Importer l expérience française «Territoire zéro chômeur de longue durée» en Belgique : questions juridiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Importer l expérience française «Territoire zéro chômeur de longue durée» en Belgique : questions juridiques"

Transcription

1 Centre de droit public Importer l expérience française «Territoire zéro chômeur de longue durée» en Belgique : questions juridiques RAPPORT SYNTHÉTIQUE Jean-François Neven, chercheur au Centre de droit public et Elise Dermine, professeure au Centre de droit public Université libre de Bruxelles Faculté de droit et de criminologie Centre de droit public Juin 2019

2 Sommaire Sommaire Contexte et objet de l étude Le point de départ : les caractéristiques fondamentales du dispositif TZCLD en France L importation de l expérience TZCLD en Belgique : scénarios institutionnels Pallier l absence d encadrement constitutionnel du processus d expérimentation Scénarios institutionnels : recommandations L importation de l expérience TZCLD en Belgique : questions juridiques spécifiques Concilier la participation volontaire des chômeurs de longue durée et la réglementation du chômage Définir la forme juridique de l EBE et la commission paritaire compétente Veiller au respect des différentes exigences du droit de l Union européenne

3 1. Contexte et objet de l étude En 2018, l Instance Bassin Enseignement Qualifiant Formation Emploi (IBEFE) Hainaut Sud s est intéressée à l expérimentation Territoire zéro chômeur de longue durée (TZCLD) menée depuis 2016 sur dix territoires français. Cette expérience-pilote vise à «montrer qu il est possible à l échelle de petits territoires, sans surcoût significatif pour la collectivité, de proposer à tout chômeur de longue durée qui le souhaite, un emploi à durée indéterminée à temps choisi, en développant des activités utiles pour répondre aux besoins des divers acteurs du territoire» ( Les avantages en termes micro-économiques et les bénéfices tant pour la collectivité que pour les individus visés par la mesure - soit les chômeurs de longue durée -, ont poussé l IBEFE Hainaut Sud à envisager l implémentation de ce dispositif sur son territoire. Pour mener à bien ce projet, elle s est appuyée sur une série d acteurs carolorégiens réunis au sein de la Commission capital humain du Comité de développement stratégique de la région de Charleroi Sud-Hainaut (CDS). Différents groupes de travail, un compté d accompagnement et un comité d accompagnement scientifique se sont constitués autour de cette initiative. Au sein du comité d accompagnement, la nécessité de se pencher sur la question de la «transplantation législative» du dispositif en Belgique est très vite apparue. En effet, le paysage institutionnel et législatif belge est très différent de celui qui a permis l éclosion des territoires zéro chômeur en France. Sans une analyse précise des questions juridiques que l importation du dispositif soulève, le projet ne pouvait avancer sur des bases solides. Il a donc été décidé par l IBEFE et la Commission capital humain du CDS de commander une étude universitaire sur les possibilités de transplantation législative du dispositif TZCLD. Du fait de son rôle d interface entre les établissements d enseignement supérieur et la dynamique territoriale carolorégienne, c est l Université Ouverte (UO), partenaire de l IBEFE au sein de la Commission capital humain, qui s est chargée de coordonner la réalisation de cette étude, en concertation étroite avec l IBEFE. L étude est une analyse de faisabilité juridique. Elle examine de façon détaillée et précise les questions juridiques soulevées par l opération d importation du dispositif TZCLD, en vue de fournir une aide à la décision aux porteurs du projet et de donner à celui-ci les meilleures chances de succès. Pour ce faire, l étude identifie tout d abord les caractéristiques fondamentales de l expérience TZCLD, c est-à-dire les traits qui permettent de mettre en évidence son originalité par rapport aux mesures classiques de lutte contre le chômage de longue durée, et qu il convient dès lors de préserver à l occasion de l opération de transplantation. Elle procède ensuite à une identification des différents scénarios institutionnels qui sont envisageables dans le contexte belge en fonction, notamment, des règles répartitrices de compétences. Elle compare les avantages et inconvénients des différents scénarios et procède à des recommandations. Elle aborde enfin différentes questions juridiques spécifiques posées par la mise en œuvre du projet. Celles-ci portent sur l articulation entre le caractère volontaire de la participation des chômeurs à l expérience TZCLD et la réglementation du chômage, sur le statut juridique de l entreprise à but d emploi (EBE) et sur les exigences contenues dans le droit de l Union européenne. 3

