CHAPITRE II : LE FACTEUR EDAPHIQUE ET SON INFLUENCE SUR LA REPARTITION DES ETRES VIVANTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE II : LE FACTEUR EDAPHIQUE ET SON INFLUENCE SUR LA REPARTITION DES ETRES VIVANTS"

Transcription

1 CHAPITRE II : LE FACTEUR EDAPHIQUE ET SON INFLUENCE SUR LA REPARTITION DES ETRES VIVANTS Le sol constitue la partie superficielle de la croute terrestre. Sa formation nécessite plusieurs millions d années. La genèse et l évolution du sol dépend de la nature de la roche mère, du climat et de l influence des êtres vivants. Le sol est un milieu fragile. Il a des caractéristiques chimiques et physiques qui conditionnent la répartition des êtres vivants. Quelles sont les constituants et les étapes de la formation du sol? Quelles sont les propriétés du sol vis-à-vis de l eau? Comment le sol conditionne la répartition des êtres vivants? Comment les êtres vivants agissent ils sur le sol? Quelles sont les causes et les conséquences de la dégradation du sol? UNITE 1 : LE SOL ; UN MILIEU VIVANT. L épaisseur du sol varie entre quelques centimètres et quelques mètres. Il est formé de plusieurs niveaux superposés dits horizons. Le sol fournie plusieurs éléments nutritifs nécessaires à la vie des animaux et des végétaux. Quelles sont les horizons du sol, et quelles sont les étapes de leur formation? Comment peut-on mettre en évidence la faune et la flore du sol? Page 1 sur 18

2 A FORMATION DES HORIZONS DU SOL DOCUMENT 1 ; LES HORIZONS DU SOL : A0 : La litière A1 : Humus A2 : Horizon de lavage B : Horizon d accumulation C : La roche mère Les horizons se distinguent par leur épaisseur, leur couleur et leurs constituants. La structure générale du sol varie selon la nature de la roche mère, le climat, les êtres vivants ; et aussi l intervention de l homme. a- Désagrégation de la roche mère : Page 2 sur 18 - Dislocation de la roche mère, suite aux variations de température et l effet mécanique des racines des plantes - Dissolution des minéraux sous l effet de l eau des pluies chargée de CO 2 b- Enrichissement en matière organique : - Prolifération des organismes animaux et végétaux. - Dissolution des minéraux sous l effet du CO 2 respiratoire. - Formation du complexe argilo-humique. c- Apparition des horizons : - Le lavage permet l infiltration des sels minéraux et des molécules organiques, et leur accumulation dans les horizons les plus profonds - Montée de quelques molécules vers le haut, suie à l évaporation ; ou sous l effet des animaux. DOCUMENT 2 : LES PRINCIPALES ETAPES DE LA FORMATION DU SOL (PEDOGENESE) :

3 Cours SVT Inter TC Sc Ecologie Chap 2 DOCUMENT 2 : LES PRINCIPALES PRINCIPALES ETAPES DE LA FORMATION DU SOL (PEDOGENESE) : B LA FLORE ET LA FAUNE DU SOL Les animaux contenus dans le sol s échappent lorsqu ils sont mis en contact avec la lumière. Ils s enfoncent dans le sol. Passés le tamis, ils tombent dans l entonnoir et dans l alcool. Le sol contient des animaux : il est favorable à la vie. Document 3 : L expérience de Berlèse Page 3 sur 18

4 Cours SVT Inter TC Sc Ecologie Chap 2 Au niveau du sol on trouve plusieurs espèces d êtres vivants, il y en a des saprophages comme le ver de terre. On retrouve aussi des phytophage comme le cloporte, et des zoophages comme les acariens. Document 4 : Quelques exemples de la faune du sol Page 4 sur 18

