...,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "...,"

Transcription

1 POUR DETERMINER SI UNE PGO CONVIENT A UNE PARTIE DE VOTRE PROPRIETE Cet ouvrage declit des pratiques de gestion optimales (PGO) qui peuvent convenir a un ou plusiems habitats ou a!'ensemble des habitats possibles de votre propliete, qu'il s'agisse de terres aglicoles, de terrains boises, d'habitats intermediaires ou d'habitats aquatiques. Se1vez-vous du tableau ci-dessous pour determiner les PGO qui conviennent avos objectifs eta votre situation. T E R R E S A G R C 0 L E S TERRES LABOURABLES PATURES ZONES FERMES INEXPLOITEES ET ABANDONNEES BRISE-VEN'f, BAN DES BOISEES ETCLOTURES O'ARBRES , , , :... : (terres marginales etfragiles)... (terres marginales) (terres marginales etfragiles)... (eaux des nappes) (eaux des nappes)

2 PRATIOUES DE GESTION OPTIMALES GESTION DE L'HAB ITAT DU PO I SSON E T D E L A FAUNE... tres convenable convenable ou offrant un avantage indirect pour!'habitat TERRAINS BOISES HABITATS INTERMEDIAIRES HABITATS AQUATIQUES TERRES A BOIS ET PLANTATIONS TERRES HUMIDES BERGES, RIVES COURSD'EAU LACS ET ETANGS... (Ties)... (mankages boises) (rives et terres humides)

3 PRATIQUE$ DE GESTION OPTIMALES G E S TI O N DE L' H A B ITA T D U P OISSON ET D E LA FAUNE AASCO CIC MAMRO MEEO MRNO OFAH OPN PAE PGO SCF Association pour!'amelioration des sols et des cultures de!'ontario Canards illimites Canada Ministere de!'agriculture, de!'alimentation et des Affaires rurales de!'ontario Ministere de l'environnement et de l'energie de!'ontario Ministere des Richesses naturelles de!'ontario Ontario Federation of Anglers and Hunters Office de protection de la nature Plan agro-environnemental Pratique de gestion optimale (renvoie ala fois aux mesures correctives eta la serie de fascicules) Service canadien de la faune -Environnement Canada

4 PRATIOUES DE GESTIDN DPTIMALES ~ GES T I ON DE L'HAB ITA T D U PO IS SO N ET D E L A FAUN E Le fait de voir un animal sauvage de pres est une experience inoubliable. C'est fascinant pour les petits et les grands de surprendre un renard roux en train de traverser un rang, d'entendre un concert de grenouilles sous les etoiles, d'observer un poisson surmonter un obstacle lors de la montaison ou de suivre un faucon en plein envoi. Si vous arretez ici votre lecture, n'oubliez pas de prendre un peu de temps pour profiter de la nature et observer les poissons et les autres anirnaux qui la peuplent. Votre vie et celles de vos enfants s'en trouvera enrichie. Ce fascicule explique comment former, retablir, conserver et ameliorer les habitats du poisson et de la faune situes sur les terres rurales. ll fournit en plus des conseils pratiques pour lutter contre la faune nuisible. Certaines des pratiques de gestion optimales (PGO) concement uniquement!'agriculture. La plupart sont faciles a mettre en oeuvre et vous feront faire des choses dont vous avez!'habitude, comme travailler avec les plantes, les anirnaux et l'eau. De nombreuses pratiques compottent des avantages economiques. ll n'en tient qu'a vous de les adopter. Pour commencer, nous donnerons des renseignements de base sur la gestion des habitats ainsi que dix regles generales sur lesquelles sont basees les PGO decrites plus loin dans ce fascicule. La premiere section (page 8) donne un aper~u de chaque type d'habitat afin de vous permettre d'identifier ceux qui pourraient composer votre proptiete. La section suivante (page 24) decrit les PGO qui convietment a chaque habitat. La section finale (page 76) decrit les techniques qui permettent de lutter contre la faune nuisible. Dans la plupart des cas, la faune et!'agriculture sont compatibles. Cet agliculteur de la region de Hillsburgh s'est servi de ses competences en gestion du sol et de l'eau pour retablir!'habitat: Lorsque j'etais tout jeune,je voyais toutes sottes d'animaux sauvages: un faucon atterrissant sur un vieil arbre, des ce1js sautant par-dessus Ia cloture... des creatures pleines de grace! Mais a mesure que!'exploitation s'est agrandie, nous avons utilise une pattie de plus en plus grande de l'a1 bustaie et avons en/eve les clotures d'arbres; il le fallait bien, pour nourrir le betail et fa volaille. Apres, les animaux se sont faits rares. Cependant, nous venons d'apporter des ameliorations: nous avons plante des arbres sur les pentes 1-aides et nous avons ameliore l'etang et les terres humides pour les canards. Les animaux sont revenus! C'est beaucoup plus agreable que de regarder un espace vide et d'ecouter le silence. GUY GARDHOUSE Par faune, on entend les organismes sauvages comme les mammiferes, les oiseaux, les reptiles, les amphibiens, les poissons, les invertebres (tels les insectes, les vers et les ecrevisses) et les plantes. Dans ce fascicule, nous nous penchons sur les mammiferes, les oiseaux, les poissons, les reptiles et les amphibiens. Les rapaces, comme les hiboux et les faucons, sont des oiseaux predateurs.lls peuvent aider a Iutter contre certains oiseaux et rongeurs nuisibles autour des exploitations agricoles. Dans Ia campagne ontarienne, Ia chouette rayee habite les terrains boises peuples d'arbres mfirs a feuilles caduques. Les enfants ont un interet nature! envers Ia faune.

5 2 PRATIQUES DE GESTION OPTIMALES GESTION DE L 'H ABITAT DU POISSON ET DE LA FAUNE NOMBRE D'ESPECES EN ONTARIO mammiferes oiseaux poissons reptiles, amphibiens arbres, arbustes, graminees, fleurs sauvages mousses, lichens, champignons, algues, micro-organismes, insectes, et autres invertebres lnnombrables! Les poissons et la faune ont besoin d'espace pour vivre, soit d'un habitat. Us ne peuvent survivre que si!'habitat disponible repond a leurs quatre besoins fondamentaux : nourriture, abri, eau et espace. En comprenant les besoins des diverses especes en ce qui concerne!'habitat, nous pouvons poser des gestes qui favorisent ou defavorisent leur presence. n s'agit de la gestion de l'habitat. Tous les habitats jouent un role essentiel dans la survie de la faun e. U existe des liens inseparables entre les habitats, les animaux qui y vivent et les gestes poses par les humains. Les mesures de gestion qui ameliorent un habitat ou qui luttent contre la faune nuisible dans une region peuvent avoir une influence sur une espece ou d'autres especes dans cette region, dans d'autres patties de votre propriete et au-dela de ses limites. La gestion traditionnelle de la faune potte smtout sur la conservation du << gibier», que 1' on peut chasser, pieger ou pecher, comme le cerf de Virginie, le castor et la truite. Depuis les dernieres annees, I' objet de la gestion est de conserver toutes les especes d'un ecosysteme, un concept qu'on appelle la biodiversite. La biodiversite se rapporte ala variete de la vie sur Terre. Elle est basee sur la theorie selon laquelle toutes les especes de plantes et d'animaux, leurs habitats et leurs ecosystemes, ainsi que les rappmts entre ces divers elements sont precieux, et qu'il vaut la peine de les preserver et de les gerer. Lorsque des habitats disparaissent, des especes disparaissent egalement ainsi que la biodiversite, et lorsqu'une espece disparal't, elle disparal't a jamais! Ce fascicule examine les besoins des mammiferes, des oiseaux, des poissons, des reptiles et des amphibiens de!'ontario en matiere d'habitat. On aper~oit ici, dans le sens des aiguilles d'une montre a partir de Ia photo du bas a gauche, un lapin de garenne, une couleuvre obscure, un crapet-soleil et une grenouille verte.

6 PRATIQUES DE GESTION OPTIMAlES GESTION DE l'hab IT A T DU P O I SSON ET DE LA F AUNE 3 RETABLISSEMENT DES HABITATS DANS LE SUD DE rontario Dans le sud de!'ontario, la plupart des habitats se trouvent sur des terres ptivees. Les proprietaires fonciers jouent un role essentiel dans la survie, la diversite et la sante du poisson et de la faune de!'ontario. Avant la colonisation par les Europeens, la foret recouvrait 85 % des tettes du sud de!'ontario. Au cours des 200 dernieres annees, le developpement urbain et les pratiques agricoles, comme le defrichement et le drainage, ont fragmente les habitats et les populations. Dans certaines regions,. de nombreuses especes sont maintenant obligees de vivre sur de petites parcelles isolees plutot que dans les vastes forets ou tenes humides auxquelles elles sont mieux adaptees. D'autres especes, comme la tourte et le dore bleu, qu'on trouvait autrefois en abondance, sont maintenant disparues. Les especes autrefois communes dans le sud, comme le couguar de I' est, la martre, le pekan, le lynx, le lynx roux, le loup ordinaire de I' est, I' ours noir et la buse a epaulettes, ne s'y trouvent plus ou s'y trouvent rarement Selon leur rarete, de nombreuses especes vegetales et animales ont ete jugees vulnerables, menacees ou en voie de disparition. D'autres exemples figurent ala page 5. Certaines especes, comme le cerf de Virginie, le renard, la marmotte et le raton laveur, se sont bien adaptees ala fragmentation de!'habitat Malgre la diminution importante des habitats,!'ontario a de la chance. La province offre encore divers habitats existants et potentiels, des forets boreales du nord, ou!'agriculture est pratiquee seulement dans de petites regions, aux forets melangees de la region des Grands Lacs et du Saint-Laurent dans le sud ou aux forets a feuilles caduques du sud-ouest Dans certaines regions ou!'exploitation agricole est intense, il existe de nombreuses possibilites d'ameliorer les habitats tout en realisant les objectifs de!'exploitation agricole. Les pratiques modemes, comme!'utilisation de techniques de conservation des terres labourables, la lutte integree contre les ennemis des cultures et le reboisement des terres marginales, jouent un grand role dans le retablissement des habitats, mais on peut faire encore mieux. On estime que dix especes animales et 40 especes vegetales ont disparu en Ontario depuis l'arrivee des colons europeans. Environ 25 especes animales et 190 especes vegetales de plus sont maintenant vulnerables. A moins que I' on prenne des mesures pour proteger ou retablir leurs habitats, de nombreuses especes risquent de disparaltre et Ia biodiversite diminuera. Lorsque les colons europeens sont arrives, au XVIII' et au XIX' siecle, environ 85% des terres agricoles actuelles de I' Ontario etaient recouvertes d'arbres ou de marais boises. Les habitats nature Is ont ete fragmentes dans les regions agricoles. t:effraie des clochers est une espece vulnerable au Canada.

7 4 PRATJQUES DE GESTIDN DPTIMALES GESTION DE L'HAB I TAT DU PO ISSON ET DE LA FAUNE A VANTAGES n peut etre tres avantageux pour vous de prendre des mesures conectives pour venit a l'aide de l'habitat du poisson et de la faune. Les terres a bois gen~es avec soin peuvent etre rentables grace a Ia vente de bois de chauffage, de bois d'oeuvre, de poteaux et de sirop d'erable. Les faucons, les hiboux, les renards, les coyotes et les autres predateurs se nourrissent de rongeurs et d'autres petits mammiferes. Cet autour des palombes mange un lapin. Les changements qui se produisent chez certaines populations de poissons et d'especes fauniques peuvent avertir et ont averti les humains de maniere precoce des dangers pouvant affecter leur sante. Les poissons, comme Ia truite mouchetee, peuvent etre un barometre de Ia sante de notre environnement. ~ Les pecheurs sportifs, les chasseurs et les autres amateurs de faune peuvent payer pour se rendre dans les zones nature lies de votre exploitation.

8 PRATIOUES DE GESTIO N OPTIMALES ~ G E S T ION DE l 'HABITAT DU PO ISSON E T DE LA F AUNE 5 A VANTAGES DU POISSON ET DE la FAUNE POUR LES AGRICULTEURS ET LES AUTRES PROPRIETAIRES FONCIERS RURAUX ECONOMIQUES ENVIRONNEMENTAUX SOCIAUX avantages pour Ia production perte de sol moins importante grace aux brise-vent, aux bandes tampons et aux cours d'eau clotures meilleure sante du betail car il ne s'approche pas de l'eau meilleure lutte contre les insectes et les rongeurs grace aux predateurs naturels augmentation du revenu frais demandes aux chasseurs, aux pecheurs sportifs, aux groupes de naturalistes vente des produits de Ia terre a bois (bois d'oeuvre et de chauffage, produits d'erable) plus grande activite touristique dans Ia collectivite diminution des frais d'exploitation, p. ex. frais d'entretien des drains moins eleves grace au meilleur controle de I' erosion par les bandes tampons amelioration de Ia propriete les arbres augmentent Ia valeur de Ia propriete construction de clotures, entretien de sentiers, etc. grace a des ententes avec les chasseurs, les pecheurs sportifs et les naturalistes qualite et quantile ameliorees de I' eau souterraine et de l'eau de surface Ia vegetation naturelle, les bandes tampons, les drains et les terres humides filtrent les contaminants et les sediments et absorbent les elements nutritifs en trop qualite de I' air superieure les arb reset les plantes absorbent le gaz carbonique et les polluants et degagent de I' oxygene futures ressources genetiques toutes les especes constituent des ressources genetiques possibles pour les medicaments et les cultures vivrieres avertissements precoces les problemes que connaissent certaines especes peuvent prevenir des dangers pouvant affecter Ia sante humaine, p. ex. Ia diminution des populations d'amphibiens dans le monde au cours des dernieres annees est liee aux changements climatiques qualite superieure des terres agricoles les habitats crees par Ia mise en jachere de terres fragiles et marginates pour y planter des arb reset des arbustes diminueront I' erosion amelioration de Ia qualite de Ia vie en 1991,90% de Canadiens ont pratique des activites liees a Ia faune, com me Ia randonnee pedestre,le canot,!'observation des oiseaux, Ia chasse, Ia peche,l'etude des plantes et des animaux et d'autres formes de loisirs loisirs l'industrie des loisirs et du tourisme de!'ontario, qui depend de Ia faune, vaut chaque an nee plusieurs milliards de dollars education les jeunes ont un interet nature! envers Ia faune : excellent point de depart pour l'ethique de conservation EXEMPLES D'ESPECES VULNERABLES, MENACEES OU EN VOlE DE DISPARITION Especes vulnerables buse a epaulettes tortue ponctuee habenaire blanchatre petit polatouche Plantez un arbre! En plus de donner de l'ombre et de fournir un habitat et des produits du bois, deux ou trois arbres suffisent a absorber le gaz carbonique produit par une personne en un an. Les arbres se servent de Ia lumiere du solei I pour transformer le gaz carbonique en oxygene. Especes menacees bruant de Henslow tortue-molle a epines ginseng chicot fevier Especes en voie de disparition couleuvre agile a ventre jaune bleu melissa pie-grieche migratrice magnolier acumine

9 6 PRATIOUES DE GESTION OPTIMALES G E S T I ON DE l' H A B I T A T D U POISSO N ET DE LA FA U N E INCONVENIENTS Les activites humaines ont donne a certaines especes un habitat favorable mais en ont eloigne d'autres. Le nombre de ces especes peut augmenter dans certaines situations, et il peut etre necessaire de prendre des mesures de lutte contre les animaux nuisibles. Voici quelques problemes typiques lies ala faune : ~ dommages aux cultures causes par les cerfs, les autres mammiferes, les oiseaux et les insectes ~ inondation des champs, des chemins et des routes par les castors ~predation du betail par les coyotes, les coyo-chiens et les chi ens emmts dans le sud, et par les loups dans le nord ~risque de transmission de la rage au betail et aux humains par le renard et la mouffette ~contamination des cereales entreposees et des recoltes intrantes par les fientes d'oiseaux les digues de castor peuvent entrainer des pertes financieres considerables en causant des inondations des champs et des routes de ferme. les oies endommagent de nombreux hectares de terres labourables chaque an nee en Ontario.

10 PRATIQUES DE GESTION OPTIMALES ~ GESTION DE L'HABITA T DU PO I SSON E T DE LA FAUN E 7 Les principes generaux suivants sous-tendent la gestion de I' habitat du poisson et de la faun e. Gardez-les en memoire si vous songez a faire des changements a votre propliete. ~Plus l'habitat est grand, mieux c'est. Comme il reste si peu d'habitats naturels dans certaines regions de!'ontario rurale, et comme les regions qui restent sont si petites, il est preferable de foumir une region naturelle aussi grande que possible qui repondra aux besoins d'un plus grand nombre d'especes. ~ Les regions reliees par de la vegetation ou par des structures comme des clotures d'arbres ou des vallons sont habituellement plus precieuses pour le poisson et la faune que les habitats isoles; les liens entre les habitats servent de «couloirs >> qui pe1mettent aux animaux de se deplacer d'une region a!'autre. ~De nombreuses especes frequentent les habitats de lisiere. Les lisieres se trouvent ala croisee des teltes a bois et des champs, le long des lives et des clotures d'arbres ou dans tout endroit ou se melent divers habitats; les habitats a larges lisieres offrent une plus grande diversite et un soutien a un plus grand nombre d'especes que ceux ou les lisieres sont moins larges. ~ Les habitats qui subviennent aux quatre besoins essentiels (nourriture, eau, abti et espace) sont plus utiles que ceux qui n'y subviennent pas. ~II est habituellement preferable de planter des plantes domestiques plutot que non domestiques; elles semblent etre moins envahissantes et conviennent habituellement mieux ala faune qu'elles soutiennent. ~ ll est bon de proteger les endroits sensibles comme les ruisseaux, les lives, les drains et les teltes humides avec des bandes tampons, et plus elles sont larges, mieux c'est. ~ Songez a laisser les habitats intacts s'ils sont en bon etat ou si vous ne pouvez pas adopter les PGO. ~II sera peut-etre necessaire de Iutter contre les animaux nuisibles s'ils se trouvent au mauvais endroit au mauvais moment. Encaissez les pe11es si possible, gerez les habitats de maniere a minimiser les problemes, mais prenez des mesures de conu Ole si les pertes economiques de recoltes et de betail sont importantes. ~La gestion des habitats de certaines especes, comme la gelinotte ou le canard branchu, est souvent logique et represente habituellement un avantage pour d'autres especes, mais n'oubliez pas que vos mesures de gestion peuvent avoil une incidence negative sur les autres especes qui vivent dans le meme habitat. ~ Communiquez et collaborez avec vos voisins; les mesures que vous prenez sur votre terre peuvent toucher les proplietes de vos voisins. Si vous pratiquez l'agticulture mais que vous decidez de ne pas gerer dil'ectement les habitats, vous pouvez quand meme aider le poisson et la faune tout en augmentant la rentabilite de votre exploitation a long te1me. Songez a adopter plusieurs PGO concemant la conservation du sol et de l'eau declites dans le present fascicule et dans les autres fascicules de la setie des PGO. La liste des titres se trouve sur la page couve1ture.... Certains groupes d'especes, comme les oiseaux des forets interieures, habiteront sur une terre a bois uniquement si elle est suffisamment grande.... Un large couloir est preferable.... Attention! La creation de lisieres trop larges dans les habitats que frequentent les especes qui ont besoin d'un vaste habitat uniforme peut les fa ire disparaitre!... La chasse et le piegeage permettre de limiter le nombre de certaines especes qui causent des dommages.

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 [email protected] http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

Constitution d'un réseau écologique sur la commune de Muttersholtz

Constitution d'un réseau écologique sur la commune de Muttersholtz Identité du territoire Structure porteuse de l'action : Ligue pour la Protection des Oiseau Alsace Entrée Thématique Agriculture Espèces et habitats naturels Milieu aquatiques et humides Localisation :

Plus en détail

Activités Bureau des Guides

Activités Bureau des Guides Activités Bureau des Guides au départ du CENTRE DE DEPAYSEMENT ET DE PLEIN AIR DE MARBEHAN 1 Table des Matières Introduction I. Faune II. Habitats III. Wildcraft & Orientation IV. Coin des Artistes V.

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Etat de la connaissance de la biodiversité. sur la commune de Pantin

Etat de la connaissance de la biodiversité. sur la commune de Pantin Direction des Espaces Verts Mars 2011 Etat de la connaissance de la biodiversité sur la commune de Pantin Depuis sa création, le Département de la Seine-Saint-Denis a mobilisé ses moyens et fédéré les

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS La Directive Cadre sur l Eau (DCE, n 2000/60/CE) fixe comme objectif pour 2015 l atteinte du bon état ou du bon potentiel écologique des eaux de surface. Ces états écologiques sont appréciés par la qualité

Plus en détail

Granulés anti-limaces : pas sans risques!

Granulés anti-limaces : pas sans risques! Granulés anti-limaces : pas sans risques! Conseils pratiques pour une utilisation et un stockage corrects et sans danger pour vos animaux domestiques Comment utiliser et stocker sans danger les granulés

Plus en détail

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LA PAROISSE DE SAINT-LAZARE M.R.C. DE VAUDREUIL-SOULANGES RÈGLEMENT NUMÉRO 627 RÈGLEMENT VISANT À INTERDIRE L UTILISATION

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

Ce guide est un outil de base pour les producteurs agricoles. Ils pourront s en inspirer pour mieux gérer la faune à la ferme.

Ce guide est un outil de base pour les producteurs agricoles. Ils pourront s en inspirer pour mieux gérer la faune à la ferme. Utilisation Ce guide à été fait dans le cadre d un projet parrainé par la Fondation de la faune du Québec. Il a été bâti à partir d une revue de littérature afin de mieux documenter la Fédération de l'upa

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Le nouveau Code forestier

Le nouveau Code forestier Aimer la forêt, c est la préparer aux défis du XXI ème siècle. Le nouveau Code forestier Découvrez ce qui se cache derrière. 1. Le nouveau Code forestier : pourquoi et comment? p5 2. Une nouvelle ambition

Plus en détail

conservation volontaire : différence vous pouvez faire la Principales options de conservation légales pour les propriétaires de terrains privés

conservation volontaire : différence vous pouvez faire la Principales options de conservation légales pour les propriétaires de terrains privés La conservation volontaire : différence vous pouvez faire la Principales options de conservation légales pour les propriétaires de terrains privés Rédaction (ordre alphabétique) Amélie Denoncourt, étudiante

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

MONTELIMAR ENERGIE POSITIVE

MONTELIMAR ENERGIE POSITIVE STRATEGIE DEVELOPPEMENT DURABLE 2014/2020 document interne MONTELIMAR ENERGIE POSITIVE p.1/11 BIODIVERSITE & ENERGIE 2 ATOUTS FORTS POUR REPONDRE AUX ATTENTES DES MONTILIENS EN MATIERE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE)

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) Philippe LUSTRAT 33 rue de la garenne 77760 VILLIERS SOUS GREZ Lustrat P. (1999) - Estimation de la taille

Plus en détail

Formulaire d'adhésion PEFC

Formulaire d'adhésion PEFC Formulaire d'adhésion PEFC Acte d'engagement du propriétaire dans la démarche de certification par portage proposée par la Coopérative Provence Forêt I Présentation La certification PEFC doit permettre

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

Chasse sportive au Québec Saisons 2014-2016. Calendrier préliminaire des périodes de chasse

Chasse sportive au Québec Saisons 2014-2016. Calendrier préliminaire des périodes de chasse Chasse sportive au Québec Saisons 2014-2016 Calendrier préliminaire des périodes de chasse Caribou - saisons 2014-2016 Période de chasse sportive au caribou Du 1 er avril 2014 au 15 avril 2016 Espèce et

Plus en détail

Demande d autorisation de faire du commerce d animaux

Demande d autorisation de faire du commerce d animaux Demande d autorisation de faire du commerce d animaux 1 Autorité et auteur de la demande 1.1 Adresse du service cantonal de la protection des animaux (adresse d envoi): 1.2 Nom et adresse de la personne

Plus en détail

Retour du bison d Europe dans le Jura : ébauche de projet

Retour du bison d Europe dans le Jura : ébauche de projet Retour du bison d Europe dans le Jura : ébauche de projet 1 La vision Le bison d Europe a été éradiqué de Suisse déjà au Moyen-âge. Il s en est même fallu de peu pour que le plus grand mammifère sauvage

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

Canada Province de Québec Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson

Canada Province de Québec Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson Canada Province de Québec Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson RÈGLEMENT # 72-2013 Règlement concernant l utilisation des pesticides et des engrais sur le territoire de la Ville de Sainte- Marguerite-du-Lac-Masson.

Plus en détail

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les... 1 sur 2 2008-09-18 13:54 Sujet : Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives De : Guy Guilbert

Plus en détail

La Terre mise en scène

La Terre mise en scène Objectif La pièce peut servir d «évaluation des performances» et offrir aux élèves la possibilité de montrer de manière créative ce qu ils ont appris sur la Terre en tant que système. Vue d ensemble La

Plus en détail

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE INTRODUCTION La nature est incroyablement diversifiée. Elle regroupe la Terre avec ses zones aquatiques telles que les

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments 23B Grange étable située au 18 21, rang des Lacs, Notre Dame des Monts. Patri Arch, 2011 INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST Le positionnement des bâtiments Décembre 2011 Le

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Les plans d'eau peuvent avoir des usages différents à savoir agrément, défense contre l'incendie, élevage de poissons, irrigation,

Plus en détail

Chas 20 s15e et piégeage p a r t & T n u H 5 1 0 2

Chas 20 s15e et piégeage p a r t & T n u H 5 1 0 2 2015 Chasse et piégeage Quelle importance la chasse a-t-elle pour vous? Cette année, les chasseurs au Nouveau Brunswick ont la chance de démontrer l importance économique et sociale de la chasse récréative

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

PARACHÈVEMENT DE L AUTOROUTE 35. Consultation publique sur les enjeux fédéraux dans le cadre de la Loi canadienne sur l évaluation environnementale

PARACHÈVEMENT DE L AUTOROUTE 35. Consultation publique sur les enjeux fédéraux dans le cadre de la Loi canadienne sur l évaluation environnementale Transports Canada Transport Canada PARACHÈVEMENT DE L AUTOROUTE 35 ÉTUDE APPROFONDIE dans le cadre de la Loi canadienne sur l évaluation environnementale JANVIER 2008 1 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR.

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR. 1 2 Quelques données : Domaines & Patrimoine Membre de Adhérent à : l ASFFOR Membre de l ASFFOR Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise 10 11 salariés 7000 8 500 ha ha gérés 12 13 groupements

Plus en détail

Diagnostic de la Tranche 1 du programme. de restauration de la Sienne

Diagnostic de la Tranche 1 du programme. de restauration de la Sienne Diagnostic de la Tranche 1 du programme de restauration de la Sienne Méthodologie : - Choix du secteur géographique Le chiffrage a été fait à partir d un diagnostic global de la Tranche 1 du programme

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages

Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages Première tournée / premier spectacle Nouvelle tournée / nouveau spectacle Entrée en Suisse de l étranger

Plus en détail

PREFECTURE DE LA LOZERE

PREFECTURE DE LA LOZERE SOUS-PREFECTURE DE FLORAC POLE DE DEFENSE DES FORETS CONTRE L INCENDIE PREFECTURE DE LA LOZERE Arrêté préfectoral n 2015071-0002 - du 12 mars 2015 relatif à la prévention des incendies de forêts dans les

Plus en détail

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Plan de l exposé Pourquoi du miscanthus? Chaudières polycombustibles : aspects techniques

Plus en détail

4.6. LES MILIEUX NATURELS ET OBJETS CLASSES DE LA COMMUNE DE BERNEX ETAT DES CONNAISSANCES

4.6. LES MILIEUX NATURELS ET OBJETS CLASSES DE LA COMMUNE DE BERNEX ETAT DES CONNAISSANCES 4.6. LES MILIEUX NATURELS ET OBJETS CLASSES DE LA COMMUNE DE BERNEX ETAT DES CONNAISSANCES 4.6.1 Sources d'information 4.6.2 Généralités 4.6.3 Sites et objets naturels dignes d'intérêt de la commune de

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

LE RESEAU AFRICAIN D INFORMATION ENVIRONNEMENTALE

LE RESEAU AFRICAIN D INFORMATION ENVIRONNEMENTALE LE RESEAU AFRICAIN D INFORMATION ENVIRONNEMENTALE PREMIERE ETAPE : 2003 à 2004 Questionnaire DERNIER AVANT-PROJET, Version 2.1 RESEAU AFRICAIN D INFORMATION ENVIRONNEMENTALE - RAFINE EVALUATION DES CAPACITES

Plus en détail

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Notr'Canard Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Chers amis de la Confrérie St Hubert du Grand-Val, L'automne, est-ce la saison des chasseurs? La réponse est: non! Le chasseur

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014 PARTIE B. ETAT D AVANCEMENT DES MESURES au 31.12.2014

RAPPORT ANNUEL 2014 PARTIE B. ETAT D AVANCEMENT DES MESURES au 31.12.2014 COMITE GENEVOIS POUR L UTILISATION DU FONDS ECO-ELECTRICITE RAPPORT ANNUEL 2014 PARTIE B ETAT D AVANCEMENT DES MESURES au 31.12.2014 Bassin versant Rhône Délai réalisation accordé 31.03.2014 Terminé 2014

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Applicable à partir de l année d assurance 2015 Assurance récolte - Sauvagine Section 12,3 - Expertise

Applicable à partir de l année d assurance 2015 Assurance récolte - Sauvagine Section 12,3 - Expertise Page 1 1. AVIS DE DOMMAGES Enregistrer les avis de dommages des producteurs affectés par la sauvagine, à partir de l unité de traitement «AVIS» tout en sélectionnant le programme Sauvagine (SAU). 2. CONSTATATION

Plus en détail

Évaluation des terrains contaminés et des milieux humides par Me Luc Villiard

Évaluation des terrains contaminés et des milieux humides par Me Luc Villiard PRÉSENTÉ AU CONGRÈS DE L ASSOCIATION DES ÉVALUATEURS MUNICIPAUX DU QUÉBEC, LE 28 MAI 2011 Évaluation des terrains contaminés et des milieux humides par Me Luc Villiard Terrains contaminés 2 Terrains contaminés

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

Plan d action Gentianella germanica (Willd.) Börner

Plan d action Gentianella germanica (Willd.) Börner Plan d action Gentianella germanica (Willd.) Börner par Corinne Steinbach ERSA s. à r. l. Distribution géographique: Les populations de Gentianella germanica se limitent aux pelouses calcaires du centre-est

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Les principaux thèmes liés à cette cause sont :

Les principaux thèmes liés à cette cause sont : S engager pour l environnement Les hommes sont dépendants de leur environnement : c est leur lieu de vie. C est pourquoi lutter contre la pollution et le gaspillage est important. La défense de l environnement,

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

Partie V Convention d assurance des cultures légumières

Partie V Convention d assurance des cultures légumières Partie V Convention d assurance des cultures légumières Légumes de transformation Moyenne du rendement agricole A. Dispositions générales La présente partie s applique à la betterave à sucre, à la betterave

Plus en détail

PARC NATIONAL DU CANADA DES LACS-WATERTON. Rapport sur l état du parc

PARC NATIONAL DU CANADA DES LACS-WATERTON. Rapport sur l état du parc PARC NATIONAL DU CANADA DES LACS-WATERTON Rapport sur l état du parc Mai 2008 1 PARC NATIONAL DU CANADA DES LACS-WATERTON Rapport sur l état du parc APPROUVÉ 2 Rod Blair Directeur SOMMAIRE La section sur

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

BIODIVERSITE - Fiche activité 1. La biodiversité : un monde d interactions

BIODIVERSITE - Fiche activité 1. La biodiversité : un monde d interactions La biodiversité : un monde d interactions Dans un même lieu de vie, toutes les espèces sont liées entre elles. Ces liens sont de différentes natures, et plus ou moins vitaux. Tous les organismes vivants

Plus en détail

BILAN DU TRANSFERT DES AMPHIBIENS

BILAN DU TRANSFERT DES AMPHIBIENS ZAC du quartier de l école Polytechnique BILAN DU TRANSFERT DES AMPHIBIENS ZAC DU QUARTIER DE L ECOLE POLYTECHNIQUE Commune de Palaiseau Juillet 2014 7C785 Table des matières Table des matières... 2 Liste

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS?

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? Par Philippe et Marie-Noëlle LENOIR Un couple du Volontaires du Progrès qui travaille à GALIM Département des Bamboutos, Province de l Ouest, nous adresse cette fiche

Plus en détail

Compléments et commentaires liés à l outil d initiation à la biodiversité à destination du secteur privé

Compléments et commentaires liés à l outil d initiation à la biodiversité à destination du secteur privé Compléments et commentaires liés à l outil d initiation à la biodiversité à destination du secteur privé Afin de parfaire la présentation «Initiation à la biodiversité à destination du secteur privé»,

Plus en détail

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Pour quel métier vous êtes fait? Des doutes sur ta formation actuelle : faut-il poursuivre? Vous avez une idée de métier mais est-ce

Plus en détail

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées :

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées : D A MIXTE D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU PAYS DE BRAY Contribution à l élaboration de la stratégie régionale du futur programme opérationnel et du futur programme de développement rural de la Haute-Normandie.

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

2. Les auxiliaires de culture

2. Les auxiliaires de culture III- Maîtriser les ravageurs et les adventices 2. Les auxiliaires de culture Insectes Le principe de la lutte biologique est la régulation des populations de ravageurs de culture par l utilisation de leurs

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

TITRE DE L ACTIVITÉ : Vivre en groupe chez les animaux. DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline

TITRE DE L ACTIVITÉ : Vivre en groupe chez les animaux. DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline TITRE DE L ACTIVITÉ : Vivre en groupe chez les animaux DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline - Lecture de textes documentaires. - Les êtres vivants dans leur environnement. SÉANCE OU SÉQUENCE

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy.

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy. (< Le chez soi pour nous, c'est l'eau 11 Cet entretien a été réalisé chez les Tamashek par J.-M. Yung le 30 novembre 1988, et traduit U au pied de la dune n. Il nous a impressionné. Le choix des extraits

Plus en détail

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut Rosemont- La Petite-Patrie Îlots de chaleur urbains Tout savoir! ce qu il faut Qu est-ce qu un îlot de chaleur? Un îlot de chaleur désigne une élévation localisée des températures, particulièrement des

Plus en détail

LGV SEA : Un projet pas comme les autres. Par Aurélien NEAU LE MAGAZINE D INFORMATION NUMERO 1 / MAI 2013. Environnement Page 8.

LGV SEA : Un projet pas comme les autres. Par Aurélien NEAU LE MAGAZINE D INFORMATION NUMERO 1 / MAI 2013. Environnement Page 8. LE MAGAZINE D INFORMATION NUMERO 1 / MAI 2013 LGV SEA : Un projet pas comme les autres Par Aurélien NEAU Environnement Page 8 Emploi Page 5 Travaux Page 10 SOMMAIRE Le magazine d information de la LGV

Plus en détail

Développement durable au Bas-Saint-Laurent

Développement durable au Bas-Saint-Laurent Développement durable au Bas-Saint-Laurent Mai 2008 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN CONTEXTE...3 2. GRILLE D ANALYSE DES PROJETS AVANT LEUR MISE EN ŒUVRE...5 Comment utiliser la grille?...6 Objectif 1 Viser

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

La Desertification. Résumé du rapport de l Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire

La Desertification. Résumé du rapport de l Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire La Desertification Résumé du rapport de l Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire LA DÉSERTIFICATION est la dégradation persistante d écosystèmes des zones sèches. Elle menace les moyens d existence

Plus en détail

Savoir-faire. Décompte Champs Pâturages. -1 point 1 point 2. 2 points. 3 points. 4 points 5+ 4+ 8+ 4+ 8+ 7+ 6+ Céréales * Légumes *

Savoir-faire. Décompte Champs Pâturages. -1 point 1 point 2. 2 points. 3 points. 4 points 5+ 4+ 8+ 4+ 8+ 7+ 6+ Céréales * Légumes * Décompte Champs Pâturages Céréales * Légumes * Moutons Sangliers Bœufs * dans les champs et dans la réserve -1 point 0-1 0 0 0 0 0 0 1 point 2 1 1-3 1 1-3 1-2 1 2 points 3 2 4-5 2 4-5 3-4 2-3 -1 point

Plus en détail

- 2 - La Traduction - 2.1. - La Traduction Spatiale Révision du PLU/Commune de HAMEL

- 2 - La Traduction - 2.1. - La Traduction Spatiale Révision du PLU/Commune de HAMEL - - La Traduction -.. - La Traduction Spatiale Révision du PLU/Commune de HMEL Christophe Laborde, paysagiste - gence E.Sintive, Ludovic Durieux, architecte urbaniste Sept - PGE -. - La Traduction Spatiale

Plus en détail

POLITIQUE DE PROTECTION ET DE MISE EN VALEUR DES MILIEUX NATURELS

POLITIQUE DE PROTECTION ET DE MISE EN VALEUR DES MILIEUX NATURELS POLITIQUE DE PROTECTION ET DE MISE EN VALEUR DES MILIEUX NATURELS Imprimé au Canada Dépôt légal Bibliotèque nationale 3 e trimestre 2004 ISBN-2-7647-0441-0 An English version of this document is available

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE. Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne)

FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE. Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne) FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne) LA TRAME VERTE ET BLEUE RECONSTITUER UN RÉSEAU DE CONTINUITÉS ÉCOLOGIQUES Permettre à la faune

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Biodiversité. et le bien-être humain

Consensus Scientifique sur la. Biodiversité. et le bien-être humain page 1/90 Consensus Scientifique sur la Biodiversité et le bien-être humain Source : EM (2005) Résumé & Détails: GreenFacts Niveau 2 - Détails sur la Biodiversité 1. Biodiversité: Qu est-ce que c est,

Plus en détail

Nature et pêche au Domaine provincial de Mirwart

Nature et pêche au Domaine provincial de Mirwart Nature et pêche au Domaine provincial de Mirwart Accueil Comprendre la nature et le monde qui nous entoure, apprendre à taquiner le poisson et à jeter l hameçon, observer, toucher, manipuler, sentir et,

Plus en détail

Redéploiement et conservation des Antilopes Sahélo-Sahariennes en Tunisie Atelier technique, Douz, 18 et 19 avril 2004

Redéploiement et conservation des Antilopes Sahélo-Sahariennes en Tunisie Atelier technique, Douz, 18 et 19 avril 2004 Redéploiement et conservation des Antilopes Sahélo-Sahariennes en Tunisie Atelier technique, Douz, 18 et 19 avril 2004 Atelier technique tenu à l invitation de la Direction Générale des Forêts de Tunisie,

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail