprendre et utiliser

Plus en détail

Cadeaux d affaires, cadeaux d entreprises, objets publicitaires www.france-cadeaux.fr - [email protected]

Cadeaux d affaires, cadeaux d entreprises, objets publicitaires www.france-cadeaux.fr - services@france-cadeaux.fr Siège France Cadeaux 84 rue de Courbiac 17100 Sainte 00 33 (0)5 46 74 66 00 RC.424 290 211 00012 Cadeaux d affaire, cadeaux d entreprie, objet publicitaire www.france-cadeaux.fr - [email protected]

Plus en détail

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC 04.03 Babeurre, lait et crème caillés, yoghourt, képhir et autres laits et crèmes fermentés ou acidifiés, même concentrés ou additionnés de sucre ou d'autres édulcorants ou

Plus en détail

POULET DE CHAIR. Manuel de Gestion. An Aviagen Brand

POULET DE CHAIR. Manuel de Gestion. An Aviagen Brand POULET DE CHAIR Manuel de Gestion 2010 An Aviagen Brand Manuel L objectif de ce manuel est d assister les clients d Aviagen à atteindre les meilleures performances de ses oiseaux. Il n a pas l intention

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

PeTEX Plateforme pour e-learning et expérimentation télémétrique

PeTEX Plateforme pour e-learning et expérimentation télémétrique PeTEX Plateforme pour e-learning et expérimentation télémétrique 142270-LLP-1-2008-1-DE-LEONARDO-LMP 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing:

Plus en détail

MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques

MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques E. MARENGUE ( LDA22 ) et S. HULOT ( IDAC ) PLAN 1) La problématique 2) Les évolutions règlementaires 3) L échantillonnage : étape clé 4) Les techniques

Plus en détail