4 2. Le point de départ : les caractéristiques fondamentales du dispositif TZCLD en France Le projet TZCLD a été pensé au départ de trois constats : (1) personne n est inemployable, (2) ce n est pas le travail qui manque mais bien l emploi, (3) ce n est pas non plus l argent qui manque puisque chaque année le chômage de longue durée entraîne de nombreuses dépenses et manques à gagner que la collectivité prend à sa charge. Partant de ces constats, le projet TZCLD constitue une proposition en rupture avec les moyens habituels de lutte contre le chômage de longue durée. Il vise à réaliser le droit fondamental d obtenir un emploi, selon les termes de la Constitution française. Il est, dans la même perspective, susceptible de concrétiser le droit au travail au sens de l article 23 de la Constitution belge. L étude suggère que l expérience TZCLD repose sur les sept caractéristiques suivantes : (1) une dynamique territoriale : le projet se déploie à l échelle d un petit territoire et est porté par les acteurs locaux ; (2) un projet centré sur la qualité de l emploi : les chômeurs de longue durée sont engagés dans le cadre de contrats de travail à durée indéterminée ; ils travaillent à temps choisi et sont investis dans l animation de leur entreprise ; (3) un projet ouvert et accessible à tous les chômeurs de longue durée : tous les chômeurs de longue durée du territoire peuvent participer au projet et les emplois sont créés à partir de leurs compétences, savoir-faire et motivations ; (4) une démarche volontaire dans le chef des chômeurs de longue durée : la participation à l expérience est volontaire ; elle ne peut en aucune manière être contrainte ; (5) une logique de réaffectation des dépenses : le projet n a pas de surcoût significatif ; il est financé par la réaffectation des coûts directs et indirects et des manques à gagner liés à la privation durable d emploi, complétée par le chiffre d affaires réalisé grâce à la facturation des biens produits et des services prestés par les travailleurs ; (6) le développement d activités répondant à des besoins du territoire : les activités complètent utilement le tissu économique local ; elles ne concurrencent pas les emplois existants sur le territoire ; (7) Une logique d expérimentation démocratique : l expérience a été pensée par des acteurs de la société civile comme une alternative aux mesures de lutte contre le chômage de longue durée ; elle est testée temporairement et évaluée par l Etat avant d envisager son élargissement et sa stabilisation. Les initiateurs du projet TZCLD ont prévu qu il s articule autour de deux acteurs, garants de l esprit du projet : (1) le comité local pour l emploi qui réunit les acteurs locaux et est chargé de monter et de piloter le projet TZCLD sur le territoire ; (2) l entreprise à but d emploi (EBE), qui est l employeur, sur un territoire donné, des chômeurs de longue durée qui décident de rentrer dans le projet et cherche donc à garantir une offre d emplois à proportion des besoins de la population. 4

5 3. L importation de l expérience TZCLD en Belgique : scénarios institutionnels Après avoir clarifié les conséquences juridiques de l inexistence d un mécanisme constitutionnel encadrant le déploiement d expérimentations en Belgique (3.1.), les scénarios institutionnels d importation du dispositif français en Belgique sont exposés (3.2.) Pallier l absence d encadrement constitutionnel du processus d expérimentation A la différence du droit français, le droit constitutionnel belge n encadre pas spécifiquement les lois qui visent à tester un dispositif juridique sur un nombre restreint de territoires. Dans cette situation, il convient de veiller à ce que la mise en œuvre d une expérimentation : - ne se heurte pas au principe constitutionnel d égalité et de non-discrimination (a) ; - s accomplisse dans le respect des règles de répartition de compétences au sein de l Etat belge (b). a) Expérimenter dans le respect du principe constitutionnel d égalité et de nondiscrimination A défaut d encadrement constitutionnel des démarches d expérimentation, il n existe pas, en Belgique, de réponse spécifique au fait que ces lois réservent un traitement privilégié à certains territoires et que la différence de traitement qu elles instaurent est ainsi susceptible de contrevenir au principe constitutionnel d égalité et de non-discrimination. L étude suggère toutefois que la différence de traitement peut, dans le cas présent, être justifiée par le caractère temporaire et exceptionnel de l expérimentation. En France, une telle justification a d ailleurs été admise à l époque où l encadrement constitutionnel des lois d expérimentation n était pas encore en place. A des fins de sécurité juridique, l étude recommande de veiller à ce que l expérience soit temporaire, qu un terme soit fixé dans l instrument législatif qui la met en place, qu une évaluation des effets de l expérience soit également organisée dans cet instrument et qu au terme de l expérimentation, l extension ou la généralisation du dispositif ne soit pas automatique mais soit, au contraire, subordonnée à l adoption d un texte législatif ultérieur. En outre, comme l expérimentation pourrait être analysée comme une forme d action ou de discrimination positives en faveur de certains territoires, il paraît souhaitable de veiller à se conformer aux conditions auxquelles pareilles actions et discriminations sont généralement admises. Sur un plan formel, l étude recommande ainsi que l instrument législatif organisant l expérimentation précise : - l objectif poursuivi par l expérience, à savoir tester un dispositif qui vise à éradiquer le chômage de longue durée qui frappe certains territoires plus que d autres, 5

6 - le niveau du chômage de longue durée pris en compte en vue de la sélection des territoires, - et la durée de l expérience ainsi que les modalités de son évaluation. b) Prendre en compte les règles de répartition des compétences en vigueur au sein de l Etat belge En France, la Constitution autorise, sous certaines conditions, les collectivités à déroger à certaines règles de répartition des compétences, en vue de favoriser le déploiement d expérimentations innovantes. Il n existe pas de mécanisme équivalent en Belgique. Les principes qui régissent la répartition des compétences au sein de l Etat belge devront donc être respectés dans le cadre de l importation du dispositif français TZCLD. Ils peuvent être synthétisées comme suit : (1) dans un Etat fédéral, une entité ne peut mener une politique que si elle se rattache à une de ses compétences ; (2) dans le système fédéral belge, les compétences sont en principe exclusives de sorte que les compétences transférées aux entités fédérées n ont plus vocation à être exercées par l Etat fédéral ; (3) une compétence transférée est, en principe, financée de sorte que, sauf si cela a été prévu expressément, l entité fédérée qui, dans le cadre de ses compétences, met en place une politique innovante n a pas droit à des moyens financiers supplémentaires ; (4) un accord de coopération entre l Etat fédéral et une ou plusieurs régions reste possible pour faciliter l exercice des compétences respectives ou réaliser des projets communs Scénarios institutionnels : recommandations Sur la base de la confrontation entre les principes exposés supra et les compétences pertinentes de l Etat fédéral et des régions, trois recommandations principales sont formulées quant aux scénarios d institutionnalisation de l expérience TZCLD. Le scénario exclusivement fédéral n est pas possible au regard des règles de répartition de compétences (a.). Deux scénarios sont donc proposés : un scénario exclusivement régional et un scénario associant échelons fédéral et régional. L étude recommande l option du scénario régional, via l adoption d un décret budgétaire dans la phase d expérimentation du projet et ensuite, en vue d une stabilisation de la mesure en cas de succès de l expérience -, par la mise sur pied d un décret organique dédié au projet TZCLD (b). Le scénario conjoint doit être réservé à l hypothèse d un élargissement de l expérience aux autres régions (c). a) Renoncer à un scénario exclusivement fédéral Les compétences régionales en matière d emploi couvrent notamment les programmes de remise au travail des demandeurs d emploi ainsi que l activation des allocations sociales. Elles concernent aussi les réductions de cotisations de sécurité sociale en faveur des employeurs qui, notamment dans le secteur de l économie sociale, engagent des demandeurs d emploi de longue durée. L expérience TZCLD cadre parfaitement avec ces compétences. Le 6

7 premier scénario d institutionnalisation de cette expérience au sein du bassin Hainaut Sud est ainsi celui de la mobilisation des compétences de la Région wallonne et de son budget. Le caractère exclusif des compétences régionales a corrélativement pour conséquence que l Etat fédéral n est pas compétent pour mener lui-même une telle expérimentation. Ni l Etat fédéral, ni les organismes qui, comme l ONEM, en dépendent, ne sont compétents pour financer directement la mise à l emploi des chômeurs et des bénéficiaires du CPAS ou pour activer les allocations sociales versées à ces personnes. Un scénario exclusivement basé sur la compétence fédérale en matière de sécurité sociale, tel qu il avait été imaginé au départ par les porteurs du projet dans le but de matérialiser, de manière visible, la logique de réaffectation des dépenses de sécurité sociale n est pas compatible avec les règles de répartition des compétences au sein de l Etat belge. A ce stade, il paraît toutefois possible d envisager un scénario conjoint, prenant la forme d un accord de coopération entre les régions et l Etat fédéral. Ce scénario mérite en effet d être approfondi dès lors que l Etat fédéral, même s il n est pas compétent pour financer la mise à l emploi et l activation des allocations sociales qui sont au cœur du projet TZCLD, conserve certaines compétences en matière de lutte contre la pauvreté et de concrétisation de l article 23 de la Constitution. Au regard des règles de répartition de compétences, deux scénarios sont donc étudiés : un scénario régional et un scénario de coopération entre l échelon fédéral et l échelon régional. b) Donner la priorité à un scénario régional à double détente Dans l hypothèse du scénario régional, la Région wallonne finance le projet TZCLD par le biais d une subvention dont le bénéficiaire final est l entreprise à but d emploi (EBE). L étude clarifie les conditions juridiques de mise en place de cette subvention et les canaux par lesquels elle peut être allouée en précisant l outil juridique qui doit permettre d institutionnaliser la subvention et l opérateur appelé à participer à sa mise en œuvre et à son contrôle. Si, à première vue, le recours à un mécanisme de subventionnement déjà existant peut sembler une voie intéressante, l étude ne retient pas cette voie : il semble en effet que le projet TZCLD se distingue de tous les dispositifs déjà en place et que la mobilisation d un décret existant nécessiterait de le modifier et de le compléter de manière sensible de sorte que cette opération n apparaît pas plus aisée que l adoption d un nouveau décret, spécifiquement dédié à l expérience TZCLD. S agissant de ce nouvel outil et du choix de l opérateur, l étude préconise, afin de respecter la philosophie du projet TZCLD, et plus particulièrement la logique expérimentale qui le caractérise, un scénario régional opérant en deux temps selon le schéma suivant : - Dans une première phase expérimentale, il serait procédé, après consultation informelle de l IBEFE Hainaut Sud, à l adoption d une disposition spécifique dans le décret budgétaire, précisant les éléments essentiels de la subvention et confirmant le 7

8 rôle d opérateur de la subvention confié au Ministre de l emploi et à l administration régionale. Une telle disposition a comme avantage de pouvoir être adoptée rapidement puisqu elle est votée en même temps que le budget et bénéficie de la priorité qui lui est réservée. - En parallèle, l adoption d un décret organique serait mise en chantier de manière à permettre, dans un second temps, d élargir l expérimentation et de la pérenniser, en faisant appel au FOREM comme opérateur et en envisageant la consultation régulière des Instances bassins. La première phase donne lieu à un encadrement juridique plus léger, mais adapté aux besoins d une expérimentation. Elle permet en outre de soutenir efficacement le processus déjà amorcé dans la région de Charleroi au sein de l IBEFE Hainaut Sud. Les outils juridiques mis en œuvre dans le cadre de la seconde phase sont plus conséquents et offrent une meilleure sécurité juridique. Ils permettent d étendre la possibilité de participer à l expérience à d autres territoires de Wallonie. c) Réserver le scénario de la coopération à l hypothèse de l élargissement de l expérience TZCLD aux autres régions L étude approfondit la possibilité d un scénario conjoint impliquant la mise en place d un dispositif commun de lutte contre le chômage de longue durée, grâce à un accord de coopération entre la région et l Etat fédéral. A l occasion de l examen de ce scénario, est apparue la difficulté d identifier la compétence en vertu de laquelle l Etat fédéral pourrait intervenir. Il a de même été relevé qu en cas de financement partagé, l accord de coopération devrait faire l objet d un assentiment tant de la part du Parlement régional que du Parlement fédéral. Or, aussi longtemps que le projet ne concerne qu une seule région, rassembler une majorité au sein du Parlement fédéral pourrait s avérer politiquement difficile. Sur le plan opérationnel, ce scénario suscite aussi quelques difficultés : l implication d une administration fédérale n est pas aisée lorsque la compétence est essentiellement régionale ; l étude déconseille, par ailleurs, de recourir à un organe interfédéral, dont la composition et les règles de fonctionnement peuvent s avérer fort lourdes. Au regard de ces considérations, l étude recommande de réserver la voie de la coopération pour une étape ultérieure, si, à un moment donné, l élargissement du dispositif TZCLD aux autres régions du pays était envisagé. 4. L importation de l expérience TZCLD en Belgique : questions juridiques spécifiques L étude approfondit trois types de questions juridiques auxquels les porteurs du projet sont susceptibles d être confrontés lors de la mise en œuvre du projet TZCLD en Région wallonne. La première série de questions vise à vérifier s il est possible, et à quelles conditions, 8

9 de garantir le caractère volontaire de la participation au projet des chômeurs de longue durée trait central de l expérience TZCLD - au regard de la réglementation sur le chômage (4.1.). La deuxième série de questions porte sur le statut juridique de l EBE appelée à assumer le rôle d employeur (4.2.). Les questions de conformité de l expérience au regard du droit de l Union européenne sont regroupées dans une dernière partie (4.3.) Concilier la participation volontaire des chômeurs de longue durée et la réglementation du chômage L expérimentation TZCLD concerne des chômeurs de longue durée qui sont susceptibles d être assez éloignés du marché du travail. L objectif de la démarche est de partir de leurs compétences, leur savoir-faire et leurs motivations afin d envisager un travail qui réponde aux besoins d un territoire et qui prenne la forme d un contrat de travail à durée indéterminée avec l EBE. La conclusion d un tel contrat de travail ne pourra généralement pas se faire du jour au lendemain. Pour faire aboutir la démarche, il faut qu un lien de confiance s établisse avec les futurs travailleurs, ce qui justifie de mettre l accent sur le caractère volontaire de la participation. Cette condition doit être garantie sur le plan juridique. Pour les demandeurs d emploi qui bénéficient des allocations de chômage, il faut toutefois veiller à articuler cette exigence avec la règlementation du chômage qui leur impose certaines obligations destinées à vérifier la persistance du caractère involontaire de leur chômage. Ces obligations concernent : - le caractère indépendant de la volonté du travailleur des circonstances dans lesquelles il est devenu chômeur ; - la disponibilité passive qui implique que le chômeur doit se présenter au FOREM ou auprès d un employeur en cas de convocation, doit accepter les offres d emploi convenables et doit respecter le plan d action individuel qui lui est proposé ; - la disponibilité active qui impose au chômeur de rechercher activement du travail. Depuis la 6 ème réforme de l Etat, les compétences en la matière sont l objet d une répartition entre le niveau fédéral et le niveau régional. L Etat fédéral reste compétent pour définir le cadre réglementaire. Le contrôle des disponibilités active et passive relève en revanche des autorités régionales et plus particulièrement, en Wallonie, du FOREM. L étude examine comment le caractère volontaire de la participation des chômeurs à l expérience TZCLD peut être sécurisé aux différents stades de la relation avec l EBE. A cette fin, elle recommande qu une série de clarifications soient apportées par le FOREm quant à la manière d exercer ses compétences de contrôle des disponibilités active et passive. Pour sécuriser la phase initiale au cours de laquelle le chômeur de longue durée et l EBE élaborent un projet de contrat de travail, l étude propose l adoption d un protocole de collaboration entre le FOREM et l EBE prévoyant le modus operandi suivant : - Le FOREM invite les demandeurs d emploi de longue durée domiciliés sur le territoire concerné par l expérience à rentrer en contact avec l EBE, si un tel contact n a pas déjà été établi d une autre manière ; dans la mesure où elle ne repose pas encore sur un 9

10 projet de contrat de travail, cette invitation n est pas considérée comme une proposition d emploi concrète et n est donc pas susceptible de donner lieu à une sanction pour absence de présentation auprès d un employeur ou pour refus d emploi convenable. - De manière à favoriser la confiance entre le demandeur d emploi et l EBE, la prise de contact avec l EBE, même lorsqu elle est proposée par le FOREM, n est pas inscrite dans un plan d action individuel. - Le FOREM s abstient de communiquer aux demandeurs d emploi de nouvelles offres d emploi et de leur adresser de nouvelles convocations jusqu à ce que l EBE l informe de la conclusion d un contrat de travail ou de l échec de la phase préparatoire. - De manière à préserver les caractéristiques fondamentales du projet TZCLD, les dossiers des demandeurs d emploi de longue durée domiciliés dans le périmètre concerné par l expérimentation sont pris en charge par un seul et même conseiller référent. Pendant la phase préalable à la signature d un contrat de travail, le chômeur reste tenu par l obligation de recherche active d emploi et est susceptible d être convoqué à un contrôle. L étude suggère que le FOREM confirme que la participation à la phase préparatoire est prise en compte dans l évaluation du comportement actif de recherche d emploi et que le fait pour les demandeurs d emploi de longue durée de ne pas diversifier leurs recherches d emploi et de se focaliser sur l élaboration du projet avec l EBE ne pourra pas leur être reproché. De même, le FOREM pourrait envisager l octroi automatique d une évaluation positive en faveur des demandeurs d emploi qui sont impliqués dans la préparation du contrat de travail avec l EBE, depuis un certain temps. Pour sécuriser la période d exécution du contrat de travail, l étude recommande que le FOREM confirme que les travailleurs qui sont engagés à temps partiel par l EBE et qui bénéficient d une allocation de garantie de revenu ne font pas l objet d un plan d action individuel, dans la mesure où ce plan n est pas réglementairement requis. Il y a lieu, enfin, d appréhender les conséquences d une éventuelle rupture du contrat de travail avec l EBE. Si la réglementation ne laisse guère de place à une interprétation administrative spécifique de la notion de licenciement pour motif équitable ou de démission sans motif légitime, on peut toutefois s attendre à ce que, compte tenu de la philosophie générale du projet qui s adresse à un public particulier, composé de personnes fort éloignées du marché du travail, l EBE fasse preuve de retenue en matière de licenciement et veille à nouer des discussions avec un travailleur qui voudrait démissionner pour vérifier s il n est pas possible d adapter le contenu ou ses conditions de travail. En pratique, il appartiendra à l EBE de remplir ses obligations d employeur en tenant compte des motifs pour lesquels elle a été créée, à savoir faciliter le retour au travail de chômeurs de longue durée éloignés du marché du travail. Cette garantie pourrait être inscrite dans les statuts de l entreprise. 10

11 4.2. Définir la forme juridique de l EBE et identifier la commission paritaire compétente L étude recommande de ne pas faire appel à un outil juridique existant dans le champ de l accompagnement ou de l économie sociale (MIRE, IDESS, etc.). Il suit de cette recommandation que l EBE doit emprunter une des formes juridiques offertes par le droit commun des sociétés et des associations. Afin de respecter l esprit du projet TZCLD, seules les formes juridiques qui ne poursuivent pas un but de lucre sont pertinentes et sont dès lors envisagées. En ayant égard au Code des sociétés et des associations, entré en vigueur le 1 er mai , deux formes juridiques de personnes morales sans but lucratif, à savoir la société coopérative agréée comme entreprise sociale (SC ES) et l association sans but lucratif (ASBL) peuvent être envisagées. L étude évoque les principales différences entre les deux statuts (définition, modalités de constitution, régime juridique, etc.). Les activités autorisées sont les mêmes quelle que soit la forme choisie. Le caractère non lucratif se marque dans l interdiction, dans le cas de l ASBL, ou la quasi-interdiction, dans le cas de la société coopérative agréée comme entreprise sociale, de distribuer des bénéfices. Pour le reste, l accès au statut de société coopérative agréée comme entreprise sociale est rendu plus complexe par le nouveau Code des sociétés et des associations. La constitution d une ASBL est plus simple notamment parce qu il n est pas nécessaire de recourir à un acte notarié. Dans la mesure où le Code belge ne prévoit pas de forme particulière de participation des travailleurs et des personnes impliquées dans le projet, il n y a pas de motif décisif pour préférer la société coopérative à l association sans but lucratif. Sous réserve d une analyse plus détaillée des subventions régionales liées à chacune des deux formes juridiques, l étude recommande d opter pour la forme juridique de l ASBL, du moins pour ce qui concerne la phase expérimentale. L étude identifie ensuite la commission paritaire à laquelle l EBE devrait être rattachée. L entreprise doit pouvoir faire évoluer le type d activités développées en fonction des compétences, savoir-faire et envies des chômeurs qui la rejoignent, d une part, et des besoins du territoire, d autre part. Elle ne peut dès lors relever d une commission paritaire dont le champ de compétence correspond à un secteur d activité spécifique. Il s en déduit qu elle doit être rattachée à la Commission paritaire n 337 qui est la commission paritaire auxiliaire pour le secteur non marchand Veiller au respect des différentes exigences du droit de l Union européenne Au cours de l étude, il a été demandé de vérifier si les subventions salariales versées à l EBE doivent être considérées comme des aides d Etat et si l obligation de résider sur le territoire concerné par l expérimentation contrevient à la liberté de circulation des 1 Code des sociétés et des associations ainsi que loi du 23 mars 2019 introduisant le Code des sociétés et des associations et portant des dispositions diverses. 11

