Université Akli Mohand Oulhadj_Bouira Faculté des Lettres et des Langues Département de Lettres et Langue Françaises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Akli Mohand Oulhadj_Bouira Faculté des Lettres et des Langues Département de Lettres et Langue Françaises"

Transcription

1 1 Université Akli Mohand Oulhadj_Bouira Faculté des Lettres et des Langues Département de Lettres et Langue Françaises Cours de Méthodologie du Travail Universitaire Proposés par M me AIT BEN HAMOU L. Fiche méthode L énumération 1. Qu est-ce que l énumération? Le plan du cours 2. Types d énumération (avec schémas explicatifs) a) Énumération distributive b) Énumération ludique c) Énumération accumulative c.1. Énumération accumulative graduelle (la gradation) c.1.1. La gradation climax c.1.2. La gradation anti-climax c.2. Énumération accumulative exhaustive (l inventaire) 3. Formes d énumération (Comment l organiser et la ponctuer?) a) Énumération verticale b) Énumération horizontale b.1. Énumération horizontale courte b.2. Énumération horizontale longue 4. Les types de textes et les genres littéraires concernés par l énumération 5. Usage stylistique de l énumération 1. Qu est-ce que l énumération? Le cours Énumération [enymeyasjt] n. f. dont l étymologie date de 1488 ; vient du latin enumeratio, du supin de enumerare qui veut dire Énumérer. En rhétorique (1521), selon Dumarsais «l énumération ou la distribution consiste à parcourir en détail divers états, diverses parties.» Autrement dit, elle passe en revue plusieurs aspects d une réalité. Cette figure de style consiste, ainsi, à détailler un tout en énonçant successivement ses diverses parties, d expliciter les éléments et les unités qui composent une idée, un concept ou une construction. Ex. : Bossuet a fait, au début de l'oraison funèbre d'henriette de France, l'énumération des vicissitudes que connut cette princesse.

2 2 En philosophie, l énumération est une forme de définition par énumération. Définition qui «consiste à définir un concept par son extension, en énumérant les individus ou les espèces qui font partie de celle-ci» Lalande Ex. : Naitre, vivre, mourir : tel est le destin. C est une déclaration, sou forme d un inventaire, d un répertoire, d un catalogue d un détail de biens. C est donc, par métonymie, une liste qui dénombre. Ex. : Énumération des biens bijoux, meubles, immeubles d un patrimoine culturel. L'énumération est un procédé de développement et de description. C est un compte, un dénombrement, un recensement. C est l action d'énumérer. Ex. : «sans m'engager dans une énumération de vos perfections et charmes ( )» Molière, La Comtesse d'escarbagnas Énumérer [enymeye] v. tr. Etymologie allant vers 1505, qui renvoyait à attestation isolée ; repris en 1748, du latin enumerare, de ex- intensif et numerare, de numerus «nombre». C est dénombrer par liste écrite ou orale. C est énoncer, citer, compter, détailler, décrire, dire, rappeler ou même analyser un à un les éléments d'une classe, d'un ensemble. Ex. : Dois-je vous énumérer les articles de loi qui concerne votre cas? Il doit t énumérer les possibilités, les avantages qu'offre l entreprise avant que tu signes. Des mots de la même famille : énumérable, énumérateur, énumératif. 2. Types d énumération d) Énumération distributive : Ici, les unités énumérées se rattachent respectivement aux parties d un tout. Ex. : «Peut-être les Chapdelaine pensaient à cela et chacun à sa manière ; le père avec l optimisme invincible d un homme qui se sait et se voit sage ; la mère avec un regret résigné ; et les autres, les jeunes, d une façon plus vague et sans amertume» Louis Hémon, Maria Chapdelaine Schéma générique de l énumération distributive Le concept générique La parie reliée 1 La parie reliée 2 La parie reliée 3 La parie reliée X L élément énuméré 1 L élément énuméré 2 L élément énuméré 3 L élément énuméré Y

3 e) Énumération ludique : Ludique parce qu il y a un effet de jeu de mots dû à la superposition & à la coordination d un ensemble d éléments substantiels, importants, fondamentaux avec un ensemble additionnel d éléments désassortis & dépareillés. Ce dernier ensemble semble d une importance négligeable ; mais pas au regard de la rhétorique. Ex. : «L oncle Jules rapportait du Roussillon des raisins à l eau de vie, des gâteaux mielleux qui collaient aux dents, un foie d oie comme un cœur de veau, de la fine d avant le déluge et des remis à neuf.» Marcel Pagnol Ensemble énuméré important Des raisins... Des gâteaux mielleux Un foie d oie De la fine Des r Désassorti L oncle rapportait : 3 Ensemble énuméré accessoire à l eau de vie qui collaient aux dents comme un cœur de veau d avant le déluge remis à neuf Sans l énumération accessoire, le même exemple donnerait ça : «L oncle Jules rapportait du Roussillon des raisins, des gâteaux mielleux, un foie d oie, de la fine et des remis à neuf.». Le texte est correct, une simple énumération mais sans grand jeu stylistique et sans cette touche comique voulue par l auteur. Ensemble énuméré principal Schéma générique de l énumération ludique Élément énuméré principal 1 Association désassortie de Élément énuméré auxiliaire 1 Ensemble énuméré auxiliaire Élément énuméré principal 2 Élément énuméré principal 3 Élément énuméré principal X Élément énuméré auxiliaire 2 Élément énuméré auxiliaire 3 Élément énuméré auxiliaire Y f) Énumération accumulative : Elle est représentée par une suite de mots et d expressions d une même famille. Ex. : «Ses plus beaux fruits poussent là, cerises, abricots, pêches, coings.» Blaise Cendras, L or Cette énumération compte deux sortes : la graduelle ou progressive et l exhaustive ou inventaire. c.1. Énumération accumulative graduelle (la gradation) : C est le seul type d énumération où les éléments énumérés ne sont pas seulement accumulés ; ils sont organisés selon un processus, selon un ordre logique temporel, actionnel, émotionnel, d âge, etc. Ex. : énumération : 2, 3, 4, 0, 8, 7, 6, 5 gradation : 1, 2, 4, 8, 16, 32, 64 «Ils sont tous ici : grands-parents, enfants, parents.» «Je t aime un peu, beaucoup, passionnément!»

4 . 4 La gradation est une figure d insistante. Elle dénote une progression graduelle qui joue sur l intensité des éléments énumérés. Cette évolution peut être ascendante ou descendante. Dans les deux cas, cette disposition par phases crée un effet de mouvement rythmée du texte et de la pensée. c.1.1. La gradation climax L énumération de groupes de mots ou de termes d intensité ascendante : la gradation croissante ou le climax. Ce dernier manifeste une certaine force. Ex. : «Va, cours, vole et nous venge» Corneille, Le Cid climax d actions «Elle était jolie, si belle, tellement fascinante, inoubliable, exceptionnelle» La description veut faire découvrir la beauté de ce elle petit à petit. Elle part d un aspect physique moyen pour finir par un adjectif grandiloquent. Augmentation d une perception positive et admirative. Climax. c.1.2. La gradation anti-climax L énumération de groupes de mots ou de termes d intensité descendante : la gradation décroissante ou l anticlimax. Ce dernier formule un apaisement, un soulagement, un adoucissement. Ex. : «Je laisse une mère, une femme, une enfant.» anti-climax de l âge «La flemme vibra, trembla, vacilla, s affaiblie puis s éteignis.» anti-climax qui montre la réduction de la flemme jusqu à son extinction. On peut avoir un climax et un anti-climax dans une même énumération. Ex. 1 : «Vous voulez qu un roi meurt, et pour son châtiment, vous ne donnez qu un jour, qu une heure, qu un moment.» Dans cet énoncé, Oreste met l accent sur le fait qu il n est pas vraiment d accord pour ce complot rapide et froid d assassinat contre le roi. Aussi, il réduit dans son propos le laps de temps qu on lui donne pour tuer le roi. «qu un jour, qu une heure, qu un moment.» climax dans la rapidité et anti-climax dans la durée. Ex. 2 : «C en est fait ; je n en puis plus ; je me meurs, je suis mort ; je suis enterré.» Molière, L avare D une part, la gradation ascendante de la rapidité croissante avec laquelle le je évolue. D autre part, la gradation descendante nous décrit la dégradation de l état du je jusqu à sa dépérission. Accumulation graduelle ascendante Climax dans la rapidité croissante c en est fait je n en suis plus je me meurs je suis mort je suis enterré c en est fait Accumulation graduelle descendante je n en suis plus Anti-climax de la condition du je' je me meurs je suis mort je suis enterré. c.2. Énumération accumulative exhaustive (inventaire) : Comme son nom l indique, c est un recensement détaillé d un ensemble de choses, c est une liste descriptive complète qui vise à cerner un sujet. Ex. : Les catégories grammaticales du mot français sont : le nom, le verbe, l adverbe, le pronom personnel et relatif,

5 l adjectif, le déterminant (articles, possessifs, démonstratifs, exclamatifs, interrogatifs, numéraux), la préposition, l interjection et la conjonction de coordination et de subordination. Les catégories linguistiques d'aristote : substance ; qualité ; quantité ; relation ; temps ; lieu ; situation ; action ; passion ; avoir. Enoncer la thématique générale de la liste, de l inventaire puis recenser l ensemble de ses constituants. 5 Thème ou titre de l inventaire - 1 er Élément de l inventaire ; - 2 e Élément de l inventaire ; - N e Élément recensé dans l inventaire. 3. Formes d énumération (Comment l organiser et la ponctuer?) Comment fait-on une énumération? D un point de vue linguistique, cela consiste à aligner (en juxtaposant et en coordonnant) un grand nombre de mots de groupes de mots de même nature et de même fonction grammaticale de manière à décrire et à insister sur l idée exprimée. Ex. : «Eh bien on y voyait comme en plein jour et je ne me vis pas dans ma place! elle était vide, claire, profonde, pleine de lumière!» Énumération coordonnant des adjectifs qualificatifs. Cette forme est répandue dans le discours descriptif. Généralement, l énumération est introduite par un concept générique, une idée d ensemble, un segment qui résume le thème et le contenu énuméré qui va la détailler. Cette partie introductrice est suivie de ses éléments constitutifs nommés un par un, dans une partie destinée à son développement. Ex. : 1 Énoncé du concept générique Le schéma actantiel est composé de : Un sujet héros ; un objet convoité durant sa quête ; 2 Énumération des éléments constitutifs du concept un destinateur ; un destinataire ; un adjuvant ; un opposant. Le schéma peut aussi s inverser : citer une à une les parties puis exprimer le un tout. Ex. : De la farine, des œufs, du lait, une pincée de sel et une noix de beurre : la recette des crêpes est prête. Remarque : 1 Énumération 2 Terme englobant la liste citée. 1/ Les éléments d une même énumération doivent uniformes pour éviter tout rupture logique ou syntaxique durant la lecture. La typographie, en outre, doit être la même. 2/ Quand la suite d éléments énumérés sont de même importance, on fait une énumération liste. Ces éléments doivent donc se lire avec la même intonation. Ex. : Je compte : un, deux, trois, quatre, cinq, (les chiffres sont lus avec la même note pour faire la liste) Lors de la lecture de la liste de présence, l enseignant garde le même ton de voix. c) Énumération verticale : Cette forme dont la présentation des éléments se fait de manière verticale, est la plus répondue. En effet, le texte est aéré, les parties énumérées sont plus visibles et les notes sont succinctes. Simplifiée sous forme de points, cette configuration favorise le gain de temps en facilitant la prise de note, la révision et la

6 mémorisation de ces notes souvent organisées et synthétisées. Elle est essentiellement usitée pour faire un résumé ou un rappel point par point. L énumération qui utilise le procédé de retour à la ligne adopte les principes suivants : o Elle est introduite par deux points ; o Chaque élément énuméré est précédé d une puce, d un tiret, numéros usuels, romains ou arabes ; par des lettres (en minuscule ou en majuscule) ; o Il commence souvent par une minuscule ; o Il se termine par un point-virgule, sauf le dernier qui se termine par un point. Toutefois, si les éléments énumérés constituent des phrases entières, on peut remplacer systématiquement la minuscule par une majuscule et le point-virgule par un point. Ex. : Ses tâches sont : A. Choisir la méthode la plus indiquée pour l éducation consciente et bienveillante. B. Surveiller l évolution de l apprenant, de ses acquis et renforcer les bonnes habitudes pour son autonomie. 6 Autres cas : L énumération peut procéder à un classement hiérarchisé (1 er, 2 e, N e / 1, 2, N / en toutes lettres). Dans ce cas, les éléments sont organisés : c est une gradation. Dans les documents publicitaires, la ponctuation est plus libre. Elle peut être omise sur le model des titres. Cela donne un effet de style : «Il n'y a qu'un cas général d'omission de l'article auprès d'un nom jouant dans la phrase un rôle syntaxique, c'est le cas d'une énumération.» F. Brunot, La Pensée et la Langue, p. 165 Dans les questionnaires, il arrive que la première partie de l énoncé introduise les divers contenus qui complètent l interrogation. On peut mettre un point d interrogation après chacun de ces éléments énumérés qui forment autant de suites d énoncé. Si les éléments sont courts et qu ils ne sont pas des propositions, c est-à-dire qu ils ne comprennent pas de verbes, on ne met le point d interrogation qu à la fin du dernier élément, et les deux points sont généralement supprimés. Ex. : Chiffres communs Le dossier de candidature doit comporter : 1. un curriculum vitæ, 2. une lettre de présentation, 3. deux lettres d appui, et parvenir au secrétariat avant le 1er mai. Chiffres romains Les cinq doigts de la main : I. Le pouce ; II. l index ; III. le majeur ; IV. l annulaire ; V. l auriculaire. Hiérarchie Pour réussir une recette, il faut : 1 Disposer les ustensiles nécessaires, 2 Préparer les bonnes quantités d ingrédients, 3 Suivre les étapes de préparation. Publicité Services linguistiques Traduction Adaptation Rédaction Révision Questionn aire long Ce nouvel appareil vous sert-il surtout à : a) tenir votre comptabilité? b) faire votre correspondance? c) suivre l avancement des travaux? Question naire court Quelles sont les qualités vitales 1) des chefs d équipe, 2) des gestionnaires, 3) des spécialistes? Les objets énumérés présentent deux points et introduire, de la sorte, en chacun d eux une énumération. Ex. 1 : Les principaux types de textes sont : - Le texte descriptif : le portrait, le portrait chinois, le dépliant, le guide touristique, annonces, le C.V., - Le texte argumentatif : la lettre de candidature, les slogans publicitaires, l essai, la plaidoirie, débat,

7 7 - Le texte narratif : le roman, le conte, la nouvelle, la fable, l épopée, la légende, les bardes, la biographie, - Le texte explicatif : le manuel scolaire, le dictionnaire, l encyclopédie, le documentaire, les articles, Ex. 2 : Le présent ouvrage traite des sujets suivants : Ø Signes de ponctuation et coupure des mots ; Ø Emploi des majuscules : Ø Majuscules de position ; Ø Majuscules de signification ; Ø Usage des abréviations, des sigles et des symboles. Il arrive aussi de la trouver dans l énumération horizontale. Là, elle est aidée de connecteurs logiques. d) Énumération horizontale : Cette énumération s insère dans le texte de manière linéaire. Introduite ou pas par les deux points. Ses éléments sont, habituellement, en minuscule et séparés par des virgules ou par des points-virgules. Il se peut qu elle soit mise en valeur par des lettres, par des numéros ou pas quelques articulateurs. Couramment, avant le dernier élément, on met à la place de la virgule ou du point-virgule la conjonction de coordination et, ou, mais. L exposé des éléments énumérés peut être bref ou plus au moins long. Au final, nous obtenons un texte compacté dans des blocs paragraphes. Ex. : La rédaction est composée de 3 éléments : d une introduction, d un développement et d une conclusion. Un café, un thé, un jus ou juste de l eau pour Mme? C est un beau tissu, le model est raffiné, les mesures sont bonnes, la couleur te va bien mais c est trop court pour toi! d.1. Énumération courte On met la minuscule à tous les termes de l énumération courte présentée à l horizontale, que ces éléments soient simplement juxtaposés au moyen de la virgule, ou séparés par un point-virgule et mis en valeur par un numéro ou une lettre d ordre : La Société accorde de nombreux avantages : voiture de service, indexation de la retraite, remboursement des frais de déplacement. Prière de présenter : 1. sa carte d identité ; 2. sa carte d assurance ; 3. son permis de conduire. Le bon écrivain se méfie : a) de l ampoulé ; b) du pompeux ; c) de l ésotérique. d.2. Énumération longue Quand les éléments sont d une certaine longueur, on peut employer la majuscule au premier mot de chacun de ces éléments, même si le segment précédent se termine par un point-virgule. Ce dernier peut être remplacé par un point. La majuscule contribue à renforcer l importance de l idée ainsi détachée : Ex. : Les fonctions principales du directeur sont : 1. D élaborer et de mettre en œuvre les politiques et les normes nationales en matière de gestion et de modernisation des installations ; 2. D assurer la gestion des biens immobiliers en ce qui concerne l achat, l aliénation et l arpentage des propriétés ; 3. D administrer les politiques et les lignes directrices en vigueur. Comme nous l avons déjà dit, l énumération longue peut s aider de connecteur logique pour organiser les éléments dénombrés (En premier lieu, d'abord, ensuite, enfin, notamment, c'est-à-dire, autant dire que, Pour éviter de tomber dans une énumération longue et ennuyeuse, la liste des éléments à énumérer devra être écourtée, en prenant soin d y faire figurer avant les points capitaux! On termine le dénombrement soit par les trois points de suspension, soit par etc.

8 8 4. Les types de textes et les genres littéraires concernés par l énumération Naturellement, les types d énumération se trouvent dans tous les types de textes et dans tous les genres littéraires. Ex. : on donne des arguments et on cite des exemples dans le texte argumentatif ; on détaille des qualités, des défauts et des traits physiques dans le descriptif ; on inventorie des consignes et des conseils dans l exhortatif ; on relate des suites d actions du héros du texte narratif ; on expose, un à un, les faits du texte informatifs, etc. On la trouve également dans tous les genres littéraires. Des Ex. : La poésie et la fable : «Adieu veaux, vaches, cochons, couvées» De Lafontaine Théâtre : «Que la terre, les rivières, le ciel, que toute la nature du monde» Jean Racine, Phèdre Le roman : «Tout l hiver va rentrer dans mn être : colère, haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé.» Ch. Baudelaire, Chant d Automne L essai : «En comparaison, tous les dévots de la planète, avec leurs grigris, leurs sacrements, leurs amulettes, leurs processions, leurs miracles, leurs vieux grimoires, leurs indulgences plénières, leurs moulins à prière, leurs grottes miraculeuses, leurs murs sacrés et leurs esplanades du temple, leurs carêmes et leurs ramadans, leurs mitres, leurs kippas ou leurs chapeaux pointus tous ne sont à mes yeux que de grands gosses qui ont peur dans le noir et se rassurent à bon compte en ânonnant des fables à dormir debout et à croupir à genoux.» Michel Bellin, Aberration du christianisme, 2009 La publicité fait l inventaire des qualités d un produit. Le cinéma fait une énumération visuelle (scènes qui assemblent des visions fugitives) et textuelle (scénario). 5. Usage stylistique de l énumération C est «Une idée générale se développe ainsi par ses détails : c'est ce qui s'appelait en rhétorique l'énumération des parties. Elle est très commune.» F. Brunot, La Pensée et la Langue, p. 83 Ainsi, incontournable en rhétorique, ce développement détaillé est l une des plus pratique et des plus pratiquée des techniques d expression écrite et orale. Voici quelques effets stylistiques de ce procédé : *La sélection et l insistance sur certains éléments (gradation) ; *L exhaustivité : cerner au mieux le sujet développé ; *L amplification : passer de l abstrait au concret ou du général au particulier ; *L explication et la dépêche de l information. Selon R. Jakobson, l énumération ne relève pas de la fonction poétique de la langue ; elle s étalerait plutôt sur un axe paradigmatique explicatif ; *Le souci du détail et de la précision dans la description liste ; *L effet comique de certains textes qui ont su jouer sur le mariage des contradictions et des contrastes ; *Le sujet inépuisé : cas de l'énumération ouverte 1 qui indique que la liste est encore longue ; *L introduction et la définition faites par l énumération. Remarque : Il n est pas rare que l énumération soit confondue avec l accumulation [akymylasjt]. Normal, elles sont toutes les deux des figures de style et elles ont pour mission principale de lister, de préciser un sujet. Néanmoins, il existe des nuances. Selon Bernard Dupriez 2, l énumération constitue «en premier lieu, un mode de définition propre aux ensembles, ce qui la distingue d une autre figure de style : l accumulation». En effet, l accumulation donne un effet de richesse quantitative par l abondance des données empilées et emmagasinées. Idéale pour un travail de recherche, de compilation et d état d art, pour préparer sur un recueil de documents, de textes de divers auteurs ; elle donne toutefois l effet d un amas entassé, d une masse amoncelée qui amplifie la réalité jusqu à, parfois, affaiblir sa qualité sélective, surtout si on n a pas le temps de mettre les pieds dans un empilage à trier. C est là que l énumération apporte son plus. Elle est, par définition, exhaustive et sélective et détaillée. Sa formule et succincte et sa présentation épurée. D où sa forte utilisation surtout dans l enseignement. 1 En logique, une énumération incomplète est une sorte de sophisme (raisonnement qui masque sa fausseté derrière une apparente illusion de vérité) 2 Linguiste, stylisticien et essayiste.

9 Recherche documentaire Pour réaliser un travail de recherche, l étudiant, l enseignant-chercheur ou le chercheur doit d abord se poser quelques questions parce que les réponses à ces questions vont conditionner son travail : «Pourquoi & pour qui réaliser ce travail? Dans quels délais? Dans quel domaine, quelle spécialité, quelle branche l inscrire? Est-ce que je le fait en monôme, en binôme, ou autre? Qui peut m aider (camarades, enseignants, bibliothécaire, )? Où puis-je trouver de la bonne documentation (actuelle, disponible et accessible)?» Avant tout, il faut avoir un calendrier de travail (papier et numérique) avec le respect des délais impartis par l administration (gestion du temps). Il faut, également, fixer des journées de travail régulières avec l encadreur ou les encadreurs. Il faut s assurer que le sujet est traitable : il ne faut pas qu il soit déjà traité et, en plus de certains enjeux sociopolitiques, il faut avoir les autorisations et les accès au terrain et à des données nationales ou à des archives par ex. Enfin, il faut s outiller, selon le domaine et le type de recherche : un agenda, un bloc-notes, des feuilles, des stylos, des crayons, des surligneurs, des post-it, agrafeuse, trombones, un dictaphone, un ordinateur, des logiciels de travail, des outils d enquête ou d expérience, etc. On le signale rarement dans les manuels, mais il faut aussi réserver un budget : déjà, pour s outiller, puis, aussi, pour les : trajets, photocopies, scanne & impression, achat de livres, sites/ articles payants, connexion, etc. Voici une méthode qui résume les étapes clés pour effectuer un travail de recherche : 1. Définir 2. Dégager 3. Collecter 4. Analyser 5. Citer Préparer sa recherche Repérer les informations Obtenir les documents Traiter la documentation Organiser l information Utiliser l information. Explorer son sujet : faisabilité, spécificité, complexité, originalité (littérature qui le traite) etc.. Définir son objet, sa problématique (une seule de préférence), son ou ses hypothèses de travail.. Définir son cadre théorique et méthodologique.. Définir les concepts clés et travailler le vocabulaire (de spécialité par ex.). But : orienter et cadrer sa recherche.. Choisir & consulter, selon le besoin, les ressources les plus pertinentes par disciplines et par types de documents. Condition : savoir utiliser dicos et savoir parler aux opérateurs de recherche. Équation de recherche et opérateurs booléens : C est en recherchant et associant les bons motsclés, qu on réalise l équation de recherche efficace. Les opérateurs booléens ET, OU, SAUF permettent de construire une équation de recherche, de croiser des mots-clés, d en exclure pour affiner la recherche et obtenir les références les plus pertinentes :. ET Permet d associer deux concepts ou plus & de préciser la recherche. Ex. : cout maladie et covid-19.. OU Permet d élargir la recherche ; sélectionne les documents où apparaissent le 1 er terme, le 2 e terme ou les deux. Cet opérateur est intéressant soit pour une recherche large, soit lorsqu on n est pas certain du sens d un terme. Ex. : cout maladie ou cout sante.. SAUF Permet de délimiter la question. Permet de réduire une interrogation en éliminant un des aspects de la question. Ex. : hospitalisation domicile sauf personne âgée.. Définir le type de documentation : imprimé & numérique.. Pour le numérique, noter lien, date de consultation & de modification.. Pour l imprimé, noter le lieu, la bibliothèque, la côte & la référence complète.. Accéder au texte intégral, et indiquer s il est libre d accès ou payant.. Signaler le format numérique des documents (Word, Excel, Power Point, PDF, Web, etc. Objectif : une banque de données imprimés et numériques pour traiter le sujet.. Évaluer la pertinence, ex. : 1. Crédibilité : autorité d un site & du nom du domaine, présence de mots clés, nombre de vus, de lus, de partages sociaux, de citations par d autres cites, figure parmi les premières suggestions; 2. Validité : l exactitude des données, la qualité, l originalité, complétude, signé et fiable permettant une identification claire de la source. Éviter l intox & les sites collaboratifs et commerciaux (pub).. Évaluer les critères de qualité de l information : information sourcée (auteurs ou propriétaires du site) ; pertinente (approche thématique, localisation géographique, époque traitée, ) ; récente et actualisée (date de mise à jour) ; accessible (gratuit/payant).. Poser un regard critique sur l information. Contextualiser la documentation : extraire la bonne information à citer et/ou à reformuler.. Maintenir un journal de recherche, dit document de collecte, où conserver et classer la base de documentation de recherche avec côte, lieu de prêt, références complètes, pages.. Produire un corpus, une biblo-, une webo- une sito-graphie (peut-être automatisée avec des logiciels : Note de lecture, EndNote, Zotero, Mendeley, Bibtex, Citavi, JabRef, RefWorks, Papers, etc.). But : Choisir une syntaxe, classer par catégorie & par ordre alphabétique.. Consulter un guide de rédaction ou suivre celui fourni par l administration ou par l encadreur.. Éviter le plagiat (vol de travaux théorique/pratique, de données, d idées) : il faut tout sourcer.. Appliquer les normes de présentation dictées par l enseignant, la revue, la maison d édition.. Rédiger sur le propre et surtout relire plusieurs fois le travail final et le faire lire. Méthodologie du travail universitaire Par M me Aït Ben Hamou L. Université de Bouira. Page 1

Charte éditoriale 1- Comment préparer un contenu écrit pour le Web?

Charte éditoriale 1- Comment préparer un contenu écrit pour le Web? Charte éditoriale 1- Comment préparer un contenu écrit pour le Web? Mémo TRAME D'UN ARTICLE : pour vous aider, vous pouvez utiliser le canevas de page web standard TITRE : informatif et accrocheur, avec

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD!

Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD! Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD!) 1. Réaliser la note sur l auteur (bien lire le document, utiliser Internet)

Plus en détail

Ecrire pour le web. Rédiger : simple, concis, structuré. Faire (plus) court. L essentiel d abord. Alléger le style. Varier les types de contenus

Ecrire pour le web. Rédiger : simple, concis, structuré. Faire (plus) court. L essentiel d abord. Alléger le style. Varier les types de contenus Ecrire pour le web Un texte web de lecture aisée pour l internaute, l est aussi pour les moteurs de recherche ; l écriture peut ainsi être mise au service du référencement naturel. De façon complémentaire,

Plus en détail

UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS. MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION

UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS. MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION GFM 296 UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION SPECIALITE SYSTEMES D'INFORMATION DES ENTREPRISES GUIDE POUR LA REDACTION

Plus en détail

LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE

LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE Introduction I. Les étapes de la recherche d'information II. Méthodologie spécifique 2.1 Bibliothèque 2.2 Internet Conclusion INTRODUCTION Lorsque on débute une réflexion sur

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Document d aide au suivi scolaire

Document d aide au suivi scolaire Document d aide au suivi scolaire Ecoles Famille Le lien Enfant D une école à l autre «Enfants du voyage et de familles non sédentaires» Nom :... Prénom(s) :... Date de naissance :... Ce document garde

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Rédiger pour le web. Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web

Rédiger pour le web. Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web Rédiger pour le web Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web Sommaire 1. Rédiger des contenus... 2 Lire à l écran : une lecture contraignante... 2 Ecrire des phrases

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

Comment rédiger r une bibliographie? BULCO-Méthodologie documentaire-bibliographie-2010

Comment rédiger r une bibliographie? BULCO-Méthodologie documentaire-bibliographie-2010 Comment rédiger r une bibliographie? 1 Qu est ce qu une bibliographie? C est une méthode de classement et de présentation des documents. Il ne faut pas confondre bibliographie, référence bibliographique,

Plus en détail

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES Nom... Prénom... Date de naissance... Note aux parents Le livret personnel de compétences vous permet de suivre la progression des apprentissages de votre enfant à l école et au collège. C est un outil

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE INFORMATION GÉNÉRALE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES DES QUESTIONS... DES RÉPONSES...

FORMATION PROFESSIONNELLE INFORMATION GÉNÉRALE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES DES QUESTIONS... DES RÉPONSES... FORMATION PROFESSIONNELLE INFORMATION GÉNÉRALE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES DES QUESTIONS... DES RÉPONSES... PROGRAMME DU DEP EN SECRÉTARIAT Description des cours PROGRAMME DU DEP EN COMPTABILITÉ

Plus en détail

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles S3CP Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles Référentiel Le présent socle décrit un ensemble de connaissances et compétences devant être apprécié dans un contexte professionnel.

Plus en détail

«LIRE», février 2015, classe de CP-CE1 de Mme Mardon, école Moselly à TOUL (54)

«LIRE», février 2015, classe de CP-CE1 de Mme Mardon, école Moselly à TOUL (54) «LIRE», février 2015, classe de CP-CE1 de Mme Mardon, école Moselly à TOUL (54) Remarque : Bien que le verbe «lire» soit situé au CE2 dans la progression Vocanet, il nous a semblé important de traiter

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Cliquez pour du modifier titre le style

Cliquez pour du modifier titre le style Service de la bibliothèque Université du Québec à Trois-Rivières Cliquez Recherche pour modifier documentaire le style Cliquez pour du modifier titre le style Ergothérapie du 18 avril titre 2013 Cliquez

Plus en détail

Qu est-ce qu un résumé?

Qu est-ce qu un résumé? Méthodologie d analyse et de mémoire Résumer un texte Quelques astuces et techniques Licence GSINFO Département GEII IUT d Évry N. Abchiche Mimouni 1 Qu est-ce qu un résumé? Exprime de façon brève, les

Plus en détail

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES À CARACTÈRE TECHNIQUE Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents Tâche : Rédaction de messages et de courriers professionnels simples liés à l activité

Plus en détail

STAGE D INITIATION RAPPORT DE. Elaboré par. Prénom NOM. Encadré par : Mr Prénom NOM (Société) Société d accueil :. (Sigle de la société d accueil)

STAGE D INITIATION RAPPORT DE. Elaboré par. Prénom NOM. Encadré par : Mr Prénom NOM (Société) Société d accueil :. (Sigle de la société d accueil) (Sigle de la société d accueil) REPUBLIQUE TUNISIENNE ***** MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA TECHNOLOGIE ***** DIRECTION GENERALE DES ETUDES TECHNOLOGIQUES *****

Plus en détail

Rédigez efficacement vos rapports et thèses avec Word (2ième édition)

Rédigez efficacement vos rapports et thèses avec Word (2ième édition) Introduction A. Introduction 11 B. Structure de l ouvrage 12 C. Le vocabulaire indispensable 13 1. La fenêtre de travail 13 2. Les boîtes de dialogue 15 3. Le mode connecté et le cloud computing 17 4.

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

1. Productions orales en continu après travail individuel

1. Productions orales en continu après travail individuel Tâches de production orale 2 niveau A2/B1 (Les tâches sont réalisables aussi bien au niveau A2 qu au niveau B1 suivant la complexité des énoncés et des interactions que les élèves sont capables de produire)

Plus en détail

Europresse.com. Pour les bibliothèques publiques et de l enseignement. Votre meilleur outil de recherche en ligne. Guide version 1.

Europresse.com. Pour les bibliothèques publiques et de l enseignement. Votre meilleur outil de recherche en ligne. Guide version 1. Europresse.com Pour les bibliothèques publiques et de l enseignement Votre meilleur outil de recherche en ligne Guide version 1.5 CEDROM-SNi Comprendre la page d accueil 1. Bandeau de navigation 2. Espace

Plus en détail

Commerce International. à référentiel commun européen

Commerce International. à référentiel commun européen Brevet de technicien supérieur Commerce International à référentiel commun européen Référentiel de formation SEPTEMBRE 2011 RÉFÉRENTIEL DE FORMATION Unités de formation UF1 Culture Générale et Expression

Plus en détail

Mon Guide illustré Mon : Créer mon compte Remplir mon Formulaire

Mon Guide illustré Mon : Créer mon compte Remplir mon Formulaire Mon Guide illustré : Créer mon compte Remplir mon Formulaire Comment ouvrir mon compte CEF-PASTEL et enregistrer les informations obligatoires pour faire votre procédure? SOMMAIRE ETAPE N : CONSULTER LE

Plus en détail

Directives pour le travail de fin d études août 2009. b) DIRECTIVES POUR LE TRAVAIL DE FIN D ETUDES. (Mémoire)

Directives pour le travail de fin d études août 2009. b) DIRECTIVES POUR LE TRAVAIL DE FIN D ETUDES. (Mémoire) b) DIRECTIVES POUR LE TRAVAIL DE FIN D ETUDES (Mémoire) 17 I Définition L art 8.1 du Règlement d études (ci-après RE) précise que le travail de fin d études est composé du mémoire et de sa soutenance.

Plus en détail

NORMES DE PRÉSENTATION DES MANUSCRITS

NORMES DE PRÉSENTATION DES MANUSCRITS Les Presses de l Université du Québec NORMES DE PRÉSENTATION DES MANUSCRITS Le manuscrit, en version complète et définitive, doit être présenté de la manière la plus simple et uniforme possible, afin de

Plus en détail

Site Internet de la Ville de Marssac. Comment ouvrir un compte et devenir contributeur PAGE 1

Site Internet de la Ville de Marssac. Comment ouvrir un compte et devenir contributeur PAGE 1 Site Internet de la Ville de Marssac Comment ouvrir un compte et devenir contributeur PAGE 1 Etape 1 : Créer un compte et devenir contributeur 1 / Vous êtes une association et vous n'avez pas encore de

Plus en détail

Pascale Colas Formation-Conseil

Pascale Colas Formation-Conseil Formation Aide à la création d entreprise Développement commercial Coaching Pascale Colas Formation-Conseil Je vous propose différents outils pour vous aider à performer votre carrière professionnelle.

Plus en détail

GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE. Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier

GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE. Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier 1 Table des matières : Définir son besoin d information et déterminer le sujet... 3 Les ouvrages de référence ou usuels...

Plus en détail

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE?

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? Christiaens Sébastien Université de Liège Département PROMETHEE Institut de Mécanique et de Génie Civil, Bât. B52 Chemin des Chevreuils, 1 B-4000 Liège, Belgique Janvier

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire

Initiation à la recherche documentaire Initiation à la recherche documentaire 1 Objectifs Cette séance est destinée à reprendre les principes de la démarche documentaire pour construire un parcours pertinent en terme de méthodologie et de résultats

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels»

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Le présent rapport a pour objet de donner une appréciation générale

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

findit.lu Les guides d utilisation Leçon 17

findit.lu Les guides d utilisation Leçon 17 Les guides d utilisation Leçon 17 : Configuration des logiciels de gestion bibliographique Qu est-ce qu un logiciel de gestion bibliographique? Un logiciel de gestion bibliographique est un logiciel qui

Plus en détail

Atelier E-TOURISME 2013. Optimiser la visibilité de son site sur les moteurs de recherche. ecotourismepro.jimdo.com

Atelier E-TOURISME 2013. Optimiser la visibilité de son site sur les moteurs de recherche. ecotourismepro.jimdo.com Atelier E-TOURISME 2013 Optimiser la visibilité de son site sur les moteurs de recherche ecotourismepro.jimdo.com Optimiser la visibilité de son site sur les moteurs de recherche Audrey Piquemal Chargée

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE AU LYCEE PICASSO DE PERPIGNAN (Document de travail)

L ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE AU LYCEE PICASSO DE PERPIGNAN (Document de travail) L ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE AU LYCEE PICASSO DE PERPIGNAN (Document de travail) 1. Définition L'accompagnement personnalisé, qui s'adresse à tous les élèves, est un espace de liberté pédagogique permettant

Plus en détail

Tablette Pegasus PC Notes. Code : 0954 201. Conrad sur INTERNET www.conrad.com Version 02/03. 15. Conditions du système.

Tablette Pegasus PC Notes. Code : 0954 201. Conrad sur INTERNET www.conrad.com Version 02/03. 15. Conditions du système. Conrad sur INTERNET www.conrad.com N O T I C E Version 02/03 Unité de base (USB) PCNT _ BU05 Crayon électronique PEN1 _ V006 Support bloc notes PCNT _ PAD01 Piles SR41 620004 Mine 9100520 Notice 9100120

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

Organisation de la fin d année du Master 2 de stratégie de communication globale

Organisation de la fin d année du Master 2 de stratégie de communication globale Organisation de la fin d année du Master 2 de stratégie de communication globale Dossiers de suivi de stage - Rapport intermédiaire de Mission A rendre courant février (date précisée sur le site et sur

Plus en détail

Concevoir sa stratégie de recherche d information

Concevoir sa stratégie de recherche d information Concevoir sa stratégie de recherche d information Réalisé : mars 2007 Dernière mise à jour : mars 2011 Bibliothèque HEC Paris Contact : [email protected] 01 39 67 94 78 Cette création est mise à disposition

Plus en détail

GFM 296 UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE GUIDE POUR LA REDACTION DU MEMOIRE DE MASTER MBA (FORMULAIRE D)

GFM 296 UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE GUIDE POUR LA REDACTION DU MEMOIRE DE MASTER MBA (FORMULAIRE D) GFM 296 UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE GUIDE POUR LA REDACTION DU MEMOIRE DE MASTER MBA (FORMULAIRE D) Introduction Ce guide a été préparé pour assister l étudiant dans la rédaction

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS

PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS Février 2011 Édition produite par : Le Service de l accès à l information et des ressources documentaires du ministère de la Santé et des Services

Plus en détail

Plan de rédaction d un projet de programme d études UQAM

Plan de rédaction d un projet de programme d études UQAM Plan de rédaction d un projet de programme d études UQAM Ce document est une version modifiée du Guide d'élaboration d'un projet de nouveau programme de 2e ou de 3e cycle de l Université du Québec, disponible

Plus en détail

Tableau des contenus

Tableau des contenus Tableau des contenus Dossier 1 L image dans les relations amicales, sociales, professionnelles et amoureuses Dossier 2 Présenter quelqu un Je séduis. Parler de son rapport à l image. Caractériser des personnes

Plus en détail

GUIDE Excel (version débutante) Version 2013

GUIDE Excel (version débutante) Version 2013 Table des matières GUIDE Excel (version débutante) Version 2013 1. Créer un nouveau document Excel... 3 2. Modifier un document Excel... 3 3. La fenêtre Excel... 4 4. Les rubans... 4 5. Saisir du texte

Plus en détail

Bibliothèque des Compétences clés

Bibliothèque des Compétences clés Bibliothèque des Compétences clés Modules Jours Heures S exprimer oralement 3 21 S exprimer à l écrit 4 28 Manipuler les chiffres et les ordres de grandeur 5 35 Utiliser les principaux outils bureautiques

Plus en détail

Europresse.com. Pour bibliothèque d enseignement Pour bibliothèque publique. Consulter facilement la presse. Guide version 1.

Europresse.com. Pour bibliothèque d enseignement Pour bibliothèque publique. Consulter facilement la presse. Guide version 1. Europresse.com Pour bibliothèque d enseignement Pour bibliothèque publique Consulter facilement la presse Guide version 1.4 CEDROM-SNi Utiliser la «Recherche simple» La «Recherche simple» 1. Saisissez

Plus en détail

1. Qu est-ce que la conscience phonologique?

1. Qu est-ce que la conscience phonologique? 1. Qu est-ce que la conscience phonologique? Définition La conscience phonologique est définie comme la connaissance consciente et explicite que les mots du langage sont formés d unités plus petites, à

Plus en détail

TUTORIEL Qualit Eval. Introduction :

TUTORIEL Qualit Eval. Introduction : TUTORIEL Qualit Eval Introduction : Qualit Eval est à la fois un logiciel et un référentiel d évaluation de la qualité des prestations en établissements pour Personnes Agées. Notre outil a été spécifiquement

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

Et si j étais Marty Mac Fly Ou comment remonter le temps avec une tablette tactile (Ipad)

Et si j étais Marty Mac Fly Ou comment remonter le temps avec une tablette tactile (Ipad) Et si j étais Marty Mac Fly Ou comment remonter le temps avec une tablette tactile (Ipad) Résumé L'idée de départ pour ce projet est de permettre à des élèves de CP/CE1 et de CM2 de prendre conscience

Plus en détail

ANNEXE 2 : CHARTE DE COMMUNICATION

ANNEXE 2 : CHARTE DE COMMUNICATION ANNEXE 2 : CHARTE DE COMMUNICATION L Editeur respecte les lois et règlements en vigueur, le cas échéant les recommandations d instances telles que celles du Conseil Supérieur de l Audiovisuel, de l Autorité

Plus en détail

Janvier 2011 CHIMIE. Camille de BATTISTI. Acquérir la démarche expérimentale en chimie. ACADEMIE DE MONTPELLIER

Janvier 2011 CHIMIE. Camille de BATTISTI. Acquérir la démarche expérimentale en chimie. ACADEMIE DE MONTPELLIER CHIMIE Camille de BATTISTI Janvier 2011 Acquérir la démarche expérimentale en chimie. ACADEMIE DE MONTPELLIER TABLE DES MATIERES Pages 1. LES OBJECTIFS VISÉS ET LE SOCLE COMMUN 2 1.1. Objectifs disciplinaires

Plus en détail

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative»

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» Les TICE, un mode d accès à mon autonomie bien sûr! «L'autonomie n'est pas un don! Elle ne survient pas par une sorte de miracle!

Plus en détail

Introduction. Étapes préalables: 6 phases. Consignes. Plan du mémoire. Conventions de formes. Conventions de structures

Introduction. Étapes préalables: 6 phases. Consignes. Plan du mémoire. Conventions de formes. Conventions de structures SAMEDI 16 FEVRIER 2013 METHODOLOGIE DE RECHERCHE Mme. ZinebEl Hammoumi SOMMAIRE Introduction Étapes préalables: 6 phases Consignes Plan du mémoire Conventions de formes Conventions de structures 2 INTRODUCTION

Plus en détail

Atelier rédactionnel

Atelier rédactionnel Baccalauréat professionnel Gestion - Administration Atelier rédactionnel Exemples de séances réalisées en première et au début de l année de terminale Joëlle PERRETIER & Patrice VIRIEUX Lycée professionnel

Plus en détail

7. ECONOMIE 7.1. TRAVAIL DE BUREAU ENCODEUR / ENCODEUSE DE DONNEES

7. ECONOMIE 7.1. TRAVAIL DE BUREAU ENCODEUR / ENCODEUSE DE DONNEES CCPQ Rue A. Lavallée, 1 1080 Bruxelles Tél. : 02 690 85 28 Fax : 02 690 85 78 Email : [email protected] www.enseignement.be 7. ECONOMIE 7.1. TRAVAIL DE BUREAU ENCODEUR / ENCODEUSE DE DONNEES PROFIL DE FORMATION

Plus en détail

Cégep de Saint Laurent Direction des communications et Direction des ressources technologiques. Projet WebCSL : Guide de rédaction web

Cégep de Saint Laurent Direction des communications et Direction des ressources technologiques. Projet WebCSL : Guide de rédaction web Cégep de Saint Laurent Direction des communications et Direction des ressources technologiques Projet WebCSL : Laurence Clément, conseillère en communication édimestre Marc Olivier Ouellet, webmestre analyste

Plus en détail

Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007

Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007 Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007 page 1 / 10 abscisse addition additionner ajouter appliquer

Plus en détail

Tux Paint. 1. Informations générales sur le logiciel. Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software

Tux Paint. 1. Informations générales sur le logiciel. Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software 1. Informations générales sur le logiciel Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software Version : 0.9.13 Licence : GPL Date de parution : octobre 2004 Environnement requis :

Plus en détail

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens.

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. 1,Un constat : Il existe de fortes inégalités entre les écoles quant à l accès à la

Plus en détail

Mon aide mémoire traitement de texte (Microsoft Word)

Mon aide mémoire traitement de texte (Microsoft Word) . Philippe Ratat Mon aide mémoire traitement de texte (Microsoft Word) Département Ressources, Technologies et Communication Décembre 2006. Sommaire PRÉSENTATION DU DOCUMENT 1 Objectif principal 1 Deux

Plus en détail

Un outil open source de gestion de bibliographies

Un outil open source de gestion de bibliographies Un outil open source de gestion de bibliographies Généralités... 2 Installation... 2 L interface zotero... 2 Ajouter une notice bibliographique manuellement... 4 Modifier ses notices bibliographiques...

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire LA RECHERCHE SUR INTERNET

Initiation à la recherche documentaire LA RECHERCHE SUR INTERNET Initiation à la recherche documentaire LA RECHERCHE SUR INTERNET Les Ressources d'internet Le web? Système hypermédia d accès à l information sous diverses formes, texte, son, image disponible sur Internet

Plus en détail

Plan. Traitement de texte et PAO 4/10/06. Initiation à Word 2002 1

Plan. Traitement de texte et PAO 4/10/06. Initiation à Word 2002 1 Plan Initiation A Microsoft Word 2002 Quelques grandes fonctionnalités Comment se présente Microsoft Word La mise en page La typographie Lettrines, puces et illustrations Créer des tableaux Ecrivez sans

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LOGICIELS DE GESTION DE RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

PRÉSENTATION DE LOGICIELS DE GESTION DE RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES PRÉSENTATION DE LOGICIELS DE GESTION DE RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES I/ A quoi servent les logiciels de gestion de références bibliographiques? CONTEXTE D UTILISATION ET DEFINITION A QUOI SERVENT LES LOGICIELS

Plus en détail

Se former pour réussir!

Se former pour réussir! Centre de Formation Professionnelle du Lycée Agricole http://www.lycee-agricole-laval.com/cfppa-formation-continue.html Catalogue Techniques Agricoles Se former pour réussir! «Si je pouvais être aidé,

Plus en détail

La série L est revalorisée

La série L est revalorisée La série L est revalorisée «elle devient une série d excellence pour les langues» Option LVE de 3 H = Un enseignement obligatoire de 2H = LV1 ou 2 ou LV3 approfondie education.gouv.fr Bulletin officiel

Plus en détail

Recommandations pour la réalisation pratique et la diffusion des mémoires

Recommandations pour la réalisation pratique et la diffusion des mémoires Recommandations pour la réalisation pratique et la diffusion des mémoires Sommaire 1 Décrire le contenu du mémoire : le résumé et les mots-clés...2 1.1.1 Le résumé...2 1.1.2 Les mots-clés...2 2 Bibliographie...4

Plus en détail

Guide de l utilisateur. Faites connaissance avec la nouvelle plateforme interactive de

Guide de l utilisateur. Faites connaissance avec la nouvelle plateforme interactive de Guide de l utilisateur Faites connaissance avec la nouvelle plateforme interactive de Chenelière Éducation est fière de vous présenter sa nouvelle plateforme i+ Interactif. Conçue selon vos besoins, notre

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES

LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES LES CONTENUS DE FORMATION COMMUNS Champ professionnel «Métiers de la relation aux clients et aux

Plus en détail

Unité de formation No 1 : la description d un processus de travail accompli par l apprenti au sein de l entreprise d apprentissage

Unité de formation No 1 : la description d un processus de travail accompli par l apprenti au sein de l entreprise d apprentissage Unité de formation No 1 : la description d un processus de travail accompli par l apprenti au sein de l entreprise d apprentissage Dossier relié de 6-10 pages, annexes non comprises. Page de garde détaillée

Plus en détail

Projet de Portail des thèses. SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010

Projet de Portail des thèses. SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010 Projet de Portail des thèses SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010 1. Introduction Ce document synthétise les principaux résultats d une enquête qui a été menée auprès de deux panels

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

Explications des items d'obii pour la validation du B2I

Explications des items d'obii pour la validation du B2I Explications des items d'obii pour la validation du B2I Rappel le socle commun compte sept compétences dont l'une d'entre elles porte sur : la maîtrise des techniques usuelles de l information et de la

Plus en détail

Structure et contenu d un mémoire de master pour les étudiants du M2 spécialité ASR

Structure et contenu d un mémoire de master pour les étudiants du M2 spécialité ASR Structure et contenu d un mémoire de master pour les étudiants du M2 spécialité ASR E. Angel, F. Pommereau Université d Évry-Val d Essonne Sommaire 1 Le travail de mémoire d un étudiant en M2 ASR..................................

Plus en détail

Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage

Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage Merci de suivre strictement les recommandations de ce manuel qui a pour but de vous aider à préparer un livre dont la qualité de mise en page est

Plus en détail

Compétences documentaires et numériques (basées sur le PACIFI) à acquérir de la 6 à la terminale

Compétences documentaires et numériques (basées sur le PACIFI) à acquérir de la 6 à la terminale Compétences documentaires et numériques (basées sur le PACIFI) à acquérir de la 6 à la terminale En 6 : On attend d'un élève de 6 qu'il sache se repérer dans le CDI, trouver une fiction et un documentaire,

Plus en détail

ÉCOLE SECONDAIRE PÈRE-RENÉ-DE-GALINÉE

ÉCOLE SECONDAIRE PÈRE-RENÉ-DE-GALINÉE ÉCOLE SECONDAIRE PÈRE-RENÉ-DE-GALINÉE FRANÇAIS 12 e année Date: mars-juin 2015 Course Code: FRA 4U Enseignante: Mme L. Campagna et Mme Ducatel NOM DE L ÉLÈVE : Projet : Projet autonome Durée de l unité

Plus en détail

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET IMMATÉRIEL DU QUÉBEC ET LE RÉPERTOIRE DU PATRIMOINE CULTUREL DU QUÉBEC. ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES POUR L INVENTAIRE DU PATRIMOINE IMMATÉRIEL.

Plus en détail

[email protected] PROGRAMME PROVISOIRE. Degré 9 (1CO)

INFORM@TIQUE PROGRAMME PROVISOIRE. Degré 9 (1CO) [email protected] PROGRAMME PROVISOIRE Degré 9 (1CO) DECS SE, mai 2011 PREAMBULE L ordinateur et les moyens multimédias en général font partie du quotidien des élèves. Ils sont utilisés comme instruments de

Plus en détail

L élaboration de la fiche de poste

L élaboration de la fiche de poste L élaboration de la fiche de poste 1 Guide pratique pour l élaboration de la fiche de poste Christine SCHMELTZ-OSCABY 40 Allée Ikinoak - 64210 Guethary tél.: 06 07 51 95 97 E-mail :[email protected]

Plus en détail

Styler un document sous OpenOffice 4.0

Styler un document sous OpenOffice 4.0 Mars 2014 Styler un document sous OpenOffice 4.0 Un style est un ensemble de caractéristiques de mise en forme (police, taille, espacement, etc.) qui sert à structurer un document en l organisant de manière

Plus en détail

Livret personnel de compétences

Livret personnel de compétences Livret personnel de compétences Grilles de références pour l évaluation et la validation des compétences du socle commun au palier 2 Janvier 2011 MENJVA/DGESCO eduscol.education.fr/soclecommun LES GRILLES

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Accompagnement personnalisé 6e

Accompagnement personnalisé 6e éduscol Accompagnement personnalisé 6e Accompagnement personnalisé en 6ème Problème pédagogique : l élève fait des erreurs dans la conjugaison du présent de l indicatif. Compétence 1 : Conjuguer les verbes,

Plus en détail

Excel 2007 Utilisation Avancée

Excel 2007 Utilisation Avancée Microsoft Excel 2007 Utilisation Avancée FAC SIMILE Ce fac similé présente la table des matières, l'index et quelques pages de l'ouvrage. MANUEL DE RÉFÉRENCE AVERTISSEMENT Microsoft Excel 2007 est une

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail