La correction de copies d examen : du support papier à la gestion par ordinateur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La correction de copies d examen : du support papier à la gestion par ordinateur"

Transcription

1 La correction de copies d examen : du support papier à la gestion par ordinateur Camille Capelle To cite this version: Camille Capelle. La correction de copies d examen : du support papier à la gestion par ordinateur. La correction de copies d examen : du support papier à la gestion par ordinateur, May 2010, Lyon, France. pp hal HAL Id: hal Submitted on 3 Dec 2010 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 La correction de copies d examens 1 La correction de copies d examens : du support papier à la gestion par ordinateur Camille CAPELLE Laboratoire PRAXILING, UMR5267 Université de Montpellier 3, CNRS, 17 rue Abbé de l Epée, MONTPELLIER, France. Résumé Notre étude porte sur l observation des pratiques de correction de copies d examen en vue d une analyse sur l évolution de celles-ci dans leur relation avec les nouvelles technologies. Les enjeux de la notation pour les candidats à un examen impliquent une grande précision dans la correction. D ordinaire, cette activité est réalisée par un enseignant qui a recours à sa propre démarche, en isolement. Les technologies de dématérialisation des copies permettant le traitement des images numérisées par ordinateur offrent un environnement de travail nouveau. Dans cette première étude, nous montrerons comment l analyse d un entretien d explicitation permet d identifier des méthodes de correction très peu explorées jusqu alors. En nous basant sur l Analyse de Conversation d inspiration ethnométhodologique, le WorkPlace Studies et l Action Située, nous proposons d explorer les méthodes mises en œuvre dans le cours de l action en contexte. Nous montrerons plus particulièrement comment le recours à des procédures spécifiques permet une stabilisation de la correction. Nous mettrons en perspective cette analyse avec l'examen de l activité de correction de copies supportée par le dispositif technologique. L évolution des pratiques de correction La correction de copies d examen est un travail délicat qui requiert beaucoup d attention de la part de l enseignant-correcteur. Pour de nombreux examens en France, les sujets se composent de questions projetant des réponses rédigées par le candidat. L enseignantcorrecteur doit faire preuve d une grande concentration pour pouvoir évaluer, puis noter un ensemble de copies de manière «équitable». Il doit s efforcer d être le plus précis et le plus impartial possible. Ce travail minutieux requiert en général, un environnement calme et isolé. Il repose sur le contrôle de la fatigue et de l humeur. Pourtant, pour la plupart des enseignants, cette activité relève davantage de l empirisme plutôt que d une formation particulière. Dans ce cas, quelles sont les méthodes mobilisées par chacun pour leur permettre de mener à bien leur activité? Cette première étude s inscrit dans un projet en relation avec les concepteurs d un dispositif de dématérialisation de copies d examens 1. Nous cherchons à observer le changement de pratiques lié aux nouvelles technologies (Charnet et Bonu 2007). La dématérialisation des copies implique le processus de numérisation des feuilles-papier, permettant d envoyer les images numérisées et sécurisées vers une plateforme de gestion et de correction par Internet. Le processus de dématérialisation a pour principal avantage d alléger les déplacements, la manutention et les coûts liés à l organisation d un examen. Cela permet également la coordination et le suivi synchronisé des corrections à distance par les organisateurs de l épreuve. Le dispositif web permet d identifier le candidat correspondant à chaque copie, de reconnaître les différentes questions et de répartir les réponses à traiter vers les différents intervenants (correcteurs, responsables pédagogiques, harmonisateurs 2, jurys d examens ). Le dispositif modifie l organisation des pratiques de correction pour les enseignants, tout en conservant la spécificité du papier et de l écriture manuscrite pour le candidat (texte, formules mathématiques, schémas ). Les réponses rédigées pourront ensuite être traitées point par point de manière fine, au moyen de la définition d une grille de notation. La notation de la copie pourra ainsi être d'une certaine manière, automatisée. En 2007 et 2008, une expérience de dématérialisation des copies a pu être menée dans quatorze académies de France pour différents types d examens (baccalauréats généraux, techniques, professionnels, CAP, BEP, BTS ). Notre étude à long terme vise à montrer quels sont les changements qui interviennent, de la correction sur papier à celle par ordinateur. Nous cherchons plus particulièrement à identifier les mécanismes opérés par le correcteur sur support papier, afin de rendre compte des changements concernant le processus par ordinateur. Nous considérons deux faits majeurs en termes d évolution dans le travail du correcteur : -le passage d une activité de réflexion et d écriture sur support papier à une activité instrumentée sur un support numérique d aide et d accompagnement à la réflexion ; 1 Le projet est une recherche de doctorat en Sciences du Langage en contrat CIFRE avec la société NEOPTEC, conceptrice de la plateforme de correction VIATIQUE. 2 L harmonisateur est le responsable chargé de définir une note finale pour une copie qui a fait l objet d une double ou multi-correction. 3 èmes Rencontres Jeunes Chercheurs en EIAH, RJC-EIAH'2010

3 -le passage d une activité isolée à une activité coordonnée par la mise en relation des différents participants au sein d une même plateforme de gestion. Les nombreux chercheurs qui se sont intéressés au rôle du support papier en milieu professionnel soutiennent que «l activité est indissociable des objets qui l accompagnent et la soutiennent» (Mondada 2005 : 11). Le document-papier et l écriture sont souvent au centre des pratiques et influencent l organisation collective. Jack Goody (1979) s appuyant sur les travaux d André Leroi-Gourhan (1964) met en évidence le rôle de l écriture comme technologie de l intellect, permettant la résolution de tâches complexes par la coordination de l œil et de la main. L écriture est perçue comme une instrumentation physique qui affecte les opérations cognitives et intellectuelles. Qu en est-il alors de la correction assistée par ordinateur? Emmanuël Souchier (1996) souligne la manière avec laquelle l utilisateur face à l ordinateur, doit incorporer de nouvelles routines et de nouveaux automatismes : Des sens concernés, ne reste que l œil qui a pris un ascendant certain sur les rapports face-lecture et main-graphie. La mutation corporelle est radicale : l écrit ne s adresse plus à la main que pour la frappe et la sphère du regard se disperse en trois espaces distincts (écran, clavier et document) qui ne requièrent pas les mêmes processus cognitifs. (ibid : 109). Bruno Latour (1987) désigne le document-papier comme mobile immuable, exprimant l idée selon laquelle l objet transite facilement à travers des réseaux d échange, tout en conservant son aspect original. Dans le cas des copies d examen, il s agit de documents qui évoluent tout au long de leur cycle de circulation. En effet, dans les modalités traditionnelles, les copies sont généralement fournies par le personnel administratif, composées uniquement des éléments de base de type cartouche d identification du candidat et titre de l épreuve. Elles sont ensuite remplies par les candidats lors de l examen. Puis, elles sont remises au correcteur qui à son tour, ajoute ses marquages, annotations et la note finale. Enfin, notes et copies sont reportées, de façon indépendante, à l administration. Les copies sont stockées pour un temps et ne seront consultées qu en cas de recours pour contestation par le candidat. Elles seront finalement soit détruites, soit remises aux candidats pour consultation des annotations. Le document-papier tient donc un rôle essentiel de vecteur d informations permettant l obtention des résultats à l examen. Pour autant, le risque de perdre une copie entre l épreuve et le report de la note rend délicate la circulation des documents pour le correcteur. La trajectoire reste donc la plupart du temps limitée à un seul correcteur. Le document papier constitue bien un support de réflexion et d action, limité toutefois à un seul intervenant. La dématérialisation du papier offre de nouvelles opportunités en matière de traitement des copies. Une fois numérisée, la copie est identifiée pour être associée automatiquement au candidat correspondant avant d être envoyée aux correcteurs suivant des règles strictes d anonymat. La plateforme de dématérialisation réunit l ensemble des participants au traitement des corrections à distance, de l administrateur qui paramètre l épreuve au jury qui délibère de la note. A tout moment du traitement, l envoi rapide et sécurisé d une réponse pour consultation est donc possible. La copie et chacun de ses éléments indépendamment peuvent ainsi être dupliqués, partagés, annotés, commentés, corrigés, sans restriction. L environnement numérique permet de disposer instantanément d informations sous forme graphique sur les performances de notation des correcteurs en fonction des heures de travail, ainsi que des moyennes de l ensemble des correcteurs. Cette activité intégrée permet au superviseur d intervenir en temps réel pour ajuster le paramétrage des notes en fonction des résultats. La dématérialisation assure également l archivage de l aspect original de la copie figée sous la forme d une image numérisée. Une fois corrigée, la copie peut soit être consultée par Internet par le candidat, soit recouvrir son support initial par réimpression du document. Ce processus élargi la trajectoire de la copie-papier. Nous nous interrogeons alors sur l apport des échanges et de la circulation des copies dans la transformation du processus de correction. Méthodologie d observation des pratiques Pour observer l évolution de pratiques, nous devons dans un premier temps, comprendre comment l enseignant-correcteur procède pour la correction de copies sur support papier. Cela nous permettra de mieux appréhender la correction outillée sur ordinateur. L ethnométhodologie explique que «les participants à un dispositif organisé sont sans cesse amenés à juger, à reconnaître, à prouver, à rendre évident le caractère rationnel - i.e. cohérent, conséquent, choisi, intentionnel, efficace, méthodique ou bien informé- de ce qu'ils font» (Garfinkel 1967, 2007 : 93). Pour cela, les membres ont recours à des procédures observables et descriptibles dans le cours de l action. Cette théorie nous permet d analyser la pratique de correction en situation d interaction. La situation d interaction observée se place dans le cadre d un entretien d explicitation entre un enseignantcorrecteur et un intervieweur. L objet d étude porte ici sur la façon de faire et de dire des coparticipants dans l entretien pour fournir une description intelligible et sensée de l activité de correction. Le travail de Bruno Bonu (2004) montre comment une situation d entretien de recherche entre un intervieweur et un opérateur contribue à la standardisation des critères spécifiques à l activité professionnelle pour les participants et peut être examinée comme un événement interactionnel. Nous nous appuyons sur cette étude pour analyser l entretien d explicitation entre l interviewé (enseignantcorrecteur) et l intervieweur (doctorante-salariée travaillant en partenariat avec la société conceptrice des technologies pour l évaluation) 3. L entretien que nous 3 Nous notons ici que le double statut de l intervieweur peut influencer l orientation des participants et se manifester sous la forme d une double catégorisation des interlocuteurs entre eux. Nous ne traiterons pas la question ici. Il faudra se référer à Bonu, Mondada et Relieu (1994) pour plus de précisions à ce sujet. 3èmes Rencontres Jeunes Chercheurs en EIAH, RJC-EIAH'2010

4 La correction de copies d examens 3 proposons d observer a lieu dans une salle de cours. Les deux participants sont assis en face à face à une table. Il a été demandé à l enseignant de bien vouloir apporter ses copies d examens. Différents paquets de copies sont empilés sur la table. L interaction observée engage les participants dans l activité d entretien visant à identifier les procédures de correction. La situation a été filmée afin de pouvoir observer l attention conjointe des participants orientée au contexte pour expliciter l activité de correction. Le recours à la gestuelle est également un élément essentiel dans l acte d explicitation. Cela nous aidera à nous focaliser sur la façon dont le correcteur explique et défend ses choix pour décrire l activité de correction. Notre étude s inscrit dans les travaux de l Analyse de Conversation (Drew et Heritage 1992), de Workplaces Studies (Heath, Knoblauch et Luff 2002), qui analysent les situations d interactions professionnelles au sein d organisations complexes et de l Action Située, (Suchman 1987, 1996, Goodwin et Goodwin 1996, Scollon 2001, Bonu 2004, Mondada 2008, Charnet à paraître). Dans la situation d entretien, l examen des interactions situées nous permettra d apporter des pistes pour mieux comprendre l activité de correction. Pistes d analyse La situation de correction de réponses rédigées sur une copie d examen peut être analysée comme une situation complexe dans laquelle le correcteur doit réduire les éléments pour rendre compte de son appréciation par une note chiffrée. Cette tâche se base pour une part sur des connaissances explicites (corrigé de la question, instructions institutionnelles pour la correction, barème de notation). De plus, une question projetant une réponse rédigée et développée par un candidat implique l intervention d éléments qui sortent du cadre strict de la réponse attendue. Voyons comment l interviewé (Ié) décrit et explique son activité à l intervieweur (Ir) dans le cadre de l entretien. 1. Ir d accord donc c est du rédactionnel 2. et ils[ écrivent Ié 3. [>AH c est du rédactionnel 4. et y en a qui écrivent<(.) TRES 5. MAL! (.) très très mal! 6. Ir ((rires)) Ié 7. ça c est bien écrit voilà 8. il y a les points : sur le 9. côté et- alors je-je- (.) comme il 10. y a plusieurs questions en général 11. (.) je note toujours(.) 12. PAR QUESTION. 13. donc je fais une question 14. pour tout le monde 15. et puis je reprends une deuxième 16. question. ((reprenant la même trace horizontale)) 17. parce que il faut vraiment se 18. mettre 19. -fin pour moi il 20. faut que j me mette 21. DANS la question 22. de façon à c que ça devienne un peu 23. routine 24. Ir d accord oui 25. Ié bon c est pour quarante étudiants 26. mais quand même (.) il faut être 27. vraiment dans- dans le bain. Figure 1.- Séquence d explicitation La consigne d aborder le sujet de l écriture des candidats dans l évaluation des copies d examen est lancée par l intervieweur. La coparticipation dans l entretien se manifeste par la contiguïté des termes («rédactionnel» l.1 et «écrivent» l.2), reprises par l interviewé dans l ordre proposé par l intervieweur. Toutefois, il s agit d un chevauchement ponctué par une exclamation qui attire notre attention. Cette exclamation porte sur l évaluation de la façon d écrire des candidats et s accompagne de la prise en main immédiate des copies (l.3, 4, 5). Les évaluations dans la conversation ont été observées comme des éléments permettant de reconstituer l activité dans son contexte (Goodwin et Goodwin 1992). Ici, l évaluation généralise le fait que 3 èmes Rencontres Jeunes Chercheurs en EIAH, RJC-EIAH'2010

5 certaines copies soient «très mal» écrites. La prise en main des copies confirme la mise en situation du correcteur et doit lui permettre de justifier son point de vue. L évaluation implique donc une rétrospection sur l action et tient en même temps un rôle de projection lié aux attentes par son récepteur dans la conversation (Bonu 2001). Nous observons ici que cette exclamation est suivie des rires de son récepteur et du pointage de la première copie qui permet l évaluation située : «ça c est bien écrit voilà il y a les points sur le côté». La copie permet au correcteur de décrire son activité en situation. Les déictiques portent sur les marquages visuels posés sur la copie. Michael Lynch (1988) parle d «image éidétique» ou «mathématisée» pour décrire la façon dont les participants à une activité s attachent à faire ressortir des éléments visuels, rendant ainsi lisible et reconnaissable par chacun les caractéristiques et éléments propres à la structure étudiée. Ici, les marquages (points sur le côté) de la copie déclenchent immédiatement sa catégorisation par le correcteur. Louis Quéré (1997) se base sur les travaux de protagonistes de l action située pour expliquer que dans la vie courante, les agents évitent des opérations cognitives complexes (de manipulation de symboles, de calcul, d'inférence, d'interprétation ou de représentation) en prenant appui sur des indices perceptuels disponibles dans leur environnement, dont le sens et la portée pratique sont immédiatement donnés (Quéré 1997 : 173). Ces indices ou repères, nommés "affordances" 4, actualisent l environnement spatial et permettent d acquérir des routines. L entretien d explicitation nous apprend que l activité de correction prend appui sur ses repères de «mathématisation». Le correcteur est ainsi capable, en quelque sorte, d «automatiser», ou de rendre plus fluide, le traitement de la copie pour le comptage de la note finale. Le recours à la copie dans l entretien signale la présence de marquages attribués pour chaque question. L interruption est déclenchée par l explicitation (l.9) du choix de l interviewé dans la manière de corriger les différentes questions d une même copie. Le correcteur prend appui sur ce constat et utilise les marqueurs «comme» (l.9), puis «toujours» (l.11), qui tendent à rendre le raisonnement intelligible. La gestuelle contribue à la stabilisation du discours. Nous notons que les mains se figent sur «toujours», puis s animent sur «par question», passant de gauche à droite. Le correcteur met en évidence le fait que l ordre adopté pour la correction ne suit pas le déroulement vertical des questions par copies, mais suit au contraire un déroulement horizontal : la même question est traitée successivement pour chaque copie avant de reprendre l ensemble des copies pour traiter la seconde question. Cette description est ensuite justifiée avec le marqueur «parce que» (l.17) qui s appuie sur le principe général à l infinitif «il faut vraiment se mettre», avant de s interrompre pour modaliser le principe à la première personne du sujet. Ici, le correcteur prend position pour justifier ce choix. Nous faisons observer que ce changement de position ne se manifeste qu une fois dans l entretien. Louis Quéré (1990) met en avant l idée selon laquelle le jugement d un membre d un groupe n est pas individualisé lorsqu il porte sur des faits ou caractéristiques fondées qui permettent de configurer une action de manière intelligible et sensée. Dans l entretien d explicitation, le correcteur tend à revendiquer implicitement, un sens partagé d'une réalité commune pour les choix qu il défend. Ce changement de positionnement témoigne d une prise de recul par rapport aux autres correcteurs, concernant sa façon de procéder à la correction. Ce choix lui permet de se détacher de la copie en tant qu unité, afin de se concentrer sur chacune des questions en tant qu élément d une série. Le correcteur explique : «de façon à ce que ça devienne un peu routine» (l.22, 23). Le traitement en série se caractérise ici par la notion de «routine», qui méritera d être éclaircie 5. Les procédures mises en œuvre par le correcteur tendent à stabiliser un certain nombre de raisonnements, qui fluidifieront un traitement plus homogène de la notation. L explicitation est validée (l.24) par l intervieweur qui signale sa réception. Pourtant, l interviewé poursuit (l.25), en relativisant la généralisation présentée à l aide des marqueurs «bon mais quand même». La poursuite de l explicitation en présence de la validation de l intervieweur est très souvent observée au cours de l entretien. Cela témoigne d une certaine symétrie entre les participants à l interaction. La situation de l entretien ne se restreint pas au cadre de l entretien et à une simple situation de question/réponse. Nous relevons la structure schématique suivante dans le cours de l activité : 1. Sollicitation : demande de l intervieweur de décrire un élément X. La sollicitation se manifeste soit par une question, soit par une amorce de phrase en suspend. 2. Explicitation : reprise de l élément X par l interviewé. L explicitation peut comporter une évaluation et le recours aux objets permettant de recontextualiser l action. De manière plus générale, l explicitation se caractérise par des marqueurs logiques et marqueurs de cause, qui soutiennent une structure normalisée de l action. L explicitation cherche à rendre compte d une pratique stabilisée, cohérente et justifiable. 3. Participation : intervention en retour de l intervieweur. La participation se manifeste la plupart du temps par des marqueurs de réception («mmh») ou d accord («oui», «d accord» ). Elle peut se manifester par la participation directe à l explicitation par chevauchement de tour. 4. Poursuite de l explication : argument additionnel soutenu par des marqueurs logiques («parce que», «si alors», «donc» ) ou argument atténuateur introduit par des formules telles que «bon mais quand même». La poursuite par l interviewé prolonge l explicitation et vise à formaliser la description. La situation d interaction dans l entretien a permis la mise en évidence des procédures standardisées permettant la description (marqueurs logiques, adverbe 4 En référence à la notion empruntée de la psychologie de James Gibson et qui s est généralisée par la suite. 5 Ce point sera traité dans un prochain article croisant le regard de l intervieweur et de l interviewé sur le déroulement et l analyse d un entretien de recherche. 3èmes Rencontres Jeunes Chercheurs en EIAH, RJC-EIAH'2010

6 La correction de copies d examens 5 de généralisation, déictiques ) et l explicitation (marqueur de cause, modalisation/individualisation ) de l activité de correction en tant que pratique reposant sur des opérations de repérage et de marquage pour le décompte de l évaluation et de la note de la copie. Mise en perspective Nous avons observé les procédures déployées dans l activité de correction de copies sur support papier. Il s agira dans une prochaine analyse, de confronter cette situation avec une situation de correction sur support numérique. Cela nous permettra de rendre compte de la façon par laquelle le correcteur mobilise de nouvelles ressources à travers le contexte de travail fourni par le dispositif, et de voir quels sont les nouveaux automatismes qui se mettent en place. L interface d aide à la correction en ligne permet le paramétrage de la correction et la décomposition des points en sous-éléments contenus dans la réponse en vue du décompte automatique de la note. Cela se matérialise par une grille de guidage et d aide à l interprétation et à la conversion des éléments textuels en notation chiffrée détaillée. Nous nous interrogeons sur la manière selon laquelle l accompagnement par le dispositif numérique à la correction peut permettre l optimisation de cette tâche. La récolte d échanges envoyés par messagerie synchrone à travers le dispositif lors des expérimentations de corrections du Baccalauréat de 2007 et 2008 semble témoigner de l insuffisance de la grille d aide à l interprétation pour le correcteur et de la nécessité de recourir à l aide d un responsable. Sur l ensemble des messages émanant d un correcteur (Co) vers un responsable pédagogique (RP), chargé d assurer le suivi des corrections à distance 6, 47% ont demandé une aide dans la prise de décision pour la notation dans le cours de l activité en ligne. Parmi ce pourcentage, 37, 5% ont utilisé l outil fourni par le dispositif permettant d envoyer directement la question et la réponse d un candidat pour avis au responsable pédagogique. L analyse des interactions en situation nous permet d observer le raisonnement et l activité de correction coordonnée «en train de se faire». Nous proposons d étudier l un de ces échanges, dans lequel le correcteur manifeste sa demande par écrit : 1. Co l'ion magnésium Mg- est-il acceptable? 2. RP Les formules des ions ne sont pas exigées : donc on compte juste le terme "ion magnésium" Par contre il faut faire apparaître l erreur sur la copie : en rayant ou en surlignant la formule fausse 3. Co Très bien merci Figure 2.- Echange par messagerie instantanée en cours de correction 6 Nous précisons que la situation se produit dans un contexte institutionnel et des exigences particulières, propres à l examen du Baccalauréat. L outil de communication intégré à l interface de correction définit le cadre des échanges entre responsables pédagogiques et correcteurs. La concision de la question posée par le correcteur témoigne du contexte partagé entre les deux interlocuteurs. La question fait sens pour le responsable pédagogique, qui est en mesure de donner une réponse satisfaisante. Si nous reformulons la question de manière plus explicite, voilà à quoi cela pourrait ressembler : «L élève a répondu l ion magnésium, mais il a donné la formule MG- au lieu de Mg2+. Lui attribue-t-on les points pour une bonne réponse?». Michel De Fornel (1990) explique que lorsqu un expert rencontre une situation nouvelle pour laquelle il n a pas directement de solution, il sait mettre à profit ses expériences antérieures pour résoudre le problème. L expert s appuie sur une connaissance procédurale, mais également sur une connaissance tacite lui permettant d appliquer la règle dans une situation nouvelle. Face à la question soulevée par le correcteur, le responsable pédagogique mobilise l instruction (implicitement connue du correcteur) qui énonce que les formules ne sont pas exigées dans la réponse. En se basant sur cette règle, il reconstruit une nouvelle règle ad hoc : principe générique + localisation de l élément à traiter = points et annotations attribués pour la réponse. Les outils de communication disponibles sur l interface en ligne sont donc utilisés lorsqu une situation particulière se présente et permettent d en reconstruire le cours. Lucy Suchman (1987) a également montré que l action n est pas organisée en suivant un plan préétabli. Au contraire, elle est dépendante du contexte et des éléments qui peuvent en perturber le cours. L action n est donc pas figée et se réajuste constamment. Dans la correction de réponses à des questions ouvertes et rédigées par le candidat, le correcteur est constamment confronté à la prise en compte d éléments nouveaux. La dématérialisation de la copie et l instrumentation de la correction par ordinateur offre un environnement de recontextualisation de la correction à travers les outils de guidage et la coordination en ligne. Conclusions L entretien d explicitation a mis en évidence des procédures propres à la stabilisation de la correction de copies d examens sur support papier. Nous avons observé la façon dont le correcteur se place en tant qu individualité, alors qu il décrit en même temps son activité suivant un sens partagé, répondant à des exigences communes dans l activité de correction de copies d examens. En effet, les différents moyens (marqueurs de cause, de logique, déictiques, procédures de modalisation, de généralisation ) ainsi que le déroulement temporel de l interaction dans l entretien, tendent à confirmer l idée selon laquelle le correcteur prend appui sur des (ethno)méthodes fondées sur un principe d homogénéité lui permettant de rendre sa démarche intelligible et sensée d un point de vue du contexte institutionnel dans lequel il se place. En ce sens, nous avons vu comment la dématérialisation du papier projette le document à travers un réseau de manipulation et de coordination qui 3 èmes Rencontres Jeunes Chercheurs en EIAH, RJC-EIAH'2010

7 replace l activité de correction dans son contexte interactionnel et social. L analyse d un échange par messagerie instantané en situation a notamment montré la nécessité constante de prendre en compte les éléments contextuels pour redéfinir la règle de manière cohérente. Si les ressources mobilisées par le correcteur dans ce nouveau contexte de travail nécessitent d être observées plus spécifiquement, les échanges étudiés montrent comment les participants utilisent l environnement commun du dispositif en ligne pour le raisonnement intégré vers la stabilisation des règles de correction. Cette première étude nous a suggéré des pistes quant à la disposition du correcteur à prendre appui sur des repères permettant de «mathématiser» la copie et de faciliter le déclenchement de routines dans le comptage de la note finale. La poursuite de nos recherches visera à rendre compte de la manière de procéder du correcteur en fonction du contexte d activité (support papier / support numérique) et des outils disponibles dans ce nouvel environnement pour optimiser le comptage de la note. Références Bonu B., Mondada L. et Relieu M Harvey Sacks, une approche procédurale de la catégorisation, In B. Fradin, L. Quéré et J. Widmer (eds.) Raisons Pratiques. L enquête sur les catégories, Paris, ed. de l EHESS. Bonu, B Les évaluations conversationnelles dans la narration, Revue québécoise de linguistique, 29(1) : Bonu, B Procédure d'objectivation dans un entretien de recherche, Activités, 1(2) : Button, G. and Sharrock, W The Organizational Accountability of Technological Work, Social Studies of Science, 28 : Charnet, C. ; Bonu, B Les espaces numériques de travail favorisent-ils le changement de la formation à distance dans l'enseignement supérieur français? In Colloque international TICE Méditerranée (TICEMED) «L humain dans la formation à distance la problématique du changement», Faculté des Sciences et Techniques, Marseille, du 31 mai au 02 juin 2007, Charnet, C. (à paraître) Constitution de collections transversale et verticale : à la recherche de pratiques d usages dans un Espace Numérique de Travail (ENT) en milieu universitaire, Cahiers de praxématique, 50. Drew, P. and Heritage, J. eds Talk at Work: Interaction in Institutional Settings.Cambridge : Cambridge University Press. Fornel, M. (de) Qu'est-ce qu'un expert? Connaissances procédurale et déclarative dans l'interaction médicale, Réseaux, 8 : Garfinkel, H Recherche en ethnométhodologie. Presses Universitaires de France, Paris. Goodwin, C. and Goodwin, M.H Assessment and construction of context, In C. Goodwin and A. Duranti, Rethinking context, Cambridge University Press. Goodwin, C Professional Vision. American Anthropologist, 96 (3) : Goody, J La raison graphique - La domestication de la pensée sauvage, Minuit. Heath, C. ; Knoblauch, H. ; Luff, P Technology and social interaction: the emergence of workplace studies. British Journal of Sociology, 51(2) : Latour, B Les "vues" de l'esprit : une introduction à l'anthropologie des sciences et des techniques, Réseaux, 5 : Leroi-Gourhan, A Le geste et la parole. Tome 1 : Technique et langage, Albin Michel. Lynch, M The Externalized Retina: Selection and Mathematization, in TheVisual Documentation of Objects in the Life Sciences, Human Studies, 11 : Mondada, L L'accomplissement de l'«étrangéité» dans et par l'interaction : procédures de catégorisation des locuteurs, Langages, 33 (134) : Mondada, L Espace, langage, interaction et cognition : une introduction, Intellectica, 2-3 (41-42) : Mondada, L Interactions en situation professionnelles et institutionnelles : de l'analyse détaillée aux retombées pratiques, Revue Française de Linguistique Appliquée, 2 (XI) : Mondada, L Production du savoir et interactions multimodales. Une étude de la modélisation spatiale comme activité pratique située et incarnée, Revue d'anthropologie des connaissances, 2 : Quéré, L Opinion : l'économie du vraisemblable. Introduction à une approche praxéologique de l'opinion publique, Réseaux. Communication Technologie Société, 8 : Quéré, L La situation toujours négligée? Réseaux, 15 : Scollon, R Action and Text. Toward an Integrated Understanding of the Place of Text in Social (inter)action. In R. Wodak & M. Meyer (Ed.), Methods of Critical Discourse Analysis, Londres : Sage. Souchier, E Lecture d'écran, pratiques d'écriture et informatique, Communication et langages, 107 (107) : Suchman, L Plans and Situated Actions. Cambridge: Cambridge University Press. Suchman, L Technologies of accountability : of lizards and airplanes. In G. Button (Ed.) Technology in Working Order : Studies of Work, Interaction and Technology, London, Routledge, Notations de transcription utilisées dans cet article Enoncés en chevauchement : Le moment où un énoncé en cours en rencontre un autre est signalé par un crochet simple à gauche : 3èmes Rencontres Jeunes Chercheurs en EIAH, RJC-EIAH'2010

8 La correction de copies d examens 7 [ La fin du chevauchement est signalée par un crochet simple à droite : ] Enoncés continus : Quand il n'existe aucun intervalle entre les énoncés adjacents, le second est produit immédiatement après le premier (sans chevauchement). Ils sont liés par des signes d'égalité (continuité) : = Les signes d'égalité sont aussi utilisés pour lier différentes parties d'un énoncé produit par un même locuteur. Intervalles à l'intérieur des énoncés et entre les énoncés : Quand les intervalles surviennent lors d'un flot de conversation, ils sont notés de la manière suivante selon la longueur de la pause : intervalle bref (.), intervalle plus long (--). Caractéristiques de la production de parole : Deux points signalent une extension du son ou de la syllabe qui précède : "qui :::" Les autres signes de ponctuation sont utilisés comme suit:. Un point indique une intonation descendante, pas nécessairement la fin d'une phrase., Une virgule indique une intonation continue, pas nécessairement les propositions de phrase.? Un point d'interrogation indique une inflexion croissante et pas nécessairement une question.! Un point d'exclamation indique un ton animé et pas nécessairement une exclamation. L'emphase est signalée par le soulignement : "le mien ". Les lettres en majuscules indiquent ce qui est dit avec un volume plus haut que la conversation en cours. Le signe de degré est utilisé pour indiquer un passage de la conversation plus calme que le reste de la conversation en cours : Um: :. Une partie de l'énoncé est prononcée à un rythme plus rapide que la conversation en cours, est indiquée par des pointes: > les manifestes <. Symboles supplémentaires Un texte signalé entre double parenthèses donne des indications supplémentaires sur le contexte et les éléments qui participent à l interaction : ((gestes)). 3 èmes Rencontres Jeunes Chercheurs en EIAH, RJC-EIAH'2010

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Organiser des groupes de travail en autonomie

Organiser des groupes de travail en autonomie Organiser des groupes de travail en autonomie Frédérique MIRGALET Conseillère pédagogique L enseignant travaille avec un groupe de niveau de classe et le reste des élèves travaille en autonomie. Il s agira

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Odile VERBAERE UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Résumé : Cet article présente une réflexion sur une activité de construction de tableau, y compris

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

LA BATTERIE DU PORTABLE

LA BATTERIE DU PORTABLE LA BATTERIE DU PORTABLE Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 4 Narration de séance et productions d élèves... 5 1 Fiche professeur LA BATTERIE DU PORTABLE Niveaux et objectifs pédagogiques

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique.

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. Sensibilisation à la sécurité informatique Jean-Luc Archimbaud To cite this version: Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. lieux en France, 1997, pp.17. École

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Les Champs Magnétiques

Les Champs Magnétiques Les Champs Magnétiques Guillaume Laurent To cite this version: Guillaume Laurent. Les Champs Magnétiques. École thématique. Assistants de prévention, Paris, France. 2014, pp.31. HAL Id:

Plus en détail

Le métier de chef de projet

Le métier de chef de projet Les notes de l observatoire des métiers DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES AVRIL 2003 Le métier de chef de projet FLORENCE BOUYER OBSERVATOIRE DES MÉTIERS CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Instrumentation

Plus en détail

Guide du/de la candidat/e pour l élaboration du dossier ciblé

Guide du/de la candidat/e pour l élaboration du dossier ciblé Guide du/de la candidat/e pour l élaboration du dossier ciblé en vue de l obtention du titre de "Conseiller ère diplômé e en orientation professionnelle, universitaire et de carrière" par la validation

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation Cours Informatique de base INF-B101-2 Alphabétisation Présentation du cours Informatique de base «La curiosité mène à tout : parfois à écouter aux portes, parfois à découvrir l'amérique.» José Maria Eça

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

Bibliothèque des Compétences clés

Bibliothèque des Compétences clés Bibliothèque des Compétences clés Modules Jours Heures S exprimer oralement 3 21 S exprimer à l écrit 4 28 Manipuler les chiffres et les ordres de grandeur 5 35 Utiliser les principaux outils bureautiques

Plus en détail

Document d aide au suivi scolaire

Document d aide au suivi scolaire Document d aide au suivi scolaire Ecoles Famille Le lien Enfant D une école à l autre «Enfants du voyage et de familles non sédentaires» Nom :... Prénom(s) :... Date de naissance :... Ce document garde

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Date de rédaction : 20/02/15. Argumentaire général

FICHE DE POSTE. Date de rédaction : 20/02/15. Argumentaire général UNIVERSITE LYON 2 (LUMIERE) Référence GALAXIE : 4217 Numéro dans le SI local : Référence GESUP : F002 Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 71-Sciences de l'information

Plus en détail

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion :

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Pascal ROOS Professeur d Économie Gestion Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) Face

Plus en détail

Premiers Pas avec OneNote 2013

Premiers Pas avec OneNote 2013 Premiers Pas avec OneNote 2 Présentation de OneNote 3 Ouverture du logiciel OneNote 4 Sous Windows 8 4 Sous Windows 7 4 Création de l espace de travail OneNote 5 Introduction 5 Présentation des différentes

Plus en détail

Initiation à la Programmation en Logique avec SISCtus Prolog

Initiation à la Programmation en Logique avec SISCtus Prolog Initiation à la Programmation en Logique avec SISCtus Prolog Identificateurs Ils sont représentés par une suite de caractères alphanumériques commençant par une lettre minuscule (les lettres accentuées

Plus en détail

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels»

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Le présent rapport a pour objet de donner une appréciation générale

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

DESSIN ASSISTÉ PAR ORDINATEUR D.A.O. EN LYCÉE PROFESSIONNEL

DESSIN ASSISTÉ PAR ORDINATEUR D.A.O. EN LYCÉE PROFESSIONNEL 119 DESSIN ASSISTÉ PAR ORDINATEUR EN LYCÉE PROFESSIONNEL En lycée professionnel l'enseignement du D.A.O. n'est pas explicitement intégré dans la formation en dessin technique. Il me fallait introduire

Plus en détail

MATHÉMATIQUES. Les préalables pour l algèbre MAT-P020-1 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

MATHÉMATIQUES. Les préalables pour l algèbre MAT-P020-1 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MATHÉMATIQUES Les préalables pour l algèbre MAT-P020-1 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN Mars 2001 MATHÉMATIQUES Les préalables pour l algèbre MAT-P020-1 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN Mars 2001 Direction

Plus en détail

Peut-on perdre sa dignité?

Peut-on perdre sa dignité? Peut-on perdre sa dignité? Eric Delassus To cite this version: Eric Delassus. Peut-on perdre sa dignité?. 2013. HAL Id: hal-00796705 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00796705 Submitted

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE Spécialité: Gestion Clientèle Particuliers Arrêté d habilitation : 20090979 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

utiliser un Macintosh dans la classe

utiliser un Macintosh dans la classe utiliser un Macintosh dans la classe Philippe DESSUS Pascal MARQUET Le Macintosh Les dessins Les textes Les nombres Préparer et gérer sa classe Évaluer des logiciels SOMMAIRE AVANT-PROPOS...5 Les grandes

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

Les diagrammes de modélisation

Les diagrammes de modélisation L approche Orientée Objet et UML 1 Plan du cours Introduction au Génie Logiciel L approche Orientée Objet et Notation UML Les diagrammes de modélisation Relations entre les différents diagrammes De l analyse

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian Muresan, Frédéric Suter To cite this version: Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian

Plus en détail

Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education

Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education Recherche-accompagnement de projet d innovation pédagogique et organisationnelle au sein du 2 ème degré professionnel de l enseignement secondaire

Plus en détail

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2?

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2? Une tâche complexe peut-être traitée : Gestion d une tâche complexe A la maison : notamment les problèmes ouverts dont les connaissances ne sont pas forcément liées au programme du niveau de classe concerné

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Cégep de Saint Laurent Direction des communications et Direction des ressources technologiques. Projet WebCSL : Guide de rédaction web

Cégep de Saint Laurent Direction des communications et Direction des ressources technologiques. Projet WebCSL : Guide de rédaction web Cégep de Saint Laurent Direction des communications et Direction des ressources technologiques Projet WebCSL : Laurence Clément, conseillère en communication édimestre Marc Olivier Ouellet, webmestre analyste

Plus en détail

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles S3CP Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles Référentiel Le présent socle décrit un ensemble de connaissances et compétences devant être apprécié dans un contexte professionnel.

Plus en détail

Les déterminants du volume d aide professionnelle pour. reste-à-charge

Les déterminants du volume d aide professionnelle pour. reste-à-charge Les déterminants du volume d aide professionnelle pour les bénéficiaires de l APA à domicile : le rôle du reste-à-charge Cécile Bourreau-Dubois, Agnès Gramain, Helen Lim, Jingyue Xing, Quitterie Roquebert

Plus en détail

BTS MUC Le système d information commerciale dans l épreuve d ACRC

BTS MUC Le système d information commerciale dans l épreuve d ACRC cterrier.com 11/09/2007 1 / 7 BTS MUC Le système d information commerciale dans l épreuve d ACRC Auteur : C. Terrier ; mailto:[email protected] ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction

Plus en détail

Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie. Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif.

Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie. Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif. Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif Claire-Charlotte Butez, Francesco Beretta To cite this version:

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE Table Ronde : L'ACTIVITÉ DE PUBLICATION DU JEUNE CHERCHEUR La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne 13 décembre 2013 Bibliothèque de Paris MINES ParisTech Aboubekeur ZINEDDINE

Plus en détail

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE LE VOLET 1 DU CYCLE 4 est un texte général qui oriente toutes les disciplines et qui permet de cibler la singularité des axes de formation. LE VOLET 2

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

Présentation du Progiciel de Gestion Intégré

Présentation du Progiciel de Gestion Intégré Présentation du Progiciel de Gestion Intégré Formation STMG 2012 Introduction Définition d un PGI Place du PGI en STMG Exemple de PGI : Premier contact avec une courte démonstration basée sur EBP Openline

Plus en détail

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique L irrésistible ascension du capitalisme académique 18-19 avril 2013 Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique Julien Barrier

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

DécliCC. savoir. cahier des charges

DécliCC. savoir. cahier des charges DécliCC savoir S ORGANISER cahier des charges Du PARCOURS déclicc savoir S ORGANISER Développer ses compétences clés pour savoir s organiser Module A 30 à 40 heures Organiser l exécution d une tâche Contexte

Plus en détail

ANNEXE V DÉFINITION DES ÉPREUVES

ANNEXE V DÉFINITION DES ÉPREUVES ANNEXE V DÉFINITION DES ÉPREUVES Epreuve E1 CULTURES DE LA COMMUNICATION Épreuve écrite durée 4h - Coefficient 3 U1 1. Finalités et objectifs L objectif visé est d apprécier l aptitude du candidat à :

Plus en détail

BEP Auxiliaire Prothèse Dentaire BO n 35 du 30 Septembre 2010

BEP Auxiliaire Prothèse Dentaire BO n 35 du 30 Septembre 2010 Marie-Pascale Schammé Inspectrice de L Éducation Nationale Sciences Biologiques et Sciences Sociales Appliquées Académie de ROUEN Document de référence académique BEP Auxiliaire Prothèse Dentaire BO n

Plus en détail

ACTIVTE N 2 CONTRAT D ACTIVITE NIVEAU 6 ème Objets techniques Matériaux Energies Evolution objets techniques Réalisation T.I.C DECOUVERTE DU POSTE INFORMATIQUE PRESENTATION DE L ACTIVITE Cette activité

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

INFO 2 : Traitement des images

INFO 2 : Traitement des images INFO 2 : Traitement des images Objectifs : Comprendre la différence entre image vectorielle et bipmap. Comprendre les caractéristiques d'une image : résolution, définition, nombre de couleurs, poids Etre

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

PRESENTATION DES RECOMMANDATIONS DE VANCOUVER

PRESENTATION DES RECOMMANDATIONS DE VANCOUVER PRESENTATION DES RECOMMANDATIONS DE VANCOUVER Voici une présentation des recommandations de Vancouver. Ces recommandations ont pour objet d uniformiser la présentation des références bibliographiques dans

Plus en détail

Les bases de données Page 1 / 8

Les bases de données Page 1 / 8 Les bases de données Page 1 / 8 Sommaire 1 Définitions... 1 2 Historique... 2 2.1 L'organisation en fichier... 2 2.2 L'apparition des SGBD... 2 2.3 Les SGBD relationnels... 3 2.4 Les bases de données objet...

Plus en détail

Savoirs associés aux compétences clés issues du RCCSP

Savoirs associés aux compétences clés issues du RCCSP Savoirs associés aux compétens s issues du RCCSP Travail réalisé de juillet à septembre 2012 par le groupe «Démarche qualité régionale de construction des parcours de formation Compétens s» 2 Sommaire

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE 1. Règlement des études

PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE 1. Règlement des études PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE 1. Règlement des études Habilité par arrêté du Ministère français de l Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Master «Maîtrise

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE.

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. Cette épreuve permet de valider les compétences C1, C2, C3 et T2 du référentiel au travers de la démarche de projet 15 que le candidat aura mis en œuvre.

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE

PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE 1. Règlement des études Habilité par arrêté du Ministère français de l Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Master «Maîtrise

Plus en détail

E-Forum sur l Approche par les Compétences

E-Forum sur l Approche par les Compétences E-Forum sur l Approche par les Compétences Exposé liminaire Deux conceptions de l approche par compétences BIEF / 05.09.19 1 Quand on parle d approche par les compétences dans les curriculums, on pense

Plus en détail

Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales

Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales La fonction commerciale a évolué vers une personnalisation de l offre et de la relation client ainsi qu au développement des services

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Soumission des articles pour l ICOFOM Study Series

Soumission des articles pour l ICOFOM Study Series Soumission des articles pour l ICOFOM Study Series Procédure Les articles seront soumis à un comité de lecture pour une évaluation en double aveugle. A la suite des recommandations, si l article est accepté,

Plus en détail

Contenu disciplinaire (CK)

Contenu disciplinaire (CK) Compilation des suggestions apportées par les participants aux ateliers du Rendez-vous des conseillers pédagogiques Colloque de l AQPC 2013 Application technologique Trouver les causes, la biologie derrière

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Types de questions d examen Un examen en droit peut comporter plusieurs types de questions : à réponse courte, à développement,

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

S entraîner au calcul mental

S entraîner au calcul mental E F C I - R E H S E S O S A PHOTOCOPIER S R U C Une collection dirigée par Jean-Luc Caron S entraîner au calcul mental CM Jean-François Quilfen Illustrations : Julie Olivier Sommaire Introduction au calcul

Plus en détail

M1if22 - Logiciels éducatifs Conception & rôle de l enseignant

M1if22 - Logiciels éducatifs Conception & rôle de l enseignant M1if22 - Logiciels éducatifs Conception & rôle de l enseignant Stéphanie Jean-Daubias [email protected] http://liris.cnrs.fr/stephanie.jean-daubias/ Plan du cours Méthodologies

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

Promouvoir l identité coopérative via la RSE? Quelques premiers résultats sur données européennes et françaises

Promouvoir l identité coopérative via la RSE? Quelques premiers résultats sur données européennes et françaises Promouvoir l identité coopérative via la RSE? Quelques premiers résultats sur données européennes et françaises Nadine Richez-Battesti (Lest et Université de la Méditerranée) [email protected]

Plus en détail