12 travailleurs. Ces questions additionnelles ont en commun de relever du droit de l Union européenne. L étude constate que la subvention salariale répond aux critères de la notion d aide d Etat au sens de l article 107 du TFUE. Elle devrait dès lors en principe faire l objet d une notification préalable à la Commission européenne. Toutefois, l étude suggère qu elle peut bénéficier de la dispense particulière de notification prévue en cas de compensation accordée pour la gestion d un service d intérêt économique général (SIEG). Conformément à la jurisprudence de la CJUE et à la décision de la Commission européenne du 20 décembre 2011, cette dispense serait toutefois, en l espèce, conditionnée par le respect strict des conditions suivantes : - le dispositif mis en place doit présenter la mission d éradiquer le chômage de longue durée dans les territoires les plus touchés par le sous-emploi comme un service d intérêt économique général (SIEG) ; - la disposition légale instaurant la subvention doit comporter plusieurs mentions formelles, dont la référence à la décision de la Commission de 2011 ; elle doit être attentive au fait que la subvention ne peut pas dépasser le coût net des embauches et que l éventuelle subvention pour les frais de structure doit être justifiée au regard des critères habituels de bonne gestion. Suivant le projet TZCLD tel qu il a été conçu dans le bassin de Charleroi, le candidat travailleur doit être demandeur d emploi depuis deux ans au moins et résider sur le territoire de l expérimentation depuis 6 mois au moins. Dans le cadre de la présente étude a émergé la question de savoir si ces conditions méconnaissent la liberté de circulation des ressortissants de l Union européenne. L étude conclut que la distinction entre les personnes domiciliées sur le territoire de l expérimentation depuis 6 mois au moins et les autres est objectivement justifiée par la spécificité du projet qui, de manière expérimentale, tente d éradiquer le chômage de longue durée sur un territoire donné, en recourant pour ce faire à l implication des acteurs présents sur ce territoire (dynamique territoriale). Le critère central est donc étranger à la nationalité. La condition de résidence de 6 mois pourrait être considérée comme étant pertinente et justifiée au regard de l objectif légitime poursuivi et ne serait dès lors pas constitutive d une discrimination. L obligation de justifier une qualité de demandeur d emploi depuis deux ans au moins est également pertinente. L étude recommande toutefois de prendre en compte, en vue de la vérification de ce délai de deux ans, les périodes d inscription comme demandeur d emploi intervenues dans d autres Etats membres de l Union européenne. Sous cette réserve, l exigence de résider sur le territoire de l expérimentation depuis 6 mois et d être demandeur d emploi depuis deux ans ne suscite pas de difficulté. *** 12

13 Nous nous tenons à disposition de toutes les personnes intéressées qui auraient des questions ou des réactions à propos de l étude ; 13

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

EN BELGIQUE, LES MUTUELLES NE REMBOURSENT PAS LES

EN BELGIQUE, LES MUTUELLES NE REMBOURSENT PAS LES EN BELGIQUE, LES MUTUELLES NE REMBOURSENT PAS LES SÉANCES DE LOGOPÉDIE POUR LES ENFANTS DONT LE QUOTIENT INTELLECTUEL EST INFÉRIEUR À 86 PAR THOMAS DABEUX ANAHM ASBL 29 OCTOBRE 2014 Des études récentes

Plus en détail

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT MODIFICATION DE LA DIRECTIVE 86/613/CEE SUR L APPLICATION

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit des affaires européen et comparé de l Université du Littoral Côte d Opale - ULCO Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier

travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier 1 Vous exercez votre activité professionnelle, salariée ou indépendante, sur le territoire français mais résidez sur le territoire

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

UNIVERSITE DE TOULON UFR FACULTE DE DROIT REGLEMENT D EXAMEN ANNEE 2012/2017 LICENCE DROIT MENTION DROIT GENERAL

UNIVERSITE DE TOULON UFR FACULTE DE DROIT REGLEMENT D EXAMEN ANNEE 2012/2017 LICENCE DROIT MENTION DROIT GENERAL UNIVERSITE DE TOULON UFR FACULTE DE DROIT REGLEMENT D EXAMEN ANNEE 01/017 LICENCE DROIT MENTION DROIT GENERAL Les présentes règles s inscrivent dans le cadre réglementaire national défini par les tetes

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque Papier Sté Date : Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque La direction de l entreprise : Dont le siège social est situé

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives Danièle LAJOUMARD Inspecteur Général des Finances Chorus : résultats et perspectives Le projet Chorus destiné à permettre la mise en œuvre intégrale de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF)

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/16 - Traitement comptable des subsides, dons et legs, octroyés en espèces, dans le chef des grandes et très grandes associations et fondations bénéficiaires

Plus en détail

Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. Ministère de la santé et des solidarités Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Direction générale du travail Bureau RT3 - Durée et Revenus du Travail Section participation financière

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

INSCRIPTION DES ETUDIANTS NON- RESIDENTS EN BELGIQUE

INSCRIPTION DES ETUDIANTS NON- RESIDENTS EN BELGIQUE ACTUEL NORD-PAS DE CALAIS Centre Régional Information Jeunesse Nord-Pas de Calais 2, rue Nicolas Leblanc - 59000 LILLE Tél. : 03.20.12.87.30 - Fax : 03.20.12.87.31 - www.crij-npdc.asso.fr Information Jeunesse

Plus en détail

Objet : Proposition de partenariat avec le Fastt

Objet : Proposition de partenariat avec le Fastt Objet : Proposition de partenariat avec le Fastt Madame, Monsieur, Le Fastt (www.fastt.org), est une association (Loi 1901) paritaire, créée en 1992 par les partenaires sociaux de la branche professionnelle

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC ET LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES

Plus en détail

DÉCISION Nº217 du 15 mai 2003

DÉCISION Nº217 du 15 mai 2003 DÉCISION Nº217 du 15 mai 2003 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 44 lettre m) de la Loi nº76/2002 relative au système des assurances chômage et la stimulation de

Plus en détail

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005 Mars 2013 BELGIQUE Mise à jour de la contribution de novembre 2005 1. Résumé de l arrêt Arrêt définitif de la Cour d appel de Bruxelles du 26 juin 2012 Etat belge (SPF AFFAIRES ETRANGERES) c/ INTERNATIONAL

Plus en détail

Vu la demande de la Banque Nationale de Belgique du 5 octobre 2005;

Vu la demande de la Banque Nationale de Belgique du 5 octobre 2005; CSSS/05/139 1 DELIBERATION N 06/006 DU 17 JANVIER 2006 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL NON-CODEES ISSUES DU DATAWAREHOUSE MARCHE DU TRAVAIL ET PROTECTION SOCIALE, PAR LA BANQUE

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES Septembre 2008 1 Direction Générale Adjointe Solidarités Formations tout au long de la vie Direction des Solidarités

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics

Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics 2009 Document élaboré par Raphaël Dugailliez Consultant, Formateur Formateur pour la dynamique «marchés publics durables» Mise en

Plus en détail

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Associations (artistiques et culturelles), quels liens avec l ESS Les associations font donc automatiquement partie du périmètre de l ESS

Plus en détail

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Initialement conçu comme une mesure destinée à concilier le principe de liberté contractuelle en matière d ouverture

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

CAPELO - Compléments au dossier de carrière

CAPELO - Compléments au dossier de carrière CAPELO - Compléments au dossier de carrière Instructions administratives aux employeurs 01/01/2013 Tour du Midi / Zuidertoren Bruxelles1060 Brussel T +32 (0)2 791 50 00 F +32 (0)2 791 50 99 www.capelo.be

Plus en détail

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES Introduction Dans les présentes conditions, l'on entend par : - Abonné : toute personne physique ou morale qui utilise un service

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4315 Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 118, alinéa 2, de la loi relative à l assurance obligatoire soins de santé

Plus en détail

1. QUELS SONT LES MARCHES CONCERNES?... 2 2. QUELS SONT LES INSTRUMENTS FINANCIERS CONCERNES?... 2 3. QUI DOIT DECLARER?... 2

1. QUELS SONT LES MARCHES CONCERNES?... 2 2. QUELS SONT LES INSTRUMENTS FINANCIERS CONCERNES?... 2 3. QUI DOIT DECLARER?... 2 Position AMF n 2006-14 Questions réponses sur les obligations de déclaration des opérations réalisées par les dirigeants, leurs proches et les personnes assimilées Textes de référence : articles L. 621-18-2

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

Les commissions antistress sont-elles légales?

Les commissions antistress sont-elles légales? Les commissions antistress sont-elles légales? Face aux risques psychosociaux, le Ministère du travail préconise une démarche concertée pour concevoir un plan de prévention adapté mais surtout accepté.

Plus en détail

Mémoire présenté par la Confédération des syndicats nationaux (CSN) à la Commission des finances publiques

Mémoire présenté par la Confédération des syndicats nationaux (CSN) à la Commission des finances publiques Mémoire présenté par la Confédération des syndicats nationaux (CSN) à la Commission des finances publiques sur le projet de loi n o 15, Loi sur la gestion et le contrôle des effectifs des ministères, des

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE

BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE Paris, le 5 février 2008 BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE Le dispositif consiste dans la prise en charge par la commune d une partie du coût du permis de conduire en échange d une activité bénévole d intérêt

Plus en détail

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications (ORAT) Modification du 19 décembre 2001 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 6 octobre 1997 sur les ressources

Plus en détail

Convention «Heurt de véhicules» TABLE DES MATIERES

Convention «Heurt de véhicules» TABLE DES MATIERES «Heurt de véhicules» 470 1 er avril 1994 TABLE DES MATIERES A. Liste des entreprises adhérentes B. Texte de la convention C. Définitions D. Principes et modalités d application E. Fixation des dommages

Plus en détail

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 Janvier 2014 Ce guide a pour objet de préciser l interprétation

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 224 4 novembre 2011. S o m m a i r e RÉGIME TEMPORAIRE: GARANTIE DE L ÉTAT

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 224 4 novembre 2011. S o m m a i r e RÉGIME TEMPORAIRE: GARANTIE DE L ÉTAT MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3859 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 224 4 novembre 2011 S o m m a i r e RÉGIME TEMPORAIRE: GARANTIE DE

Plus en détail

Projet de loi n o 94. Présentation. Présenté par Madame Kathleen Weil Ministre de la Justice

Projet de loi n o 94. Présentation. Présenté par Madame Kathleen Weil Ministre de la Justice PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 94 Loi établissant les balises encadrant les demandes d accommodement dans l Administration gouvernementale et dans certains établissements

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Débats et Prospectives

Débats et Prospectives Débats et Prospectives CONSOLIDATION DE LA TVA : UNE PREMIERE ETAPE VERS LE «GROUPE TVA» Très tôt dans le droit communautaire de la TVA est apparue la notion de «groupe», consistant à considérer comme

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours.

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours. LE NOUVEAU RÉGIME DU COMPTE ÉPARGNE-TEMPS Paris, le 13 décembre 2012 Pour analyser le décret relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique hospitalière, paru au Journal officiel du 8 décembre

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel;

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel; AVIS N 07 / 2003 du 27 février 2003. N. Réf. : 10 / Se / 2003 / 005 / 009 / ACL OBJET : Utilisation des moyens de communication électroniques à des fins de propagande électorale. La Commission de la protection

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

SSIG UN ÉCLAIRAGE COMPARATIF PA S C A L E V I E L L E F E R R A R A 1 4 / 0 2 / 2 0 1 3

SSIG UN ÉCLAIRAGE COMPARATIF PA S C A L E V I E L L E F E R R A R A 1 4 / 0 2 / 2 0 1 3 SSIG UN ÉCLAIRAGE COMPARATIF PA S C A L E V I E L L E F E R R A R A 1 4 / 0 2 / 2 0 1 3 LA SÉCURITÉ DES CITOYENS EUROPÉENS, UN DÉFI À LA CRISE La transformation des besoins exige une renégociation fondamentale

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel [email protected] page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/118 DÉLIBÉRATION N 14/063 DU 2 SEPTEMBRE 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L

Plus en détail

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété.

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. LE PSLA Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. Le processus d accession se déroule en deux phases : Une phase locative qui dure de 6 mois à 2 ans

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

Le service civique. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / juin 2010 1

Le service civique. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / juin 2010 1 Sans disparaître complètement, le volontariat associatif, introduit par la loi du 23 mai 2006, reçoit une nouvelle configuration et réapparaît dans la loi du 10 mars 2010 sous la dénomination de «service

Plus en détail

l examen professionnel supérieur d informaticien / informaticienne 1

l examen professionnel supérieur d informaticien / informaticienne 1 I-CH Formation professionnelle informatique Suisse SA REGLEMENT concernant l examen professionnel supérieur d informaticien / informaticienne 1 du 10 février 2009 (modulaire, avec examen final) Vu l art.

Plus en détail

LIVRET SERVICE. Portail Déclaratif Etafi.fr

LIVRET SERVICE. Portail Déclaratif Etafi.fr LIVRET SERVICE Portail Déclaratif Etafi.fr LS-YC Portail Déclaratif Etafi.fr-11/2013 ARTICLE 1 : PREAMBULE LIVRET SERVICE PORTAIL DECLARATIF ETAFI.FR Les télé-procédures de transfert de données fiscales

Plus en détail

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission ~ UEMOA RÈGLEMENT D'EXECUTION N~(t..~.:.~.9.1 RELATIF AUX REGLES PRUDENTIELLES PORTANT SUR LES RISQUES COURTS, AUX MECANISMES DE GARANTIE ET

Plus en détail

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 COMPLEMENTAIRE SANTE (MUTUELLE) Le Texte : Avenant n 2/2011 du 12 juillet 2011 agréé le 18 novembre 2011 par arrêté paru au JO le 29 novembre 2011 - étendu le par arrêté paru

Plus en détail

OBSERVATIONS INTRODUCTION

OBSERVATIONS INTRODUCTION Comité d experts gouvernementaux d UNIDROIT sur l applicabilité des clauses de compensation avec déchéance du terme Deuxième session FR UNIDROIT 2013 C.E.G/Netting/2/W.P. 5 Original: anglais Rome, 4-8

Plus en détail

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Juin 2006 10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Article publié dans le Courrier des maires, n 191 du 01 mai 2006, par Emmanuel Duru, Responsable des

Plus en détail

C ONFEDERATION DES O RGANISATIONS DE J EUNESSE. Indépendantes et Pluralistes ASBL. Secrétaire générale

C ONFEDERATION DES O RGANISATIONS DE J EUNESSE. Indépendantes et Pluralistes ASBL. Secrétaire générale Conception et rédaction : Mise en page : Editeur responsable : Anaïs ARMAND - Juriste Diana LUCIC - Infographiste Yamina GHOUL Secrétaire générale C ONFEDERATION DES O RGANISATIONS DE J EUNESSE Indépendantes

Plus en détail

COMMERCIALISATION A DISTANCE DE SERVICES FINANCIERS BROCHURE D INFORMATION. Résumé

COMMERCIALISATION A DISTANCE DE SERVICES FINANCIERS BROCHURE D INFORMATION. Résumé MTH07009 COMMERCIALISATION A DISTANCE DE SERVICES FINANCIERS BROCHURE D INFORMATION Résumé La loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur comprend un chapitre

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

Baromètre de la diversité > Logement. Chapitre 2. Recommandations

Baromètre de la diversité > Logement. Chapitre 2. Recommandations 26 Baromètre de la diversité > Logement Chapitre 2 Recommandations 27 28 Baromètre de la diversité > Logement I. LA DISCRIMINATION DANS LE DOMAINE DU LOGEMENT VUE DU CENTRE Le logement constitue assurément

Plus en détail

Les permis de travail temporaires. Présenté par: Me Gilda Villaran

Les permis de travail temporaires. Présenté par: Me Gilda Villaran Les permis de travail temporaires Présenté par: Me Gilda Villaran 18 avril 2012 «Immigration Canada et les Ambassades nous diront quoi faire» Certains mythes entourant les permis de travail. «Je ne rémunèrerai

Plus en détail

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE POLITIQUE : PLACEMENT La Fondation communautaire d Ottawa (FCO) est une fondation publique établie dans le but de subventionner un vaste éventail d activités

Plus en détail