5 Feuille en décomposition : La décomposition d une feuille témoigne de l activité des microorganismes du sol bactéries et champignons Bacteries : Microorganismes du sol Exemples de champignons microscopiques du sol Experience : On met des feuilles fraiches dans une boite de Petri ; et on les recouvre d un echantillon de sol. Apres qulques jours on observe la decomposition ds feuilles sous l effet des microorganisme du sol (Bacteri et champignons). Si on utilise un echantillon de sol sterilisé par la chaleur, les feuilles restent intacts. Document 5 : La microflore du sol Activités :.1- À partir des documents 1 et 2 précisez la nature et l'origine des éléments qui constituent le sol..2- Dresser une classification des organismes que l'on retrouve dans le sol. Quelle conclusion peut-on tirer?.3- Quels sont les facteurs qui interviennent dans la mise en place et la stabilité des horizons du sol? Page 5 sur 18

6 UNITE 2 : QUELQUES PROPRIETES DU SOL. Le sol est un milieu vivant, il est constitué de plusieurs horizons qui se constituent sous l effet de plusieurs facteurs, biologiques et physicochimiques. Quelles sont les principales propriétés du sol? A- Texture du sol Le sol est constitué de divers éléments minéraux et organiques. Les éléments minéraux diffèrent par leur taille : Argile / Limon / Sable / gravier / Galet. La texture se définie par le pourcentage des différents éléments minéraux. On représente les textures sur le triangle des textures. Document 1 : Texture et triangle des textures On mélange un échantillon de sol avec de l eau dans une éprouvette ; et on laisse les différents constituants se déposer selon leurs densités. Document 2 : Une expérience simple pour mettre en évidence les constituants du sol Page 6 sur 18

7 B- Structure et acidité du sol. La structure du sol concerne l agencement de différents éléments (minéraux et organiques). La structure dépend d une part de la texture et d autre part de l influence du climat et des êtres vivants. a- Structure compacte : les grains de sable sont liés avec de l argile. Le sol a un aspect homogène et ne convient pas aux activités des êtres vivants. b- Structure glomérulaire : Le sol est constitué d éléments minéraux et organiques, qui constituent le complexe argilo-humique, qui retient l eau utilisable par les végétaux. c- Structure particulaire : les éléments sableux sont libres et le sol est très perméable à l eau. Document 3 : Structure du sol Le sol est constitué de particule argileuse ; se sont des colloïdes minéraux chargés négativement. Lorsque les particules argileuse chargées négativement se lient avec les cations (Ca ++ ; Mg ++ ; Na + ; H + ) il ya floculation (dépôt du complexe argile-cations). Page 7 sur 18 Document 4 : Mise en évidence de la floculation des particules argileuse

8 Document 5 : Floculation des colloïdes argileux Le ph du sol dépend de la concentration des ions H+et du niveau de saturation des colloïdes argileux et organiques (complexes humiques) qui fixent les cations. Le ph du sol augmente avec la saturation des colloïdes. Ainsi on distingue les sols acides ; les sols basiques et les sols neutres. l acidité du sol dépend de la nature chimique de la roche mère, de la nature de la végétation et du climat. Document 6 : L acidité du sol Activités :.1- À partir du Doc 2 et à l'aide d'un schéma bilan, présentez les différents constituants du sol selon leurs natures..2- Préciser les constituants à partir desquels on détermine la texture du sol..3- Énumérer les types de sols qui appartiennent aux groupes suivants : texture argileuse ; texture sableuse ; texture équilibré ; texture limoneuse (Doc 1).4- Déterminer la texture d'un sol dont la composition est la suivante : 40% d'argile ; 30% de sable ; et 30% de limon..5- Préciser les qualités de la structure glomérulaire, et les défauts de la structure compacte et la structure particulaire, vis-à-vis des plantes..6- Quel serait l'effet de la floculation sur la fertilité du sol..7- Proposer une hypothèse en ce qui concerne la relation entre le ph du sol et la vie des végétaux. Page 8 sur 18

9 UNITE 3 : L EAU DANS LE SOL. L eau est un constituant important du sol. Elle est importante pour la croissance des végétaux, et aussi pour la flore. Le sol retient l eau au niveau des pores. Comment peut-on mesurer la perméabilité à l eau du sol, et sa capacité de rétention de l eau? Quelles sont les formes de l eau dans le sol? A- MESURE DE LA PERMEABILITE DU SOL ET SA CAPACITE DE RETENTION DE L EAU On réalisant le protocole expérimentale ci-contre, on calcul le coefficient de perméabilité selon la formule suivante : = Q : Volume d eau qui a traversé l échantillon du sol durant 1h. L : Epaisseur de l échantillon du sol en cm H : hauteur totale du cylindre (sol+eau) en cm. S : surface de la section du cylindre en cm 2. K : coefficient de perméabilité du sol en cm/h Document 1 : mesure du coefficient de perméabilité du sol Type de sol Argile Limon argileux sable Coefficient de perméabilité 0.07 cm/h 0.6 cm/h 55 cm/h Document 2 : Exemples de coefficient de perméabilité du sol Activités :.1- À partir du document 1 décrivez les étapes de la manipulation..2- Que signifie l'unité du coefficient de perméabilité du sol à l eau..3- Quelle est la relation entre la texture du sol est le coefficient de perméabilité? Page 9 sur 18

10 On met 100 g de sol sec dans le tube A. Remplir l éprouvette B d eau après fermeture du robinet R1. Ouvrir le robinet R1, ce qui permet à l eau de monter dans le sol. Une fois l eau atteint la surface du sol ; on ferme R1. On note le volume d eau V1 qui a pénétré dans le sol. Ce volume représente la porosité globale de l échantillon du sol. On enlève le tuyau et on ouvre le robinet R1 pour récupérer l eau qui descend dans le bécher (V2). V2 représente la porosité utile. On calcul la capacité de rétention de l eau (V). =(1 2) volumes d eau en ml/100g de sol Sable Argile Sol intermédiaire V V V Document 3 : dispositif pour mesurer la capacité de rétention de l eau. B- LES FORMES DE L EAU DANS LE SOL. On distingue plusieurs formes d eau dans le sol : a- L eau gravitaire : Elle occupe les grands pores et s écoule sous l effet de la gravité. Elle peut asphyxier les plantes si elle est présente pour une longue durée. b- L eau capillaire : elle occupe les micropores, et elle est en partie utilisable par les plantes. c- L eau hygroscopique (pelliculaire) : Elle est intiment liée à la surface des grains du sol ; ainsi elle ne peut pas être absorbée par les plantes. Document3 : Les formes de l eau dans le sol Page 10 sur 18

11 Document3 : Les formes de l eau dans le sol Les plantes absorbent l eau du sol à travers les racines. Une fois l eau absorbable est épuisée, la plante flétrit. Le point de flétrissement correspond à la teneur de l eau dans le sol lorsque la plante flétrit d une manière irréversible. Le flétrissement commence lorsque la force de rétention de l eau devient équivalente à la force d absorption de la plante. Le point de flétrissement dépend de la texture du sol et de la nature de la plante. Les plantes absorbent une partie de l eau capillaire. Document 4 : La relation texture ; capacité de rétention de l eau, point de flétrissement. Activités :.4- Précisez la relation entre la texture du sol et la capacité de rétention de l'eau..5- Préciser les forces auxquelles l eau est soumise dans le sol..6- Quelle est la forme de l'eau utilisable par les plantes dans le sol ; et dans quelle limite?.7- Préciser pourquoi le point de flétrissement dépend à la fois de la nature du sol, et de la nature de la plante. Page 11 sur 18

12 UNITE 4 : LA NATURE DU SOL ET LA REPARTITION DE VEGETAUX. Le sol se caractérise par des propriétés physiques et chimiques et biologiques. Ces caractéristiques constituent des facteurs écologiques qui agissent sur la répartition des êtres vivants. Comment les propriétés du sol agissent sur la répartition des végétaux? A- INFLUENCE DU CALCIUM ET DU PH DU SOL SUR LA REPARTITION DES VEGETAUX. Quelques plantes sont indifférentes vis-à-vis de la nature chimique du sol. Ainsi elles poussent sur un sol siliceux ou calcaire. D autre plantes ont une préférence pour le sol calcaire à ph 7. D autre sont calcifuges et poussent le sol siliceux à ph 7. Document 1 : Coupe montrant la répartition des végétaux entre la forêt de Témara et le plateau de Zaer. Absorption du Ca ++ en fonction du ph du sol par deux plantes : La fève et le «lupinus luteus» Page 12 sur 18 Absorption du K + par les racines de «lupinus luteus» en fonction de la concentration des ions Ca ++ dans le sol Le Ca++ entrave l absorption de quelques in indispensable à la vie de la plante (K+ ;Fe++ ) Document 2 : interactions entre les ions du sol

13 B- Capacité de rétention de l eau et répartition des végétaux Milieux Epaisseur du sable (cm) a 0-50 B c 200 résultats Asphyxie des racines Croissance des plantules Absence de croissance Document 3 : Résultat de l implantation des plantules du chêne liège à coté de Dayet Zadar à Maâmora C- Salinité du sol et répartition des végétaux. Une teneur forte en NaCl du sol entrave la croissance de la majorité des plantes. Mais certaine plantes au contraire préfèrent les sols de forte salinité. La tolérance à la salinité diffère d une plante à l autre. Le graphe ci-contre montre l influence de la salinité du sol sur la croissance de deux plantes : le cresson et la salicorne. Document 4 : exemple de plantes vivant sur des sols salins Activités :.1- À partir du document 1, précisez pourquoi on dit que le chêne liège est une plante calcifuge..2- Analysez et interprétez les graphiques du document Que peut-on déduire des données du document 3?.4- Précisez à partir du document 4 la salinité optimale pour la croissance du cresson et de la salicorne. Que pouvez-vous en déduire? Page 13 sur 18

14 UNITE 5 : ROLE DES ETRES VIVANTS DANS L EVOLUTION DU SOL. L intervention de la faune et la flore du sol est crucial durant la formation du sol. Comment ces organismes interviennent il au niveau de l amélioration de la fertilité du sol? A- INTERVENTION DE LA FAUNE ET LA FLORE DANS LA DECOMPOSITION DE LA LITIERE. Eléments minéraux % dans le sol % dans les déjections Calcium Magnésium Azote Phosphore Potassium Les vers de terre dans le sol Teneur de quelques éléments minéraux dans le sol et dans les déjections des vers de terre. Le rôle du ver de terre est capital pour l évolution et l équilibre du sol. Il intervient dans la dégradation de la matière organique. Les vers de terre absorbent la litière et la mélange avec de l argile. Ainsi il se forma dans le tube digestif un complexe formé de matière organique et de minéraux argileux. Document 1 : Importance du ver de terre Gloméris, forme un genre de myriapodes de la famille des gloméridés. Ils peuvent se rouler en boule et vivent dans des endroits humides tels que la litière des sols forestiers ou sous les écorces des troncs d'arbres morts. C est un saprophage. C'est-à-dire il se nourrit de matière organique en décomposition. Il fait partie donc des décomposeurs. Document 2 : Gloméris Page 14 sur 18

15 Evolution de la densité des champignons, des bactéries et de la matière organique dans les déjections de Gloméris Doc 3 : Rôle de Gloméris dans la dégradation de la matière organique B- FORMATION DE L HUMUS ET SON IMPORTANCE POUR LA FERTILITE DU SOL Document 4 : Les propriétés du complexe argilo-humique Generalement l humus est lié au particules d argile formant le complexe argilohumique. Ce complexe retient l eau et les ions minéraux. L humus est formé de macromolécules organiques synthétisées à partir de petites molécules qui résultent de la dégradation de la cellulose et de la lignine. Et ce sous l effet des microorganismes du sol. On peut citer comme exemple de ces macromolécules, l humine ; l acide humique et l acide fluvique. Doc 5 : Les macromolécules de l humus Page 15 sur 18

16 L humification ou la formation des humus résulte d'un certain nombre de processus biochimiques qui concourent à la transformation de la matière organique morte. L humification est le résultat de l action des bactéries et des actinomycètes du sol, après que la matière organique aurait transité par le tube digestif de nombreux organismes de la pédofaune. Document 6 : Processus d humification L humus se transforme progressivement en matière minérale sous l effet de la microfaune du sol et des microorganismes (bactéries et champignons) Document 7 : Processus de minéralisation de l humus Activités :.1- Relevez du document 1, deux principaux rôles du ver de terre..2- Précisez à partir des documents 2 et 3 les rôles complémentaires de la faune du sol (en l'occurrence Gloméris), des bactéries et des champignons dans la décomposition et la minéralisation de la matière organique..3- À partir des documents 4 et 5 précisez l origine, le devenir de l'humus et son rôle pour la fertilité du sol..4- Précisez à partir des documents 6 et 7, comment la faune et la flore du sol contribuent-elles à la fermeture du cycle de la matière. Page 16 sur 18

17 UNITE 6 : INFLUENCE DE L HOMME SUR LE SOL. Le sol est un milieu fragile. Il subit directement les influences négatives de l homme. Quelles sont les influences négatives de l homme sur le sol? Comment peut-on préserver et améliorer les qualités du sol?.a- LES ASPECTS DE LA DEGRADATION DU SOL. Le couvert végétal protège le sol contre toute sorte de dégradation ; et constitue un habitat pour la flore. Mais les incendies de la forêt et la surexploitation du bois, et le surpâturage détruisent chaque jour des millions d hectares de ce couvert végétal ; notamment les forets. La destruction et le lessivage du sol est l une des causes de l appauvrissement de la biodiversité et de la désertification..b- PROTECTION DU SOL ET AMELIORATION DE SA FERTILITE Le reboisement constitue l une des mesures nécessaires pour limiter la destruction, le lessivage, et l érosion du sol. Sur les collines les cultures se font sur des terrasses ; et le reboisement se fait selon les courbes de niveau. Dans les régions désertiques on peut limiter l avancée du désert en construisant des barrières, ou on effectue un reboisement avec des plantes adéquates. L amélioration de la qualité du sol se fait par plusieurs méthodes : Le labourage qui permet d aérer et de mélanger les constituants minéraux et organiques ; et ainsi augmenter la capacité e rétention de l eau. L irrigation par les procédés modernes comme la technique du «goutte à goutte». ce qui limite l érosion du sol. L utilisation des engrais qui contiennent les éléments minéraux nécessaires a la nutrition des plantes cultivées. On doit tenir compte de la nature du sol et la nature de la plante. L alternance des cultures : on général on doit éviter de cultiver la même plante tout les ans. L alternance augmente la fertilité du sol. Page 17 sur 18

18 Unité 4 : Propriétés du sol et répartition des êtres vivants. La répartition des végétaux dépend de la nature chimique du sol, et de sa capacité de rétention de l eau. Les végétaux ne sont pas tous adapté à supporté les mêmes conditions d acidité du sol. Ainsi on trouve des plantes indifférentes à l acidité du sol. Ils vivent aussi bien sur des sols calcaires (alcalins), que sur des sols siliceux (acides). D autres plantes sont sensibles à l acidité du sol. Elles sont dits calcifuges comme le chêne liège. La structure du sol a une influence sur les végétaux. Ainsi la structure compacte empêche la circulation de l eau. La structure particulaire retient très faiblement l eau. La structure glomérulaire retient l eau et les ions minéraux, et permet la circulation de l air. Elle est donc la meilleure. Le sol de forte salinité est défavorable à la croissance de la majorité des végétaux. Cependant il existe des plantes capables de supporter des sols salins. Unité 5 : Rôle des êtres vivants dans l évolution du sol. La faune et la microflore du sol interviennent dans la formation, l évolution et la stabilité du sol. L humification et la minéralisation de la matière organique nécessite l intervention de différentes espèces telles que les saprophages, les champignons et les bactéries. Le ver de terre joue un rôle très important dans la stabilité et la qualité du sol. La qualité du sol est liée aussi à la présence et la stabilité du complexe argilo-humique. Ce complexe retient l eau et les ions minéraux ; et ainsi il favorise le développement des végétaux chlorophylliens. Unité 6 : Influence de l homme sur le sol. Le sol subit directement l impact négatif des différentes activités de l homme. Parmi ces activités on peut citer essentiellement les incendies des forets, le déboisement excessif, le surpâturage, et les cultures intensives. Ces activités accélèrent la dégradation du sol et son exposition à la désertification. On peut préserver le sol par des dispositions comme la réglementation du pâturage et de l exploitation des bois, le reboisement, les cultures en terrasse sur les collines et l édification des barrières qui réduisent l avancé des sables dans les régions désertiques. Plusieurs techniques sont envisageables pour améliorer la qualité du sol et par conséquent la production agricole. Ainsi on peut citer : L utilisation des engrais d une façon rationnelle. Adopter les techniques modernes de l irrigation telles que la micro-irrigation (le goutteà-goutte). Le labourage. L alternance des cultures pour éviter les monocultures. Page 18 sur 18

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand

LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand 22 09 2010 VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand Mathieu BOOGHS Guillaume COUEPEL Caroline COUFFIGNAL Aurore DESGROUX Morgane GRASSELLY Estelle PAULHIAC LIVRET D AMENAGEMENT Vulgarisation d une

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Vers de terre Architectes des sols fertiles. Présence et mode de vie. N de commande 1619, Édition Suisse, 2013.

FICHE TECHNIQUE. Vers de terre Architectes des sols fertiles. Présence et mode de vie. N de commande 1619, Édition Suisse, 2013. FICHE TECHNIQUE Vers de terre Architectes des sols fertiles Introduction Entre un et trois millions de vers de terre vivent dans la terre en bonne santé d un hectare de prairie. Plus il y en a plus le

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs La gestion du ph du sol Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval Le chapitre 3 Les rédacteurs Anne Vanasse (responsable) Marc Hébert Lotfi Khiari Sébastien Marchand Abdo Badra Hélène Moore 1 Introduction

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin FICHE AGRI - MIEUX août 2011 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin Pourquoi est-il important de connaître les sols? ARAA Objectifs de ce document Ce document présente une synthèse

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage Dr H. Bréquel, Responsable département Recherche 1 1 /20 CONTEXTE ET

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

ne définition de l arbre.

ne définition de l arbre. LA PHYSIOLOGIE DES ARBRES. U ne définition de l arbre. L es arbres sont des êtres vivants qui occupent une place à part dans le monde végétal. Ils sont indispensables à la vie sur terre et ils ont largement

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu (TP multiposte : groupes de 4 élèves qui se répartissent sur les 4 postes une fois chaque poste travaillé, un bilan sera établi

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de :

Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de : GUIDE EXPLICATIF POUR LES CITOYENS RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES ENGRAIS ET DES PESTICIDES Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de : Réduire l apport par ruissellement

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : NOTION DE CONSERVATION

FICHE TECHNIQUE : NOTION DE CONSERVATION LE SERVICE D INFORMATION ET DE DOCUMENTATION SID, Mars 2009 DE LA FONDATION ALLIANCE FRANÇAISE FICHE TECHNIQUE : NOTION DE CONSERVATION D UN FONDS D ARCHIVES D UNE ALLIANCE FRANÇAISE. SOMMAIRE Les objectifs...

Plus en détail

PREFECTURE DE LA LOZERE

PREFECTURE DE LA LOZERE SOUS-PREFECTURE DE FLORAC POLE DE DEFENSE DES FORETS CONTRE L INCENDIE PREFECTURE DE LA LOZERE Arrêté préfectoral n 2015071-0002 - du 12 mars 2015 relatif à la prévention des incendies de forêts dans les

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation

Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 23 février 2005, Drummondville Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation Odette MÉNARD, M.Sc. Génie, ing.,

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

VII Escaliers et rampes

VII Escaliers et rampes VII Escaliers et rampes 1. Généralité et terminologie des escaliers Les escaliers permettent de franchir une dénivellation et de relier les différences de niveaux d une construction ou d un jardin. A son

Plus en détail

Formulaire d'adhésion PEFC

Formulaire d'adhésion PEFC Formulaire d'adhésion PEFC Acte d'engagement du propriétaire dans la démarche de certification par portage proposée par la Coopérative Provence Forêt I Présentation La certification PEFC doit permettre

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage I) Qu'est-ce qu'un savon et comment le fabrique-t-on? D'après épreuve BAC Liban 2005 Physique-Chimie dans la cuisine Chapitre 3 1/6 1- En vous

Plus en détail

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC 1/5 FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC Identification de la préparation 1. Identification de la préparation de l entreprise Nom commercial: FUMESAAT 500 SC Identification Produit : éthofumésate 500 SC Substance

Plus en détail

Les sols, des milieux vivants très fragiles

Les sols, des milieux vivants très fragiles Les sols, des milieux vivants très fragiles QU EST-CE QU UN SOL? Le sol provient de la décomposition et de l altération des roches par l action de l eau, de l air et des êtres vivants. Au cours du temps,

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie La gestion responsable des eaux pluviales : UNE SOLUTION ACTUELLE POUR UN AVENIR DURABLE L eau est une ressource essentielle à toute forme de vie sur Terre.

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau?

L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau? L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau? Les sols reçoivent de l eau provenant de différents flux, et une partie de l eau arrivant dans le «compartiment» sol y est retenue. Ainsi, la pluie

Plus en détail

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement A l initiative de François Loos Ministre délégué à l Industrie Page 1 Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE

MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE (Radiateurs et planchers chauffants) Brevet de désembouage N 0116861 EURO FILTR'EAUX 18/22 RUE D ARRAS - F 92000 NANTERRE TÉL. : (33) 01 30 94 37 60 FAX

Plus en détail

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 1 Relations alimentaires entre les êtres vivants 1 1 Les chaines alimentaires. Une chaine alimentaire est constituée par une succession d êtres vivants

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement?

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? La question que l on se pose : Les végétaux ont-ils besoin d eau, de minéraux, d air

Plus en détail

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients STOCKAGE SOUTERRAIN Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients Prestations de service complètes à l échelle européenne Gestion

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS?

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? Par Philippe et Marie-Noëlle LENOIR Un couple du Volontaires du Progrès qui travaille à GALIM Département des Bamboutos, Province de l Ouest, nous adresse cette fiche

Plus en détail

LA A RESPIRATION CELLULAIRE

LA A RESPIRATION CELLULAIRE Instructions aux professeurs Domaine : 1.1 Le transport de substances, réaction chimique de la respiration cellulaire, p. 6 Travail à réaliser : Les élèves répondent aux questions. Matériel : Feuilles

Plus en détail

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle Méthodes innovantes d amélioration sylvo-pastorale: Le cas du projet de lutte participative contre la désertification et de réduction de la pauvreté dans les écosystèmes arides et semi-arides des hauts

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : [email protected] site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

LA STRATEGIE CARBONE DU GROUPE OCP Saïd Mouline Conseiller du Président CONFERENCE NATIONALE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES AU MAROC: DEFIS ET OPPORTUNITES RABAT, 11-12 février 2009 50% des réserves du Monde

Plus en détail

Bibliothèque Royale Albert 1er

Bibliothèque Royale Albert 1er Bibliothèque Royale Albert 1er Description du projet Ce projet a pour but de valoriser des espaces plats et inutilisés (toit, terrasse ou autre) par la création de potagers écologique (sans pesticide,

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

Biogaz et méthanisation

Biogaz et méthanisation Note pour les comités opérationnels 10 (Energies renouvelables) et 15 (agriculture) COMITE DE LIAISON ENERGIES RENOUVELABLES (CLER) Contact: Christian Couturier, [email protected] 05

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses)

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses) L' approche de la complexité; Un exemple de démarche en classe de seconde. Bulletin officiel spécial n 4 du 29 avril 2010 L approche de la complexité et le travail de terrain Le travail de terrain est

Plus en détail

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES VOUS VOULEZ DIVERSIFIER VOS ACTIVITÉS? VOUS DÉSIREZ UN APPROVISIONNEMENT GARANTI POUR VOTRE ENTREPRISE? DÉVELOPPER DE PLUS GRANDS MARCHÉS ET DISCUSTER DIRECTEMENT AVEC LES CONSOMMATEURS?

Plus en détail

3 Charges électriques

3 Charges électriques 3 Charges électriques 3.1 Electrisation par frottement Expérience : Frottons un bâton d ébonite avec un morceau de peau de chat. Approchonsle de petits bouts de papier. On observe que les bouts de papier

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 [email protected] http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal MYT Business Unit Zweckverband Abfallbehandlung Kahlenberg (ZAK) Bergwerkstraße 1 D-77975 Ringsheim Téléphone : +49 (0)7822 8946-0 Télécopie : +49 (0)7822 8946-46 E-mail : [email protected] www.zak-ringsheim.de

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

Le printemps et l été du compost

Le printemps et l été du compost Le printemps et l été du compost Le printemps du compost 1 A la sortie de l hiver, le compost est souvent trop tassé et/ou trop humide. Il faut, avant les nouveaux apports, penser à bien l aérer en faisant

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

Ventilation : Mesure et réglage des débits

Ventilation : Mesure et réglage des débits Ventilation : Mesure et réglage des débits Samuel Caillou Division Climat, Equipements et Performance Energétique CSTC - Pourquoi régler les débits? Pour avoir le bon débit au bon endroit Qualité d air

Plus en détail

Principe de précaution! 8 Catégorie de produits TYPE A partir du 1/1/2010 g/l prêt à être utilisé Revêtements mats pour murs et plafonds Revêtements brillants pour murs et plafonds Murs extérieurs

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

Formation FORÊT Les massifs

Formation FORÊT Les massifs Formation FORÊT Les massifs Ateliers du patrimoine naturel de Picardie Rémi François Paul Janin 20/04/2014 Tour d horizon des principaux massifs picards Retz : l héritage de la futaie cathédrale Dominance

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène A lire attentivement par les candidats Sujet à traiter par tous les candidats inscrit au BEP Les candidats répondront sur la copie. Les annexes éventuelles

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

Le nouveau Code forestier

Le nouveau Code forestier Aimer la forêt, c est la préparer aux défis du XXI ème siècle. Le nouveau Code forestier Découvrez ce qui se cache derrière. 1. Le nouveau Code forestier : pourquoi et comment? p5 2. Une nouvelle ambition

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

«Cette initiative. s avère un outil novateur qui mettra à la disposition de l industrie et des municipalités des façons éprouvées d implanter et

«Cette initiative. s avère un outil novateur qui mettra à la disposition de l industrie et des municipalités des façons éprouvées d implanter et L e gazon fait partie de notre vie quotidienne. En raison de ses multiples qualités, la pelouse se trouve au centre de nombreux aménagements paysagers, à peu près partout au Québec. Peut-on imaginer un

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail