La culture à travers 100 ans de géographie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La culture à travers 100 ans de géographie"

Transcription

1 Bulletin de l association de géographes français Géographies 97-1/ : Centenaire de l'association de Géographes Français La culture à travers 100 ans de géographie Culture throughout 100 years of geography Paul Claval Édition électronique URL : DOI : /bagf.6447 ISSN : Éditeur Association AGF Édition imprimée Date de publication : 15 octobre 2020 Pagination : ISSN : Référence électronique Paul Claval, «La culture à travers 100 ans de géographie», Bulletin de l association de géographes français [En ligne], 97-1/2 2020, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 07 juillet URL : journals.openedition.org/bagf/6447 ; DOI : Bulletin de l association de géographes français

2 La culture à travers 100 ans de géographie (CULTURE THROUGHOUT 100 YEARS OF GEOGRAPHY) Paul CLAVAL * RÉSUMÉ La géographie culturelle constitue dès le départ une composante fondamentale de la géographie humaine : s'attachant à mesurer l'influence de l'environnement sur le destin de l'humanité, elle fait du genre de vie son objet essentiel, mais ne l'appréhende qu'à travers ses manifestations matérielles, ce qui limite son champ. Une première lignée de recherche se suit ainsi de Vidal de la Blache à Brunhes, Deffontaines, Gourou, de Planhol et Braudel. Le tournant culturel qui se dessine alentours de 1970 voit dans la culture l'adn de la vie sociale, montre l'influence des modes de communication et de mémorisation sur les formes qu'elle revêt, s'attache aux imaginaires qu'elle nourrit, à ceux en particulier qui lui donnent une dimension normative et met en évidence les mécanismes sociaux qu'elle génère. Il remodèle l'ensemble de la discipline et éclaire les problèmes du monde contemporain. Mots-clés : Géographie humaine Approche culturelle Genre de vie Paysage Techniques sociales Culture et civilisation Imaginaire Communication ABSTRACT Cultural geography was, from the start, a fundamental component of human geography: trying to evaluate the influence of environment on human destiny, it focused on ways of life, but seized them only through their material dimensions; as a result, its scope remained limited. A first orientation of research developed in this way from Vidal de la Blache to Braudel through Brunhes, Deffontaines, Gourou and de Planhol. Starting in the early seventies, the cultural turn conceived culture as the DNA of social life, analyzed the influence of modes of communication and memorization on its forms, studied the imaginaries it gave birth to - those more peculiarly that gave it a normative dimension - and stressed the social mechanisms it created. It reshaped the whole discipline and explained the problems of our world. Key words: Human geography Cultural approach Way of life Landscape Social techniques Culture and civilization Imaginary Communication La culture est dès l'origine présente dans la géographie humaine puisqu'à ses débuts, celle-ci vise à mesurer la part de la nature - et corrélativement celle de l'initiative humaine - dans les environnements que façonnent les hommes. Elle est en même temps bridée par la volonté de s'en tenir aux faits tangibles, qui interdit de prendre en compte les représentations. Cet interdit disparaît avec le tournant culturel pris par la discipline à partir des années * Professeur émérite, Sorbonne-Université Courriel :

3 LA CULTURE À TRAVERS CENT ANS DE GÉOGRAPHIE La place de la culture dans la géographie classique La naissance de la géographie humaine se produit au moment où triomphe l'évolutionnisme et où Haeckel plaide pour la constitution d'une science du rapport des êtres vivants à l'environnement : l'écologie. La nouvelle géographie en porte la marque De Ratzel à Vidal de la Blache L'Anthropogeographie [ ] de Ratzel cherche en effet à répondre à l'une des grandes questions que pose l'évolutionnisme : le destin des groupes humains est-il commandé par le milieu où ils vivent? La réponse à cette question implique l'analyse de l'évolution de l'humanité de la préhistoire à nos jours et à tous les niveaux de son développement. Ratzel se fait donc anthropologue. Il consacre à ce domaine les trois volumes de sa Völkerkunde [ ]. Il y oppose deux niveaux de culture. Les Naturvölker ceux que l'on appelait naguère des primitifs et que l'on qualifie aujourd'hui de peuples premiers ne disposent que d'outillages si élémentaires qu'ils sont incapables d'échapper aux contraintes environnementales. A ce stade, les conduites humaines sont largement dictées par le milieu. L'usage de la raison se traduit par l'élargissement de l'arsenal de techniques matérielles et de techniques sociales que maîtrisent les peuples : ceux-ci se transforment en Kulturvölker. Les préoccupations de Vidal de la Blache sont voisines : «Ce qui [ ] prévaut avec les progrès des civilisations, ce qui se développe, ce sont des modes de groupements sociaux originairement sortis de la collaboration de la nature et des hommes, mais de plus en plus émancipés de l'influence directe des milieux. L'homme s'est créé des genres de vie. A l'aide de matériaux et d'éléments pris dans la nature ambiante, il a réussi, non d'un seul coup, mais par une transmission héréditaire de procédés et d'inventions, à constituer quelque chose de méthodique qui assure son existence, et qui lui fait un milieu à son usage» [Vidal de la Blache 1922, p ]. La géohistoire de très longue durée que pratique ainsi Vidal repose sur l'analyse de sociétés où tous participent à la production des nécessités vitales : les sociétés à genre de vie. Leurs membres apprennent à tirer parti de leur environnement en se dotant d'une "combinaison d'instruments" qu'ils inventent en agissant rationnellement. En se structurant et en s'inscrivant dans le temps, le genre de vie se charge cependant d'inertie : «par là s'introduit dans les groupements un nouveau principe de différenciation. Car le genre de vie, par la nourriture et les habitudes qu'il implique, est à son tour une cause qui modifie et pétrit l'être humain» [Vidal de la Blache 1922, p. 116]. Cette première géographie culturelle retrace aussi, à travers Eduard Hahn, la domestication des animaux et des plantes. Elle reste, en revanche, floue sur la manière de procéder à l'analyse des genres de vie.

4 96 P. CLAVAL 1.2. Otto Schlüter et Jean Brunhes Ce sont les géographes de la génération suivante qui mettent en place les formes et les cadres de l'analyse culturelle. Pour Otto Schlüter [1905], la géographie doit partir de ce que l'observation révèle à la surface de la terre. Le paysage est modelé à la fois par les forces naturelles et par l'action humaine. Le problème des rapports de l'homme et du milieu doit s'analyser concrètement, à travers l'analyse du Kulturlandschaft. Jean Brunhes fait sienne cette analyse : La Géographie humaine [1910] est fondée sur l'étude des faits d'occupation du sol que l'action humaine imprime sur le paysage. Les plus fondamentaux sont motivés par les besoins vitaux des hommes se nourrir, se loger, se déplacer mais, ajoute Brunhes : «en général, ils sont entourés ou complétés par une autre catégorie de faits, également visibles et tangibles, qui en constituent comme le cortège indispensable, et qui, même dans les manifestations les plus élémentaires, en sont, si l'on peut joindre ces deux mots, les accessoires obligés. [ ] La maison ou la caverne habitée ne vont pas sans quelque ameublement et sans quelques ustensiles ; la route comporte des accessoires, qui sont les moyens de transport, traineau qui glisse ou char qui roule [ ]» [Brunhes, 1947/1910, pp ]. Le niveau culturel est ainsi introduit. On le saisit en étudiant minutieusement les artefacts et les paysages que modèlent les porteurs de genres de vie. L'analyse de ceux-ci doit reposer sur l'analyse minutieuse de leurs budgets espace-temps, comme le montre l'étude qu'il consacre en 1906 au val d'anniviers, en Suisse [Brunhes & Girardin 1906]. Sur ce point, la pensée de Brunhes se précise dans La Géographie humaine de la France, qu'il rédige en collaboration avec Pierre Deffontaines : «Le genre de vie est par excellence une combinaison de travaux Notre classification sera fondée sur l'organisation des cycles de travaux agricoles selon leur rythme d'après ce qu'on pourrait appeler les travaux et les jours de nos paysans» [Brunhes 1947/1910, p. 272, reprenant un passage de Brunhes & Deffontaines 1926]. Avec Jean Brunhes, l'approche culturelle trouve ses points d'appui dans l'analyse des budgets espaces-temps propres aux genres de vie ( les travaux et les jours ), et dans celle du paysage Pierre Deffontaines et l'épanouissement de la géographie culturelle La thèse que Pierre Deffontaines [1932] consacre aux pays de la Moyenne Garonne s'inscrit pleinement dans cette optique : elle porte sur les hommes et leurs travaux dans cette région française ; elle oppose les petits métiers et les modes de vie semi-nomades des pays au bois aux agricultures complexes des terreforts et du pays des serres, et aux productions artisanales des bourgs. La collection L'homme et [par ex., Deffontaines, L'Homme et la forêt, 1933] que lance Deffontaines chez Gallimard au début des années 1930 connaît un

5 LA CULTURE À TRAVERS CENT ANS DE GÉOGRAPHIE 97 grand succès. Elle fait une large place à l'œuvre géographique, c'est-à-dire visuelle, paysagique, des hommes. Son champ est, cependant, potentiellement plus large. Deffontaines ajoute en effet que cette œuvre ne s'est pas bornée à cet aménagement matériel du globe [Deffontaines 1948, p. 7]. Il précise : «Il reste un large résidu dans les paysages inscrits par les hommes à la surface du globe, résidu qui ne s'explique pas par les adaptations au milieu physique : l'homme a apporté un nouvel élément étonnamment puissant : la pensée, et c'est en cela qu'il constitue la dernière vague de la création, le front avancé des êtres. Le plus grand évènement de l'histoire géographique de la Terre, ce n'est pas tel plissement de montagne [ ], c'est l'apparition avec l'homme d'une sorte de sphère spéciale, [ ] que Pierre Teilhard de Chardin a appelé la noosphère» [Deffontaines 1948, p. 8]. Deffontaines aborde cette sphère dans sa Géographie des religions, mais la conception positive de la discipline qu'il a héritée de Jean Brunhes et qui est alors largement partagée, lui impose de sévères contraintes : «Le géographe est amené à conserver, à l'égard des faits religieux une attitude de pur observateur, ne cherchant pas à étudier le fondement, l'origine ou l'évolution du système religieux et la valeur respective de ceux-ci. Il se borne à noter les répercussions géographiques des faits de religions sur le paysage ; il réduit ainsi le point de vue religieux à des éléments extérieurs et physionomiques, laissant délibérément de côté le domaine majeur de la vie intérieure» [Deffontaines 1948, pp ]. La géographie culturelle classique est ainsi bridée à la fois par l'attention privilégiée qu'elle porte aux sociétés à genre de vie et par le refus de prendre en compte les représentations. Cela ne l'empêche pas de connaître de beaux développements des années 1930 aux années Pierre Gourou Passionné par les pages que Vidal de la Blache a consacrées, durant la Première Guerre mondiale, aux grandes accumulations humaines de l'extrême- Orient, Pierre Gourou part enseigner en Indochine où il prépare une thèse sur Les Paysans du delta tonkinois [1936]. Comme dans tous les deltas de l'extrême-orient, la terre y est féconde dès lors que les eaux y sont contrôlées. Les moyens techniques dont disposent les paysans vietnamiens pour mener cette tâche sont fort ingénieux, mais reposent pour l'essentiel sur leur labeur. L'efficacité des procédés qu'ils emploient ne tient pas à la puissance qu'ils mobilisent, mais à la coordination des actions qu'ils mènent. À l'inventaire des techniques matérielles des sociétés rurales à laquelle procèdent systématiquement les géographes de l'entre-deux-guerres pour définir les genres de vie, Pierre Gourou ajoute donc celui de leurs techniques

6 98 P. CLAVAL sociales : il enrichit ainsi considérablement l'approche culturelle. L'agriculture itinérante sur brûlis constitue le mode le plus répandu de mise en valeur du monde tropical. Les longues rotations qui y sont mises en œuvre pour rendre aux terres leur fertilité limitent les volumes alimentaires produits. A la différence de ce qui se passe dans les deltas d'extrême-orient, l'entretien d'un encadrement important et efficace y est difficile [Gourou 1947]. Cette conception de la culture élargie aux techniques sociales permet à Gourou d'expliquer les spécificités de l'extrême-orient, de l'afrique subsaharienne comme de l'ensemble du monde tropical. Il en donne un exposé systématique à la fin de sa carrière, dans Pour une Géographie humaine [Gourou 1973]. C'est elle qui le conduit à insister sur le rôle des civilisations Xavier de Planhol Les recherches de Xavier de Planhol portent au départ sur les paysages agraires, comme c'est le cas de nombre de travaux menés en France depuis les ouvrages pionniers de Marc Bloch [1931] et de Roger Dion [1934]. Ses recherches portent sur l'anatolie [de Planhol 1958] où il a la chance d'observer la mise en place d'openfields au moment où se sédentarisent des nomades ou des semi-nomades : cela invalide l'interprétation ethnique de leur origine qu'avait proposée Meitzen en La contribution de Xavier de Planhol est ainsi, dès le départ, largement critique : derrière des modes d'organisation qui paraissent simples, il faut savoir lire le jeu complexe des impératifs écologiques que les hommes ont appris à respecter, des intérêts économiques, des structures sociales, des pouvoirs locaux et nationaux. La culture ne se lit pas à livre ouvert dans les paysages humanisés, même si elle joue un rôle important dans leur genèse. La Conférence permanente sur l'histoire des paysages ruraux européens, qu'il lance en ce domaine en 1957, continue, soixante ans après sa création, à inspirer, dans cette ligne, des travaux originaux. L'essentiel de l'œuvre de de Planhol porte sur le monde musulman et sur le nomadisme. Quel est le poids de la religion dans la géographie des aires qu'il analyse? Grand, mais, en un sens, indirect [de Planhol 1957, 1968]. La hiérarchisation des genres de vie y ressortit beaucoup moins à l'essence même de la foi qu'à une pratique culturelle et sociale qui lui est liée. [ ] L'Islam n'est pas seulement une religion. Il implique une certaine conception très astreignante de la vie en société [de Planhol 2000, p. 467]. Le croyant doit se purifier et prier cinq fois par jour. La prière du vendredi est d'autant plus sanctifiante et valorisée qu'elle est faite en commun dans la grande mosquée. C'est en ville qu'il est le plus aisé de remplir ces obligations. La dispersion rend leur accomplissement plus difficile dans le monde rural, chez les nomades ou chez les marins. Cette approche nuancée et critique est particulièrement féconde pour rendre compte de la ville musulmane.

7 LA CULTURE À TRAVERS CENT ANS DE GÉOGRAPHIE 99 Celle-ci se caractérise à la fois (i) par les murs sans fenêtres qui enserrent ses rues, (ii) par l'absence de places publiques (si l'on fait exception de la cour de la Grande Mosquée), (iii) par le regroupement des activités commerciales dans les artères spécialisées des souks (iv) et par la position généralement centrale de la Grande Mosquée et des souks au sein de l'espace urbain. Attribuer tous ces traits à l'islam est une facilité. Le lien qui les lie à la religion n'est pas le même dans tous ces cas, et le rôle de la religion est plus souvent indirect que direct. (i) Les murs sans fenêtres? Ils sont liés à la conception de la vie familiale et du rôle de la femme que partagent les fidèles, mais ses racines sont antérieures au Coran. (ii) L'absence de place publique? Elle résulte de la situation longtemps minoritaire des musulmans dans les villes qu'ils venaient de conquérir : par souci de sécurité, elle les conduisait à limiter les espaces où pouvait se déployer une foule au seul endroit où se rencontraient les musulmans : la cour de la mosquée du vendredi. (iii) Le regroupement des commerces dans des souks? C'est la résultante d'un mode particulier de gestion municipale : le pouvoir politique délègue à une corporation artisanale ou commerçante l'organisation et la police de l'espace où elle écoule ses produits problème juridique dont la solution n'est pas spécifiquement musulmane. (iv) La centralité des localisations de la mosquée et des souks, et leur proximité fréquente? Elle résulte de la recherche d'une localisation optimale qui conduit au même choix les corporations commerciales et les autorités religieuses. C'est dans l'analyse qu'il propose de traits culturels singuliers, la distribution des chiens de berger, par exemple, l'élevage de la chèvre angora [de Planhol 1978], ou le commerce de la glace [de Planhol 1995], qu'excelle de Planhol. Ses démonstrations sont, dans chaque cas, d'une rigueur irréprochable et liées à une combinaison d'éléments si complexes qu'une démarche standard serait incapable de les éclairer La synthèse braudélienne Un éventail d'approches a été mis au point, entre les années 1880 et 1960, pour prendre en compte la dimension culturelle des distributions humaines, celle plus particulièrement des sociétés à genres de vie. La synthèse en est dressée par le plus géographe des historiens, Fernand Braudel. Sa thèse [Braudel 1949] et les multiples travaux qu'il mène par la suite sur le monde méditerranéen font vivre, de manière impressionniste et à travers mille exemples, les sociétés originales qui tirent parti de ces milieux : les peuples de marins des rivieras, les arboriculteurs des collines, les céréaliculteurs des grands plateaux secs, les éleveurs transhumants des montagnes. Le tableau est plus chatoyant que celui que proposait, une génération plus tôt, Vidal de la Blache, mais c'est la même réalité qu'il saisit : celle de sociétés à genres de vie, même si le terme n'est pas systématiquement employé.

8 100 P. CLAVAL Braudel va alors un pas plus loin que ses prédécesseurs. On ne comprend pas le monde méditerranéen si l'on ignore la place qu'y tient la vie de relation. Dans La Méditerranée. L'Espace et l'histoire [ , rééd., 1985], Braudel écrit : «La Méditerranée, ce sont des routes de mer et de terre, autant dire des villes, les modestes, les moyennes et les plus grandes se tenant toutes par la main. Des routes, encore des routes, c'est-à-dire tout un système de circulation. [ ] C'est par ce système que s'achève à nos yeux la compréhension de la Méditerranée, laquelle est, dans toute la force du terme, un espace-mouvement. A ce que l'espace proche, ou terrestre ou marin, lui apporte et qui est à la base de sa vie quotidienne, le mouvement ajoute ses dons. Se précipite-t-il, les dons se multiplient, se manifestent en conséquences visibles» [op. cit., p de la réédition de 1985]. A partir d'un certain seuil, la vie de relation conduit en effet à l'émergence de quelque chose de fondamentalement nouveau : la civilisation. Cultures et civilisations ont en commun d'être des espaces, mais de dimensions différentes, à l'échelle du quotidien pour les premières, à celle de la circulation animée par des réseaux de villes et de routes pour les secondes. Les civilisations émanent de sociétés complexes et d'économies qui impliquent une forte division des tâches : les moyens pour la faire vivre résultent de l'échange. Il s'y ajoute un élément essentiel : «Toute civilisation tire ses éclairages essentiels de la vision du monde qu'elle adopte» [Braudel 1985, p. 47]. Braudel fait ainsi ce que les géographes n'ont pas osé : il introduit le jeu des représentations dans son analyse et élargit du coup sa signification : «A chaque époque, une mentalité collective dominante anime, pénètre la masse entière de la société. Cette mentalité qui dicte les attitudes, oriente les choix, enracine les préjugés, incline les mouvements de la société, est éminemment fait de civilisation. Beaucoup plus encore que des accidents ou des circonstances historiques d'une époque, elle est le fruit d'héritages lointains, de croyances, de peurs, d'inquiétudes anciennes souvent presque inconscientes, au vrai le fruit d'une immense contamination dont les germes sont perdus dans le passé et transmis à travers des générations et des générations d'hommes» [Braudel 1985, p. 54]. C'est cette inertie qui fait des civilisations les acteurs principaux de l'histoire et qui invitent, comme le fait Braudel, à faire de leur étude un des objets essentiels d'une géographie comprise au sens le plus large. La place tenue par la culture dans la géographie classique en France (comme nous venons de le montrer) et ailleurs (ce que nous n'avons pas le temps d'exposer) est donc considérable et aboutit, chez Gourou et surtout Braudel, à une réflexion fondamentale sur ce qu'est la civilisation et sur le rôle qu'elle tient dans l'évolution du monde et sa structuration géographique.

9 LA CULTURE À TRAVERS CENT ANS DE GÉOGRAPHIE Le tournant culturel et les mutations de la géographie Pour dresser en quelques minutes un bilan du rôle que tient la culture dans la géographie d'après 1970, celle du tournant culturel, j'aurais pu analyser le rôle de précurseurs, comme Eric Dardel [1952], celui de la première vague, celle des années 1970, avec Armand Frémont [1976], Joël Bonnemaison [2001] ou Augustin Berque [1995, 2000] et celui des vagues suivantes, mais la liste se serait indéfiniment allongée. J'ai choisi de mettre l'accent sur les changements intervenus [références dans Claval, à paraître 2020] Élargir le champ d'application de l'approche culturelle Le souci d'appréhender dans son ensemble le destin de l'humanité avait conduit les premiers géographes à s'intéresser aux humanités où la division du travail était encore peu poussée et conduisait la grande majorité des populations à participer aux tâches productives à pratiquer le même genre de vie. Les sociétés du monde moderne sont beaucoup plus complexes. On ne disposait pas de démarches qui permettent d'y développer l'approche culturelle : les données que l'on recueillait portaient sur des comportements collectifs, alors qu'il fallait partir des conduites individuelles. Torsten Hägerstrand propose une solution en 1970 : suivre les itinéraires décrits par tous les individus dans le volume dont la base est l'espace étudié et la hauteur le temps écoulé : c'est la base de ce que l'on désigne en anglais comme la Time Geography. Dans les Principes de géographie sociale, je propose, en 1973, une démarche analogue : partir des budgets espace-temps de chaque individu [Claval 1973]. Le souci de rigueur avait d'autre part conduit les géographes à ne pas s'attacher aux représentations. Ce second frein disparaît aux alentours de 1970, à la faveur, en particulier, de l'intérêt nouveau pour les cartes mentales Mieux comprendre la culture, sa genèse, ses modalités et ses manifestations Le refus de prendre en compte le rôle des représentations avait découragé les réflexions sur ce que constitue vraiment la culture. Cet obstacle ayant disparu, les pistes se multiplient et les recherches s'approfondissent. 1 S'intéresser au rôle que tient la culture dans les comportements des hommes, c'est prendre en compte tout ce qui, chez eux, n'est pas inné [Tylor 1871]. 2 Cela met en évidence les processus qui transforment les hommes en êtres sociaux. On suit l'éveil du bébé, ses premiers sourires, ses premiers gestes, ses premiers pas, ses premiers mots. On le voit se socialiser, explorer le monde qui l'entoure, apprendre les milieux qui le composent, les gens qui le peuplent, ce que l'on peut en attendre et comment se comporter avec eux. C'est aborder le

10 102 P. CLAVAL social sous un angle différent de celui, socio-économique, qui prédominait jusqu'alors. 3 L'oralité, l'écrit et les médias modernes ne façonnement pas les hommes et les cultures dont ils sont porteurs de la même manière. Dans les sociétés de l'oralité, la transmission des attitudes, des savoir-faire et des connaissances se fait facilement, mais reste locale. Dans les sociétés de l'écrit, les connaissances voyagent au loin. En assurant la diffusion des images et du son, les médias modernes élargissent la diffusion des attitudes et des savoir-faire. 4 Ce qui est transmis par observation et imitation doit être pris en comptela culture incluant des composantes non verbalisées ou non représentationnelles : une bonne partie s'en transmet sans discours, par la vue et par le geste. Elle était injustement négligée. 5 Les mémoires humaines et matérielles qui emmagasinent les éléments de culturels sont complémentaires et différentes. Comme la mémoire humaine s'efface avec la mort, les sociétés d'oralité ont recours, par exemple, à des aèdes pour freiner l'usure du temps : leurs chants passent de l'un à l'autre et se transmettent sur des siècles mais en se modifiant et sans empêcher la durée floue de l'immémorial d'être toujours proche. L'écrit facilite l'accumulation des expériences et des savoirs, mais les fige aussi. Les sociétés historiques combinaient les cultures à base orale de leurs couches inférieures et celles leurs élites, qui faisaient une part importante à l'écrit. A cette dualité s'est substituée, dans le monde contemporain, celle des cultures de masse et des cultures savantes. 6 L'attention qu'accordaient les travaux antérieurs aux artefacts, à l'environnement matériel et au paysage doit être maintenue, mais la perspective retenue pour les analyser doit être élargie : on n'envisageait les objets et les lieux que dans l'optique des usages qu'ils pouvaient avoir. On s'attache aujourd'hui à la façon dont ils sont conçus, perçus et vécus. Le paysage n'est plus fait seulement de champs que l'on apprécie pour les récoltes qu'ils portent, de prés qui le sont pour les troupeaux qu'ils nourrissent et de forêts dont on tire le bois pour se chauffer et les poutres pour la construction. Il attire pour sa beauté, son agrément ou les vues sublimes qu'il offre. On l'aime pour les promenades que l'on y fait et pour les lieux qui y invitent au repos. Il est devenu espace de consommation plus que facteur de production. Il importe de prendre en compte le regard que portent sur lui ceux pour lesquels il se transforme en objet de désir. 7 Les représentations territoriales auxquelles donne lieu l'espace méritent l'attention du chercheur. Le lieu occupe une place singulière dans la pensée géographique : c'est la plus petite unité spatiale reconnue. C'est un point, mais un point qui déborde de lui-même parce qu'il fait partie de l'espace social, parce qu'il est habité ou visité, parce qu'on peut s'y promener, bavarder, rencontrer des amis, lézarder au soleil, travailler, rire, pleurer, mourir Il a, du coup, une certaine extension, même si celle-ci est réduite c'est, si l'on peut

11 LA CULTURE À TRAVERS CENT ANS DE GÉOGRAPHIE 103 dire, un point extensible, mais dont personne ne cherche à dire jusqu'où il s'étale. La géographie classique le définissait par ses spécificités (Chamonix et son Mont-Blanc ) ; la Nouvelle Géographie s'intéressait à sa plus ou moins grande centralité. L'approche culturelle s'attache à la perception que l'on en a, à son image et à la visibilité qu'il assure à ceux qui l'habitent ou le fréquentent. Les géographes revendiquaient le privilège de délimiter des régions homogènes ou polarisées en fonction de critères scientifiquement établis. Ils s'attachent aujourd'hui aux découpages qu'opèrent les gens et aux territoires auxquels ils s'identifient. L'État-nation a cessé d'être le modèle unique de conceptualisation de l'espace politique. 8 Le biais économiste de beaucoup de travaux de la géographie d'hier avait conduit à réduire la nature à un ensemble de ressources que l'homme pouvait exploiter sans états d'âme. Avec le tournant culturel, elle est appréhendée comme un milieu indispensable à l'équilibre des hommes : une prise de conscience a lieu qui place le maintien des équilibres écologiques au centre des préoccupations humaines La prise en compte des imaginaires La culture dote les individus d'imaginaires qui combinent ce qu'apportent les sens et ce que crée l'imagination. Ces imaginaires orientent l'action et jouent ainsi un rôle décisif dans nombre de domaines : comment expliquer sans eux ce qui fait qu'à prix voisins, un quartier attire une population d'artistes et d'intellectuels et un autre, des cadres du commerce et de l'industrie? Comment expliquer les engouements qui façonnent les flux touristiques et entrainent des fluctuations dans leur fréquentation? En forgeant des ailleurs au-delà ou en-deçà du réel, la fabrique des imaginaires va plus loin : elle fait naître des mondes plus parfaits et plus désirables que celui où nous vivons : les hommes y lisent ce qui doit être. La culture superpose ainsi un ordre normatif à celui du réel. Cela la dote d'une structure. Les catégories normatives utilisées pour structurer la société ne sont donc pas inscrites dans la nature ; elles proviennent des imaginaires collectifs. C'est dans l'étude du genre que cette mutation des perspectives a les effets les plus spectaculaires Dynamiques culturelles et vie sociale La culture apparaît comme la matrice des réactions et des comportements des individus. Elle les rend conscients de ce qu'ils sont ; elle les dote d'une identité (ou d'identités). Elle offre à chacun un champ où s'illustrer. Comme l'a souligné Pierre Bourdieu, la recherche de la distinction est au cœur des

12 104 P. CLAVAL processus sociaux : on la gagne en répondant mieux que les autres aux attentes collectives ou en rompant avec les normes proposées [Bourdieu 1979]. La culture nourrit donc une forme de compétition sociale la quête du statut - que la géographie a longtemps négligée ou ne prenait en compte que dans le monde traditionnel. Elle joue un rôle essentiel dans les sociétés modernes où l'on dépense pour prouver sa réussite et pour gagner en visibilité. Les dynamiques de compétition qu'introduit ainsi la culture ont des effets plus larges encore : elles sont à l'origine des processus de civilisation ou d'éclatement et de déclin qui affectent des sociétés entières Une refonte des branches traditionnelles de la discipline L'approche culturelle conduit à repenser les différentes facettes de la discipline. Les fondements de l'approche économique changent : (i) les comportements humains ne sont pas toujours rationnels, (ii) la circulation des biens peut prendre la forme du don, de la redistribution ou du marché, (iii) l'espace est tout autant un bien de consommation qu'un facteur de production et (iv) la connaissance est au cœur de l'économie contemporaine. La prise en compte du politique ne se limite plus au cas de l'etat westphalien. (i) Le pouvoir revêt plusieurs formes et est souvent multipolaire, ce que traduit l'accent mis aujourd'hui sur la gouvernance. (ii) Le recours légitime à la violence n'est qu'une des bases du pouvoir : l'autorité consentie et reconnue joue un rôle essentiel en limitant les coûts de surveillance et de maintien de l'ordre. (iii) L'autorité repose sur la manière dont l'opinion publique juge ceux qui gouvernent. Le problème est de comprendre comment elle se bâtit dans des sociétés étendues : depuis le XVIII e siècle, l'establishment intellectuel exerçait un tri et un certain contrôle dans l'expression des jugements publics et permettait ainsi le fonctionnement de systèmes représentatifs. La révolution contemporaine de la communication prive l'establishment du rôle qu'il jouait, déchaîne les populismes, court-circuite les systèmes représentatifs et tend à imposer des formes directes de démocratie qui se transforment souvent en démocratures. L'approche sociale doit être également revue : l'analyse en termes de classes ne suffit pas. La vie sociale n'est pas seulement dictée par le jeu des intérêts économiques et leur expression politique : elle l'est également par les sentiments d'identité, le besoin de reconnaissance et la recherche de la distinction. Le monde n'apparaît plus comme bâti sur l'opposition (et la complémentarité) des villes et des campagnes. On y voit plutôt un continuum qui part des tissus urbains bien structurés passe par des zones suburbaines, des zones rurbaines, des espaces agricoles et va jusqu aux espaces naturels ou qui retournent à la nature et souvent, à certaines formes de loisir. Des coupures

13 LA CULTURE À TRAVERS CENT ANS DE GÉOGRAPHIE 105 apparaissent entre villes globales et métropoles d'une part et les autres villes de l'autre, et entre zones surburbaines et rurbaines d'une part, et rural profond et espaces 'naturels' de l'autre. Toutes les populations participent à une certaine urbanisation sociologique, mais elles sont traversées de nouvelles fractures. L'urbanisme ne vise plus seulement à rendre les villes compétitives dans un monde globalisé. Il met l'accent sur l'habiter et part de l'individu ou des communautés de base : les équipements doivent rendre leur vie plus facile. Le souci écologique impose de plus en plus de restreindre l'empreinte carbone des espaces agglomérés et d'y combattre les pollutions. Le tourisme tire parti de l'attention nouvelle portée aux espaces de consommation et aux imaginaires. Conclusion L'approche culturelle, tient, depuis la naissance de la géographie humaine un rôle important dans la discipline. Dans sa phase classique, elle rendait le géographe sensible aux techniques que les hommes mettaient en œuvre pour s'entourer d'artefacts, se vêtir, se construire des habitations et tirer de l'environnement de quoi se nourrir : elle expliquait l'attention, alors toute nouvelle, portée au monde rural et aux paysages agraires ; elle soulignait la diversité culturelle du monde. Elle faisait comprendre le rôle que tiennent les civilisations dans l'évolution de l'humanité et dans l'organisation de l'espace mondial. Le tournant culturel modifie les points de vue. Il permet d'aller beaucoup plus profond dans la compréhension des cultures. Il prend en compte le jeu des imaginaires, celui de l'imaginaire instituant en particulier, qui dote les hommes de repères normatifs et oppose au monde naturel celui qu'ils créent. Il montre le rôle que joue la culture dans la quête de distinction, un des moteurs essentiels de toute vie sociale. Le tournant culturel se révèle particulièrement fécond pour expliquer les évolutions du monde contemporain : (i) il souligne la place qu'y tient la communication et l'économie de la connaissance ; (ii) il montre comment villes globales, cités-etats et paradis fiscaux concurrencent et affaiblissent l'etat westphalien ; (iii) il attire l'attention sur les problèmes d'identité et la quête de statut et de visibilité. Éléments de bibliographie - BERQUE, A. (1995) Les Raisons du paysage. De la Chine antique aux environnements de synthèse, Paris, Hazan, 190 p. - BERQUE, A. (2000) Ecoumène. Introduction à l étude des milieux humains, Paris, Belin, 261 p.

14 106 P. CLAVAL - BLOCH, M., (1931) Les Caractères originaux de l'histoire rurale française, Oslo, Institut pour l'etude comparée des civilisations ; rééd. présentée par Pierre Toubert, Paris, A. Colin, 1988, 316 p. - BONNEMAISON, J. (2001) La Géographie culturelle, Paris, CTHS, 152 p. - BOURDIEU, P. (1979) La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Ed. de Minuit, VII-670 p. - BRAUDEL, F. (1949) La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Paris, A. Colin, 1160 p. - BRAUDEL, F. ( ) - Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XV e -XVIII e siècles, Paris, A. Colin, 3 vol. - BRAUDEL, F. (dir.) ( ) - La Méditerranée, t. 1, L Espace et l Histoire ; t. 2, Les Hommes et l héritage, Paris, Arts et Métiers Graphiques, 2 vol. - BRAUDEL, F. (1987) Grammaire des civilisations, Paris, Flammarion, 625 p. ; 1 ère éd., S. Baille, F. Braudel, P. Robert (1966) - Le Monde actuel. Histoire et civilisations, Paris, Belin. - BRUNHES, J. (1910) - La Géographie humaine. Essai de classification positive, Paris, Félix Alcan. Réédition 1947, XVI-363 p. - BRUNHES, J. & GIRARDIN, P. (1906) «Les groupes d'habitation du val d'anniviers comme type d'établissements humains», Annales de Géographie, vol. 15, n 82, p , - BRUNHES, J. & DEFFONTAINES, P. ( ) Géographie de la France, Paris, Société de l'histoire nationale, 2 vol. - CASTORIADIS, C. (1975) L Institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 538 p. - CLAVAL, P. (1973) Principes de géographie sociale, Paris, Ed. Techniques et Genin, 351 p. - CLAVAL, P. (à paraître) L'Approche culturelle en géographie, Vayrac, Tertium- Editions. - DARDEL, E. (1952/2014) L'Homme et la terre, Paris, PUF. Repris aux p de E. Dardel, Ecrits d un monde entier, Genève, Ed. Héros-limite, DE PLANHOL, X. (1957) Le Monde islamique. Essai de géographie religieuse, Paris, PUF, 146 p. - DE PLANHOL, X. (1958) De la Plaine pisidienne aux lacs pamphiliens: nomdisme et vie paysanne, Paris, Maisonneuve, 495 p. - DE PLANHOL, X. (1968) Les Fondements géographiques de l'histoire de l'islam, Paris, Flammarion, 442 p. - DE PLANHOL, X. (1978) «Rayonnement urbain et sélection animale : une solution nouvelle au problème de la chèvre d'angora», Bulletin de la section de Géographie, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, LXXXII ( ), pp DE PLANHOL, X. (1995) L'Eau de neige. Le tiède et le frais, Paris, Fayard, 454 p. - DE PLANHOL, X. (2000) L'Islam et la mer. La mosquée et le matelot, Paris, Lib. Acad. Perrin, 658 p. - DEFFONTAINES, P. (1932) Les Hommes et leurs travaux dans les pays de la Moyenne- Garonne (Agenais, Bas-Quercy), Lille, SILIC, Facultés catholiques, XXXIII-446 p. - DEFFONTAINES, P. (1933) L'Homme et la forêt, Paris, Gallimard, 188 p. - DEFFONTAINES, P. (1948) Géographie et religions, Paris, Gallimard, 439 p. - DION, R. (1934) Essai sur la formation du paysage rural français, Tours, Arrault, 162 p. - FRÉMONT, A. (1976) La Région, espace vécu, Paris, PUF. - GOUROU, P. (1936) Les Paysans du delta tonkinois. Etude de géographie humaine, Paris, Editions d'art et d'histoire, 666 p.

15 LA CULTURE À TRAVERS CENT ANS DE GÉOGRAPHIE GOUROU, P. (1947) Les Pays tropicaux. Principes d'une géographie humaine et économique, Paris, PUF., VIII-196 p. - GOUROU, P., (1973) Pour une Géographie humaine, Paris, Flammarion, 388 p. - HABERMAS, J. (1978) L Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 332 p. ; éd. or., HÄGERSTRAND, T. (1970) «What about People in Regional Science?», Papers of the Regional Science Association, vol. 24, pp RATZEL, F., ( ) Anthropogeographie, Stuttgart, Engleborn, 2 vol. - RATZEL, F., ( ) Völkerkunde. Vol 1 et 2, Die Naturvölker ; vol. 3, Die Kulturvölker, Leipzig, Bibliographisch Institut. - SCHLÜTER, O. (1905) Die Ziele der Geographie des Menschen, Munich et Berlin, Oldenburg. - TYLOR, E. B. (1871) Primitive Culture, Londres, Murray. - VIDAL DE LA BLACHE, P. (1922) Principes de géographie humaine, Paris, A. Colin, 327 p.

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire éduscol Découverte du monde Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Robert Gagnon

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Robert Gagnon Compte rendu Ouvrage recensé : The Master Spirit of the Age Canadian Engineers and the Politics of Professionalism. 1887-1922, J. Rodney Millard, Toronto, University of Toronto Press, 1988. Pp 229. par

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

La question de recherche

La question de recherche TOUR-F-414 : Méthodes de recherche en tourisme TOUR-F-401 et TOUR-F-500 : Mémoire de fin d'études La question de recherche Année académique 2014-15 LES ETAPES DE LA DEMARCHE SCIENTIFIQUE Etape 1 La question

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication Matériel didactique Recommandé par l Union méthodique d études de L Académie Russe des Sciences naturelles de l enseignement

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2

CORRECTION BREVET BLANC 2 CORRECTION BREVET BLANC 2 PARTIE 1: Histoire Question 1: Expliquer les repères qui correspondent aux dates suivantes: 622 / 1598. 622: l'hégire, Mahomet et ses compagnons quittent La Mecque pour Médine,

Plus en détail

L univers vivant De la cellule à l être humain

L univers vivant De la cellule à l être humain L univers vivant De la cellule à l être humain La cellule humaine Voir : http://www.biologieenflash.net/sommaire.html Voir : http://fr.wikipedia.org/ La cellule humaine Unité de base de tous les êtres

Plus en détail

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté?

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Introduction Dans un monde où chacun perçoit l autre comme une menace dès lors qu il transgresse les codes et rites sociaux, où il est difficile

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN?

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? Si je vous posais la question suivante: Etes-vous partisans de l Eau Bien Commun? J obtiendrais une réponse positive unanime. Mais si je vous posais ensuite la question

Plus en détail

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat Le logement dans tous ses états 17/10/ 2012 Définition : le logement et l'habitat Le logement est un produit : une maison, un appartement, un type 3, un duplex L'habitat est un service : l'espace produit

Plus en détail

Après la crise et si le meilleur était à venir?

Après la crise et si le meilleur était à venir? Colloque AGRICA mercredi 24 juin 2009 Après la crise et si le meilleur était à venir? VOS NOTES ANIMATION DES DEBATS Nathalie LEVY Journaliste-présentatrice, Nathalie Lévy présente en direct «Info 360»

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Notr'Canard Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Chers amis de la Confrérie St Hubert du Grand-Val, L'automne, est-ce la saison des chasseurs? La réponse est: non! Le chasseur

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL - BAPAAT

REFERENTIEL PROFESSIONNEL - BAPAAT REFERENTIEL PROFESSIONNEL - BAPAAT 1. PARTICIPATION (au Fonctionnement de l'entreprise) DOMAINES de COMPETENCE OBJECTIFS GENERAUX OBJECTIFS OPERATIONNELS Appréciation d'un sportif et socioculturel Droit

Plus en détail

Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme

Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? ou La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme Baština - proketač razvoja Laurence Feveile 28 juin 2013 architecture, urbanisme, paysage, 3 disciplines,

Plus en détail

DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP

DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP Dossier à l intention des professionnels souhaitant s améliorer dans l accueil des personnes handicapées. Réaliser les aménagements fondamentaux pour l accueil des personnes

Plus en détail

Le nouvel IN RS Notes pour l'allocution prononcée par M. Pierre Lucier, président de l'université du Québec, à l'occasion de la remise des nouvelles lettres patentes de l'institut national de la recherche

Plus en détail

Smart city. Smart agriculture. Construire aujourd hui le monde de demain!

Smart city. Smart agriculture. Construire aujourd hui le monde de demain! Smart city Smart agriculture Construire aujourd hui le monde de demain! Dossier de presse 2014 La nouvelle relation à l énergie sera forcément à contre- courant puisqu elle ne pourra s appuyer sur des

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Das Urheberrecht in einer digitalen Umwelt: die Positionen der IFLA und der UNESCO Jean-Philippe Accart Information

Plus en détail

PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES

PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES Le présent document est établi afin d être présenté lors de 4ème conférence des Pays moins développés des

Plus en détail

UE Master 1 Droit public

UE Master 1 Droit public UE Master 1 Droit public Code : 11M1DRO71PUB0S publics Libellé : Droit administratifs et services 1. Objectifs, finalités Etude des grandes problématiques liées au service public : évolutions, contestations,

Plus en détail

NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP

NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP Loi pour l Égalité des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des Personnes Handicapées (EDCPCPH) NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP 1 1 Quel classement pour les ERP? Le classement

Plus en détail

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 Le Master 2 Paysage et Aménagement est une spécialité du Master Urbanisme et Aménagement. Celui-ci est

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

Électricité statique. Introduction. Quelques étapes historiques importantes

Électricité statique. Introduction. Quelques étapes historiques importantes Électricité statique Introduction L'électricité statique peut apparaître comme peu importante de nos jours en regard de l'électrodynamique mais cette dernière a été précédée historiquement par l'observation

Plus en détail

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Monsieur Patrick PROVOST Président du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Hôtel de Ville 73130 SAINT FRANCOIS LONGCHAMP Monsieur le Président, Par lettre en date du 1er octobre 1998, j'ai porté

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Outil d autodiagnostic du niveau d accessibilité - Les cabinets médicaux -

Outil d autodiagnostic du niveau d accessibilité - Les cabinets médicaux - Outil d autodiagnostic du niveau d accessibilité - Les cabinets médicaux - 17 septembre 2014 (mis à jour le 31 octobre 2014) Afin d avoir une idée du niveau d accessibilité de son cabinet et des principales

Plus en détail

Repères historiques MUSIQUE ET VARIATION. Objectifs. Léonard de Vinci W.A.Mozart G.Bizet

Repères historiques MUSIQUE ET VARIATION. Objectifs. Léonard de Vinci W.A.Mozart G.Bizet MUSIQUE ET VARIATION Objectifs A être auditeur, interprète et créateur. A décrire, identifier et caractériser les éléments constitutifs du phénomène musical. A écouter sa production pour la corriger et

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

MARKETING INTERNATIONAL UN CONSOMMATEUR LOCAL DANS UN MONDE GLOBAL. de boeck PERSPECTIVES. 6 e ÉDITION CHARLES CROUÉ

MARKETING INTERNATIONAL UN CONSOMMATEUR LOCAL DANS UN MONDE GLOBAL. de boeck PERSPECTIVES. 6 e ÉDITION CHARLES CROUÉ PERSPECTIVES MARKETING CHARLES CROUÉ MARKETING INTERNATIONAL UN CONSOMMATEUR LOCAL DANS UN MONDE GLOBAL PRÉFACE DE JEAN-MARC DE LEERSNYDER 6 e ÉDITION de boeck TABLE DES MATIERES Remerciements 7 Préface

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers. Apparus dans les armées allemande et britannique durant la seconde guerre mondiale, puis développés aux USA et dans le Royaume- Uni

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012

La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012 La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012 Cette lettre du service d'économie agricole (SEA) de la DDT de l'essonne est gratuite. Elle peut librement être recopiée

Plus en détail

Prévoyance collective, assurance santé et dépendance

Prévoyance collective, assurance santé et dépendance Juin 2012 Prévoyance collective, assurance santé et dépendance La Comarep vient de publier un état des lieux de la protection sociale complémentaire des branches à fin 2011. C est l occasion d en tirer

Plus en détail

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ Asher Ben-Arieh, PhD Rédacteur en chef, Child Indicators Research Adjoint

Plus en détail

Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa

Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa One Pager Février 2013 Vol. 5 Num. 011 Copyright Laréq 2013 http://www.lareq.com Corps des Nombres Complexes Définitions, Règles de Calcul et Théorèmes «Les idiots

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

Jean-Claude Kaufmann "L'invention de soi - Une théorie de l'identité"

Jean-Claude Kaufmann L'invention de soi - Une théorie de l'identité Séminaire de sociologie des migrations et des relations interethniques. Jean-Claude Kaufmann "L'invention de soi - Une théorie de l'identité" Introduction Le collectif comme ressource L'identité fournit

Plus en détail

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I Loi n 98-11 du 29 Rabie Ethani 1419 correspondant au 22 août 1998 portant loi d Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-2002

Plus en détail

Appel à projets artistiques. Sentes 2015 Orp-Jauche

Appel à projets artistiques. Sentes 2015 Orp-Jauche Appel à projets artistiques Sentes 2015 Orp-Jauche Sentes Le projet «Sentes» est un projet de développement d un réseau de promenades d art contemporain, le long des sentiers et chemins de l'est du Brabant

Plus en détail

Projet. Coordination des régimes de sécurité sociale dans le cadre de la libre circulation des travailleurs

Projet. Coordination des régimes de sécurité sociale dans le cadre de la libre circulation des travailleurs Projet Coordination des régimes de sécurité sociale dans le cadre de la libre circulation des travailleurs Brève présentation des partenaires des régimes de sécurité sociale pour la Conférence européenne

Plus en détail

Instruction permanente prévention Doctrine GN8

Instruction permanente prévention Doctrine GN8 PRÉFET DE L'AIN Application des principes fondamentaux de conception et d'exploitation d'un ERP pour tenir compte des difficultés rencontrées lors de l'évacuation Table des matières 1 - Principes...2 2

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale A. El Ghorfi *, M. Boulanouar *, M. Cheggour*, N. Zahid ** * Département de biologie, ENS Marrakech ** Département d informatique,

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Les murs ont des voix PROJET NUMERIQUE D IMMERSION DANS LE PATRIMOINE INDUSTRIEL PAR LA LITTERATURE

Les murs ont des voix PROJET NUMERIQUE D IMMERSION DANS LE PATRIMOINE INDUSTRIEL PAR LA LITTERATURE Les murs ont des voix PROJET NUMERIQUE D IMMERSION DANS LE PATRIMOINE INDUSTRIEL PAR LA LITTERATURE Un endroit unique à faire parler Notre projet est né d une frustration : l impossibilité de pénétrer

Plus en détail

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants Présentation du livre Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants 17 X 23 cm, 100 pages, 2014, 12 Pourquoi un livre sur le jeu? Parce que jouer est un droit fondamental de l'enfant,

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 JUILLET 2012 DELIBERATION N CR-12/05.340 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'économie sociale

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Ce rêve est devenu réalité.

Ce rêve est devenu réalité. Vous venez de trouver une règle mise en ligne par un collectionneur qui, depuis 1998, partage sa collection de jeux de société et sa passion sur Internet. Imaginez que vous puissiez accéder, jour et nuit,

Plus en détail

Morcellement du paysage

Morcellement du paysage Morcellement du paysage L indicateur «Morcellement du paysage» montre comment le paysage en dessous de 100 mètres est morcelé par des barrières artificielles telles que des routes ou des zones d habitation.

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

Anne Golaz - Portfolio - NEAR Intentions: Chasses

Anne Golaz - Portfolio - NEAR Intentions: Chasses Anne Golaz - Portfolio - NEAR Intentions: Chasses J'ai commencé à m'intéresser à l'univers de la chasse par un travail esthétique et plastique. Et puis, n'appartenant pas au groupe d initiés, je me demandais

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT Chacune des questions de la feuille de logement fait l'objet d'une fiche recto-verso. Ces fiches ont vocation à être mises en ligne sur le site web

Plus en détail

L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs

L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs (Arrêté du 1 août 2006 modifié par l'arrêté du 30 novembre 2007) Direction Départementale de l'équipement des Hautes-Alpes - SAUL/HG - 05/11/09

Plus en détail

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut Rosemont- La Petite-Patrie Îlots de chaleur urbains Tout savoir! ce qu il faut Qu est-ce qu un îlot de chaleur? Un îlot de chaleur désigne une élévation localisée des températures, particulièrement des

Plus en détail

La contrefaçon par équivalence en France

La contrefaçon par équivalence en France BREVETS La contrefaçon par équivalence en France I. Introduction Si l'on considère une revendication de brevet qui remplit les conditions de validité au regard de l'art antérieur, le cas de contrefaçon

Plus en détail

10 CONSEILS POUR AMÉLIORER SA PRÉSENCE WEB

10 CONSEILS POUR AMÉLIORER SA PRÉSENCE WEB LAD C. MENES / Shutterstock 10 CONSEILS POUR AMÉLIORER SA PRÉSENCE WEB Loire-Atlantique développement - Direction de l'action touristique - 1 LES BONNES PRATIQUES DE BASE! 1. INSPIREZ CONFIANCE Certains

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE Table Ronde : L'ACTIVITÉ DE PUBLICATION DU JEUNE CHERCHEUR La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne 13 décembre 2013 Bibliothèque de Paris MINES ParisTech Aboubekeur ZINEDDINE

Plus en détail

La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse

La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse par Robert Wyss, SWX Swiss Exchange Auprès des bourses internationales, l'euphorie de la dernière décennie a disparu et les participants

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Séminaire LIDILEM. vendredi 25 juin 2010 ET LA RECHERCHE ACTUELLE

Séminaire LIDILEM. vendredi 25 juin 2010 ET LA RECHERCHE ACTUELLE Séminaire LIDILEM vendredi 25 juin 2010 LE MÉTIER DE CHERCHEUR ET LA RECHERCHE ACTUELLE Salle Jacques Cartier Maison des Langues et des Cultures Organisatrices : Cristelle Cavalla & Françoise Raby Thierry

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2013-803 CONSTITUANT LE CONSEIL LOCAL DU PATRIMOINE CHAPITRE I CONSTITUTION DU CONSEIL LOCAL DU PATRIMOINE

RÈGLEMENT CO-2013-803 CONSTITUANT LE CONSEIL LOCAL DU PATRIMOINE CHAPITRE I CONSTITUTION DU CONSEIL LOCAL DU PATRIMOINE RÈGLEMENT CO-2013-803 CONSTITUANT LE CONSEIL LOCAL DU PATRIMOINE LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I CONSTITUTION DU CONSEIL LOCAL DU PATRIMOINE 1. Le conseil local du patrimoine est constitué.

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

LE MOST DU 17 e HEADQUARTERS

LE MOST DU 17 e HEADQUARTERS HEADQUARTERS LE MOST DU 17 e INVESCO REAL ESTATE FAIT APPEL À L AGENCE AXEL SCHOENERT ARCHITECTES POUR LA RESTRUCTURATION COMPLÈTE, LA MISE EN CONFORMITÉ ET L'ACCESSIBILITÉ DE SON IMMEUBLE SITUÉ AU 2,

Plus en détail

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy.

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy. (< Le chez soi pour nous, c'est l'eau 11 Cet entretien a été réalisé chez les Tamashek par J.-M. Yung le 30 novembre 1988, et traduit U au pied de la dune n. Il nous a impressionné. Le choix des extraits

Plus en détail

Fait opinion. Département EEO CUEEP-USTL

Fait opinion. Département EEO CUEEP-USTL Fait opinion Département EEO CUEEP-USTL Avril 2007 Table des Matières ChapitreI. Exercices d'observation... 4 A. Exercice d'observation n 1...4 A.1. Réponses attendues...5 B. Exercice d'observation n 2...5

Plus en détail

MUSÉOGRAPHIE. Référent Anaïs RAMEAUX Actualisation Mars 2012 [email protected] SYNTHÈSE

MUSÉOGRAPHIE. Référent Anaïs RAMEAUX Actualisation Mars 2012 anais.rameaux@u-bourgogne.fr SYNTHÈSE MUSÉOGRAPHIE P Référent Anaïs RAMEAUX Actualisation Mars 2012 [email protected] SYNTHÈSE Ensemble de techniques héritées de la muséologie destinées à la mise en valeur pérenne des collections

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Examen de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick Réponse du public 2013

Examen de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick Réponse du public 2013 Examen de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick Réponse du public 2013 Rochers Hopewell Rocks Au départ, tous les parcs provinciaux ont été créés à l intention des gens de la province et d ailleurs,

Plus en détail

LIVRET DE PRESENTATION

LIVRET DE PRESENTATION LA GENÈSE DES JARDINS DE CONTRAT 1992, Château-Renault Trois passionnés ouvrent un chantier d'espaces verts et un atelier de menuiserie. Leur but : faire partager leur savoir-faire, l association Contrat

Plus en détail

L'enquête complémentaire : Les moins de 30 ans, l argent et le recours au crédit Observatoire de l'endettement des Ménages

L'enquête complémentaire : Les moins de 30 ans, l argent et le recours au crédit Observatoire de l'endettement des Ménages L'enquête complémentaire : Les moins de 30 ans, l argent et le recours au crédit Les moins de 30 ans, l argent et le recours au crédit. 1 INTRODUCTION Les moins de 30 ans, l argent et le recours au crédit.

Plus en détail

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998)

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) Comme indiqué plus haut, l'ordonnance de 1828 avait organisé l'administration centrale

Plus en détail

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public NOM équipement Notice accessibilité pour les établissements recevant du public Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11 février 2005 Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1er Règles en vigueur considérées

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE. Année universitaire 2010-2011. MASTER PROFESSIONNEL "TOURISME" (2 e année)

UNIVERSITE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE. Année universitaire 2010-2011. MASTER PROFESSIONNEL TOURISME (2 e année) UNIVERSITE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE Année universitaire 2010-2011 INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME MASTER PROFESSIONNEL "TOURISME" (2 e année) Spécialité Développement et Aménagement

Plus en détail