Les Formes de Communication Traditionnelles en Cdte dlvoire et leur Utilisation en Matidre d'education pour la Sante

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Formes de Communication Traditionnelles en Cdte dlvoire et leur Utilisation en Matidre d'education pour la Sante"

Transcription

1 Africa Media Review Vol. 7 No African Council for Communication Education Les Formes de Communication Traditionnelles en Cdte dlvoire et leur Utilisation en Matidre d'education pour la Sante par E. Kale Kouame et J. Niangnehi Sia* Resume Le but de l'etude est d'identifler les differents canaux traditionels de communication, en vue de leur adaptation aux strategies d'information, dans le domaine de la sante. L'etude utilise la methode du focus group pour exploiter ce theme aupres des communautes des quatre groupe ethno-linguistic. Quatre ethnics ont ete identiflees davantage. Dans chaque ethnie, quatre groupes de discussion ont ete organises: comprenant deux pour les homines et deux pour les femmes. Au total 64 groupes de discussion ont ete organises impliquant 768 participants. L'etude revele que les formes de communication traditionnelles peuvent servir a transmettre des messages educatifs de sante, pourvu que l'on sache choisir la forme de communication relative a un message donne. * E. Kale Kouame est Soclologue Medical et J, Niangnehi Sia est Specialiste en Communication a l'lnstitut d'ethno-sociologle, Univereite d'abidjan. Coted'Ivoire 17

2 Forms of Traditional Communication in Cote dlvoire and Their Use in Health Education by E. Kale Kouame and J. Niangnehi Sia* Abstract * The objective of this study is to identify the various traditional channels of communication which can be used to disseminate health Information. The study focuses on four ethno-linguistic groupings of Cote d'lvolre, namely, the Akan, the Krou, the Mande and the N'gur. Within each ethno-linguistic group, four ethnic groups were further identified. From each ethnic group, four discussions groups were formed comprising of two men's groups and two women's groups, sixty-four discussions groups, involving 768 participants were formed. This study reveals that traditional forms of communication can be used to disseminate information on health education, provided that the right channel of communication is chosen for every message that is to be transmitted. * E. Kale ia a medical sociologist and J. Niangnehi is a communication specialist at the Institute of Ethno-Sociology, University of Abidjan, Cote dlvoire. 18

3 Introduction Le probleme d'adequation des mass-media avec les objectifs de l"education pour la Sante reste pose en ce qui concerne les pays comme la C6te divoire ou il exlste une multitude de dialectes et ou une tres forte proportion de la population rurale ne comprend pas encore la langue usuelle qu'est le francais. Certes, on constate aujourd*hui que d'une facon generate, leducation se caracterise par une certaine tendance au nivellement et par l'elargissement de ses horizons grace aux moyens que la technique moderne met a sa disposition (justement les mass-media). Mais cette uniformite de fagade ne saurait effacer les profonds clivages encore entre milieu urbain et milieu rural. Aussi, le souci d'utiliser les formes de communication specifique a chaque groupe ethno-geographique nous semble conforme aux objectifs des instances internationales de la Sante en matiere d'education pour la Sante et de Soins de Sante Primaires. Les Ivoiriens du pays profond diraient que "quand on veut confectionner une coiffure a l'enfant, il est sage de mesurer son perimetre cranien". II n'est done plus question de douter de l'existence de schernas culturels ivoiriens et de types de pedagogies traditionnelles s'y rapportant. Mais il importe de savoir comment se concoivent ces dernieres, comment elles s'appliquent et dans quelles mesures peuventelles s'accorder avec les techniques modemes de confection des messages a transmettre. But de l'etude L'Education pour la Sante doit empecher les gens de courir des risques ou de devenir mala des par leur propre faute, e'est-a-dire qu'elle doit permettre a l'enfant, a Fadolescent et l'adulte d'entreprendre une action positive et independante pour favoriser le maintien et la promotion de sa sante. Aussi l'education pour la Sante doit-elle utiliser des methodes suffisamment elaborees, suffisamment realistes pour pouvoir atteindre ce noble objectif. Notre etude n'a pas la prevention de proposer des methodes nouvelles en matiere d'education pour la Sante. Elle veut seulement explorer un domaine qui ne beneficie pas encore de tout l'interet qui devrait etre le sien: les formes de communications traditionnelles dans la diffusion des messages de sante. 19

4 Nous n'ambltionnons pas non plus de chercher a decouvrir une panacee. L'etude se propose simplement, a partir de 1'identlflcatlon et de l'analyse des principaux schemas culturels ivolrlens, de foumlr des donnees fondamentales necessaires a l'edification des nouvelles strategies de transmission des messages sanltaires adaptees a nos realites. Specifiquement, elle vlsera a: repertorier les traits culturels et les principes pedagogiques qui s'y attachent, caracteristiques des principales aires culturelles et ce, a partie d'enquete de terrain et de recherches documentaires; et identifier ceux d'entre eux qui dans le domaine de la communication des messages de sante peuvent s'adapter aux exigences actuelles de transmission des connaissances. De fait, les resultats de nos investigations contribueraient a promouvoir l'integration des formes de communication traditionnelles dans la pratique de l'education pour la Sante. Methodologie Synthese de LUterature A ce nlveau, nous jugeons opportun de rapporter les conclusions d'etudes recentes ayant trait a l'education pre-coloniale et a l'utilisation des formes de communication traditionnelle dans la diffusion des messages de sante. Les etudes que nous avons consultees sont disparates et parcellaires. Elles ne sont jamais integrees dans un schema de synthese susceptible de deboucher sur un projet educatif, certes. Mais elles ont neanmoins, tout comme Fart et les langues locales, le merite d'eclairer nos reflexions, de nous outiller et de guider nos observations, par la richesses des materiaux que leur exploitation pourrait nous offrir. Le theatre par example Joue un role primordial dans les cultures africaines actuelles. II est l'un des elements culturels qui temoignent de l'afrique d'aujourd'hui, a la croisee des chemins du sacre et du profane, de l'oralite et de l'ecriture, des racines internes et des apports exterieurs, de la tradition et du modernisme pour tout dire: les oeuvres d'amon d'aby dont les pieces evoquent le r61e de la parole dans les anciennes royautes relatent les legendes agni dans tout un fond de proverbes. Werner et Bower (1982) ddfinissent le jeu de roles comme la forme la plus simple de la representation theatrale. Selon eux, on peut l'utiliser pour transmettre un grand nombre de types d'information 20

5 differents (touchant le diagnostic, la prevention ou le traitement) et ces auteurs donnent plusieurs exemples. Avec les sociodrames, 11 est possible d'aller plus loin et de voir dans quelle mesure les gens sont avertis des problemes concemes. Le celebre programme de sante rurale de Lardln Gabas (1978) insiste tout particulieremenl sur la narration d'histoires couplee avec le mime, la danse et le theatre. Les hlstolres sont racontees par les agents de sante et, dans certains cas, par les villageois eux-memes. El-Bushra et Perls (1976) ont utilise l'opera Yoruba traditionnel (narration diiistolre musicale) dans leur action de planiflcatlon familiale. Les histoires traditionnelles ont souvent ete condensees sous forme de proverbes. En cela on peut citer l'exemple des projets menes par Brieger et Akpon (1982) qul se sont interesses a la lutte contre le ver de guinee au Nigeria. Us ont presente leurs messages aux agents de sante sous forme d'histoires, de proverbes et spectacles dramatiques. Les contes sont, quant a eux, des faceties de la vie, qui traduisent l'illuslon des apparences, les dangers de la desobeissance, les roles sociaux, la sagesse des vieux, etc. Falts de gestes, de mimes, et de chansons, mettant en scene des animaux dont on peint le caractere et par analogie celui de l'etre humain. les contes finissent toujours par un paradoxe qui a un but precis d'enseignement. La veillee ou Ton dit des contes est un lieu de reunion, d'apprentissage. C'est ce rite de communication qui est le substrat de l'education au sein des communautes villageoises ivoiriennes. II ressort des textes cites que pratiquement n'importe quelle forme de communication traditionnelle peut servie a transmettre des messages de sante. Chacune a ses avantages et ses limites. Le principal probleme est de reussir une meilleure adaptation en fonction des speciflcites de chaque communaute au plan de la sensitivite. L'Etude de Terrain L'etude de terrain s'est effectuee du 10 Janvier au 6 mars 1986 par une equipe de deux personnes: un chercheur principal, sociologue medical; un chercheur adjoint, specialiste en sciences des communications; un enqueteur parlant le dialecte de la localite ou a lieu renquete; et un chauffeur. Dans la deuxieme phase de l'etude le chercheur adjoint a ete remplace par un specialiste en Education pour la Sante, pour 21

6 empechement professionnel. Zones d'investigatlon Elles sont constitutes des quatre prlncipales aires culturelles du pays: Kwa ou Akan, Krou, Mande (Nord et Sud) et Ngtir ou Ebumeo-Voltaique, etant entendu que les criteres fondamentaux de decoupage sont llnguistiques et non spatlaux, compte tenu des nombreux courants migratolres. Neanmoins le facteur geo-climatique a guide le cholx des villages, compte tenu de certaines variances observees au sein d'un meme groupe ethnique suivant la localisation des communautes qui la composent. Au total, 8 villages ont ete enquetes chez les Akan dans les ethnies Abron, Adjoukrou, Agni, Baoule, Dega, Ebrie et Attie; 7 villages chez les Krou dans les ethnies Bete. Dida, Guebie, Guere, Kroumen, Niandeboua et Wobe; 8 villages chez les Mande dans les ethnies Gagou, Gouro, Kouya, Yacouba (Mande Sud), Mahou, Maninka, Toura (Mande Nord); 7 villages ches Ngur, dans les ethnies Lobi, Lorhon, Koulango, Tagouanan et Senoufo (Pallaka, Tiembara et Tienembele). Soit 30 villages. Population Ainsi, la population visee par l'etude est celle des communautes rurales. Toutes les classes d'age d'au moins 15 ans sont concemees pour les raisons principales suivantes: l'education est a la fois diffuse et systematique. n est evident que toutes les personnes valides y sont impliquees. n serait done interessant par consequent de savoir qui fait quoi en matiere d'apprentissage et de transmission de messages; et le caractere interactionniste de l'education necessite que nous reperions des indices de comportements propres a chaque categorie d'age et de sexe qui se distingue des autres par les roles. A ce propos, rappelons que la separation sociale des sexes mais aussi des groupes d'age, est tres marquee dans les villages en Cote d'lvoire. Dans le meme ordre d'idees, les chefs des divers groupes religieux, les guerisseurs et les chefs de villages sont touches. Ce choix s'explique 22

7 par le fait que la religion (animisme et religions d'lmportation) est Tune des composantes essentielles des milieux traditionnels africalns en general et ivoiiiens en particulier. II s'est fait de facon stratifiee, regroupant un nombre proportionnel d'indmdus par sexe et par classc d'age (vieux, adultes, adolescents). Le tlrage au hasard des menages que nous avions preconise a ete abandonne (par commodite protocolaire) au benefice d'indmdus representants chaque quartier ou chaque famllle dans chaque village (5 indmdus). L'unite d'echantillonnage n'est done pas le menage mais le quartier ou famille. (Quartier, notion spatiale et famllle, notion sociale sont quelquefoi confondus, une meme famille occupant un meine quartier.) Au total 150 sujets ont ete concernes par l'entretien individuel. Ces 150 sujets representent 132 families larges reparties 30 villages. La taille des families varie entre 27 et 304 indmdus. Les entretiens collectifs (30 au total) ont touche 263 sujets. La taille des groupes varie entre 5 et 16 indmdus. Collecte des Donnees et Instruments Les methodes et techniques que nous avons utilisees pour la collecte des donnees sont de type qualitatif, compte tenu du caractere exemplaire de l'etude. Notre principale preoccupation etant de decrire les pratiques d'education coutumiere et de decouvrir les formes de communication traditionnelle. Pour atteindre ces objectifs, rentrevue de groupe (semistructuree ou libre, selon l'opportunite) et le guide d'entretien indmduel ont ete utilises en combinaison. Compte tenu du caractere diffus des pedagogies traditionnelles, il est possible de recueillir des preceptes tout faits; nous procederons done par induction (des faits aux principes) a partir des donnees qui, de pres ou de loin concernent l'education des enfants et la transmission des informations a caractere general. Nous retenons l'entrevue de groupe (chef de village, notables, president du comite de base du parti, presidente du comite AFI (Association des Femmes Ivoiriennes), chefs religieux...) pour des raisons de credibilite des informations. En fait, selon les specialistes de la question, elle reduit rinfluence de l'enqueteur en etablissant une dynamique de groupe et permet d'obtenir un plus grand degre de slncerite et de souvenance dans le message ou le groupe fonctionne 23

8 comme element de controle; en outre elle donne a lnterroger beaucoup de sujets en moins de temps. Dans l'ensemble, les enquetes ont ete menees avec l'aide des gens issus des zones concernees, compte tenu des experiences qu'ils ont de ces milieux. Le guide d'entretien (questions ouvertes) a ete utilise pour la collecte des informations aupres des sujets interroges individuellement. Encore qu'en milieu rural, il est difficile et quelque-fois m6me impossible d'isoler un sujet et de rinterroger surtout quand ce sujet est jeune ou de sexe feminin. Generalement une discrete surveillance des reponses est exercee par un sujet plus age. La conflance n'est etablie que quand l'enqueteur est originaire des lieux. Analyse et Interpretation des Donnees Les formes de communication traditionnelles ne peuvent etre comprises que dans un tout: l'education traditionnelle. Dans la Cote divoire traditionnelle, cette Education forme un tout: initiations aux coutumes et aux rites du groupe, enseignement artisanal et technique constituent autant d'activites indissociables les uns des autres dans une communaute ou la specialisation ne joue qu'un role accessoire: en depit des differences structurales qui peuvent se faire jour selon les regions et les groupes consideres, cette communaute est un tout, une entite economique, sociologique et culturelle, dont les elements se tiennent infailliblement. C'est en vue de la sauvegarde de cette integration, de cette unite et de l'equilibre de cette globalite qui doit necessairement rejaillir sur l'individu, qu'il ne faut pas separer arbitrairement tel ou tel type d'actmte de tel autre en la considerant comme ayant une fin en soi. n s'agit avant tout de transmettre de generation en generation, un ensemble de valeurs, de connaissances et de techniques que rien ne doit modifier. Cette education est dispensee indifferemment par tous les membres de la famille elargie (pere, mere, oncle, grands parents...) L'education se rapportant en ce moment la a un domaine specifique de la vie communautaire. En fait, comme toutes les cultures d'afrique noire, la culture traditionnelle ivoirienne est d'une diversite considerable, mais a y voir de plus pres, une certaine convergence se manifeste sous plusieurs aspects: au niveau de l'organisation politique, le village, entite sociale, et la recherche constante du consensus, caracterisent 1'ensemble des liens culturels dominants. au niveau economique, les activites agro-pastorales et artisanales 24

9 sont presentent partout et s'lnscrtvent dans le groupe parental elargl, sous l'autorite du chef de llgnage au niveau lingulstique, il exlste une uniformite syntaxique, lexicale et phonetique a Finterieur de chacune des grandes families de langue determinant les quatre aires culturelles principales: akan ou kwa, krou ou magwve, mande (nord et sud) et n'gur ou ebumeovoltaique; au niveau ideologico-religieux, toutes les socletes tvolriennes croient en l'existence d'un double univers (visible et invisible) gouverne par le createur dont les intermediaires sont les esprits. Elles considerent toutes, liiomme comme produit de cet 6tre supreme, et sacre; au plan social, ce sont des societes de contact, le coin du feu, les ceremonies rituelles, les fetes, les danses, les rondes au clair de lune, le marche, le champ de travail, rarbre a palabre, les funerailles, etc.), favorlsent ce type de relation; au niveau des systemes educatifs, la souplesse des agents, le respect de rautonomie de rapprenant, la recherche de la formation globale integree ou dominent Tagir et le parler", sont des caracteristiques presentent partout. Pour une Meiilieure Adaptation des Formes de Communication Traditionnelles en Education pour la Sante Dans un pays en vole de developpement ou les communautes villageoises rneme les plus enclavees, suivent la mutation generale; dans un pays ou de gros efforts sont consentis en matiere d'information du public, la part consacree a rinformation pour la Sante reste falble dans les programmes des medias electroniques. La radio consacre une heure hebdomadaire a remission "Sante Magazine" de 20 h 30 mn a 21 h 30 mn. La television tfaccorde qu'une heure par mois avec remission "Droit a la Sante" de 22 h a 23 h. Ces deux emissions sont diffusees en langue francaise qui n'est comprise que par environ 30% de la population. Par ailleurs, la nature des themes et Fheure de diffusion reduit considerablement l'audience de ces emissions. Aussl, pouvons-nous affirmer que les communautes rurales qui constituent environ 80% de la population Ivoirienne, ne sont pas touchees par les messages de sante emis par les mass-media. Or, 11 apparait a Tissue de notre etude que les formes de communication traditionnelles jouent encore un role essentlel dans la 25

10 transmission des contes et des croyances collectives. Notamment les contes, les chansons et les danses a themes mimes qul participent a l'educatlon de la communaute villaqeoise. Les cadres instltutionnels par lesquels clrculent les informations au niveau des collectmtes villageoises pourraient etre utilises aux fins de transmission de messaqes d'education pour la sante. Le Rfile des Chefs Traditionnels A ce niveau, 11 faut distinguer selon le socioloque Kadjo Mlano de linstitut d*ethno-sociologie (Unlversite d'abidjan): les civilisations a structure etatlque avec centralisation du pouvoir politique et de radmlnistration ce sont les societes de type Akan (agni, abron). les civilisations a structure democratique par l'alternance administrative des classes-d'ages. Ce sont les societes lagunaires de la cote (akye, aboure, ebrie, adjoukrou). les civilisations a democraties villageoises et a structure politique segmentalre sans pouvoir centralise. Elles regroupent les societes voltaiquesqobi, senoufo); certaines societes mande (gouro, dan) et les magwve de l'ouest et du sud-ouest (we, bete, dlda, krou). Preponderance des Presidents de Comite de Base du PDCI- RDA Les presidents du comite de base du parti assument de plus en plus un role important dans l'lnformation de la communaute villageoise. Us doivent etre informes de toutes les actmtes a mener au sein de la collectmte: la possibilite de moblliser les masses rurales pour vehiculer les mots d'ordre du Parti, constitue des occasions de sensibilisation de la communaute aux problemes de sante. L'action du president de comite se conjugue avec celle de la presidente locale de l'afi (Association des Femmes Ivoiriennes) dont le role serait determinant dans I'education des femmes sur la sante maternelle et infantile. II a ete observe au cours de l'etude la tres grande audience des presidents du comite de base du parti. Quelle que soit l'ethnie, quelle que soit la zone geographlque, l'autorlt des presidents de comite du parti est certalne, surtout quand 11 s'agit de tout ce qul echappe a la tradition. Toutes les informations a caractere politique, administrative, culturelle, en bref tout ce qui vient des pouvoirs centraux est du ressort du president qul est appele sulvant les regions "comite", 26

11 "secretaire" ou " "president". Cette toute puissance du president du comlte ne pertube generalement pas 1'ordre etabli par le pouvoir traditionnel meme si dans quelques cas il decline visiblement le chef du village. Le pouvoir qui s'etend plus aupres des jeunes peut s'expliquer par le fait qu'il est elu par toute la communaute contrairement a la fonction de chef du village qui est hereditaire dans la plupart des groupes ethniques, ou quand bien meme elle est elective dans certaines, les candidats sont choisis en fonction de criteres garantis par la tradition. Par ailleurs les presidents de comlte sont generalement des personnalites influentes par leur pouvoir economique (gros planteurs ou eleveurs), intellectuels (fonctionnaires en retraite ou anciens combattants) et mystico religleux (guerisseurs renommes, chefs rellgieux). Les Chefs Religieux et les Guferisseurs: Leaders d'opinion La distinction entre les attributs du chef rellgieux et du guerisseur est parfois delicate. Le chef religieux a souvent des pouvolrs de guerisseur. Cependant tout guerisseur n'est pas chef rellgieux. Les chefs religieux traditionnels sont apparus comme les responsables de rinltiation tribale. A ce litre ce sont les maitres de ceremonie initiatique et leur pouvoir est evident au sein de la communaute (senoufo, we, gagou...). Les chefs rellgieux etant les gardlens des rites traditionnels, leur collaboration avec le personnel de sante ne semble pas evident, compte-tenu de la mefiance qui regne entre le monde du blanc et le monde du noir. Le veritable probleme pose n'est pas celui de la race mats de la survie d'une culture. En effet, le chef rellgieux, maitre des ceremonies inltiatiques peut-il servlr d'lnformateur d'un message "exogene" sans denaturer ou pervertlr le role qui est le sien dans le bols sacre? Cependant si Ton peut observer une certaine reserve quant a l'eventualite des chefs rellgieux animistes comme elements de relals dans la transmission de messages a caractere sanitalre et educatlf, 11 est presque certain de l'lmportance et de la pertinence de la collaboration entre structures d'education pour la sante et chefs rellgieux musulmans (Imam) et Chretiens (les prophetes des different s synchretismes). Ainsi chez les lagunaires le prophete harriste Albert Atcho est un veritable guide des esprits et des corps. Toute actmte Educative devrait tenir compte de la presence de cette structure. II en est de meme chez les agni - baoule (akan) et dida (krou) ou le 27

12 prophete Josua a polarise autour de sa personne toutes les energies. II est un veritable tribun et un communicateur hors pair. Au cours de l'etude, malgre le caractere confessionnel de ses actes et paroles, il a demontre ses larges connaissances en matiere diiygiene et de sante, mais aussi sa capacite a convaincre, a persuader, a conscientiser. La meme situation s'observe chez le prophete "Papa Nouveau", un harriste orthodoxe qui a une tres large audience sur le littoral Grand- Lahou- Jacqueville et sur le continent dans les sous-prefectures de Dabou ( chez les-adjoukrou) et Sikensi (chez les abidji). Le caractere commun de ces prophetes c'est leur charisme et la conflance absolue, aveugle a la lirnite, que leurvouent les adeptes a la religion qu'ils professent. Dans les regions islamisees Mande-nord (malinke, mahou et koyaka) et ngur (quelques koulango et senoufo), nmam est le personnage central au plan de la transmission des messages, meme si dans ces regions le role des griots reste preponderant. Tout message a caractere general ne requiert une quelconque importance que s'il est transmis a la mosquee, le jour de la priere (vendredi) par limam? A propos des guerisseurs proprement dits, le probleme se presente differemment. Ils sont consideres comme des agents de communication efficace. Leurs competences en matiere medecinale s'etendent du traitement des fractures, des troubles mentaux aux soins gynecologiques. L'audience de ces guerisseurs s'etend hors de leur residence villageoise. Tres souvent, ils ont ete sollicites par les autorltes sanitaires pour des cas ou la medecine offlcielle fut impuissante. Tout en aspirant a intensifier la collaboration avec la medecine dite moderne; les guerisseurs n'envisagent pas de prendre l'lnitiative, de determiner le cadre et les conditions de la collaboration. Cependant, les guerisseurs sont disponsibles pour etre des informateurs en matiere de sante aupres des malades et de la communaute villageoise. Le role des responsables de la sante consistera a l'elaboration des messages et surtout a instaurer les conditions d'une saine collaboration basee sur la confiance et le respect du statut des guerisseurs. Certains guerisseurs ont forme autour d'eux de veritables villages, accueillant une grande partie des individus de leur ethnie, mais aussi ceux d'autres ethnies. Les formes de communication traditionnelles encore utilisees dans les differentes contrees de la Cote divoire sont nombreuses. Mais la plupart d'entre elles sont orientees vers la transmission de preceptes sacres, de codes moraux respectant les valeurs religio-culturelles. 28

13 Ces formes de communication peuvent difficilement repondre a une readaptatlon pour la diffusion de messages pour la sante. n en existe en revanche dont la fonction premiere est la moralisation, la conscientisation des indtvidus sur des themes aussi varies que divers. Ce sont: les contes, les chansonnettes, les scenes mlmees, chantees et dansees que nous pourrions appeler le theatre. Conclusion II ressort de notre etude que les formes de communication tradltionnelles peuvent servlr a transmettre des messages de sante pourvu que Ton sache choisir quelle forme pour quel message. Le principal avantage que les services d'education pour la sante peuvent tirer de l'utilisation des formes de communication traditionnelles est sa specifite a un groupe de communautes donne. Etant entendu que chaque groupe de communautes ethnogeographique est habitue a une forme particuliere de communication et qu'il percoit mieux tout message transmis par ce moyen. Tout comme l'education pour la sante au moyen de la communication de masse presente des avantages et des limites, l'e. P. S. par les formes de communication traditionnelle presentent des difficultes dont la moindre n'est pas l'adaptatlon de messages modemes aux circuits traditlonnels. Mais au seln des communautes rurales (vlllageolses) qui constituent encore environ 80% de la population ivoirienne, moyens modemes et moyens traditlonnels ne peuvent permettre d'atteindre les objectifs d'e. P. S. que dans la mesure ou la diffusion ou la transmission des messages aboutit a des reunions d'explication ou d'orientatlon sous l'lnitiative des chefe traditionnels et la bienveillante participation des presidents de comites de base du parti. 29

Patrick K. N'Gouan TRESOR PUBLIC EN CÖTE D'IVOIRE. Des origines ä nos jours. Preface de Joseph Y. Yao

Patrick K. N'Gouan TRESOR PUBLIC EN CÖTE D'IVOIRE. Des origines ä nos jours. Preface de Joseph Y. Yao Patrick K. N'Gouan TRESOR PUBLIC ET POLITIQUE FINANCIERE EN CÖTE D'IVOIRE Des origines ä nos jours Preface de Joseph Y. Yao L'Harmattan TABLE DES MATIERES Avant-propos 7 Preface 9 Sigles et abreviations

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Das Urheberrecht in einer digitalen Umwelt: die Positionen der IFLA und der UNESCO Jean-Philippe Accart Information

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant

Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant Annexe 10 1. Association de création artistique Question : Dans quels cas les activités des associations de création artistique sont-elles exonérées

Plus en détail

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef Il n'y a rien de plus beau qu'une clef (tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre) Spectacle de contes, à partir de 12 ans. Durée 1h Synopsis Deux conteuses Une panne de voiture Un petit village vendéen

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

Devenez expert. en trading d'or. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or

Devenez expert. en trading d'or. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or Devenez expert en trading d'or Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or 01 02 Pourquoi l'or est-il si précieux? Tout le monde sait que l'or est cher, mais pourquoi est-il si prisé partout dans le monde?

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE GENEVE. langue et littérature italiennes italien 3 langue et littérature latines philosophie philosophie 3

UNIVERSITÉ DE GENEVE. langue et littérature italiennes italien 3 langue et littérature latines philosophie philosophie 3 Enseignement secondaire II postobligatoire REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'instruction publique, de la culture et du sport Enseignement obligatoire CO et enseignement secondaire II Services

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/algeri... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/algeri... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:21 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER ALGERIE Imprimer cette page Textes de référence : - Code de la famille du 9 juin 1984 1. Les formes de dissolution du mariage - La répudiation

Plus en détail

M a s t e r Mention «Information et communication dans les organisations»

M a s t e r Mention «Information et communication dans les organisations» Diplôme Bac + 5 Autres spécialités Communication des entreprises : Recherche : Professionnel Contacts UFR des sciences de la communication tél. : 01 49 40 32 72 [email protected] [email protected]

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York ITALIE L'Italie est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Lois 31723 p.1 Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française D. 12-01-2007 M.B.

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces L ANALYSE SWOT 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'analyse SWOT (Strengths Weaknesses Opportunities Threats) ou AFOM (Atouts Faibses Opportunités Menaces) est un outil d'analyse stratégique.

Plus en détail

La crise n'a pas entamé la générosité des belges

La crise n'a pas entamé la générosité des belges INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Chaussée de Chastre, 113 B-5140 Sombreffe Tél : 0484.109.764 E-mail : [email protected] La crise n'a pas entamé la générosité des

Plus en détail

Résumé de l étude. Citoyenneté et participation. Les motivations à participer TABLEAU - PRINCIPALES MOTIVATIONS À PARTICIPER AUX

Résumé de l étude. Citoyenneté et participation. Les motivations à participer TABLEAU - PRINCIPALES MOTIVATIONS À PARTICIPER AUX Table des matières Recherche et rédaction Rock Beaudet Frédéric Lapointe de Asynchrolab Comité de suivi de l étude Steve Francoeur Nicolas Fournier Julie Richard Niki Messas Coordination Caroline Rioux

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX Monsieur AIT ABDERRAHMANE Abdelaziz Directeur Général de la Régulation et de l Organisation

Plus en détail

ERP5. Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales

ERP5. Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales Cte 1 2 P 3 s tio T 4 m ilg h trc c n p.o 5 re u fe ro a le tio c M S tw u aa c e O 2 Relation Citoyen Interventions Patrimoine Core Ressources

Plus en détail

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques NATIONS UNIES Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques www2.ohchr.org/english/issues/minorities Droits des minorités Introduction

Plus en détail

PLAN DE COURS TYPE COMMUNICATION MARKETING UNE PERSPECTIVE INTÉGRÉE

PLAN DE COURS TYPE COMMUNICATION MARKETING UNE PERSPECTIVE INTÉGRÉE 1. OBJECTIFS DU COURS PLAN DE COURS TYPE COMMUNICATION MARKETING UNE PERSPECTIVE INTÉGRÉE Objectif général Développer des habiletés dans le domaine de la gestion des communications intégrées en marketing,

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Le mobile en masse: L éveil du marché marocain

Le mobile en masse: L éveil du marché marocain Le mobile en masse: L éveil du marché marocain Enjeux et perspectives de la libéralisation Casablanca, le 24 février 2005 Lara Srivastava Note: Unité des Stratégies et Politiques Union Internationale des

Plus en détail

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS 1) Les coopératives et les foyers ne sont pas des moyens de pallier certaines insuffisances financières ou matérielles : Ce

Plus en détail

CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ "AGENCEMENT INTÉRIEUR" CONCOURS EXTERNE ET INTERNE

CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ AGENCEMENT INTÉRIEUR CONCOURS EXTERNE ET INTERNE CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ "AGENCEMENT INTÉRIEUR" CONCOURS EXTERNE ET INTERNE NATURE DES ÉPREUVES Arrêté du 24 janvier 1992 (publié au Journal officiel du 14 février 1992) Les épreuves

Plus en détail

CRÉER UNE BASE DE DONNÉES AVEC OPEN OFFICE BASE

CRÉER UNE BASE DE DONNÉES AVEC OPEN OFFICE BASE CRÉER UNE BASE DE DONNÉES AVEC OPEN OFFICE BASE 2 ème partie : REQUÊTES Sommaire 1. Les REQUÊTES...2 1.1 Créer une requête simple...2 1.1.1 Requête de création de listage ouvrages...2 1.1.2 Procédure de

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication Matériel didactique Recommandé par l Union méthodique d études de L Académie Russe des Sciences naturelles de l enseignement

Plus en détail

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ Asher Ben-Arieh, PhD Rédacteur en chef, Child Indicators Research Adjoint

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

N'gum, Aminatta Lois Runeni (Gambie)

N'gum, Aminatta Lois Runeni (Gambie) N'gum, Aminatta Lois Runeni (Gambie) Renseignements personnels [Original: anglais] Nom: Aminatta Lois Runeni N'gum Date de naissance: 7 juin 1953 Lieu de naissance: Nationalité: Harare, Zimbabwe [alors

Plus en détail

A.T.S.E.M. -Note de service n 91-065 du 11 mars 1991 (BO no 1 2 du 21 mars 1991)

A.T.S.E.M. -Note de service n 91-065 du 11 mars 1991 (BO no 1 2 du 21 mars 1991) A.T.S.E.M. Le statut très particulier des ATSEM conduit les directrices(teurs) des écoles maternelles à travailler en étroite collaboration avec le service du personnel des communes. En effet, les ATSEM

Plus en détail

Notre planète mobile : Canada

Notre planète mobile : Canada Notre planète mobile : Canada Mieux comprendre les utilisateurs de mobiles Mai 2012 1 LES TÉLÉPHONES INTELLIGENTS ONT TRANSFORMÉ LE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS 2 Le téléphone intelligent représente

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1:

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1: L'EXEMPLE BELGE La scolarisation des enfants autistes en Belgique Grande Cause Nationale 2012, l'autisme touche près de 440 000 personnes en France. Chaque année, ce sont 5 000 à 8 000 enfants qui naissent

Plus en détail

Charte Les projets pédagogiques / éducatifs au LEAP

Charte Les projets pédagogiques / éducatifs au LEAP Lycée d Enseignement Agricole Privé de St Maximin Chemin du Prugnon 83470 SAINT MAXIMIN Tel : 04 94 86 52 93 Fax : 04 94 59 78 91 E Mail : [email protected] Fait à St Maximin, le 2 janvier

Plus en détail

le diplôme d Etat de professeur de musique, le diplôme d Etat de professeur de danse.

le diplôme d Etat de professeur de musique, le diplôme d Etat de professeur de danse. Information sur la mise en place de la procédure de validation des acquis de l expérience (VAE) pour les diplômes d enseignants du domaine du spectacle vivant. Le décret n 2004 607 du 21 juin 2004 rend

Plus en détail

Frais et systèmes nationaux d'aides financières aux étudiants dans l'enseignement supérieur en Europe

Frais et systèmes nationaux d'aides financières aux étudiants dans l'enseignement supérieur en Europe Frais et systèmes nationaux d'aides financières aux étudiants dans l'enseignement supérieur en Europe 2014/2015 Eurydice Faits et chiffres Education et formation Problématiques clés Introduction La question

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2

CORRECTION BREVET BLANC 2 CORRECTION BREVET BLANC 2 PARTIE 1: Histoire Question 1: Expliquer les repères qui correspondent aux dates suivantes: 622 / 1598. 622: l'hégire, Mahomet et ses compagnons quittent La Mecque pour Médine,

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

CONVENTION. «Etude épidémiologique sur la santé des mineurs et jeunes majeurs confiés à l Aide Sociale à l Enfance en Languedoc-Roussillon»

CONVENTION. «Etude épidémiologique sur la santé des mineurs et jeunes majeurs confiés à l Aide Sociale à l Enfance en Languedoc-Roussillon» Centre Régional d'etudes d'actions et d'informations Centre Régional d'etudes d'actions et d'informations Observatoire Régional de la Santé du Languedoc Roussillon 135 Allée Sacha Guitry - ZAC Tournezy

Plus en détail

C1. L'élève sera capable de se situer face aux réalités linguistiques et culturelles francophones de son milieu et d'ailleurs.

C1. L'élève sera capable de se situer face aux réalités linguistiques et culturelles francophones de son milieu et d'ailleurs. C1. L'élève sera capable de se situer face aux réalités linguistiques et culturelles francophones de son milieu et d'ailleurs. C2. L'élève sera capable d'exprimer dans son milieu certaines valeurs et de

Plus en détail

Évaluation de la mise en oeuvre des recommandations issues des audits effectués à l Université Nationale du Bénin par la Banque mondiale et l UNESCO

Évaluation de la mise en oeuvre des recommandations issues des audits effectués à l Université Nationale du Bénin par la Banque mondiale et l UNESCO Évaluation de la mise en oeuvre des recommandations issues des audits effectués à l Université Nationale du Bénin par la Banque mondiale et l UNESCO Plan de la présentation I- Contexte et problématique

Plus en détail

mission. Le premier poste du programme de travail du DREV vise la qualification, la quantification et le suivi

mission. Le premier poste du programme de travail du DREV vise la qualification, la quantification et le suivi Dans le cadre de la mission le DREV est chargé de conduire des études et expérimentations permettant de mieux comprendre les usages en matière de consommation de produits culturels en ligne et de produire

Plus en détail

L état du numérique dans l enseignement en Wallonie

L état du numérique dans l enseignement en Wallonie Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2013 8, juillet 2013 www.ftu.be/ep L état du numérique dans l enseignement en Wallonie Quelle évolution depuis le nouveau plan

Plus en détail

ŒUVRE D ART INTERACTIVE POUR UN MUR VIDÉO AU 150, RUE ELGIN, OTTAWA (ONTARIO) DEMANDE DE PROPOSITIONS

ŒUVRE D ART INTERACTIVE POUR UN MUR VIDÉO AU 150, RUE ELGIN, OTTAWA (ONTARIO) DEMANDE DE PROPOSITIONS ŒUVRE D ART INTERACTIVE POUR UN MUR VIDÉO AU 150, RUE ELGIN, OTTAWA (ONTARIO) DEMANDE DE PROPOSITIONS LE CONSEIL DES ARTS DU CANADA ŒUVRE D ART INTERACTIVE POUR UN MUR VIDÉO AU 150, RUE ELGIN, OTTAWA (ONTARIO)

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L'ADOPTION SELON LES COUTUMES AUTOCHTONES ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT

LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L'ADOPTION SELON LES COUTUMES AUTOCHTONES ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION REGULATIONS R-085-95 In force September 30, 1995 LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L'ADOPTION SELON LES COUTUMES AUTOCHTONES

Plus en détail

Questionnaire sur la mise en oeuvre du programme d action sur une culture de la paix

Questionnaire sur la mise en oeuvre du programme d action sur une culture de la paix Questionnaire sur la mise en oeuvre du programme d action sur une culture de la paix PREPARATION DU RAPPORT A MI-PARCOURS DE LA DECENNIE INTERNATIONALE DE LA PROMOTION D UNE CULTURE DE LA NON-VIOLENCE

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

Un espace végétalien dédié à l'expérimentation sociale et écologique

Un espace végétalien dédié à l'expérimentation sociale et écologique Un espace végétalien dédié à l'expérimentation sociale et écologique Nous sommes un groupe d'individus originaires de différents horizons partageant un rêve commun : vivre en harmonie avec la nature et

Plus en détail

FICHE S PEDAGOGIQUE S. Bilan personnel et professionnel Recherche active d emploi

FICHE S PEDAGOGIQUE S. Bilan personnel et professionnel Recherche active d emploi FICHE S PEDAGOGIQUE S Bilan personnel et professionnel Recherche active d emploi 2 TABLE DES MATIERES PREMIERE PHASE : BILAN 1. Organisation de la phase de bilan 5 2. Fiches relatives à l'expression orale

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

Europresse : Découvrir la recherche avancée

Europresse : Découvrir la recherche avancée Europresse : Découvrir la recherche avancée La recherche avancée permet de modifier les critères de recherche par défaut, d'augmenter la pertinence des résultats et d'en réduire la quantité à traiter.

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes

Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes principaux résultats de l'étude Artiscan 4000 conduite par DEVELOPPEMENT CONSTRUCTION sur les artisans du bâtiment L'artisanat du bâtiment

Plus en détail

Suite dossier d appel

Suite dossier d appel Suite dossier d appel Table des matières 1. INTRODUCTION... 3 2. TRAITEMENT D'UN APPEL... 4 2.1. TRAITEMENT EN DIRECT... 4 2.2. TRAITEMENT DIFFERE... 4 2.3. MECANISME DU TRAITEMENT D'UN APPEL AU NIVEAU

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Le Futur de la Banque de Détail

Le Futur de la Banque de Détail Forum d'été du Club des Dirigeants de Banques Africaines Le Futur de la Banque de Détail Présentation Roland Berger Ho Chi Minh ville, le 26 juin 2014 Roland Berger est le grand cabinet d'origine européenne

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE 1 Date Titre présentation MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE Service études et prospective, Direction des ressources et de la stratégie, Juliette Delfaud Octobre 2014 www.sacem.fr SOMMAIRE

Plus en détail

En Sorbonne, avril 2014. Master Professionnel ADMINISTRATION ET GESTION DE LA MUSIQUE. - Année 2014-2015 -

En Sorbonne, avril 2014. Master Professionnel ADMINISTRATION ET GESTION DE LA MUSIQUE. - Année 2014-2015 - En Sorbonne, avril 2014 Master Professionnel ADMINISTRATION ET GESTION DE LA MUSIQUE - Année 2014-2015 - 2 CE QU ILS EN DISENT Marine Gaudry, promotion 2006/07 Responsable production & diffusion, Ensemble

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable!

LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable! Volume 2, numéro 3 Mai 2012 LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable! Par Caroline Soulas, chef marketing, Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Le ministère

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C.

LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C. CONVENTION REGISSANT LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C. 1 PREAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun; Le Gouvernement de la République Centrafricaine; Le Gouvernement de la République du Congo;

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Le Seven Card Stud. Club Poker 78

Le Seven Card Stud. Club Poker 78 Club Poker 78 Juin 2013 Introduction Le Seven Card Stud est une variante de poker née aux USA, au milieu du XIXe siècle. À partir des années 1930, ce jeu devient la variante la plus populaire dans les

Plus en détail

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE 900 000 déplacements TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE ET VOUS COMMENT VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST CITOYEN DE SA VILLE ET DE SA PLANÈTE évaluez vos comportements Question 1 : pour vous rendre

Plus en détail

I. Introduction aux fonctions : les fonctions standards

I. Introduction aux fonctions : les fonctions standards Chapitre 3 : Les fonctions en C++ I. Introduction aux fonctions : les fonctions standards A. Notion de Fonction Imaginons que dans un programme, vous ayez besoin de calculer une racine carrée. Rappelons

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Emprunt bancaire immobilier

Emprunt bancaire immobilier - 1 - Emprunt bancaire immobilier Résumé : Quels sont les éléments nécessaires pour contracter un emprunt immobilier auprès d'un organisme bancaire? Ce Chapitre insiste particulièrement sur les modes de

Plus en détail

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data!

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Pierre Jouniaux http://www.safety line.fr CV : Pierre Jouniaux, ingénieur aéronautique, pilote

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

La pratique de la gestion des services. Lier les composants techniques avec les services d opérations dans la CMDB

La pratique de la gestion des services. Lier les composants techniques avec les services d opérations dans la CMDB La pratique de la gestion des services Lier les composants techniques avec les services d opérations dans la CMDB Création : octobre 2013 Mise à jour : octobre 2013 A propos A propos du document Ce document

Plus en détail

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R 2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R Dans la mesure où les résultats de ce chapitre devraient normalement être bien connus, il n'est rappelé que les formules les plus intéressantes; les justications

Plus en détail

Unesco : Institut international de planification de l'éducation

Unesco : Institut international de planification de l'éducation ^% jf 0 в Я a No 58 L'ANALYSE COUT/PERPORMANCE DANS LA PLANIFICATION DES PROGRAMMES AUDIO-VISUELS par Jacques Hallak Unesco : Institut international de planification de l'éducation IIEP/TH/58/71 Paris

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Open IT For Development Résumé - Page 1 / 6 ASSOCIATION OPEN IT FOR DEVELOPMENT RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Document: Résumé plan d'affaires, du 2012-05-24 Entreprise: Siège: Activités: Rédaction: Relecture:

Plus en détail

APPUI INSTITUTIONNEL POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DU MINISTERE D ETAT, MINISTERE DU PLAN ET DU DEVELOPPEMENT

APPUI INSTITUTIONNEL POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DU MINISTERE D ETAT, MINISTERE DU PLAN ET DU DEVELOPPEMENT Cellule d Analyse de Politiques Economiques du CIRES APPUI INSTITUTIONNEL POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DU MINISTERE D ETAT, MINISTERE DU PLAN ET DU DEVELOPPEMENT RAPPORT DE FORMATION THEME : INTELLIGENCE

Plus en détail

Le Management selon Deming

Le Management selon Deming Le Management selon Deming Une démarche complète de management, basée sur les fondamentaux de la Qualité L Association Française Edwards Deming Votre attente Comprendre mieux ce qui est derrière le nom

Plus en détail

Rapport d'audit étape 2

Rapport d'audit étape 2 Rapport d'audit étape 2 Numéro d'affaire: Nom de l'organisme : CMA 76 Type d'audit : audit de renouvellement Remarques sur l'audit Normes de référence : Autres documents ISO 9001 : 2008 Documents du système

Plus en détail

DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE

DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE MSHP MODULE D ORIENTATION DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE Réalisé en mai 2012 avec l appui

Plus en détail